Développement endogène et espaces de gratuité

Le projet Lignes de crête développe une recherche-action avec l’APSAJ, CEDREA, GratiLib et l’IRTS Paris.

Il s’inscrit dans une problématique axée autour de trois questions principales :

  • Le rapport entre l’économie du gratuit, notamment celle qui se construit autour d’échanges non-conditionnels, et le travail social, plus précisément, le travail de prévention spécialisée.
  • La compréhension et l’étude des attitudes et des flux d’objets qui transitent via les espaces de gratuité ainsi que d’autres réseaux de dons.
  • Le développement d’organisations apprenantes via une recherche citoyenne où les acteurs-chercheurs participent directement à la construction des outils de recherche pour développer une meilleure compréhension de leur environnement.

Mû par ces trois objectifs, ce projet de recherche-action participative vise à mobiliser des acteurs-chercheurs dans la mise en place et la maintenance d’un dispositif d’interconnexion territoriale, prenant la forme d’un espace de gratuité mobile géré par les habitants. Comment les habitants, en particulier les jeunes, issus de quartiers frappés par des phénomènes de précarité, de territorialisation et de violence structurelles, vont-ils s’en saisir pour mobiliser et potentialiser des ressources endogènes à leur territoire afin de lutter contre ces phénomènes ?

La rupture, le breaching provoqué par la pratique de la gratuité, peuvent-ils produire une démarche auto-réflexive pour ces jeunes enfermés dans des spirales de violence ? Quel impact cela peut-il avoir sur des indicateurs économiques et sociaux plus globaux ? Et, dans le cadre d’une démarche réflexive, sur la prévention spécialisée et d’autres institutions de régulation sociale ?

Le champ de recherche s’étend également à l’observation et à l’analyse socio-économique et anthropologique des espaces de gratuité dans une approche comparative.

Le présent carnet de recherche permet aux acteurs-chercheurs de structurer et communiquer leurs différentes observations et de mémoriser les différentes étapes de l’évolution de la recherche-action. Il s’agit également d’un outil de communication dirigé vers l’extérieur permettant aux chercheurs intéressés de suivre l’évolution de la recherche-action.

Prochaine réunion Lignes de Crête le 06 mai 2022

Date : 6 mai 2022 de 14h à 18h
Lieu : Dans les locaux de l’IRTS Parmentier salle E21 (escalier C)
145 av. Parmentier (Paris 11)
M° Goncourt (ligne 11)

 

La prochaine réunion du laboratoire de recherche Lignes de Crête qui se tiendra le 06 mai 2022 de 14h à 18h dans les locaux de l’IRTS Parmentier.

Nous réfléchirons autour de l’ordre du jour suivant :

    • Présentation de la démarche de recherche action par Michel Liu
    • Présentation de la recherche action sur la spirale de la violence (équipe des éducateurs-chercheurs)
    • Présentation du projet de recherche de Charles Péchon

Ci-joint des documents qui accompagneront les réflexions.

 
 
 
 

Si vous souhaitez y participer ou participer à une prochaine réunion, veuillez contacter au préalable Tahar Bouhouia.

Les « espaces de gratuité » comme réponse de l’action sociale aux effets du milieu technique et de l’économie marchande sur l’intégration sociale

Projet de thèse proposé par Charles Péchon et actuellement en cours de validation.

***

Sommaire

Introduction : la confrontation d’un type d’action sociale spécifique et de différents champs de recherche

1. Présentation du champ de recherche et problématisation : le contexte technique et économique des phénomènes de marginalisation pour concevoir un nouveau type d’action sociale

a) Les effets sur l’intégration sociale du milieu technique et de l’économie marchande

Problématique

b) Les espaces de gratuité comme outils conviviaux pour un nouveau type d’action sociale

2. Méthodologie et calendrier prévisionnel

a) Démarche méthodologique

b) Calendrier prévisionnel

L3. Bibliographie

***

Introduction : la confrontation d’un type d’action sociale spécifique et de différents champs de recherche

L’idée principale de cette recherche est d’analyser le contexte de production des obstacles à l’intégration sociale afin d’envisager un type d’action nouveau. Plus précisément, ce contexte sera caractérisé par l’imbrication entre des dimensions sociales, techniques et économiques qui impliquent des modifications du lien social : cela impacte les processus d’intégration et génère des écarts par rapport aux normes. Si les différents aspects du contexte s’avèrent pertinents pour apporter un éclairage nouveau de ces obstacles, alors cela permettra de penser un type d’action sociale qui en tiendrait compte. Celui-ci pourrait en outre correspondre aux « espaces de gratuité » qui, bien qu’encore assez rares en France, se développent de plus en plus1.

Afin de préciser le cadre théorique qui autorisera l’analyse de terrain, il convient de présenter d’abord le contexte technique et économique dans lequel apparaissent les obstacles à l’intégration sociale ( Partie 1 ) puis d’envisager ensuite la démarche méthodologique de recueil des données empiriques, qui s’accompagnera d’un calendrier prévisionnel ( Partie 2 ).

  1. Présentation du champ de recherche et problématisation : le contexte technique et économique des phénomènes de marginalisation pour concevoir un nouveau type d’action sociale

Questionner le contexte dans lequel a lieu, ou pas, l’intégration sociale renvoie aux phénomènes de marginalisation et d’exclusion relevant de la catégorie plus générale de la déviance. Ces situations apparaissent liées à un certaines évolutions sociales. Il s’agit du développement du « milieu technique » et de celui de l’économie marchande, car ils produisent des effets spécifiques sur les processus d’intégration ( a ). En tenir compte permet d’envisager un type d’action sociale particulier, pensé autour des notions d’économie non-marchande et non-monétaire et d’outil convivial, car celles-ci ont été construites comme des réponses possibles aux effets de ce contexte ( b ).

    1. Les effets sur l’intégration sociale du milieu technique et de l’économie marchande

Les écarts par rapport à la norme ont constitué un objet privilégié d’étude depuis la naissance de la sociologie. À partir des années 1960 un courant de recherche se constitue autour des phénomènes de déviance. Cependant les définitions de ce terme diffèrent ensuite selon les auteurs, en fonction des paradigmes utilisés, des théories de l’action, de la conception de la conformité, etc. ( Ogien, 2012 ). Malgré la complémentarité qui peut ressortir de l’ensemble des études ( Pereti-Watel, 2001 ), le terme de déviance demeure problématique car il désigne un ensemble hétérogène de phénomènes ( Ellul, 2013 ). Il s’avérera tout de même utile de mobiliser les recherches portant sur ce concept, mais il conviendra aussi d’envisager des termes plus précis pour caractériser la réalité sociale étudiée. Ceux d’exclusion et de marginalisation apparaissent alors plus scientifiquement délimitables. En effet, bien qu’eux aussi renvoient à des phénomènes parfois différents, leur emploi reste plus précis ( Damon, 2014 ; Castel, 2009 ). Ainsi il s’agira de mobiliser aussi et surtout les études portant sur ces deux objets. Un élément central de celles-ci est d’insister sur l’importance de l’intégration sociale. En effet dans le contexte de production des phénomènes de marginalisation et d’exclusion, des groupes d’individus rencontrent de plus en plus de difficultés d’intégration. Cela « menace la société d’une fragmentation » ( Castel, 1995, p. 477 ), constat partagé par une majorité de chercheurs, bien qu’en des termes différents ( Ellul, 2013 ). Se produisent en effet, de plus en plus, des « troubles dans l’ordre de l’interaction » ( Ogien, 2012, p. 9 ). Par rapport à un ensemble de normes, les phénomènes de marginalisation et d’exclusion peuvent être représentés comme un « continuum » allant du centre vers la périphérie ( Castel, 2009 ), c’est pourquoi il semble pertinent de mieux « articuler les notions de centre et de marge » ( Godrie, Fournier et Mcall, 2017 ). C’est-à-dire que la marginalisation correspond à un processus plus ou moins marqué de déplacement vers la périphérie, qui peut conduire jusqu’à l’exclusion. Les individus et groupes marginalisés rencontrent des difficultés d’intégration, c’est-à-dire des obstacles à la construction d’un sujet autonome capable de tisser des liens sociaux.

Or ce qui permet la cohésion sociale est lié à une société spécifique, c’est-à-dire à des structures sociales et à une vision du social particulières ( Becker, 2020 ; Bouhouia, 2017 ; Damon, 2014 ; Ogien, 2012 ; Castel 2009 ; Cérézuelle, 1996 ; Ellul, 1985 ; Basaglia, 1970 ; Merton, 1970 ; Szabo, 1970 ). Il convient donc d’analyser ces phénomènes en lien avec leur contexte. Celui-ci peut être utilement caractérisé par le développement d’un « milieu technique »2 ( Dubey, Gras, 2021 ; Mumford, 2015 ; Ellul, 2008 ; Gras, 2003 ; Hottois, 1984 ; Szabo, 1970 ; Friedmann, 1966 ) et par celui de l’économie marchande ( Cérézuelle, 2021 ; Laville, 2006 ; Caillé, 2007 ; Roustang et al., 2000 ; Cérézuelle, 1996 ; Verschave, 1994 ).

En effet, les analyses du développement technique et de l’économie marchande ont mis en évidence leurs impacts sur la construction d’un individu capable de s’insérer dans un groupe social. De manière générale cette capacité repose sur l’existence et la transmission « de systèmes symboliques très complexes et cohérents, opérant à des niveaux très divers d’interactivité » ( Cérézuelle, 2021, p. 210 ). Cet ensemble symbolique est en outre caractérisé par l’imbrication des dimensions sociales, techniques et économiques. Il se construit sur le temps long et se transmet au niveau « des mœurs et de la vie quotidienne » ( Cérézuelle, 1996, p. 186 ). Or ce socle indispensable subit des altérations liées au « milieu technique » ( Ellul, 2012, p. 40 ) ou « technocosme » ( Hottois, 1984, p. 63 ) – les techniques sont des faits sociaux ( Gras, 1997 ) – et au secteur économique. Le milieu technique exige en effet une adaptation de tous ( Mumford, 2008 ) et modifie certains aspects du lien social : par exemple le changement technique a tendance à rendre le corps obsolète, ce qui « affaiblît la constance de la personnalité » et peut « augmenter le mal-être » ( Le Breton, 2013, p. 21 ). De même les espaces de socialisation apparaissent menacés par le développement des techniques numériques ( Dubey, Gras, 2021 ), la numérisation du travail peut entraîner certains risques psycho-sociaux ( Dubey, Gras, 2021 ) ou encore l’attachement affectif donné à certains objets techniques peut représenter « une perte de familiarité avec le vivant »3. En effet « l’emprise progressive du milieu technique sur le milieu naturel à l’échelle mondiale, crée un nouveau milieu physico-psycho-socio-culturel au sein duquel le processus de socialisation se heurte à des obstacles nouveaux » ( Szabo, 1970, p. 194 ). Ainsi, l’émergence et le développement d’un milieu technique signifie concrètement que les individus vivent dans un milieu produit par un ensemble de techniques, inscrites dans des structures globales désignées par le terme de « macro-système technique » ( Gras, 1997 ). Ce milieu implique un rapport au monde nouveau qui disqualifie les conceptions de l’homme héritées de l’humanisme et de la philosophie ( Hottois, 1984 ) et modifie de façon globale et en profondeur les rapports sociaux. Il est donc pertinent de contextualiser les phénomènes de marginalisation grâce au concept de milieu technique.

D’un autre côté, le développement de l’économie marchande influe aussi sur les conditions nécessaires à l’intégration sociale. Même si le salariat, c’est-à-dire l’économie marchande, a joué un rôle intégrateur jusqu’aux années 1980 ( Barel, 1990 ), il est apparu, avec par exemple l’augmentation du chômage, que l’intégration ne pouvait plus reposer essentiellement sur cet élément. De plus, l’insertion dans un ordre social, quelle que soit la période historique considérée, s’est effectuée à travers l’existence d’une économie non-marchande et non-monétaire, où le don avait une importance considérable ( Cérézuelle, 2021 ; Caillé, 2007 ; Verschave, 1994 ). La notion d’ « économie plurielle » rend compte de la multiplicité des pôles économiques qui ont existé historiquement et qui se sont avérés nécessaires à la cohésion sociale ( Laville, 2006 ). Or le pôle économique caractérisé par les échanges non-marchands et non-monétaires, c’est-à-dire l’ « économie du rez-de-chaussé » (Cérézuelle, 2021 ) ou encore l’« économie première » ( Caillé, 2007 ), semble menacé par le développement de l’économie marchande4. En effet les situations marginales sont liées à des « restructurations de l’appareil productif » ( Cérézuelle, 1996, p. 22 ) et aux évolutions du système économique ( Castel, 2009 ; Roustang et al., 2000 ). Ces évolutions diminuent le rôle intégrateur du salariat d’une part, mais disqualifient aussi la production et les échanges domestiques et communautaires centrés sur le don, d’autre part. Ces derniers, en grande partie non-marchands et non-monétaires, sont non seulement remis en cause par le développement du pôle économique marchand, mais aussi par le développement technique : « tout un ensemble d’évolutions, liées à la modernisation, qui favorisent la montée de l’exclusion » ( Cérézuelle, 1996, p. 33 ). En effet « le changement technique favorise donc une érosion du capital symbolique qui permet aux individus de se construire comme sujets autonomes et responsables, capables d’entrer dans une relation quotidienne maîtrisée et constructive avec leur environnement social, technique et naturel » ( Cérézuelle, 2021, p. 222 ).

Ainsi les phénomènes de marginalisation qui peuvent conduire jusqu’à l’exclusion sont éclairés par les aspects techniques et économiques de leur contexte de production. En présence de ce constat, l’hypothèse est qu’il convient d’analyser un type d’action sociale qui tiendrait explicitement compte de ces conséquences. En particulier, les « espaces de gratuité » élaborés à partir de la notion d’ « outil convivial » paraissent représenter des exemples permettant de tester l’hypothèse formulée. Cela s’inscrit par ailleurs dans une démarche réflexive sur les pratiques de l’action sociale, qui correspond à une nécessité politique, sociale et professionnelle inhérente au travail social. Le travail de recherche pourra alors être mené à partir de la problématique suivante :

Problématique :

En quoi un « espace de gratuité » conçu comme un « outil convivial » permettrait d’agir sur les phénomènes de marginalisation dans un contexte de développement technique et économique ?
    1. Les espaces de gratuité comme outils conviviaux pour un nouveau type d’action sociale

Le travail social en général et en particulier la prévention spécialisée5 sont continuellement confrontés à des évolutions sociétales et aux transformations des modalités de mise en place des dispositifs d’action sociale ( Godrie, Fournier, Mcall, 2017, Bouhouia, 2017 ). Ainsi il s’agit de penser le rôle de l’intervention sociale en lien avec les enjeux contemporains afin d’adapter les dispositifs à un contexte en évolution rapide. Or certaines analyses de ces dispositifs mettent en évidence la vision « économiciste » et « techniciste » qui prévaut dans leur élaboration et leur mise en place, ce qui limite leur efficacité ( Bouhouia, 2017 ; Ellul, 2013 ; Roustang et al., 2000 ; Cérézuelle, 1996 ; Castel, 1995 ). C’est pourquoi le projet de thèse entend justement analyser ce contexte pour concevoir et analyser un type nouveau d’action sociale. Pour cela il convient d’envisager en quoi un « espace de gratuité » peut tenir compte des aspects mis en avant dans la partie précédente. L’ « espace de gratuité mobile » conçu par l’APSAJ6 relève du pôle économique non-marchand et non-monétaire et a été élaboré explicitement à partir de la notion d’outil convivial d’ I. Illich7, ce qui peut être mis en lien avec les obstacles à l’intégration sociale. Il sera donc pris comme exemple ici, même si d’autres espaces de gratuité seront étudiés dans le cadre de la thèse8. Tout d’abord la forme économique non-marchande et non-monétaire de ce dispositif apparaît clairement. Il s’agit d’un espace de gratuité mobile9, circulant à des endroits et dates prévus, dans le XIXème et le XVIIIème arrondissement de Paris. Le matériel ( par exemple tables, barnums, objets issus des dons ) nécessaire à son installation est contenu dans un camion. Le fonctionnement de cet espace est simple : ouvert à tous, il permet d’échanger gratuitement et sans contrepartie tout type d’objet de taille modérée ( jouets, livres, CD, DVD, etc. ) et de proposer des activités ( danse, musique, lecture, etc. ). Les objets disponibles proviennent des dons et les activités sont gratuites. Ce dispositif représente donc une forme économique caractéristique de l’ « économie du rez-de-chaussée », repérée comme essentielle dans les processus d’intégration. En effet la crise de l’intégration sociale « appelle donc de nouvelles articulations entre les activités économiques marchandes et non marchandes, formelles et informelles, monétaires et non monétaires, ainsi qu’avec les autres activités sociales » ( Cérézuelle, 1996, p. 201 ). De même, « pour rétablir la cohésion sociale, il faut faire appel à des solutions radicalement nouvelles et notamment rechercher une nouvelle articulation entre les différents pôles de l’économie. Les avantages à en attendre sont multiples : l’intégration sociale de tous dans une activité productive, l’amélioration du mode de vie, le développement des potentialités de création au niveau individuel et au niveau des territoires » ( Roustang et al., 2000, p. 69 ). Il s’agira donc d’envisager les espaces de gratuité dans une telle perspective.

