Récit d’une rencontre avec le Boomerang

8 juin 2022

Passant sur l’esplanade Nathalie Sarraute en bas de chez moi, et allant consulter mes mails à l’Auberge de Jeunesse, à cause d’une panne d’internet, je m’arrête quelques minutes devant une camionnette blanche ayant déployé en plein air sous un auvent quelques cartons de livres et de vêtements, petit étal de fortune. Pourquoi me suis-je alors arrêtée alors que je n’avais pas le temps ? Ce temps à perdre s’est imposé par sensations. L’aspect bricolé de l’installation, à la fois précaire et pérenne, sans doute a suspendu mon mouvement. Le boomerang sur l'esplanade Nathalie Sarraute le 08 juin 2022Les gars sont souriants avec une décontraction qui montre qu’ils n’attendent pas de clients, il y a un tableau où on peut lire qu’un spécialiste d’informatique peut donner des conseils, chacun pouvant y inscrire une proposition de partage, un tambour de batterie avec des baguettes pour qui veut. Un enfant s’est assis, l’expérimente. Une hospitalité se dégage et on ne sait à quoi ça tient. Un des gars dit « c’est gratuit, prenez ou apportez ce qui vous convient. » On ne ressent pas de charité façon « Armée du salut », ni d’arrière-pensées pour faire commerce par ailleurs. Cette ambiance ne porte pas les calculs de notre société capitaliste et cette sensation de désintéressement nous fait penser que l’intérêt est ailleurs. En effet. Je demande un conseil pour un branchement sur ma freebox défectueuse, et l’un d’eux aussitôt prend le temps de regarder, de m’expliquer, « oui c’est le câble de la fibre. » Soudain, je dis « j’ai des disques vinyles en attente, si vous voulez je peux les donner, mais il faut venir les chercher, car c’est très lourd. J’habite à côté. » Il prend un diable et m’accompagne. Il prend le temps de regarder mon installation internet, ça va fonctionner, enfin, et charge mes deux cartons de vinyles, je prends aussi un sac de vêtements que je gardais en attente. Quand nous arrivons, il y a plusieurs femmes qui cherchent quelques vêtements. L’une d’elles a voulu laisser un billet de 5 € malgré la gratuité de l’offre qui lui a été expliquée. Une autre prend le temps de regarder un à un les vêtements que je dépose, cela me fait plaisir car ce sont des vêtements que j’ai portés et que j’aime bien, encore en bon état. Nous échangeons un sourire. Le rythme de la batterie en fond sonore. Les cinq à six personnes de l’équipe discutent entre eux, donnent quelques conseils, offrent du thé. Sébastien a choisi quelques-uns de mes vinyles, un Nat King Cole. J’en suis heureuse, je lui dis « c’est une partie de la collection de mon père, décédé il y a peu. » Des disques que son grand frère, parti s’installer aux Etats-Unis après la Guerre, lui envoyait régulièrement. Mon oncle d’Amérique. Cette circulation d’objets a du sens et les resitue dans un espace-temps où ils vont acquérir un sens nouveau pour les autres. Cette économie du don et du contre-don porte une interrogation sur la valeur des choses, celle que nous leur accordons. Je réalise que j’attendais le juste moment pour les donner. Un hasard joyeux qui est une tuchè, la bonne rencontre. Des gens s’arrêtent, posent des questions, cherchent un livre, s’assoient sur un banc. Nous allons prendre un café avec Tahar, fondateur de l’association1 qui relate l’expérience avec les enfants de la rue dans les 18ème et 19ème arrondissements, le lien social, montre de très beaux portraits photographiques en noir et blanc, qui vont être exposés. Une discussion à trois, avec Sophie2, puis quatre, prend forme sur le psychodrame, la psychothérapie de groupe, peut-on être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, l’Algérie après l’indépendance, des questions de sociologie, le sens de l’effet Boomerang. À côté, la camionnette ambulante est toujours là, suscitant animation et curiosité, enfants et adultes, du temps pour rien, petit théâtre de rue où chacun peut participer à sa façon, accueilli, accueillant. Mieux vivre ensemble. Un chantier à poursuivre.