C’est ensuite le caractère d’ « outil convivial » qui permet de tenir compte des conséquences sociales du milieu technique. En effet, la convivialité consiste par exemple à « substituer à une valeur technique une valeur éthique » ( Illich, 2014, p. 28 ). Il s’agit notamment de ne pas négliger l’impact social de ce milieu afin de construire des « outils conviviaux » qui sont définis par le fait que « chacun peut l’utiliser, sans difficulté, aussi souvent ou aussi rarement qu’il le désire, à des fins qu’il détermine lui-même. » ( Illich, 2014, p. 45 ). L’espace de gratuité comme outil convivial autorise donc une utilisation selon de multiples finalités : il peut à la fois représenter un espace de socialisation et de solidarité, mais aussi un lieu d’accès à certaines ressources ou encore un moyen d’échanger des savoir-faire. En outre il constitue une médiation sociale qui s’écarte des médiations relevant du milieu technique ( par exemple les outils numériques, dont certains usages peuvent représenter des obstacles à l’intégration ). Il peut être dans une certaine mesure considéré comme « low-tech », c’est-à-dire qu’il questionne la place des techniques dans un milieu donné. Enfin, l’outil convivial ne relève pas des « macro-systèmes techniques » qui caractérisent le milieu technique dans le sens où il ne s’inscrit pas dans la culture, la vision du monde et le système de valeurs qui ont déterminé le développement de ces derniers ( Gras, 1997, p. 12 ).

  1. Méthodologie et calendrier prévisionnel

Pour aborder les différents aspects du projet de recherche, la méthodologie peut être présentée en trois parties ( a ) bien qu’il faille garder à l’esprit l’imbrication forte des multiples dimensions de la vie sociale. En effet ces trois parties correspondent à plusieurs aspects à étudier en même temps, même si il conviendra d’établir des priorités dans le temps ( b ).

    1. Démarche méthodologique

La méthodologie doit permettre de saisir les principaux éléments du projet. Tout d’abord une analyse de la littérature scientifique portant sur les phénomènes de marginalisation et sur l’intégration sociale couplée à celle concernant les aspects sociaux du milieu technique et du secteur économique. Ensuite une étude de terrain sur les phénomènes de marginalisation et sur l’intégration sociale. Enfin une étude terrain sur les espaces de gratuité

Analyse de la littérature scientifique

Dans cette partie il s’agira d’approfondir les relations entre l’intégration sociale, la marginalisation10, le milieu technique et le secteur économique. C’est-à-dire, d’abord, mener une recherche bibliographique sur l’ensemble des phénomènes relevant de la déviance, en ciblant plus précisément celles concernant les situations de marginalisation et d’exclusion. Cela permettra de mieux cerner le type d’individu désigné par ces termes et de repérer les obstacles à l’intégration sociale mis en avant par les chercheurs. Dans un second temps, il conviendra de rassembler les publications sur les conséquences sociales et institutionnelles du milieu technique et du secteur économique. Cela servira à croiser les conclusions des différents champs de recherche afin de repérer les principaux liens que ces phénomènes entretiennent. Ceux-ci constitueront alors des repères théoriques pour la suite du travail : c’est en effet ce qui déterminera en partie le type de données qui devra être recueilli dans la partie empirique. Enfin, cette partie théorique devra être poursuivie tout au long de la partie empirique car elles s’informent mutuellement.

Étude de terrain sur la marginalisation

Les relations théoriques entre la marginalisation, le milieu technique et l’économie qui auront été sélectionnées permettront de savoir ce qui devra être recherché sur le terrain : ces relations peuvent-elles être observées dans la réalité ? Le recueil de données empiriques s’effectuera principalement sur le territoire relevant de la compétence de l’association de prévention spécialisée au sein de laquelle la thèse sera réalisée. Pour cela, trois moyens seront privilégiés11. D’abord une description des différents aspects du territoire : population qui y vit, population considérée comme déviante ou marginale, dispositifs institutionnels et associatifs visant à agir sur ces situations, histoire sociale du territoire, caractéristiques économiques du territoire et de sa population, etc. Ensuite il s’agira de mener une enquête ethnographique sur certains individus12 pouvant être considérés comme marginaux. Les différentes actions de l’association permettront en partie de savoir quelles personnes correspondent au type visé et d’entrer plus facilement en contact. Concrètement il sera nécessaire de passer du temps avec elles, afin de décrire et d’analyser, le plus finement possible, la façon dont elles vivent, les représentations qu’elles ont d’eux-mêmes, du territoire, des dispositifs d’aide sociale, etc. Enfin, il conviendra de mener des entretiens semi-directifs avec ces jeunes et certaines personnes plus âgées en situation de marginalité13. En partie directifs afin de pouvoir questionner, dans leur expérience, les éléments qui auront été relevés dans la partie théorique, en partie libres afin de laisser place aux aspects qui n’auraient pas été envisagés. Enfin, l’ensemble des éléments recueillis dans cette partie devra toujours être mis en relation avec la partie théorique.

Étude de terrain sur les espaces de gratuité

Les espaces conviviaux de gratuité seront envisagés comme des dispositifs en « rupture » avec les caractères du milieu technique et du secteur économique qui peuvent représenter des obstacles à l’intégration sociale : dans quelle mesure et comment un espace de gratuité conçu comme outil convivial peut-il agir sur le contexte de production des situations marginales ? Pour répondre à cette question, la construction d’un modèle théorique d’espace convivial de gratuité s’avérera pertinente, de manière qu’il représente bien l’alternative recherchée.

Différents lieux de ce type ont été mis en place en France14, bien qu’il n’existe pas pour le moment de répertoire complet permettant de les dénombrer. Un première carte accessible gratuitement a été réalisée par l’association « Gratilib » au début des années 2010, reprise ensuite par quelques chercheurs du CNAM à la fin des années 2010, mais qui n’a pas été publiée. En effet, l’accélération de la création de ce type d’espace n’a pas encore été traitée de manière systématique. Néanmoins, Mr. Grassineau, membre de l’équipe d’éducateurs que j’intégrerai est aussi le fondateur de Gratilib et a donc une connaissance large de ce mouvement, grâce à son activité associative et de recherche portant sur la gratuité. Il m’apportera donc une aide précieuse dans cette partie du travail.

En effet il s’agira de comparer plusieurs espaces entre eux, pour ensuite évaluer les impacts sociaux de ces derniers selon leur plus ou moins grande proximité avec le modèle. Pour établir ce dernier, il faudra se demander en premier lieu ce que précisément l’outil convivial représente par rapport au milieu technique et dans quelle mesure est-il une alternative aux médiations techniques ? Ensuite dans quelles conditions un espace de gratuité corresLa troisième année sera consacrée principalement à la rédaction de la thèse. Néanmoins un temps sera nécessaire pour poursuivre et terminer les enquêtes de terrain commencées l’année précédente. pond-il à un outil convivial ? Une fois le modèle obtenu, il s’agira de sélectionner quelques espaces en les contextualisant : sur quel type de territoire sont-ils implantés ? Une fois ces derniers mis en lien avec leur environnement, il conviendra de voir, concrètement, ce qu’ils permettent ou non, ce qu’ils favorisent, au niveau des différents aspects des processus d’intégration sociale analysés au préalable comme liés au milieu technique. À partir de la définition de l’intégration sociale permise par les deux premières parties de la méthodologie, l’analyse de l’impact d’un espace de gratuité sur les divers aspects des processus d’intégration pourra être menée. Pour cela une série d’entretiens semi-directifs permettra de questionner les usagers de ces espaces, dans le but d’en repérer l’utilité par rapport aux obstacles à l’intégration et explorer les autres possibilités ouvertes par ce type convivial d’échange non-marchand et non-monétaire. Par ailleurs, il s’agira aussi de s’intéresser aux dimensions sociales du don, celui-ci étant partie intégrante du type d’échange faisant l’objet de l’analyse. Parmi les espaces de gratuité qui seront choisis, celui mis en place par l’association de prévention sera privilégié comme terrain d’étude car il se situe sur un territoire qui aura été analysé plus qu’un autre et qui rencontre des problématiques marquées par la marginalisation et l’exclusion. De plus, celui-ci a été explicitement conçu comme « outil convivial » : il correspond donc le mieux aux objectifs de la recherche. En outre, il a été pensé pour analyser la spirale de la violence dans plusieurs quartiers du XIXème et du XVIIIème arrondissement de Paris et pour modifier certaines dynamiques sociales qui contribuent à alimenter des rivalités entre quartiers. Il a donc été élaboré pour agir sur certaines formes de marginalité. Enfin, c’est à cet endroit que le contact avec des groupes marginalisés pourra être le plus facilement établi, du fait de l’expérience des éducateurs de rue et de ma présence prolongée sur le territoire.

    1. Calendrier prévisionnel

Le calendrier prévisionnel est établi afin d’avoir une certaine vue d’ensemble dans le temps des étapes à suivre. Il pourra subir néanmoins quelques modifications en fonction du déroulement de la recherche.

Première année 

Il s’agira principalement, au début de ce travail, de mener l’analyse de la littérature scientifique évoquée dans la partie précédente15. En effet cette première étape correspond à l’affinage des concepts par la critique. De manière générale l’intégration sociale, la marginalisation et les conséquences sociales du développement du milieu technique et de l’économie marchande seront questionnés grâce à la sélection des études portant sur ces thèmes. Des recherches sur les espaces de gratuité seront aussi menées, en développant notamment des contacts avec des personnes impliquées dans ces initiatives. Ce premier volet de la recherche amènera alors à écrire une synthèse théorique des éléments qui auront été repérés dans l’analyse et permettra aussi de préciser la méthodologie, notamment les éléments empiriques qui devront être recueillis. Néanmoins durant cette première année l’étude de terrain sera aussi entamée : l’espace de gratuité mobile est mis en place depuis plusieurs mois et j’y participe déjà activement, c’est pourquoi il conviendra de continuer à suivre son évolution, par exemple en poursuivant la rédaction des comptes-rendus des sorties ( cela s’effectuera d’ailleurs tout au long de la thèse étant donné que les impacts d’une telle action se perçoivent sur un temps relativement long ). Enfin, je participerai aussi à d’autres actions éducatives de l’association afin d’entrer en contact le plus tôt possible avec les personnes qu’il conviendra d’interroger plus tard. Recueillir les différents aspects qui caractérisent le terrain de l’association sera aussi une activité de recherche qui débutera lors de cette première année.

Deuxième année

Il conviendra en premier lieu de rédiger un rapport d’étape faisant le bilan de la première année de recherche. Ensuite, l’analyse de la littérature scientifique passera au second plan, de manière qu’il soit possible de se concentrer le plus possible à l’étude de terrain. Le territoire sera alors bien mieux connu et les entretiens pourront être préparés afin d’interroger, au cours de l’année, les personnes considérées comme marginales, ayant été repérées au cours de l’année précédente à travers ma participation aux actions de l’APSAJ. Le modèle théorique de l’espace convivial de gratuité devra aussi être construit. Après avoir progressé dans ces directions, il s’agira de se rendre dans différents espaces de gratuité pour comparer leurs impacts, à travers une analyse de leur fonctionnement et de leurs objectifs. Des entretiens avec les usagers seront aussi effectués. Cette seconde année permettra donc de tester la méthodologie et d’évaluer sa pertinence par rapport aux objectifs de la recherche et par rapport aux éléments théoriques. Des rectifications pourront être apportées si nécessaire, au niveau des concepts et de la méthode. Un rapport d’étape pourra alors être rédigé.

Troisième année

La troisième année sera consacrée principalement à la rédaction de la thèse. Néanmoins un temps sera nécessaire pour poursuivre et terminer les enquêtes de terrain commencées l’année précédente.

  1. Bibliographie

Ouvrages

  • Basaglia. F, La majorité déviante, Paris, 10/18, 1976
  • Becker. H.-S, Outsiders, Paris, Métailié, 2021
  • Bouhouia. T, La contre-productivité des institutions socio-éducatives. De l’émancipation à l’assignation, Paris, L’Harmattan, 2015
  • Bouhouia. T, Le « refus de relation » un problème pour notre société. Les contradictions des organisations à visée émancipatrices, Paris, L’Harmattan, 2017hristophe
  • Caillé. A, Anthropologie du don, Paris, La Découverte, 2007
  • Castel. R, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard, 1995
  • Castel. R, La montée des incertitudes, Paris, Seuil, 2009
  • Cérézuelle. D, Pour un autre développement social, Paris, Desclée de Brouwer, 1996
  • Cérézuelle. D, La technique et la chair, Paris, L’échappée, 2021
  • Chesneaux. J, De la modernité, Paris, La Découverte, 1983
  • Damon. J, L’exclusion, Paris, P.U.F, 2014
  • Dubey. G, Gras. A, La servitude électrique, Paris, Seuil, 2021
  • De Rougemont. D, L’avenir est notre affaire, Paris, Stock, 1977
  • Durkheim. E, De la division du travail social, Paris, P.U.F, 2011
  • Ellul. J, La technique ou l’enjeu du siècle, Paris, Economica, 2008
  • Ellul. J, Le système technicien, Paris, Le cherche-midi, 2012
  • Ellul. J, Déviance et déviants, Toulouse, érès, 2013
  • Ellul. J, Charrier. Y, Jeunesse délinquante, des blousons noirs aux hippies, Nantes, Éditions de l’AREFPPI, 1985
  • Ellul. J, Le bluff technologique, Paris, Hachette, 1988
  • Friedmann. G, 7 études sur l’Homme et la technique, Paris, Société nouvelle des éditions Gonthier, 1966
  • Friedmann. G, Où va le travail humain ?, Paris, Gallimard, 1963
  • Gras. A, La fragilité de la puissance, Paris, Fayard, 2003
  • Gras. A, Les macro-systèmes techniques, Paris, P.U.F, 1997
  • Gras. A, Poirot-Delpech. S, Grandeurs et dépendance, sociologie des macro-systèmes techniques, Paris, P.U.F, 1993
  • Hottois. G, Simondon et la philosophie de la « culture technique », Bruxelles, De Boeck, 1993
  • Hottois. G, Le signe et la technique, Paris, Aubier, 1984
  • Illich. I, La convivialité, Paris, Seuil, 1973
  • Jarrige. F, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014
  • Latour. B, Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992
  • Latour. B, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988
  • Laville. J.-L. et al., Vers un nouveau contrat social, Paris, Desclée de Brouwer, 2000
  • Laville. J.-L., Cattani. A.D., Dictionnaire de l’autre économie, Paris, Gallimard, 2006
  • Le Breton. D, L’adieu au corps, Paris, Métailié, 2013
  • Maisonneuve. J, « Chapitre II. Le problème de la cohésion. Conformisme et déviance », Jean Maisonneuve éd., La dynamique des groupes, Paris, P.U.F, 2018
  • Mattelart. A, Vitalis. A, Le profilage des populations, Paris, La Découverte, 2014
  • Mumford. L, Technique et civilisation, Paris, Éditions Parenthèses, 2015
  • Mumford. L, Les transformations de l’homme, Paris, Encyclopédie des nuisances, 2008
  • Ogien. A, Sociologie de la déviance, Paris, P.U.F, 2012
  • Rey. O, Leurre et malheur du transhumanisme, Paris, Desclée de Brouwer, 2020
  • Richta. R, La civilisation au carrefour, Paris, Éditions Anthropos, 1969
  • Simondon. G, Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2012
  • Szabo. D, Déviance et criminalité, Paris, Armand Colin, 1970
  • Wright Mills. C, L’imagination sociologique, Paris, La Découverte, 2006

Articles

 

  • Bétin. C et al., « Sécurité, vidéosurveillance et construction de la déviance : l’exemple du centre ville de Lyon », Déviance et société, vol.27, n°1, 2003, pp. 3-24
  • Bucolo. E, « Les gratiferias, des initiatives de réemploi et de consommation alternatives », Terrains et Travaux, 2017/2, n°31, pp. 109-128
  • Cérézuelle. D, « Une nouvelle théodicée ? Remarques sur la sociologie des techniques de Bruno Latour », Revue du MAUSS, vol. 54, no. 2, 2019, pp. 367-393
  • Dubey. G ( 2018 ). « Chapitre 1. Approche sociologique. Technocare : un enfer pavé de bonnes intentions ? » in Hélène Prévôt-Huille éd. « L’avenir des Silver Tech : conception, usage, évaluation », pp. 27-42, Rennes, Presses de l’EHESP.
  • Dubey. G, « Les relations sociales à l’aune de la réalité virtuelle », Quaderni, 1996, n°28, pp.37-46
  • Godrie. B et al., « Repenser la marginalité sociale », Sciences et actions sociales, 2017/2, n°7, pp. 24-43
  • Groenemeyer. A, « La normativité à l’épreuve. Changement social, transformation institutionnelle et interrogation sur l’usage du concept de déviance », Déviance et société, vol.31, n°4, 2007, pp. 421-444
  • Macilotti. G et al., « Normes, déviances et nouvelles technologies : entre régulation, protection et contrôle », Sciences et actions sociales, 2019/2, n°12, pp. 1-9
  • Merton. R-K, « Structure sociale, anomie et déviance », in Szabo. D, Déviance et criminalité, Paris, Armand Colin, 1970, p. 132
  • Mezena. S et al., « Faire vivre et sentir les risques pour les transformer », Sciences et actions sociales, 2019/2, n°12, pp. 112-141
  • Ogien. A, « La formulation du jugement de déviance. De la théorie de la désignation à la sociologie cognitive », Déviance et société, 2020/2, vol.44, pp. 233-248
  • Peretti-Watel. P, « théories de la déviance et délinquance auto-reportée en milieu scolaire », Déviance et société, Vol.25, n°3, 2001, pp. 235-256
  • Pourtau. L, « La subculture technoïde, entre déviance et rupture du pacte hobbésien », Société, vol.n°90, n°.4, 2005, pp. 71-87
  • Stern. M, « Le reggae, remède contre la marginalisation ? Construction de la jeunesse urbaine à travers la musique ( Port-Vila ) », Journal de la Société des Océanistes, 144-145/2017, pp. 117-130
  • Szabo. D, « Urbanisation et criminalité » in Szabo. D, « Déviance et criminalité », Paris, Armand Colin, 197

Notes

1 Comme en témoigne cet article : Bucolo. E, « Les gratiferias, des initiatives de réemploi et de consommation alternatives », Terrains et Travaux, 2017/2, n°31, pp. 109-128

De manière générale, les espaces de gratuité sont créés par des associations, par exemple celle nommée « Gratilib » qui existe depuis 2010. C’est aussi le cas de l’association dans laquelle se déroulera le travail de recherche, mais il s’agit d’un cas particulier et original étant donné son objectif social de prévention.

2 Les termes varient selon les auteurs, tous ne parlent pas de « milieu technique ». Cependant ce terme semble être, à ce stade, le plus utile pour présenter le projet en général. Il s’agira en effet d’analyser ensuite, au cours de la thèse, les intérêts et les limites des différents concepts utilisés pour penser le rôle des techniques dans la société contemporaine.

3 Turkle. S, citée dans Dubey, Gras, 2021, p. 290

4 Il ne s’agit d’opposer ces deux pôles mais de montrer que l’existence du pôle non-marchand et non-monétaire, dans lequel les dimensions sociales, techniques et économiques sont fortement imbriquées, est essentiel pour le développement et la transmission d’un ensemble symbolique et pratique nécessaire à l’intégration sociale.

5 D’abord créée par des particuliers, de manière relativement informelle, à partir des années 1950, la prévention spécialisée s’institutionnalise le 4 Juillet 1972 avec le décret « club et équipes de prévention ». Certains principes guident l’action des éducateurs depuis le départ, notamment l’absence de mandat nominatif, la libre adhésion et le respect de l’anonymat. Il s’agit en outre d’agir, sur un territoire, de façon globale afin de prendre en compte le contexte général des phénomènes à prévenir.

6 En partenariat avec l’association Gratilib, le CEDREA, l’ IRTS Paris Parmentier et le LISRA.

7 Cette notion est développé dans Illich. I, « La convivialité », Paris, Seuil, 2014

8 Cela sera évoqué dans la partie « méthodologie ».

9 Les détails de son fonctionnement, les comptes-rendus de ses sorties et les réflexions dont il fait l’objet sont notamment publiés sur ce site : https://edgmobile.hypotheses.org/

10 À cet effet, l’aide qu’apportera le responsable scientifique au sein de l’ APSAJ, Mr. Bouhouia, grâce à son expérience dans le domaine de la prévention spécialisée depuis plusieurs dizaines d’années et à son travail de recherche portant sur les relations entre les jeunes marginaux et les institutions socio-éducatives, s’avérera très utile.

11 Cela s’effectuera avec l’aide de l’équipe d’éducateurs que j’intégrerai, tous membres du laboratoire « ligne de crête » mentionné dans l’introduction, c’est-à-dire attachés à penser leurs pratiques et à analyser les situations sociales sur lesquelles ils agissent, avec une démarche sociologique.

12 Essentiellement des groupes de jeunes visés par l’association de prévention, bien qu’il faudra aussi envisager d’autres situations. Ces dernières pourront être abordées grâce à la présence de personnes de tout âge sur les espaces de gratuité.

13 La marginalisation ne se limitant pas aux jeunes, il serait pertinent d’élargir le type de personne à interroger. Pour cela il sera nécessaire d’aller à certains endroits ou se rendent ces personnes, afin d’entrer en contact avec elles. Ces endroits seront choisis avec l’aide des éducateurs d’une part et en fonction de la description du territoire qui aura été faite, d’autre part.

14 Deux à ma connaissance, dont celui de l’APSAJ, ont été conçus à partir de la notion d’outil convivial. Cependant bien d’autres existent, chacun avec des objectifs particuliers : solidarité, écologie, etc.

15 En parallèle de ce travail et ce tout au long de la thèse, la participation aux séminaires du laboratoire permettra d’échanger avec d’autres chercheurs à propos de mon travail mais aussi du leur, ce qui permettra de confronter les points de vue et partager les expériences de recherche.

Compte-rendu et réflexions sur le comité de pilotage du Boomerang du 10 mars 2022 – n°2

Les comités de pilotage sont des réunions périodiques visant à décider de certaines orientations du projet Boomerang, et de réfléchir à l’articulation du dispositif avec l’APSAJ.

Présents :

Audrey, Beata, Benjamin, Christophe, Sébastien, Tahar

Ordre du jour :

Bilan sur le Boomerang de janvier à février et perspectives.

Les constat et observations :

    • Un travail de réflexion se poursuit à partir des données (sous forme d’observations directes, de photos, de questionnaires) recueillies et mises en ligne pour constituer le carnet de recherche de ce chantier du laboratoire Lignes de Crête. Le carnet de recherche est en accès libre et en publication ouverte. Il a été consulté notamment par les étudiants de l’IRTS Parmentier et alimenté par des bénévoles.
    • Une présentation de l’outil Boomerang et de la recherche-action dans lequel il s’inscrit, a été faite sur les onde lors de l’émission « Rendez-vous Citoyens ! » (Radio FPP) ainsi qu’auprès des équipes Emmaüs.
    • Le Boomerang est connu et reconnu par les habitants et commence à rentrer dans leur environnement. La régularité de la présence du boomerang produit d’ores et déjà des effets tel que l’investissement d’adultes, dans les premiers temps, puis dernièrement, d’enfants et d’adolescents impliqués dans son fonctionnement. On note une présence accrue du public jeune notamment sur l’esplanade Nathalie Sarraute et le mini-parc avec la participation de collégiens scolarisés à Méliès. Les collégiens semblent avoir identifié le boomerang et s’informent des prochaines dates.
    • L’outil n’est pas « capté » exclusivement par un groupe ou une tranche d’âge. Le Boomerang semble être un facilitateur de rencontres entre générations. Nous avons pu observer dans le déroulement d’une journée une succession de participants d’âges et situations différentes (adultes, adolescents, migrants, SDF, personnes du quartier ou de passage) qui n’interagissent pas forcément ensemble mais qui se tolèrent. Dans le périmètre du Boomerang un public n’exclut pas l’autre1. Toutefois, certains d’entre nous remarquent que les adolescents et enfants gravitent généralement dans la périphérie proche du Boomerang alors que les adultes investissent davantage le centre de l’installation. Cette observation n’est toutefois pas partagée par tous et elle demanderait à être étayée.
    • Nous avons noté que l’action commence à générer des déplacements d’habitants qui suivent le boomerang d’un quartier à l’autre (de Cambrai aux Orgues, des Orgues à Stalingrad…).
    • Un groupe WhatsApp a été créé ainsi qu’un flyer pour communiquer auprès des personnes intéressées, les informer des dates et lieux de sortie et construire un petit réseau ouvert et horizontal de communication entre les contributeurs du boomerang.
    • Le principe de gratuité suscite de la surprise, des questionnements, des débats chez les personnes qui passent et met en lumière des comportements d’entraide, de réciprocité mais aussi parfois d’accumulation qui nous semble excessive.
    • Nous avons également remarqué que le flux des dons directs s’accroît légèrement et que des parents s’appuient sur le boomerang pour sensibiliser leurs enfants au partage et à l’économie du don. Certains donateurs restent le temps de voir qui se saisit des objets qu’ils ont apportés ; quelques personnes insistent pour faire des dons d’argent.
    • Lors d’échanges entre les personnes présentes (jeunes et adultes) certaines d’entre elles établissent des liens entre spirale de la violence et gratuité. L’hypothèse que le développement d’échange non marchands et gratuits pourrait atténuer les tensions entre habitants (jeunes et adultes) semble faire sens auprès des personnes qui viennent échanger avec l’équipe éducative.

Perspective

    • Si la régularité de la présence du Boomerang est une condition nécessaire à son appropriation, nous devons être vigilants à ne pas nous enfermer dans une routine. Il est important que cette outil puisse continuer d’évoluer. Cette action doit maintenir un processus d’amélioration continue afin de rester en phase avec les aspirations des habitants et des conditions du terrain.
    • L’équipe est en lien avec des adultes de ces deux territoires, concernés par les affrontements inter-quartier dans leur jeunesse. Deux d’entre eux s’inscrivent dans une volonté d’agir. Ils se questionnent sur la manière d’intervenir auprès des plus jeunes pris actuellement dans « les embrouilles de quartier » et de renforcer leurs capacités à réguler celles-ci. Dans ce cadre, ces deux acteurs ont évoqué le Boomerang comme moyen à utiliser, notamment sur Cambrai. La possibilité de mettre en place le Boomerang sur le quartier Cambrai permettrait de travailler de manière plus direct sur la question des frontières.
    • Dans le cadre du reconventionnement des équipes de prévention parisienne, la direction a demandé l’élargissement du territoire d’intervention de l’APSAJ jusqu’à la rue Archereau. Cet élargissement, permettrait d’envisager la mise en place du Boomerang au niveau du collège Michelet. L’équipe éducative du 156 a proposé de s’appuyer sur d’autres acteurs institutionnels afin d’ouvrir ce territoire à la présence du Boomerang.
    • Mettre en place le Boomerang sur la place au croisement des rues Archereau-Riquet-Curial-Tanger. Une demande d’autorisation est en cours. Un des objectifs secondaires est de se rapprocher du périmètre du « Mercato ». Cette localisation serait à expérimenter en soirée. Un des adultes qui régule les conflits propose d’y organiser des discussions.
    • L’équipe budgétisera les achats à réaliser pour compléter l’équipement du Boomerang.
    • Un budget sera alloué, pour l’année 2022, aux dépenses courantes du Boomerang (achats divers, fournitures et petit matériel).
    • Nous disposons de nombreuses photos de qualité prises par un habitant photographe. Une exposition ou un ouvrage reprenant les photos captées est à budgéter.
    • Organiser une rencontre du comité scientifique pour faire un point et une présentation de l’action dans un lieu tiers. Un premier point sera fait avec le noyau dur du comité.
    • L’équipe de Lignes de Crête va lancer des autoformations. Les sujets abordés seront proposés par les membres des équipes éducatives de l’APSAJ et des habitants afin de légitimer toutes les formes de savoirs. Le degrés d’ouverture aux participants est laissé au libre choix de l’intervenant qui présente le sujet (interne à une équipe, interne à l’APSAJ, ouvert aux habitants, ouvert à des partenaire…). Les lieux de déroulement des autoformations se situeront en dehors des locaux de l’APSAJ sur des lieux tiers situé dans les limites du 18eme et 19ème arrondissement. Certaines de ces autoformations pourraient se dérouler directement sur le Boomerang, selon le principe de l’échange ouvert et libre de connaissances. Elles pourraient aussi être relayées ou enrichies grâce à des propositions collectées ou diffusées directement sur le Boomerang.

L’équipement du Boomerang

Matériel pour compléter l’équipement du Boomerang (achat ou don) :

    • Achat d’un PC entre 500 et 700 €
    • 2 tables suplémentaires.
    • Une enceinte amplifié (de grande taille)
    • Un paper-board
    • Des nattes.
    • Matériel artistique et ludique
    • Jeux de société
    • des freesbees souples

Compte-rendu rédigé par Christophe Jibard et Sébastien Doussaud avec quelques ajouts de Benjamin Grassineau.

 

Compte-rendu ethnographique et remarques sur le Boomerang du 19 Mars 2022 – n°12

Lieu : esplanade Nathalie Sarraute

Il ne s’agit pas ici d’un compte rendu même ci certains éléments préciseront le déroulement de l’après midi. Je n’ai pas pris assez de notes pour faire un compte rendu mais surtout, ce qui m’a marqué, c’est notre façon de voir le Boomerang. C’est ce qui m’a semblé être le plus important à noter concernant cette action.

Remarques

Quelques éléments du contexte : on s’installe cette fois-ci à l’autre bout de l’esplanade pour éviter un « pillage » car il y avait la fois précédente une distribution alimentaire, principalement destinée à des somaliens qui passent beaucoup de temps sur l’esplanade ( leur lieu d’accueil se situe juste à côté ). Finalement cela n’a pas été efficace : ils sont venus nombreux, et ce qu’on voulait éviter s’est quand même reproduit.

Pendant une heure environ il n’y eut presque que cette « population » sur le Boomerang. Juste après plus personne, ou presque, pendant au moins une demie heure. Puis petit à petit d’autres personnes viennent, et jusqu’à la fin d’après-midi il y eut beaucoup de monde ( mais presque plus de somaliens1 ) et de plus en plus d’enfants du quartier.

J’ai été, je dois le dire, un peu embêté par le comportement de tout ceux qui sont venus au départ. Ma vision de leur comportement a d’abord été assez négative : ils viennent comme si nous étions dans une action « humanitaire », c’est-à-dire qu’ils veulent le plus possible prendre des objets ( surtout neufs ), insistent pour qu’on ouvre le camion pour leur donner ce qu’il y a dedans ( objets neufs qu’ont ne sort pas d’un coup ), ne semblent pas très préoccupés de laisser l’endroit propre ou rangé, ne semblent pas vouloir discuter avec nous ( d’ailleurs ils ne parlent pas français ), ils ne paraissent pas saisir la dimension « don », etc.

Une fois partis, nous nous sommes assis à quatre ( Benjamin, Christophe, Tahar et moi ) et avons discuté de nos impressions sur ce qui venait de se passer. J’étais, comme je l’ai dit, assez embêté. Il semble que Christophe et Tahar avaient eu une vision plus ou moins similaire à la mienne, avec néanmoins, sans doute, quelques nuances. Cependant Benjamin n’était pas dans la même optique. ( Il est parfois compliqué de laisser chacun exprimer son point de vue, je pense que pour cela il faut entretenir une posture ouverte et d’écoute, de manière que chacun puisse exposer tout ce qui lui semble important, sans être coupé )

Ma première remarque : il est difficile d’avoir une vision nuancée et complète du Boomerang car il faut à la fois tenir compte de mes attentes, des objectifs de la recherche, de la dynamique propre au lieu, des attentes des usagers ( qui sont variées ), des attentes des éducateurs-chercheurs, etc. D’ailleurs parler d’attentes nous concernant pose déjà problème : dans quelle mesure doit-on, peut-on, avoir des attentes si l’objectif de l’outil convivial est de laisser chacun l’utiliser selon ses propres finalités et de permettre une développement endogène ? Mais d’un autre côté nous sommes aussi des utilisateurs.