Estelle Fredet

Vinyles Jazz

The Pete joly trio (5’oclock shadows), The New Black Eagle jazz Band at Symphony Hall (1981), The Harry World’s greatest Jazzband of Yank Lawson and Bob Haggart (live NY 1970), The Commodore Jazz Classics (from traditionnal jazz to free-style, coffret 1979), George Shearing performance 1979, Harry James (1939-41), Fats Wallers (coffret RCA 1970), Dave Mac Kenna (1970), The memorable and mellow Bobby Hackett, French festival Nice 1974, Teddy Wilson 1980, Art Hodes 1984, Luckey Roberts (ragtime king 1939), Maurice André, Sinatra, Max Morath plays Scott Joplin (1972), Buck Clayton 1954-57), Chris Barber ‘dixieland jazz 1954), Nat King Cole, Count Basie, Pete Johnson (1940-44), Harry James (NY 1939-41), New Orleans Irakli jazzband 1958-60, Glenn Miller 1973
     La liste des vinyles fournie par Estelle

Photos de l’évènement et remarques complémentaire

 

Fabrication d'une caisse en carton

Photo de Benjamin Grassineau

Photo : Benjamin Grassineau.

Charles Péchon est en train de fabriquer une petite caisse de présentation pour les livres et les DVD. Ce recours à l’auto-production s’inscrit dans la logique du dispositif, dans la mesure où il accroît l’émancipation vis à vis du marché, et, par ricochet, à l’institution (dépendance réduite). L’aspect pédagogique semble indéniable, même s’il demanderait à être confirmé par des éléments d’observation plus fournis : « on redécouvre qu’on peut faire, répondre à un besoin, avec les ressources dont on dispose sur place, via l’auto-production, l’acquisition gratuite ou le prêt gratuit (le processus se déroulant directement sur place et au moment de la sortie), sans passer par un échange marchand qui maintient indirectement une dépendance vis à vis des financeurs et qui tend à institutionnaliser et à insérer l’action dans un contexte professionnel ».

Il est intéressant de noter que nous avions entrepris deux actions du même type dans les deux sorties précédentes. À la Goutte d’or, j’avais demandé avec succès du matériel et de l’aide sur place pour créer la « participothèque2 ». Dans la précédente sortie, Sébastien Doussaud avait eu l’idée de créer un jeu d’échecs avec les moyens du bord. Or, une des ressources les plus abondantes dans le boomerang est bien entendu … le carton3 ! Observe-t-on une tendance progressive à l’apprentissage ou à l’appropriation d’une philosophie et de pratiques d’auto-production dans la recherche-action du Boomerang ?

Je note en tous les cas que la fabrication des meubles en carton crée une mini-controverse. Charles soutient que les petites caisses rendent le Boomerang plus attrayant et facilitent la prise d’objets. Sébastien soutient que le caractère un peu désordonné des affaires permet de ne pas être assimilé à une action institutionnelle. Au final, les deux positions n’ont rien d’incompatible, mais le fait que le débat apparaisse montre bien une volonté croisée de conserver une autonomie par rapport à l’institution et de mettre en avant cette distance, tout en conservant un espace d’échange attractif.


Commentaire de Benjamin Grassineau

Photo de Benjamin Grassineau.

Les enfants s’amusent directement sur le Boomerang. Ils prennent du temps à fouiller les cartons, jouent sur place et parfois, repartent avec quelques jouets, généralement en quantité modérée. Les jouets sont amenés durant la sortie par des membres d’Espace 18, situé en face de l’endroit où nous sommes installés. Ils disent faire le ménage dans le local et m’expliquent qu’ils ont accumulé durant le confinement, notamment dans le cadre d’actions de redistribution. Ceci met en évidence le fait que les espaces de gratuité conviviaux (non-finalisés à priori) s’articulent souvent dans une interpénétration assez forte avec des espaces de gratuité ayant une finalité caritative, en particulier via des transferts d’objets déjà insérés dans des circuits de don préexistants, ou via la participation de personnes habitués à ces systèmes de redistribution caritatifs.