Seconde remarque : Il est apparu que nous avions tous des visions différentes de ce qui s’était passé2. Il est donc essentiel ( et c’est ce que l’on tente au maximum ) d’expliciter à chaque fois notre vision de l’action afin de pouvoir confronter nos points de vue. Cela permet d’avoir une vision plus complète et moins prisonnière de nos a priori.

Troisième remarque : Je me suis focalisé au départ sur les éléments que je jugeais négatifs ( en fait ce n’est pas exact mais je force un peu pour montrer l’évolution de ma vision ). Pourtant, en discutant avec les autres, mon point de vue à changé. Il est vrai que pendant cette première heure, certains usagers ne se sont pas comportés comme les autres : plusieurs ont passé beaucoup de temps à jouer de la musique, une jeune fille dansait, un homme a dessiné avec deux ou trois petits enfants. Ceux-là se sont donc servis du Boomerang pas uniquement comme source d’objets ( voire pas du tout ). Une femme a aussi joué du tambour. De plus, comme Benjamin l’a remarqué, certaines interactions entre les somaliens se sont produites, qui n’étaient pas forcément en lien avec la « prise d’objets ». Aussi, je ne peux pas observer tout ce qui se passe, et j’ai sans doute manqué de nombreux éléments, il y avait beaucoup de monde et je suis resté assis au même endroit : mon regard s’est sûrement focalisé sur certains éléments. Enfin, il est vrai que cette esplanade est aussi « leur lieu », ils y sont beaucoup plus souvent que nous. De même, ma vision a été dictée par l’immédiateté ( peut être pas uniquement la mienne ), je n’avais pas vraiment pris de recul. C’est pourquoi il est nécessaire, pour analyser une action, de ne pas se laisser enfermer dans ses premières impressions : car il s’agit bien d’impressions, de ressentis, comme cela nous est apparu lors de notre discussion. Ces impressions sont importantes pour la description des actions ( c’est pourquoi le style adopté par Sébastien, plutôt théâtral, semble pertinent pour inclure cette dimension ) mais il convient de garder à l’esprit qu’elles varient, plus ou moins fortement, en fonction de chacun : c’est justement ce qui m’a, entre autres, marqué à propos du début de l’après midi.

Je me suis donc posé beaucoup de questions sur cet événement. Comme je l’ai dit, je me suis rendu compte de l’étroitesse de mon regard au fur et à mesure de l’après midi, notamment après que nous ayons discuté à quatre. Comment porter un regard détaché de mes attentes afin de comprendre ce qui se passe sur le Boomerang ? Comment comprendre les attentes/comportements des différents usagers ? Comment se comporter vis à vis d’un outil convivial lorsqu’on est à la fois utilisateur et « concepteur » ? Comment concilier la variété des finalités des utilisateurs ? Dans quelle mesure faut-il agir ou non si des comportements nous posent problème ? Jusqu’à quel point faut-il définir des finalités ? Qu’est-ce qu’on entend par interactions sociales ? Ne sommes-nous pas, ne suis-je pas, enfermé dans une certaine conception de celles-ci ?

De manière générale ce sont donc des questionnements sur la posture à adopter à la fois pour la recherche et pour l’action. Peut-être faudrait-il organiser un temps de réflexion sur ces questions ? Je sais par ailleurs que ces thèmes ont été traités par les chercheurs, mais je ne m’y suis pas grandement intéressé, c’est sans doute un défaut auquel il faudra que je remédie.

Je reconnais que tout ça est un peu en vrac. Mais j’ai voulu montrer les difficultés, notamment du point de vue de la recherche, qui se présentent lorsqu’on veut analyser une action qui se veut outil convivial. Cela amène aussi à quelques remarques sur le travail à réaliser au préalable : par exemple sur la notion même d’outil convivial. Ce n’est pas forcément toujours très clair ( mais en même temps si c’est trop défini, est ce que cela n’entre pas en contradiction avec la notion de convivialité ? ), cela me semble parfois difficile de le mettre concrètement en place. J’en ai déjà parlé un peu avec Benjamin : la notion d’ Illich n’est pas toujours très claire et rigoureuse. Il faudrait peut être tenter de la préciser.

J’écrirai sans doute un texte sur les problèmes que me pose l’outil convivial au niveau théorique, et sur les conditions d’observation d’une action.

Éléments de type compte-rendu

J’ajoute quand même pour terminer quelques éléments de type compte rendu :

Dans la seconde moitié de l’après midi, beaucoup d’enfants sont restés longtemps sur le Boomerang, à jouer avec les jeux du cirque, les instruments, à boire du sirop, à regarder les livres, les CD et DVD, etc. Ils ont beaucoup apprécié l’endroit et aimeraient qu’on revienne. Un garçon m’a demandé, pourquoi vous faites ça ? Je lui expliqué en insistant sur le partage et sur le don.

Plusieurs adultes se sont montrés intéressés pour proposer des activités lors des prochaines sorties : trois femmes un atelier de danse, une femme un atelier autour des contes.

Une mère avec sa fille : sa fille vient la voir avec un DVD, sa mère lui dit d’aller le reposer car elle n’a rien a donner en échange. Je lui dit qu’elle peut tout à fait le prendre et lui explique le principe. C’était difficile pour la mère d’accepter le fait que donner ou prendre s’effectue sans condition : mais elle a fini par accepter, en disant à sa fille qu’il faudrait revenir la prochaine fois avec des choses à donner. Un père juste à côté dit plus ou moins la même chose : il faudra aussi revenir avec des objets à donner, pour faire plaisir aux autres.

1Je dis somaliens car apparemment ils sont pour la plupart originaires de ce pays. Je préférerai néanmoins les désigner autrement ou ne pas les désigner du tout, afin de ne pas les isoler des autres « types » de population ni les stigmatiser, mais pour mes remarques c’est nécessaire.

2En fait cette différence se produit sûrement à chaque action, mais là cela m’a semblé plus marqué lors de celle-ci.

Compte-rendu ethnographique et réflexions sur le Boomerang du 16 Mars 2022 – n°11

Lieu : jardin Luc Hoffman

L’installation du Boomerang s’est faite sur deux endroits comme les fois précédentes : l’espace principal à l’intérieur du parc, un espace secondaire avec seulement des livres sur l’avenue de Flandre, accolé au camion.

Étaient présents : Benjamin, Christophe, Sébastien, Tahar, Younes et moi. J. et S. nous ont rejoints au 156 rue d’Aubervilliers et sont restées tout l’après midi, sauf J. qui a du partir en milieu d’après-midi ( pour aller à l’église je crois ).

Lors de l’installation, plusieurs enfants nous ont aidés à déplier les barnums, à déposer les caisses d’objets sur les tables, de leur propre initiative. Ce sont eux qui ont décidé de la disposition des tables : je remarque que nous ne les aurions pas mise comme ça ( en tout cas d’habitude nous espaçons les tables, tandis que eux ont voulu les coller pour faire une sorte de grande table ou tous les objets sont rassemblés ).

Si le nombre de personnes présentes a varié tout au long de la sortie, j’en compte environ 15 au départ, surtout des enfants ; puis les adultes de la collecte alimentaire de l’église d’à côté sont arrivés ( comme à chaque fois à cet endroit ) ; ils prennent en général beaucoup d’objets, font parfois plusieurs aller-retour, puis s’en vont.

L’un d’eux, un homme, est revenu peu de temps après car il avait oublié une théière : celle-ci n’était plus là. Cependant des enfants en avaient aussi pris une et ils lui donnèrent car il semblait vraiment y tenir : ils n’hésitèrent pas à partager avec lui ce qu’ils avaient pu prendre.

Je remarque que J. et S., comme souvent, s’impliquent beaucoup dans la vie du lieu : elle se rendent disponibles pour organiser, ranger ce que les gens laissent traîner ; elles fournissent des indications ; parfois elles mettent des limites ; elle discutent un peu avec les usagers. D’une certaine manière, même s’il s’agit d’un ressenti, elles paraissent parfois plus « proches » que nous de certains usagers.

La disposition des tables m’a semblé permettre un certain rapprochement des usagers : tout le monde étaient autour de la grande table et certaines interactions se sont produites. Pas de longues discussions, mais des échanges surtout à propos des objets, du style « ah, tu as trouvé ça ». Mais je n’ai pas pu tout observer.

Cette remarque de Charles met en évidence un des principaux obstacles que nous rencontrons dans cette recherche-action – et qui ne se limite d’ailleurs pas à celle-ci. Comment intégrer l’action de recherche dans l’action elle-même tout en sachant que l’action de recherche, et pas seulement l’action, se voudrait participative ?

Basiquement, l’acteur-chercheur est tout d’abord confronté à un problème de rivalité d’usage des ressources : s’il se positionne en posture d’observateur, son « action d’observation » peut l’empêcher d’être acteur à part entière, et vice-versa. Ajoutons à cela que sa position d’observateur peut modifier significativement les conditions de réalisation de l’expérience en changeant les représentations des autres acteurs à son égard et à l’égard de l’action en cours.

J’aimerais relater à ce sujet une expérience. Nous avions installé il y a environ deux ans la caravane de la gratuité toulousaine le long du canal du midi en compagnie de Laure Alligier. Au delà de l’intérêt de l’action en elle-même, il m’avait semblé pertinent de tenter de collecter des informations quantitatives sur l’entrée dans l’échange. À cette fin, je m’autorisais à comptabiliser le nombre de personnes qui s’en approchaient, qui passaient, s’arrêtaient pour prendre des affaires, etc., posté à cet effet en observateur à la terrasse d’un café qui se trouvait à proximité. J’étais donc « extérieur » à l’action proprement dite, du moins sur le moment. Cependant, un peu plus tard, je me suis rapproché et installé juste en face pour prendre des notes et effectuer mon comptage. Je fus alors assez désagréablement surpris qu’une personne m’interpelle, très contrariée et suspicieuse, me demandant ce que je comptais faire de ces données récoltées à son insu !

Cet exemple montre qu’il existe plusieurs postures dans la recherche-action qui ne sont pas sans conséquences sur les représentations des acteurs et sur les représentations des chercheurs. L’acteur peut être observé sans qu’il le sache mais dans le cas contraire, il paraît finalement assez « légitime » qu’il ait son mot à dire sur la façon dont l’observation doit se dérouler.

D’une manière générale, j’avancerais que cette posture varie en fonction de deux paramètres principaux :

1. la temporalité, ou la forme de la séquentialité entre recherche et action,

2. le degré de participation effective et possible des acteurs dans la recherche et dans l’action.

En schématisant, je propose dans le tableau 1 une typologie simplifiée des différentes postures possibles. On notera que la séquentialité entre recherche et action peut être de deux ordres :

1. simplement temporelle, dans ce cas, il y a juste succession des deux actions, l’action de transformation ou d’expérimentation et l’action, ou une partie des actions de recherche (conceptualisation, rédaction, collecte de données, etc.) ;

2. « épistémologique » au sens où on pourrait théoriquement se positionner soit dans une démarche inductive, auquel cas les hypothèses et les concepts sont produits par l’action, par l’expérimentation ; soit dans une démarche déductive, les hypothèses et les concepts sont produits par le raisonnement, à l’intérieur d’un processus de recherche extérieur à l’action, avant d’être confrontés au réel.

Séquentialité temporelle et épistémologique sont-elles reliées ? Il paraît difficile de répondre à cette question dans la mesure où le discours épistémologique tend à opacifier les processus qui sont concrètement à l’œuvre dans la recherche en les enfermant dans une certaine vision idéalisée et normative de la Science. Bien sûr, la sociologie des sciences apporte des éléments de réponse, mais elle se penche principalement, du moins à l’heure actuelle, sur l’étude de la science professionnelle dans lesquels la recherche et l’action sont inscrits dans des protocoles rigides, déterminés notamment par l’accès aux ressources permettant l’observation et la diffusion des résultats de recherche.

Tableau 1 : Typologie des recherches-actions

Séquentialité →

recherche → action

action → recherche

action ↔ recherche

Rôle de l’acteur dans la recherche

Exclu

Recherche planifiée : le « chercheur-expert » conçoit à priori une recherche, un protocole et l’applique à posteriori via des « outils exogènes » aux acteurs (ex : économie politique). La méthodologie privilégiée est hypothético-déductive.

Recherche observationnelle : le « chercheur objectif » expérimente puis observe ce qu’il se produit et en tire des conclusions ; ou bien, il enregistre passivement ce qu’il observe sans intervenir.

Recherche-action académique : le chercheur demeure dans une posture extérieure, il pilote la recherche-action de l’intérieur (action et recherche sont mêlées). Les acteurs ne participent pas aux décisions concernant la recherche.

Collaborateur

Recherche collaborative : le chercheur met en place le protocole de recherche et demande aux acteurs de participer (ex : collecte de données).

Recherche instrumentale : expérience de psychologie sociale. L’acteur collabore avec le chercheur mais il n’a pas d’influence sur la recherche proprement dite.

Recherche-action collaborative : le chercheur planifie la recherche-action mais demande aux acteurs de collaborer pour collecter des données.

Participant

Recherche citoyenne : les acteurs interviennent aux différents processus de la recherche

Recherche populaire : production de savoirs expérientiels à partir de l’action qui obéit à d’autres motifs que la recherche ; le savoir naît de l’action.

Recherche-action participative : le savoir est construit au fur et à mesure de l’action et de façon concertée par les acteurs en recherche.

Auteur : Benjamin Grassineau                            

En tout cas plusieurs personnes sont restées un moment pour parler entre elles, après avoir fait le tour des objets.

Nous avons noté que certaines personnes prenaient beaucoup d’objets mais que ce n’était pas les enfants. En effet ceux-ci semblaient plus intéressés par les jeux de cirque ou les instruments de musique. D’ailleurs, vers le milieu et en fin d’après-midi, ils emmenaient les jeux ou les instruments plus loin et se groupaient autour ; chacun utilisant ce qui l’intéressait. D’une certaine manière l’espace lié au Boomerang s’agrandissait, et en même temps les « frontières » entre le Boomerang et le reste du parc se brouillaient, car il y eut une circulation des enfants et des jeux/instruments assez importante. Cela a beaucoup contribué à la « dynamique » du lieu. La forte présence des enfants rend l’espace plus vivant et festif.

Nous pourrions déduire de cette observation que les modalités d’échange et d’appropriation jouent un rôle important dans la constitution et la « cristallisation des frontières ». Comme je l’avais indiqué précédemment en commentant une photo, l’espace de gratuité déplace la frontière entre les actions permises et prohibées au sein d’un espace d’échange, du moins comparativement à un espace marchand.

Ainsi, les enfants touchent les jouets et s’en servent directement sur place, les sortent du périmètre et bien souvent, les éparpillent ! À contrario, dans un espace marchand, les objets sont rattachés à un propriétaire et leurs « transformations », qu’il s’agisse d’une circulation dans l’espace géographique (mobilité), dans l’espace d’échange (changement de « statut d’échange », changement de propriétaire) ou dans leur cycle de vie » (dégradation, réparation, destruction…), est fortement limitée, ou plutôt encerclée. Les habits doivent rester sur place, au mieux, être « essayés » ; leur état ne doit pas être dégradé, etc. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas de règles. Bien au contraire, la modalité d’échange s’élabore sur des règles explicites ou implicites, ou si ce n’est pas le cas, sur des conditions matérielles qui dessinent le champ des actions possibles (par exemple, absence de barrières qui matérialisent une exclusion d’usage).

En revanche, les systèmes d’échanges marchands ou hiérarchisés produisent une forme d’immobilisation de la marchandise, du produit ou de la ressources pris en tenaille dans l’étau institutionnel, à l’intérieur des espaces dans lesquels il peut potentiellement évoluer. En ce sens, la question de la transformation de l’échange s’avère tout à fait pertinente pour aborder les questions relatives aux frontières qui nous préoccupent dans le cadre de notre recherche-action.

Benjamin Grassineau

Concernant certains questionnements de la part des usagers : par exemple une dame vient me voir et me dit : « mes enfants prennent beaucoup d’objets, est-ce qu’il y a une limite ? ». J’ai répondu non tout en ajoutant que l’idée était quand même le partage ( notre idée ? Dans quelle mesure faut-il que nous orientons l’action dans le sens de nos idées ? Et si il le faut, comment ? Cela correspond d’ailleurs plus ou moins au questionnement de Younes, que Benjamin à enregistré ).

Une autre dame, apparemment active dans la vie associative du quartier, a demandé à Tahar si elle pouvait se « servir » du Boomerang pour monter ses projets, par exemple une association. Sébastien et Benjamin ont créé un panneau « d’expression libre » : cette dame a pu écrire qu’elle cherchait une salle pour des cours de danse. Une enfant a écrit sur ce panneau ce qu’elle voudrait trouver comme objets ( poupées ).

J’ai noté une remarque de deux enfants : l’un dit à l’autre « waouh j’ai pu prendre des jeux et ça fait 250 euros ! » ( sans doute pas ! ). Certains évaluent alors en argent ce qu’ils ont pu prendre, mais en fait, comme je l’ai noté, les enfants n’ont pas pris grand chose ce jour là.

Sébastien en a emmené quelques uns au camion pendant l’après midi pour leur donner des jeux vidéos et en a profité pour leur expliquer certaines dimensions que l’ont souhaite favoriser avec le Boomerang : pouvoir d’agir, partage, etc. Ils auraient selon lui en partie compris.

Enfin, une jeune femme, qui habite juste à côté, a ramené deux gros sacs d’habits et a pas mal discuté avec Tahar. Elle a noté que nos panneaux explicatifs étaient beaux mais forts chargés, ce qui, la concernant, « noyait » le message. Par exemple ceux sur l’avenue de Flandre qui indiquent qu’on est à l’intérieur du parc devraient selon elle être simplifiés, par exemple juste une flèche avec un ou deux mots.

De manière générale l’après-midi a été très vivante et festive avec les enfants. On a pu bien discuter avec certains qui nous ont aidé notamment au moment du rangement. Plusieurs nous demandent quand est-ce qu’on revient. Je crois, mais je n’ai pas compté, qu’il y a eu beaucoup de monde.

Proposition narrative autour du projet Boomerang – sortie du 02 février 2022

— LDC Février 2022 —

Toujours dans une démarche de décrire le territoire, ce qu’il s’y passe, ceux qui y vivent et ce que nous y faisons d’une manière différente, je propose ici une présentation de l’action espace de gratuité mobile sous forme théâtrale au lieu d’un écrit plus technique ou d’un compte rendu formel.

Cela permet, sans détourner la réalité de l’action, des lieux et des personnes, de faire émerger, via un prisme différent, un regard nouveau sur cet outil et son interaction avec le public et les lieux.

« Jour de Boomerang dans le jardin »

Lieux : Jardin Luc Hoffman, Paris 19ème

Date : mercredi 2 février 2022

ACTE 1

« L’installation »

Scène 1 – « Ballet urbain dans la rue »

Dans le nord-est de Paris, en l’an de grâce 2022, dans la fraîcheur du mois de février, une camionnette blanche s’arrête sur l’avenue de Flandre. Stationnée devant le jardin parisien « Luc Hoffman », plus communément dénommé « mini-parc » par les habitants, un étrange ballet va bientôt débuter.

D’abord deux hommes sortent du véhicule. Puis trois autres les rejoignent. Sans signes distinctifs particuliers, sans uniformes, ce groupe est composé d’hommes âgés de 24 à 62 ans qui discutent sur le trottoir.

Et c’est dans le bruit de la circulation, des portes qui s’ouvrent, qui claquent et des paroles qui s’entrecroisent que commence cette mystérieuse chorégraphie. C’est maintenant un ballet d’objets divers, de matériels variés qui, sans musique et sans faste, dans l’indifférence des passants qui déambulent sur le trottoir, se déploie à la vue de toutes et tous.

Scène 2 – « Ballet urbain dans le parc »

Les « allers-retours » ont commencé. De la rue au parc, une danse silencieuse, à peine ponctuée de quelques bribes de paroles, fait virevolter des caisses de jouets, de vêtements et de livres. Et les déplacements se poursuivent, seul ou en binôme, avec des tables, des chaises et des barnums.

Arrive enfin le moment tant attendu de ce premier acte.

Une toile blanche se déploie, d’abord au sol, puis s’élève dans le ciel et quelques minutes après, une seconde voile blanche vient prendre place à côté de la première.

Bien sûr, sans avoir les mêmes gesticulations gracieuses des rats de l’opéra, les ailes de la gratuité et de la culture libre venaient de se poser calmement tels la conclusion, le point d’orgue final de cette chorégraphie.

La « cabane conviviale » déployée, des vêtements suspendus par des cintres se mettent alors à flotter lentement dans l’air frais. Des chaises rouges s’ouvrent tel des boutons de roses » et bientôt, l’odeur du café inondera l’espace.

C’est la simplicité des objets, des personnes et des déplacements qui animent désormais la scène. Des échanges naissent, des dialogues commencent et dans la pâle lumière de l’hiver, la vie semble s’être invitée dans la quiétude de ce quartier Parisien.

ACTE 2

« Théâtre libre »

Scène 1 – « La troupe fluctuante »

Une nouvelle fois, le « Boomerang » était lancé. Et il était prévu qu’il revienne !

Durant toute l’installation, un membre de la troupe prenait parfois des photos. Un autre encore décrivait oralement la scène en l’enregistrant sur son téléphone. « Est-ce du Tango, de la break-dance ou de la valse ? ».

De ce prélude chorégraphique venait de naître un théâtre interactif, libre et éphémère. Dès lors, c’est une sorte « d’improbabilité discrète », timide, banale mais presque intime, qui est apparue à la vue de tous.

Les battements aléatoires de la caisse claire et les dissonances des guitares envahissent anarchiquement l’espace sonore. Cette incroyable symphonie, constitué de musique, de dialogues, de cris et de rires, commence sa mélodie telle une partition improvisée.

Une dame a pris des livres et demande un café. Des bruits, des sons, des paroles, des rires et des regards se croisent. Des instants sont capturés. Pourtant, aucun embouteillage, aucune tension ne surgissent, tout semble fluide et naturel.

La troupe d’acteurs se constitue tranquillement, dans le calme tout au long de la journée.

Celle-ci se compose d’éducateurs, d’hommes, de femmes, de mères, de pères, d’enfants et de jeunes, d’âge, de culture et d’origine différentes. De cette entité humaine fluctuante qui évolue constamment, émane de la musique, des mots et des rires. Des conversations s’envolent, des diabolos voltigent et des ballons roulent.

Et c’est ainsi, modestement, dans le froid de cette après-midi hivernale, que l’espoir du « convivialisme » et de la relation gratuite et désintéressée apparaissent. C’est sans spectacle ostentatoire grandiose, et sans la marche militaire de l’institution salvatrice, mais à taille humaine, à la dimension des hommes et des femmes et avec des mélodies populaires que sans le savoir, ces acteurs éphémères de types, de genres et de natures différentes se côtoient sans rivalités et appréhendent, ensemble, le rapport non-violent.

Quel formidable tableau ! Quel spectacle incroyable ! Surtout au pays des frontières…

Scène 2 – « Le musicien »

Il s’est posé dès son arrivée à côté de la caisse claire. Il a dit bonjour furtivement et, ayant déjà les baguettes dans les mains s’est mis à jouer tout en expliquant ce qu’il faisait.

Tout en distribuant à qui veut bien les entendre ses conseils, il se présente comme musicien d’un artiste de rap français très connu. Je profite des brefs moments qu’il laisse entre deux paroles pour échanger avec lui et lui proposer un café, mais l’interaction ne l’intéresse pas. D’un ton un peu supérieur, voire un peu vaniteux, il joue tout en continuant d’expliquer ce qu’il fait. Il ne restera pas une fois les baguettes posées.

Il n’était pas venu pour ça, il a juste fait un bref passage, une halte dans sa déambulation, pour se mettre en avant. Un soliste, qui ne recherche pas l’échange, mais plutôt une forme de reconnaissance. C’est aussi cela la culture libre !

Scène 3 – « Les enfants »

Pas besoin de scénario, pas besoin de préparation, leur rôle est naturel. C’est peut-être leur plus grande force que de faire, d’être, de jouer, de participer à cette pièce, sans prendre d’autres postures que la leur. Certains recherchent des DVD, des objets qui pourraient leur convenir, mais la plupart se tournent assez rapidement vers les activités musicales, sportives et ludiques. Un petit groupe reste autour de la table centrale. Un adulte, éducateur sur le quartier, leur propose d’écrire leur prénom à la façon d’un « tag ». Ils attendent leur tour dans le calme, parfois en buvant un thé, ils vont et viennent au gré de leurs intérêts et des activités qu’ils souhaitent faire.

De la danse, des dialogues, et tout cela avec des attitudes simples et des postures attendues et cohérentes avec le statut d’enfant qu’ils ont au sein de la troupe.

Bientôt une partie d’entre eux retourneront à leur occupation, rentreront chez eux et comme si cela avait été planifié, ils quitteront la scène aussi naturellement qu’ils l’ont occupée.

C’est là toute la richesse de cette représentation théâtrale : l’éphémère et la spontanéité, comme un prérequis nécessaire à cette forme « d’art de l’instant présent ».

ACTE 3

« S’ennuyer utilement »

Scène 1 – « Moment de calme »

Beaucoup de personnes étaient passés, s’étaient arrêtés, s’étaient investies et avaient pleinement participé à cette représentation libre. Mais était venue à présent la scène calme avec un petit groupe restreint de comédiens.

En panne d’inspiration, ils improvisent alors des chansons, discutent calmement en buvant un café ou un thé. C’est une sorte de « respiration » qui vient ponctuer le scénario improvisé. En effet, pas de rythme à priori, pas de temporalité définie en amont, mais qui se construit au fur et à mesure de la journée et du jeu des acteurs. On réaccorde les guitares, on échange des banalités, on fait un peu de rangement. Certains adultes du groupe d’éducateurs font des allers-retours, vont rechercher des objets dans le véhicule, d’autres en profitent pour téléphoner ou prendre des photos.

Toute cette improvisation fait pourtant partie du spectacle, comme pour permettre et faciliter la venue de nouveaux acteurs et l’arrivé d’une nouvelle dynamique.

Bientôt d’autres personnes prendront part à la représentation, généreront, sans le savoir, un autre mouvement.

Quelques pas de danse malhabile ont lieu entre une comédienne régulière qui joue ici le rôle de bénévole, et un des éducateurs. Pas de quoi susciter l’émoi, l’exaltation ou l’euphorie, mais juste ce qu’il faut pour signifier que le spectacle continue, dans une forme de sérénité simple et sincère.

Pas d’extravagance superflue, rien de trop, pas de postures surjouées, mais juste de quoi maintenir vivant ce théâtre d’objets, ce petit coin du parc, qui sans vouloir déranger la plénitude du lieu, invite à la curiosité et à la participation.

Scène 2 – « Les collègues »

Arrivés discrètement dans le jardin, quatre adultes, dont trois hommes et une femme, rejoignent de manière disparate la scène du Boomerang. Ils échangent des bonjours et des conversations furtives auprès des autres participants déjà présents. Rien de nouveau, pas de changement de rythme ni d’activité supplémentaire à leur venue. Les échanges sont rapides et brefs et cette petite troupe supplémentaire repart, continuant sa déambulation dans le quartier. L’un d’entre eux restera un peu et participera aux activités ludiques ayant lieu dans la pelouse telle une extension de l’espace de gratuité.

Aucune onde perturbatrice n’est venue troubler la quiétude de la scène en cours.

Mais bientôt, sans savoir pourquoi ni comment, d’autres personnes rejoindront la pièce en cours et de nouvelles interactions auront lieu. Ce spectacle interactif et évolutif continuera jusqu’à la fin de cette parenthèse artistique, où se rencontre comédiens, comédiennes, objets, musiques, dialogues dans un décor figé qui n’évolue qu’au gré de la lumière et de la météo.

ACTE 4

« Dernier acte »

Scène 1 – « Dernière valse »

Les lieux commençaient à se vider. Une grande partie des enfants et des adultes étaient partis et dans la fraîcheur et la lumière descendante, l’énergie qui animait jusque-là cette scène éphémère semblait partir doucement, avec l’arrivé de la nuit hivernale.

Les dialogues, les conversations, les rires et les jeux laissèrent progressivement place au calme et au silence.

Tel est le cycle du boomerang, qui vient, voyage et repart. Voici le moment où il revient à l’envoyeur annonçant la fin de sa présence.

D’ailleurs les gardiens n’allaient pas tarder à fermer le parc pour la nuit.

Voici venu le temps de la dernière valse, qui, semblable au 1er ballet, se déroule en sens inverse. Similaire à la première chorégraphie d’installation, c’est sans musique et à la vue de toutes et tous que commence cette dernière scène.

Les caisses d’objets se regroupent, les tables se plient, les chaises se referment et dans un dernier élan, les voiles blanches et pointues de ce théâtre libre se replient. Les allers-retours jusqu’au trottoir puis jusqu’à l’intérieur du véhicule se font dans le calme et bientôt le jardin aura retrouvé sa sérénité nocturne.

Scène 2 – « Réflexions nocturnes »

Le matériel rangé dans le véhicule, il reste ce petit groupe d’hommes, le même qui s’était regroupé au début. Les gardiens ferment le portail du jardin et c’est sur le trottoir, dans la nuit récemment apparue, que des échanges se créent au sein du groupe. On discute du nombre et du type de personnes qui ont participé, ne serait-ce que furtivement, à cet étrange spectacle.

« Y-avait-il plus d’enfants, plus de jeunes ou plus d’adultes que les fois précédentes ? »

« Quels sont les objets qui ont été le plus demandés ? »

« Les « acteurs » sont-ils restés plus longtemps que d’habitude ? »

Autant de questions, de remarques et d’observations sont posées là, spontanément, sur ce bout de trottoir de l’avenue de Flandres, dans l’indifférence générale des passants.

Il n’y aura pas de réponses ce soir, ni de conclusion immédiate de cet instant. Seulement des questions et des constats que nous remettrons en forme dans les prochains jours.

En revanche des réflexions nouvelles et des hypothèses apparaissent.

L’un d’entre eux se propose pour réaliser un compte-rendu factuel dans les jours suivants. Un autre met en avant les nombreuses observations qu’il a pu enregistrer sur son téléphone. Certains écoutent et sont moins loquaces.

Il faudra quelques jours pour digérer ces interactions, ces dialogues, ces rires, ces échanges et ces moments d’ennuis aussi. Il faudra un peu de temps pour comprendre et saisir « les vibrations » qui ont émergées de cette journée. Ce qui restera, sans aucun doute possible, c’est la simplicité des échanges, des dialogues et des rires. Cette improvisation théâtrale spontanée au cours de laquelle chacun et chacune aura joué le rôle qui est le sien.

Cette réunion informelle se termine lorsque les adultes du groupe se saluent et repartent, comme ils sont venus, chacun de leur côté. Le moteur du véhicule ronronne en accompagnant une dernière manœuvre, reprend la route et disparaît lentement sous les lumières des lampadaires.

Le boomerang, alors revenu à ceux qui l’ont lancé, repart et bientôt, comme tous les boomerangs, reviendra ici, dans quelques semaines. Les artistes, les comédiens, les acteurs, les metteurs en scènes, les participants et les spectateurs sont partis mais ils se retrouveront bientôt. Seront-ils les mêmes ? S’agira-t-il d’une nouvelle troupe ? Et quel sera le scénario de la prochaine représentation ? Personne ne le sait, et c’est là tout l’intérêt de ce spectacle éphémère et interactif.

Pour ce soir, le rideau est tombé sur la scène et avec lui les souvenirs de cette journée et des rencontres humaines aussi. Si tout n’est pas possible, tout reste possible.

Sébastien DOUSSAUD

Pour Lignes de Crête

Compte-rendu ethnographique et réflexions sur l’espace de gratuité mobile du 05 février 2022 – n°10.

Notes prises au fil de l’eau

Ajouts ultérieurs dans les cadres bleus clairs.

L’arrivée en fanfare !