Autre remarque, on observe sur la photo que quatre des « activités principales » du Boomerang sont représentées : 1. la recherche et la réflexion (Charles Péchon est en train de prendre des notes au premier plan), soit donc la transmission et la création d’information,  l’échange de paroles, 2. l’échange d’objets (selon la modalité d’échange non-conditionnel), 3. le jeu, l’activité, qui se déroulent si les participants y trouvent un intérêt, 4. la maintenance, la surveillance (Christophie Jibard devant le camion qui parle aux enfants).

Commentaire de Benjamin Grassineau

Notes

1 [Note de Benjamin Grassineau] Il s’agit en réalité de Tahar Bouhouia qui est fondateur du laboratoire Lignes de Crête (et non de l’association), à l’intérieur duquel s’inscrit la recherche-action du Boomerang.

2 [Note de Benjamin Grassineau] Il s’agit en réalité d’Ana Patricio.

3 [Note de Benjamin Grassineau] J’étais parvenu aux mêmes types de fabrication dans le magasin gratuit de Puivert. Avec des contenants légèrement plus grands. Néanmoins, il est vite apparu que ces meubles ployaient sous le poids des habits et je devais les reconstruire sans cesse Prenant mon courage à deux mains, j’ai un jour décidé  (sans doute en 2015) de construire des étagères avec des matériaux de récupération plus solides et faciles à trouver gratuitement : des bambous que l’on trouvait à l’état « spontané » le long des rivières ; des filets de pêche donnés par des pêcheurs à moi-même et Sarah Plantier dans le port de pêche de Rosa, lors de vacances que nous avions passées en Espagne ; de vieilles planches en pin assez larges qui traînaient dans le rez de chaussée de notre maison. Depuis ce temps, il n’y a pas eu de gros changements. Nous avions également gardé quelques meubles facilitant le rangement et la présentation des habits. Le risque, en mettant ses propres meubles, est qu’ils soient volés. C’est ainsi que nous avions tenté de mettre en place un éclairage solaire (le local n’étant pas relié à l’électricité), mais il fut volé à deux reprises. Au final, nous avions opté pour une mesure plus simple et économique : installer une ouverture au plafond. Richard, un bricoleur du coin, nous avait alors gentiment aidé. Nous avions néanmoins dû payer la fenêtre de toit (environ 150 €).

4 [Note de Benjamin Grassineau] La participothèque est un outil convivial que nous avions commencé à développer avec l’association GratiLib dès nos premières actions au Café Citoyen en 2010. un portail numérique fut ensuite développé dès 2011 sur le site nonmarchand.org pour recueillir les propositions (GratiFaire). Mais il n’eut guère de succès et la centralisation des informations dans un lieu dédié à la promotion et à la mise en relation des personnes via des échanges non-marchands nous est apparu davantage significative (bien que l’une n’empêche pas l’autre). L’expérience ne fut guère concluante à la maison non-marchande de Puivert et elle végéta. En revanche, elle rencontra davantage d’adeptes à la gratuiterie de Limoux (2019) sous la forme de ce que nous avions appelé une réseauthèque (avec également des affaires à prêter ou donner de chez soi). Peut-être parce qu’entre temps, l’idée avait suivi son chemin dans les représentations collectives. Le terme de participothèque est emprunté à un dispositif assez récent et quelque peu différent car il répertorie essentiellement des propositions d’activités payantes et gratuites, que j’ai pu observer à la médiathèque José Cabanis de Toulouse. Il m’a semblé plus parlant dans le contexte du Boomerang. Le principe est simple. Un tableau, un cahier, répertorie les activités que les personnes souhaitent réaliser gratuitement. En sachant qu’ils peuvent le faire sous la forme d’un service qu’ils souhaitent recevoir ou donner, ou d’une activité qu’ils souhaitent réaliser à plusieurs. Ils peuvent laisser leur contact et l’endroit plus ou moins approximatif où ils souhaitent la réaliser. La centralisation de l’information (pour des activités décentralisées…) a l’avantage de permettre de consulter rapidement le listing.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search