Il fait très beau. Le temps est très agréable. Il y a beaucoup de monde sur l’esplanade Nathalie Sarraute. Notre arrivée ne passe pas inaperçu ! Des skateurs occupent l’endroit où nous avions prévu de nous garer. Après un léger cafouillage, nous nous installons à côté de leur « piste de skate » ! Le partage de l’espace se fait en bonne entente.

Nous nous posons la question au sein de l’équipe de savoir si on met les barnums ou non.

Nous sommes aujourd’hui 3 « bénévoles » (Ana, Aurore et Charles) et 4 éducateurs (Christophe, Sébastien, Tahar et moi-même).

L’occupation de l’Esplanade se présente ainsi. Devant le collège, il y a un regroupement de personnes probablement venus chercher une aide alimentaire, du moins, c’est ce que nous supputons ; il y a la zone où les skateurs font des figures, qui jouxte celle où nous avons installé le boomerang ; enfin, il y a le café et l’Espace Paris jeunes.

Au fil de l’eau

14h40. Je compte au moins une trentaine de personnes ! Nous sommes confrontés pour la première fois à la gestion d’une foule de 30 à 40 personnes qui attendaient devant le collège pour profiter de la distribution alimentaire, et qui nous submerge ! Une certaine inquiétude règne. Mais finalement, tout se passe bien. Tahar me fait remarquer un peu plus tard que les usagers venus fouiller se plaignent de ne pas trouver ce qu’il faut ! Sans doute un indice attestant du fait qu’ils sont habitués à une certaine forme de « consommation caritative ».

Photo de Tahar Bouhouia. Les stands sont pacifiquement pris d’assaut !

Je remarque d’ailleurs à posteriori que tout porte à croire qu’ils cherchaient à prendre des affaires pour leur usage. De plus, ils ont laissé beaucoup d’affaires sur place. Leur choix était très sélectif. En comparaison, dans des situations de « pillage » que j’ai pu observer et où il ne faisait guère de doute que c’étaient des revendeurs qui prenaient « énormément d’affaires », ils récupéraient les affaires « en vrac », sans nuance, qu’elles soient utiles ou non.

Je pose à ce sujet une hypothèse. Le comportement des revendeurs s’explique sans doute en partie par le fait qu’ils ignorent la valeur marchande des biens (du moins en ont-ils une estimation très approximative) ; tandis que la valeur d’usage peut généralement être déduite de la simple observation de l’objet – à l’exception des biens qui requièrent d’être testés pour vérifier leur fonctionnement !

Toutefois, dans les deux cas (acquisition pour l’usage ou pour la vente) d’une part, le raisonnement est « probabiliste » pour ainsi dire (l’acquéreur anticipe une probabilité de vente ou une probabilité d’usage) et d’autre part, les frontières entre « bien d’usage » et « bien marchand » sont poreuses (il peut prendre un bien pour son usage puis finalement le revendre).

Ainsi, concernant une « acquisition pour usage », on pourrait distinguer :

    1. La probabilité d’utilisation du bien. Il faut tenir compte à cet égard du fait que l’avantage induit par le fait de l’avoir à disposition « chez soi » (disponibilité en principe plus élevée à moins de l’égarer !) augmente la probabilité d’usage. Mais il n’est toutefois pas exclu qu’une fois acquis, le bien ne sera jamais utilisé, ou encore qu’il le sera de façon « sous-optimale ». La question qui mérite alors être posée, et qui a un intérêt en terme d’impact environnemental, est de savoir si la modalité d’échange qui a permis l’acquisition modifie cette probabilité d’usage… On touche ici de près à un préjugé selon lequel un des effets pervers de la gratuité serait d’accroître le gaspillage ou le fait de ne pas prendre soin des affaires ! Pourquoi pas ? Mais comment le savoir ? Toujours est-il que pour confronter cette représentation aux faits, peut-être faudrait-il distinguer au préalable deux formes de gratuité en fonction de deux types d’effets distincts : a. les effets liés à une « acquisition gratuite pour l’usage » ou ceux liés à une « acquisition gratuite pour la revente » (ex : pêche pour la revente), b. les effets d’une cession gratuite (impossibilité de vendre pour diverses raisons : préférence pour le don, prix de revente trop faible par rapport aux coûts de transaction, interdiction de vente, demande insuffisante) et d’une cession marchande… J’approfondirai ce sujet dans un article ultérieur.
    2. La probabilité de ne pas le conserver (abandon, perte, destruction, etc.). En pratique, il n’est pas rare que des personnes prennent des affaires et les jettent par la suite. Dans les gratiférias, les enfants ont la fâcheuse habitude de les disséminer un peu partout.
    3. La probabilité de changer sa destination et de le mettre en vente.

Symétriquement, dans le cadre d’une acquisition pour revente (immédiate ou différée), les biens peuvent être conservés, si ce n’est qu’ils seront évalués monétairement. Ainsi, l’acquéreur potentiel pourra chercher à évaluer :

    1. La probabilité de vendre le bien. Elle dépend sans doute du prix anticipé.
    2. La probabilité de le conserver (délai avant la vente, abandon suite à erreur sur la valeur...).
    3. Le bénéfice anticipé de pouvoir l’avoir à disposition.
    4. La probabilité de changer sa destination et de le mettre en vente.

Nous effleurons ici une analyse de l’objet à travers son cycle d’usage, d’échange et de statut d’échange. J’y reviendrai ultérieurement.

15h00. L’ambiance est beaucoup plus calme sur le boomerang depuis une dizaine de minutes. La foule s’en est allée. On pourrait dire que désormais, chacun occupe son « espace ». C’est du moins ce que Ana me fait remarquer. En discutant, nous parlons de « compartimentation de l’espace ». Pour ma part, j’ajouterais à posteriori que c’est un phénomène qui m’était inconnu jusqu’à présent et que je trouve très marqué dans ces quartiers parisiens.

15h18. Il y a 18 personnes sur le Boomerang : 4 adultes sont en train de fouiller dont un couple. Je note que lorsque le couple est passé, la femme voulait s’arrêter, pas l’homme ; mais il a fini par se laisser convaincre et désormais ils fouillent tous les deux dans les affaires. La fille écrit maintenant sur le livre d’or, pas le mari.

Par expérience, je note que l’influence du genre sur l’engagement dans les espaces de gratuité est assez marquée. Les hommes sont souvent plus réticents à endosser un rôle de bénévole ou d’usager.
Certains sociologues du don, comme Godbout1 , ont déjà mis en évidence cette différenciation selon le genre dans l’économie du don. Selon eux, le don serait davantage l’affaire des femmes… D’autres considèrent que la coopération et le don seraient historiquement situés à l’opposé du patriarcat (égoïsme et domination)2.

Il convient de confronter ces affirmations aux faits. En pratique déjà, j’ai pu observer que certains usagers récurrents sont des hommes, de même que certains bénévoles ; néanmoins, il existe effectivement une inégalité tendancielle. Toutefois, avant de chercher à l’expliquer par une insondable nature humaine, il me semble plus cohérent d’avancer trois facteurs principaux :

    • l’âge et le genre des « organisateurs » du lieu qui jouent souvent un rôle moteur et qui induisent peut-être un regroupement par affinités, par identification ;
    • le contenu des espaces de gratuité qui, très souvent, lorsqu’ils sont généralistes, contiennent principalement des habits femmes (et assez peu d’habits pour hommes), de la vaisselle, des bibelots et des livres ;
    • un déterminisme culturel qui lie en Occident la pratique des activités caritatives (le care), notamment religieuses, aux genre féminin.

Ce sont à mon avis trois facteurs principaux et directement observables. Reste la question de savoir pourquoi des affaires généralement considérés comme relevant d’une « gestion plus masculine » (habits hommes, outils de bricolage, jeux vidéos), sont assez peu donnés dans les espaces de gratuité. Ceci est probablement lié à trois facteurs :

    1. la durabilité en terme d’usage des biens en question (ex : outils de bricolage) qui fait qu’on les conserve plus longtemps (un marteau reste un marteau !),
    2. une valeur marchande demeurant assez élevée accompagnée d’un certain « fétichisme » vis à vis de l’objet (jeux vidéos, vinyles),
    3. une abondance globale sans doute moindre en ce qui concerne certains biens et qui se reflète dans les espaces de dons (habits hommes).

Une riveraine de la soixantaine est venue discuter avec Tahar durant un long moment, se plaignant du fait qu’il y a trop de monde sur l’esplanade, et critiquant, entre autres, les nuisances liées aux différentes communautés d’activité. Selon Tahar, sa position vis à vis de l’espace de gratuité était ambivalente : elle était à la fois enthousiaste et critique.

Les skateurs qui sont juste à côté de nous, offrent pourtant un beau spectacle gratuit ! Ils sautent au-dessus d’un matelas posé sur la tranche la plus longue. Ils doivent avoir entre 25 et 40 ans.

Il y a des enfants qui viennent chercher de temps en temps des objets que nous avons laissés dans le camion pour éviter qu’il ne soit tous pris en même temps. Nous les distribuons au compte-goutte et les enfants repartent avec, ravis et le sourire aux lèvres. Je compte 9 personnes qui fouillent dans les caisses.

15h24. Sébastien est en train de discuter avec 2 femmes de la trentaine et une « grand-mère », accompagnées de leurs 2 petites filles (supposition). Elles essaient de jouer au cerf-volant.

Il me semble qu’après la « cohue » du début, un équilibre s’installe progressivement. Chacun des participants actifs trouve sa place. Aurore, nouvelle bénévole, potentiellement intéressée pour réaliser une vidéo autour du projet, semble apprécier de tenir le stand.

Charles me fait remarquer que pour lui, les instruments sont essentiels et qu’il est dommage qu’il n’y en ait pas davantage. Ça pourrait permettre de faire un « bœuf musical » (jam session).

Photo de Tahar Bouhouia. La batterie en libre-accès a un franc succès sur le Boomerang.

Charles me fait également observer que nous sommes disposés en ligne devant le boomerang, attendant et observant d’éventuels contributeurs. Il s’interroge. Est-ce que le fait d’observer a une influence sur la perception qu’ont les gens du lieu ? Il se demande également si les tables et les chaises posées autour n’ont pas trop tendance à faire « espace de réunion », au lieu de renvoyer l’image d’un endroit convivial.

En tous les cas, je conclus sur le fait que la disposition optimale n’est pas évidente à trouver

Christophe vient de créer un groupe WhatsApp et d’y inscrire les numéros de téléphone présents sur le livre d’or.

Une femme de la trentaine est venue me demander si nous avions une poussette. Je lui ai dit que non, mais elle a laissé son téléphone. Nous avons écrit une annonce sur le livre d’or. Cette annonce sera peut-être redistribuée sur le groupe WhatsApp en question. Je note au passage qu’elle a mis du temps à retrouver son numéro de téléphone. Elle est partie puis est revenue presque une heure après. J’ai eu l’impression qu’elle avait l’air contente que l’on prête attention à elle. Je me suis permis de la tutoyer.

J’ai entendu un père accompagné de son fils lui expliquer quelque chose d’intéressant : « je préfère donner ici parce que au moins je suis sûr que ça ne sera pas revendu ».

C’est une remarque que j’entends fréquemment dans les espaces de gratuite. Elle n’est pourtant pas très « réaliste » dans la mesure où il est difficile, voire impossible d’empêcher la revente des affaires qui y sont prises. On peut donc observer ici une confusion entre l’intention, la valeur, l’espérance qu’on projette sur un échange (« je lui donne parce qu’il va s’en servir à telle fin, et cela donne un sens à mon action ») et la réalité de l’échange et de l’usage qui seront (ou non) effectivement réalisés. Sur ce point, il faut également ajouter que le « rejet de la revente » est une demande récurrente de la part des bénévoles qui participent. Il n’est pas limité aux donneurs. Reste à comprendre pourquoi la revente d’affaires données paraît immorale dans un espace de gratuité, tandis qu’elle est parfaitement admise, encouragée et normalisée (voire industrialisées) dans des ressourceries.

Remarque : on retrouve le même « refus de la revente » dans le choix des licences Creative Commons avec une clause de non-commercialisation.

15h59. Je compte environ 12 personnes autour du boomerang. Chacune vaque à ses occupations. Certaines font de la musique (un papa et son fils), d’autres fouillent dans les caisses. Une petite est en train de regarder tout au fond d’une caisse. Comme elle est de petite taille, elle est obligée de la pencher vers elle. C’est assez rigolo à voir !

Une mère s’arrête avec ses deux enfants et vient fouiller. 2 femmes viennent également de s’arrêter accompagnées d’une jeune fille. Une femme avec un casque s’arrête et vient parler à Christophe. Elle le questionne.

16h12. Sébastien a ramené de la soupe chaude du stand de distribution alimentaire. Il a été parler avec eux et ils lui ont proposé d’en prendre. Il leur a expliqué la démarche du Boomerang. Il nous affirme que le retour a été très positif.

Une femme qui a environ la trentaine et qui est passée tout à l’heure avec le casque sur la tête est revenue, cette fois-ci sans son casque, pour donner des habits en bon état et une boîte de friandises. C’était providentiel car c’est arrivé en même temps qu’Ana et Tahar ramenaient du café et du thé. La magie des espaces de gratuité !

Photo de Tahar Bouhouia. La pause café.

17h30. Christophe me relate un petit « incident ». Des personnes ont pris des affaires et les ont jeté un peu plus loin. Par expérience, je sais qu’on observe le même phénomène avec les jouets dans les gratiférias. Les enfants les prennent, les utilisent, puis les laissent traîner !

Après une heure de calme environ, des enfants et des adultes sont revenus sur le boomerang. Il y a actuellement 13 personnes qui fouillent dans les caisses.

17h40. Il vient d’y avoir 15 personnes sur le Boomerang.

17h49. Nous commençons à remballer tranquillement.

Notes

1 Voir le numéro spécial de la revue du MAUSS : Que donnent les femmes ?, Revue du MAUSS 2012/1 (n° 39).

2 Voir par exemple Marylène Patou-Mathis, Préhistoire de la violence et de la guerre, Odile Jacob, 2013.

Compte-rendu ethnographique et réflexions sur l’espace de gratuité mobile du 02 février 2022 – n°9.

Notes prises au fil de l’eau durant la sortie du Boomerang le 02 février 2022

Des réflexions ont été ajoutées ultérieurement (en bleu clair).

Photo de Tahar Bouhouia. Une belle métaphore du libre-accès : la porte ouverte… On peut apercevoir au fond de l’allée le Boomerang qui trône en plein cœur de la cité.

14h18. Nous, c’est à dire 1 bénévole, Jasmine, et 4 « éducacteurs-chercheurs », Christophe, Sébastien, Tahar et moi-même, venons d’arriver il y a quelques minutes et installons le Boomerang en deux endroits différents séparés d’une cinquantaine de mètres. Le camion est garé avenue de Flandres juste devant le jardin Luc Hoffman (mini Parc) où nous allons très probablement aller poser un barnum ou deux.

Je note que le camion stationne sur une place où il est légal de le faire sans demander d’autorisation au préalable – à condition d’alimenter le parcmètre… C’est ici que nous le laissons pour l’après-midi en déployant le auvent et en installant une table juste en dessous avec des caisses dont le contenu est « à donner ».

Photo de Tahar Bouhouia. Le camion semble se fondre dans le décor. Il passe presque inaperçu dans le bouillonnement d’activités et de culture qui caractérise l’avenue de Flandres. (Benjamin Grassineau)

Cette disposition improvisée me permet de me remémorer les difficultés et les freins institutionnels auxquels nous nous sommes heurtés au démarrage du projet, notamment quand il fût question d’aménager et de déplacer le camion. Je relate à ce sujet les faits tels que je les ai perçus.

Initialement prévu pour prendre la forme d’une caravane1 qui se déplacerait librement dans Paris ou à l’extérieur de Paris, l’espace de gratuité mobile prit finalement corps dans des caddies, puis dans un camion mis à disposition par l’association APSAJ.

Pourquoi des caddies2 ? Pour le comprendre, revenons au démarrage du projet dans sa phase « action ».

Au départ, nous comptions aménager le camion par nous-mêmes (« auto-production ») ou en ayant recours à la participation gratuite des habitants et en maximisant la récupe (recours à l’économie non-marchande). Mais, était-ce en raison de considérations pratiques, d’une certaine inertie culturelle, d’une prise en considération de contraintes juridiques et comptables ? Toujours est-il que nous décidâmes finalement de l’« externaliser » ; c’est à dire d’avoir recours à des services exogènes et marchands.

Il me faut ici détailler ce point car il révèle une première zone de friction, sans doute propre à une action en milieu institutionnel. Cette démarche d’externalisation s’avéra en effet contre-productive. D’une part, l’aménagement du camion s’en trouva indéniablement ralenti3, d’autre part, l’implication des acteurs endogènes dans le projet fut empêchée par un « effet d’éviction » (ressources exogènes privilégiées). Quelque peu frustré par cette situation, et voyant que l’aménagement du camion tardait à démarrer – tout en sachant pertinemment que les travaux étaient simples et peu coûteux à réaliser4 je pris l’initiative de les démarrer en compagnie de J., l’autoentrepreneur missionné à cet effet. Dans la première phase, nous démontâmes les sièges et achetâmes du parquet flottant. En lien avec mon expérience des espaces de gratuité ouverts et non-directifs, cette démarche me paraissait parfaitement légitime. En effet, la maintenance y étant libre, toute personne qui a une idée d’aménagement ou d’amélioration, est parfaitement fondée à les mettre en œuvre sans demander l’avis d’un « groupe » au préalable5, du moins tant qu’elle les prend en charge ! Mais à contrario, une action dans un contexte institutionnel laisse peu de place à cette modalité organisationnelle. Et une première zone de tension se fit jour à propos de la question de l’aménagement. Il me fut alors reproché de : 1. ne pas avoir établi un devis au préalable, 2. de ne pas avoir acté une décision prise collectivement, 3. de trop travailler seul, 4. de ne pas avoir assez planifié les travaux, etc. Autant dire donc, que mon initiative fut plutôt mal reçue ; et il y eut d’ailleurs un « retour de bâton » de la part de l’équipe administrative dont pâtirent les autres éducateurs-chercheurs engagés dans le projet !

Passé cet incident, les travaux tardèrent, ralentissant le démarrage du projet au point de rendre sa réalisation effective de plus en plus hypothétique… Si bien qu’au printemps 2021, craignant que le projet ne s’enlise pour de bon, je proposai à l’équipe d’éducateurs-chercheurs de réaliser un espace de gratuité éphémère, en utilisant des caddies6 de façon indépendante, pendant ou en dehors des heures de travail, afin de contourner de la manière la plus souple et légère possible la paralysie de la situation et de les confronter au fonctionnement réel d’un espace de gratuité – qui, à ce moment du moins, donnait lieu à de nombreux phantasmes et à des représentations bloquantes sur sa non-faisabilité dans le territoire visé. De fait, cette première expérience permit effectivement de confronter positivement l’équipe de pilotage à la réalité des espaces de gratuité. Qui plus est, elle démontra à l’équipe administrative que la démarche était inoffensive et sans danger !

Peu de temps après, le camion fut enfin aménagé. Seulement, nous fûmes alors confrontés à un nouvel écueil institutionnel. La direction nous demanda de disposer d’autorisations pour le faire stationner, nous renvoyant à un « principe de réalité ». Nous acceptâmes, mais les demandes patinèrent, du fait, entre autres, d’une mauvaise coordination au sein de l’équipe de pilotage, mais aussi, de la multitude des intermédiaires à contacter. Puis finalement, nous débloquâmes la situation en montant un dossier relativement solide de façon à appuyer et sécuriser la demande. Nous obtînmes alors les autorisations peu de temps après.

Fin de l’histoire ? Non car la question demeure encore vive. Comment déplacer le boomerang de la façon la plus libre possible ? Comment faire pour qu’il atteigne les objectifs que nous lui avons fixés ? À savoir, circuler entre les quartiers en rivalité et être déplaçable, au moins à la demande, par les habitants eux-mêmes ? Actuellement, les déplacements sont limités par des questions administratives (zone d’intervention de l’association, entre autres). Ces frontières sont-elles vraiment infranchissables ? Autant de questions qui continuent à alimenter notre recherche-action et à questionner les limites de la mobilité en milieu institutionnel.

14h36. Après quelques tergiversations, nous choisissons finalement de mettre deux barnums dans le jardin Luc Hoffman (Christophe a pesé dans la prise de décision).

Photo de Tahar Bouhouia. Les barnums sont installés au cœur du jardin, entouré de grandes barres d’immeubles. La dimension à la fois participative et théâtrale, pour reprendre la métaphore apportée par Tahar Bouhouia, s’en trouve renforcée.

Une femme est venue nous parler et nous demande qu’on garde ses affaires parce qu’elle a une course à faire. Il s’agit de livres et de quelques cd.

Je note que c’est un service qui est couramment demandé dans les espaces de gratuité. Je l’observe régulièrement à la gratuiterie de Limoux ; et j’ajoute qu’il est rare que les personnes viennent récupérer les affaires qu’elles réservent7 !

Je rapprocherais volontiers ce phénomène d’une pratique que l’on peut observer couramment dans les gratiférias « avec mise en commun »8, où chacun essaie de se réserver un petit espace à soi, à l’écart du centre où les affaires s’échangent, pour y amasser le « résultat de sa cueillette » ou ses affaires personnelles, en espérant ainsi éviter qu’ils ne se fassent prendre – précaution qui s’avère d’ailleurs parfois vaine !

Je m’interroge. Cette demande de garder les affaires est-elle une manifestation de la « rivalité d’acquisition9 » qui est « latente » entre les acquéreurs potentiels dans les espaces de gratuité ? Et la gratuité rend-elle cette rivalité d’acquisition plus « forte » ? Ou exacerbe-t-elle seulement le sentiment des acquéreurs potentiels que la rivalité d’acquisition est plus forte (effet sur les représentations) ? En effet, sachant la « chose » convoitée privée de la « protection » que lui confère un « statut d’appartenance et d’échange » plus contraignant pour les acquéreurs (en cas de non-rationnement et de non-différenciation des biens proposés), peut-être exagèrent-ils le risque de ne pouvoir l’acquérir ? Cette situation pourrait alors engendrer des comportements d’accumulation excessifs, voire des conflits10. Dans les représentations sur la non-faisabilité des espaces de gratuité qui ont précédé la mise en place du Boomerang, cette crainte fut souvent formulée. Est-elle fondée ?

C’est peu probable. Car tout bien réfléchi, la rivalité d’acquisition dans un contexte non-marchand diffère-t-elle vraiment de celle qui s’observe dans l’économie marchande ? Les vendeurs ne jouent-ils pas en permanence sur cette crainte, fondée ou non, qui anime l’acheteur, de voir l’objet convoité être acheté par un autre « prétendant » à l’achat ? Néanmoins, l’échange marchand joue peut-être un rôle pacificateur dans les phénomènes d’appropriation. La sanction du prix et la norme de l’échange marchand venant alors éteindre les conflits potentiels entre les acquéreurs en rivalité.

Cette question ne saurait être traité de façon satisfaisante sans faire un détour théorique sur les fondements du désir de possession. Pourquoi possède-t-on et pourquoi désire-t-on posséder ? Question simple… seulement en apparence. Comme nous venons de le suggérer, l’intensité du désir de possession dépend sans doute des « règles et des modalités d’échange ». La modalité étant par exemple, « gratuit », « payant », tandis que la règle définit les conditions d’accès. Ex : « premier arrivé, premier servi », « à chacun selon ses besoins », « tirage au sort », « vendu au plus offrant », « en cas de désaccord, on discute ». Ainsi, comme la chose présente dans un espace de gratuité se trouve dans une situation « précaire » (elle peut être prise à tout moment), elle attise chez l’acquéreur potentielle l’envie de la posséder. Toutefois, on pourrait tout aussi bien rétorquer qu’une chose inaccessible, ou accessible seulement à des personnes ayant les moyens de l’acquérir, accroît fortement le désir qui est dirigé vers elle, tout autant que la frustration qui en résulte. Phénomène qui s’expliquerait par la projection d’une « hiérarchie sociale » sur la chose : la chose est convoitée car elle est identifiée, assimilée à des personnes situées en haut de la hiérarchie sociale. On pourrait parler à ce titre de « valeur sociale de la chose ». Phénomène qui fut fort bien documenté par T. Veblen.

Sous cette hypothèse, qui paraît crédible, la pertinence de la micro-économie néo-classique et plus généralement de l’approche utilitariste qui est si courante en sciences sociales, est fortement remise en cause. Dans le « modèle standard », on part en effet des préférences (les motivations), censées être « antérieures » à l’échange, pour en déduire une fonction d’utilité (un désir, un besoin…), puis une demande, une action (l’achat) et un prix (collectif) qui en résulte. Sauf que dans les faits, le sens de la causalité est inversé. En effet, les prix, les variations de prix, et la présence des autres acheteurs potentiels, qu’ils soient réels ou imaginaires, concourent à établir la « valeur sociale » de la chose, et constituent donc une donnée « exogène » qui influe sur les préférences.

Bien entendu, il arrive que le désir de possession d’une chose ne soient pas conditionnés uniquement par sa « valeur sociale ». On peut raisonnablement admettre qu’une personne désire posséder une pomme pour satisfaire son « besoin de s’alimenter ». Toutefois, même sans s’égarer dans la délicate question de la fabrication sociale de ce type de besoins ou du moins de la façon de les satisfaire, il est évident qu’ils ne représentent qu’une part plutôt minime des motifs de possession.

En pratique, on peut en énumérer bien d’autres. Prenons soin pour cela de bien distinguer la possession volontaire, qui résulte d’une action consciente et délibérée, et la possession involontaire, qui peut être accidentelle ou contrainte (imposée par autrui ou par des contraintes « naturelles »). En se plaçant dans le cadre de la possession volontaire, quels peuvent être les motifs de la possession, qu’elle ait pour source l’acquisition d’un bien existant ou la création d’un bien ?

Je me propose de les classer en fonction de plusieurs critères :

    • La destination de la chose prise du point de vue de l’échange. Distinguons :
      • L’usage personnel et fonctionnel. On peut parler « d’auto-production ». La chose vise à « auto-produire » un service que l’on se « rend à soi-même » : se nourrir, se vêtir, se chauffer, lire, etc.
      • La valorisation marchande : revente, location, spéculation. Dans ce cas, la chose est acquise et possédée dans le but d’être vendue. Et l’acquéreur s’intéresse essentiellement à sa valeur marchande. Ajoutons qu’elle n’entre pas dans un processus productif.
      • Le partage. L’acquéreur acquiert une chose pour la partager ou proposer de partager son usage. Il peut ainsi « libérer » la ressource qu’il a acquise. C’est typique du logiciel libre où le bien est acquis ou plus souvent créé (parfois par « clonage ») dans le but d’être « libéré ».
    • La possession en vue d’une action sur la chose.
      • La possession vise la possession en tant que telle ! La collection, voire la syllogomanie (la possession est recherchée en soi) ou syndrome de Diogène présentent cette caractéristique. Dans le même ordre d’idée, la possession peut viser à élargir les frontières du Soi, en tant que les choses que l’on possède en constituent un prolongement.
      • Le fructus. La chose est possédée pour ce qu’elle produit ou permet de produire. Soit par l’intégration dans un processus de production (on parle alors souvent de consommation intermédiaire, mais la distinction avec l’usage personnel est contextuelle), soit par les « fruits » qu’elle peut produire.
      • La valeur « symbolique » (valeur sentimentale, rituelle). Par exemple, un héritage.
      • La destruction, la transformation, la reproduction de la chose (une partie de l’abusus). La chose est possédée dans ces objectifs qui peuvent être assujettis à d’autres finalités.
    • La possession en vue d’une action sur ou d’un positionnement par rapport autrui.
      • L’ostentation. La chose est possédée pour la valeur sociale qu’elle confère à son acquéreur. L’usage fonctionnel est secondaire.
      • La privation infligée à autrui. Soit pour lui nuire, soit pour son bien (le protéger, protéger un tiers…). Les motifs sont variables. Ceci dans la mesure où lexclusivité d’usage (pouvoir exclure l’autre de l’usage de la chose) lié à la possession (transfert du droit d’usage dans un cadre formel) peut tout aussi bien servir à protéger la chose d’une utilisation par un tiers qu’à l’empêcher sciemment de la posséder !
    • La temporalité de l’usage dans la possession. La possession permet un usage :
      • Instantané (ex : consommation sur place).
      • Possible sur le long-terme (intervalle de temps élargi à la durée de vie de la chose). Le fait d’acquérir une chose confère à l’acquéreur une exclusivité d’usage sur elle, au sens large (abusus, fructus et usus) et autorise ainsi des actions sur la chose facilitant un tel usage : détention, localisation, classification, etc.
      • Futur. La chose est conservée en vue d’un usage ou d’une revente future (épargne).
    • Enfin, il se peut que ce soit l’action de création ou de recherche de la chose qui soit désirée en tant que telle et non la possession de la chose proprement dite. Dans ce cas, la possession est la résultante plus ou moins volontaire d’une activité productive ou d’une activité d’acquisition (lèche-vitrine, cueillette, …) qui est recherchée pour ses effets intrinsèques.

Ajoutons que ce désir de possession ne peut être pleinement compris qu’en le comparant avec deux autres processus qui lui sont indissociables : l’évitement de la possession (on ne veut pas posséder et l’action qui en résulte) et la dépossession (on ne veut plus posséder et l’action qui en résulte). Les motifs ne sont alors pas forcément les mêmes.

Dans l’évitement de la possession (désir de ne pas posséder, ou fait de refuser d’acquérir), on pourrait observer les motifs suivants :

    • L’anticipation des coûts liés à la possession, qu’ils soient physiques ou monétaires, (encombrement, frais liés à la propriété, prix, risque de pénalités en cas de vol, obligation de rendre la chose intacte en cas de location ou de prêt (ou dédommagement)11, etc).
    • La présence de barrières physiques, cognitives (information manquante), juridiques, économiques (prix), qui freinent l’accès à une chose (coûts d’acquisition).
    • La peur de se sentir redevable envers le cédant, en particulier en l’absence d’obligation de contre-partie dans l’échange12.
    • La peur de priver l’autre ou le désir de partager équitablement. Cette motivation est fréquemment avancée par les usagers des espaces de gratuité. Il est à noter qu’elle est courante dans le cadre de la répartition des ressources en famille – mais pas systématique !
    • La nécessité de partager des choses de façon à pouvoir réaliser une action collective. Typiquement, il ne sert à rien dans un jeu d’échecs de posséder, du moins au début de la partie, à la fois les blancs et les noirs ! Le renoncement à la possession est donc très souvent une condition nécessaire à la division du travail ou à la coordination au sein d’un travail collectif.
    • L’absence de désir envers la chose, voire la crainte de la chose, élément évident qu’il ne faudrait pas non plus négliger !

Enfin, s’agissant du désir de ne plus posséder, quels en sont les constituants ? On peut retenir les suivants :

    • Convertir une chose en monnaie (vente) ou en une autre chose (troc).
    • Se débarrasser d’une chose devenue inutilisable ou qui n’est plus utilisée.
    • Réduire un encombrement (motivation récurrente dans les espaces de gratuité).
    • Pouvoir racheter du neuf, notamment quand il n’y a pas de raisons valables de détenir l’objet en plusieurs exemplaires.
    • Réduire un coût (financier, psychologique…) lié à la détention de la chose.
    • Impossibilité légale de conserver la chose, danger lié à l’utilisation volontaire ou non de la chose, etc.
    • Partager, aider l’autre, donner la chose à quelqu’un qui en aura plus l’utilité que soi.
    • Nuire à une personne en lui cédant une chose qu’elle ne souhaite pas recevoir (armes, déchets, etc.) ou ne souhaiterait pas recevoir si elle avait une parfaite connaissance de ses effets (dol, externalités négatives, par exemple).

Nous voyons donc bien que le désir de posséder, tout comme celui de ne plus posséder ou de ne pas posséder, sont loin d’obéir aux modèles simplistes (qui n’ont rien en commun avec des « simplifications »…) si souvent mis en avant dans la micro-économie néo-classique, où l’utilité croît indéfiniment quand la quantité du bien possédé augmente, et où la confusion entre usage et possession est patente13! Descendons du ciel des idées et nous voyons bien en atterissant qu’en pratique, nous effectuons en permanence des arbitrages complexes, parfois singuliers, plus ou moins rationnels, et en tous les cas fortement normés, entre possession, dépossession et non-possession.

Il semblerait que nous nous soyons trompés d’endroit pour le boomerang. Il devait probablement avoir lieu à Nathalie Sarraute. Tahar me fait remarquer qu’à son avis, l’origine du problème vient d’un souci de coordination. Pour plaisanter et apaiser la tension qui s’installe autour de la controverse naissante, je suggère que finalement, il y a peut-être un Boomerang sauvage en préparation à Nathalie Sarraute ! Intérieurement, je me dis que cela pose très sérieusement la question de l’ubiquité d’un espace de gratuité ! D’ailleurs, ne l’avons-nous pas dédoublé pour cette sortie.

Jasmine à ramené un sac d’affaires à donner comprenant des habits et de la nourriture.

14h51. Un homme d’une quarantaine d’années vient jouer de la batterie. Il maîtrise bien l’instrument. Il se présente comme étant haïtien. Il n’y a pas grand monde dans le parc ; en tout, je repère environ 12 personnes. Des enfants viennent d’arriver ; ils se dirigent pressés vers le boomerang. Sur les trois, l’un d’entre eux a un ballon, l’autre une trottinette.

L’« affaire » du planning continue. Il s’agirait d’une erreur de Tahar selon Christophe.

Ce petit incident me paraît assez révélateur sur deux points.

Le premier est que l’espace de gratuité, en tant qu’élément centralisant temporairement des échanges d’un certain type (« modalité d’échange non-marchande ») est confronté à la question de sa localisation et de la nature de ses déplacements. Où se trouve-t-il et où se trouvera-t-il ? Où était-il ? Qui est au courant ? Comment le faire savoir ? En pratique, une des questions fréquemment posée est : « quand reviendrez-vous ? ». De même, au sein de l’équipe des éducateurs ou chez les bénévoles actifs dans le projet, la question de la prévisibilité des sorties fait l’objet d’une demande. Mais alors, comment décider de ces dates ? Et comment les communiquer ?

Ceci nous amène au deuxième point. Au delà de la demande des contributeurs, qu’ils soient éducateurs, contributeurs ou simples usagers, nous sommes confrontés à un quatrième protagoniste, plus diffus, et que nous appelons « l’institution ». Elle « réclame » une planification et un encadrement des sorties. Il en résulte une tension entre les différentes demandes et les différentes formes de régulation ; notamment entre la demande endogène et exogène et la régulation endogène et exogène. L’incident – par ailleurs vite oublié – met en relief cette tension latente. Il rappelle, comme le souligne un auteur comme A. Strauss, ou dans d’autres domaines, M. Douglas et J.D. Reynaud, que le fait social, même s’il se présente à l’observateur sous la forme d’une règle cristallisée, comme figée à un instant donné, est en réalité la résultante d’un processus de négociation (ou de création) en amont. Et on voit ici qu’il est déterminé par de multiples facteurs : juridique, institutionnel, « pratico-pratique », enjeux de pouvoir, etc.

Hella et Mohamed sont arrivés il y a un peu moins d’une dizaine de minutes. Les enfants fouillent avec Christophe. Jasmine et Charles sont en train de faire du rangement. Charles trouve un habit sale et s’exclame en le mettant à part, « ça ne partira jamais si c’est dans cet état ».

Problème courant dans les espaces de gratuité à contribution ouverte : les donneurs apportent parfois, et ce malgré les consignes affichées, des affaires en mauvais état. Pourquoi ?

Je n’ai pas de réponse à cette question, mais j’ai néanmoins pu observer les faits suivants :

    1. Ils minimisent fréquemment l’état de dégradation de leurs biens – cela dit, il est vrai que cette donnée est assez subjective et dépend objectivement de plusieurs paramètres (ex : objet de bonne facture mais tâché, objet cassé mais pouvant être facilement réparé, etc.).
    2. Ils affirment souvent en apportant leurs affaires qu’ils n’aiment pas jeter – faut-il alors penser que « donner donne bonne conscience » (conscience environnementale, attachement affectif aux affaires personnelles) pour racheter des objets neufs ?
    3. Ils avancent parfois que, même s’ils sont en mauvais état, ils pourront quand même servir à une personne plus pauvres qu’eux.

Tahar est en train d’expliquer à 2 personnes qui passent, une femme de la cinquantaine avec peut-être sa fille ou sa petite-fille, le fonctionnement de l’espace de gratuité mobile.

14h55. Je pars14 observer le camion garé sur l’avenue de Flandres et aperçois 2 personnes, un homme d’une cinquantaine d’années et une femme, qui s’affairent à fouiller méthodiquement dans les caisses. Je précise qu’il n’y a personne au camion pour tenir le stand. Celui-ci est laissé à libre disposition des passants. Nous avons simplement sorti un store directement fixé au camion et une table disposée en dessous, avec des caisses de CD et des livres.

14h57. 2 enfants supplémentaires viennent d’arriver sous les barnums. Il y a 7 enfants sur le stand, certains jouent au diabolo.

15h03. 3 ados passent mais ne s’arrêtent pas. Tahar leur propose de venir, ils déclinent l’invitation prétextant, je pense, qu’ils sont occupés.

15h07. 2 nouveaux jeunes. L’un utilise le mot « dévaliser ».

15h11. 2 femmes de la quarantaine prennent des affaires. Une femme vient poser des questions. Elle compare la boutique a celle du 12e. Elle semble gênée qu’on prenne des photos pour la communication. Une discussion s’enclenche avec Tahar à ce sujet. Mais je ne la suis que par bribes.

2 personnes ont pris de la nourriture en demandant la date de péremption et en prenant exclusivement des aliments qui leur plaisent.

Tahar note ce qu’il appelle un « passage de seuil ». La personne qui a amené le couscous la dernière fois est venu au jardin alors qu’elle dit avoir peur, en temps normal, de s’y rendre.

15h20. Une nouvelle femme, la trentaine, vient fouiller.

Tahar nous affirme que s’il y avait plus d’affaires, il y aurait plus de monde. Il demande alors pourquoi nous n’avons pas mis plus d’affaires. Je réponds que c’est parce qu’il n’y avait pas beaucoup de monde.

Cette deuxième controverse révèle à mon avis deux éléments intéressants pour analyser ce que j’appellerais l’« idéologie marchande », c’est à dire, une idéologie qui légitime et promeut l’économie marchande.

Le premier est que l’intégration par les éducateurs de critères d’efficacité relevant d’une problématique « démographique » s’ancre de façon de plus en plus perceptible dans le projet. Se calquant sur les objectifs de la prévention spécialisée, la finalité de l’espace de gratuité pourrait-elle alors évoluer vers l’objectif consistant à ramener le « bon public » ? Cette remarque fait écho, du moins dans mon expérience des espaces de gratuité, à deux questions qui me sont très fréquemment posées et qui ne manquent jamais de me laisser dubitatifs !  « Est-ce que ça marche ? » et « est-ce qu’il y a du monde ? ».

Si on s’autorise à « questionner ces questions », pourquoi sont-elles posées ? J’avance une hypothèse. Il faut les considérer comme la manifestation d’une idéologie marchande qui opère en arrière-plan et qui mesure la réussite d’une action, ou d’une organisation, à l’aune du critère de l’efficacité marchande. Pour qu’une action soit légitime, valide, il faut qu’elle marche, qu’elle soit rentable ! Ainsi, une activité rémunérée doit être socialement utile pour justifier son salaire !

Mais cela étant, pourquoi l’efficacité marchande est-elle conditionnée à une variable démographique ? Peut-être parce qu’elle est souvent évaluée au regard de plusieurs critères : dans le cas d’une entreprise, il s’agit du nombre d’acheteurs (clientèle) et de sa qualité (richesse) (auxquels il faut bien sûr ajouter le volume de financement, la capacité de production, la situation comptable, etc.) ; dans le cas d’une association subventionnée qui indirectement vend une prestation au financeur, la variable démographique est la fréquentation et elle intervient comme un substitut à la sanction imposée par la rentabilité, généralement liée, en simplifiant, à la quantité d’acheteurs.

Deuxième élément propre à l’idéologie marchande : le « sens de l’échange » et la « valeur de la chose » sont pour ainsi dire « transcendants ». La possession de biens dotés d’une valeur intrinsèque définit la richesse et, par suite, le désir et la demande qui vont être orientés vers ces biens puis, par extension, toute action qui vise à l’obtenir (et il est très difficile de démontrer qu’une action ne vise pas indirectement à l’obtenir !) et qui a pour finalité (qui doit) nécessairement compenser le transfert de richesse, la dépossession, la « perte sèche », le sacrifice. Il n’y a donc pas de contre-partie « intrinsèque » à l’action en tant que telle. Les deux actions sont étanches. La contre-partie réalisée par B, de même que la réception de l’action de A par B, n’a aucun impact sur l’action originelle réalisée par A. Pour faire une analogie avec le champ de l’épistémologie, l’acquéreur (l’observateur) n’a aucun impact sur le cédant (le sujet d’observation). Il y a d’un côté une perte sèche, de l’autre un gain absolu ! Et c’est cela qui définit, de « façon transcendante », ce que j’appelle le sens de l’échange. L’idéologie du travail s’inscrit dans ce cadre de pensée : le travailleur se doit de montrer que son travail est pénible, coûteux, qu’il constitue un sacrifice et qu’à ce titre, la contre-partie qu’il reçoit est justifiée.

À l’inverse, dans un échange non-marchand, le sens de l’échange est plus flou, instable. D’une certaine manière, le receveur donne et le donneur prend, le receveur perd et le donneur gagne, et vice-versa ! Par exemple, est-ce l’auditeur qui offre son écoute ou le conférencier qui offre sa parole ? Est-ce l’auto-stoppeur qui offre sa présence ou le conducteur qui offre le trajet ? Ne dit-on pas recevoir quand on offre le logement à quelqu’un ? Enfin, le receveur d’un don manuel ne donne-t-il pas son estime au donneur ?

Ajoutons que le sens de l’échange peut varier dans une transaction qui est « ontologiquement » parlant de même nature. Prenons le cas du pâturage. Il peut donner lieu à une circulation monétaire qui va du propriétaire du troupeau vers le propriétaire du terrain (location du terrain), à une absence de circulation monétaire, en général dans le cadre d’un échange de bons procédés, à une circulation monétaire qui va du propriétaire du terrain vers le propriétaire du troupeau (contrat de débroussaillage). Aujourd’hui, concernant le pâturage, cette inversion de la polarité de l’échange est normalisée, mais il y a encore une dizaine d’années, elle n’allait pas du tout de soi ! Elle était déviante, saugrenue !

Reste que la question demeure : pourquoi certaines activités se font tout à la fois sans obligation de contre-partie (monétaire) et d’autres non ? Pourquoi, même si l’échange est mutuellement profitable et comprend des bénéfices et des pertes de part et d’autre, rajouter une transaction supplémentaire qui vient se superposer, se surajouter à l’« action mutuelle » et qui vient polariser l’échange ? Le propre de l’échange marchand n’est-il pas justement de créer une « asymétrie artificielle » ? Tant dans le sens de la circulation de la monnaie que dans la conception de la perte et du profit (deux instances devenues « hermétiques » qui s’excluent l’une et l’autre) et, par suite, dans le sens des finalités, des intérêts, de l’information.

Autrement dit, l’échange n’a pas de sens en tant que tel, c’est la modalité d’échange qui le polarise. Certes, mais d’où provient cette modalité d’échange ? Comment et pourquoi est-elle distribuée spatialement, historiquement et entre différentes activités ? La réponse à cette question sort du cadre de ce compte-rendu, mais on peut déjà affirmer, grâce à notre travail d’expérimentation et d’observation qu’il y a derrière ce processus de polarisation une idéologie d’arrière-plan qui tend à légitimer l’ordre des choses (et l’espace de gratuité mobile en bouleverse les codes) ; l’ordre marchand en l’occurrence ; à en faire un « allant de soi » qui découlerait de la nature même des choses, de leurs propriétés, voire de la nature humaine. Le sens de l’échange, tout comme la valeur des choses, la nécessité de la possession, de la propriété et de l’échange marchand, l’antériorité des motivations sur l’action, seraient autant de phénomènes qui préexisteraient et qui détermineraient la réalité sociale telle qu’elle doit être. Ce faisant, ils délimitent l’horizon des possibles.

C’est ainsi que l’action de donner est nécessairement sacrificielle pour le donneur, tandis que celle de prendre est nécessairement profitable pour le preneur. Car dans l’idéologie marchande, le sens de l’échange est déterminé par cinq critères : 1. la possession de la chose, 2. la modalité d’échange sous lequel le transfert de droit d’usage de la chose a lieu, 3. le sens de la circulation monétaire qui accompagne ce transfert de droit d’usage, 4. le statut d’échange (à donner, à prêter, etc.), 5. la proposition d’échange (qui demande, qui offre ?).

Dans l’idéologie marchande, celui qui ne la possède pas désire forcément la chose détenue par autrui, dans la mesure où elle possède une valeur intrinsèque. Ce faisant, transférer le droit d’usage de cette chose a un coût pour ce dernier. Ne prenant en compte que cette perte potentielle, il se doit d’imposer au demandeur une obligation de compensation, sous une forme monétaire, ou en tous les cas, sous une forme mesurable qui permet de compenser la perte subie. Enfin, la demande est forcément adressée à celui qui possède.

Que cette modalité d’échange ait une assise socio-économique, cela ne fait guère de doute. En revanche, là où l’idéologie marchande crée une distorsion, c’est quand elle tend, d’une part, à déformer le réel pour la généraliser à toutes les formes d’échange et d’autre part, à considérer que la modalité d’échange n’a pas d’impact sur le sens de l’échange et la valeur intrinsèque des choses qui s’échangent. Or, nous savons bien qu’il n’en est rien. La même activité, si elle est réalisée sous la contrainte, avec obligation de contre-partie ou avec obligation de s’exécuter sans contre-partie, n’aura pas les mêmes propriétés, ne suscitera pas les mêmes désirs, les mêmes représentations, les mêmes motivations.

En terme d’action, ces conclusions nous conduisent à rejoindre les travaux d’I. Illich autour de la notion d’outil convivial. La possibilité pour tout un chacun de donner son propre sens à l’outil, à la chose, à l’échange (pourvu que soit laissée aux personnes la liberté de le façonner comme ils l’entendent), permet la construction d’un sens, d’une finalité, qui est postérieure à l’activité proprement dite. La finalité se construit sur la base d’une interaction préexistante. La fameuse formule de Sartre paraît ici tout à fait appropriée : « l’existence précède l’essence ». Mais nous pourrions la reformuler ainsi : « l’échange précède le sens » !

15h27. Arrivée de Raphaël et Yannick. Ils disent bonjour à des jeunes et discutent avec eux.

Photo de Tahar Bouhouia. Un moment calme sur le Boomerang. On retrouve ici une correspondance entre la dynamique des espaces de gratuité et celle du travail des éducateurs de rue : la succession de périodes très actives avec des périodes plus calmes (Benjamin Grassineau).

15h47. Nous jouons de la guitare. C‘est la fête ! Et je dicte au smartphone en plaisantant, et en sa présence, que Sébastien détourne de façon déplorable des classiques de la chanson française autour du thème de la gratuité, et que c’est un scandale ! On reprend en effet des chansons que l’on détourne autour du thème du boomerang. Une dame âgée fait des papiers avec Christophe. Pas grand monde. On en parle. Est-ce que c’est un « problème » ? En tous les cas, c’est un sujet de discussion et de préoccupation régulier.

À nouveau, on décèle ici la manifestation d’une idéologie marchande qui œuvre en arrière-plan. L’efficacité d’une action ou d’une structure se mesure à sa capacité à produire des transactions effectives. Au point, d’ailleurs, qu’il importe peu, bien souvent, que ces transactions ne « servent » à rien ou qu’elles n’aient aucun sens. À l’inverse, les espaces de gratuité ne sont pas assujettis à une logique d’efficacité, mais à une éthique. De façon plus précise, cette éthique se jauge à la conformité des échanges qui s’y déroulent à un modèle-type de l’échange non-marchand. D’autre part, l’efficacité, si elle doit être mesurée, concerne non pas la maximisation du volume des échanges mais la maximisation de la disponibilité des ressources, dans l’objectif d’accroître les possibilités d’action, soit donc, le champ des possibles. C’est peut-être en ce sens que la recherche-action est pleinement adaptée à leur étude, en tant qu’il s’agit d’une démarche de recherche qui s’intéresse à la délimitation et à l’extension du champ des possibles à travers le biais d’expérimentations in situ.

16h10. Clara et Samir sont arrivés il y a 10 minutes. Ils jouent au diabolo avec Charles. Quelques personnes passent sporadiquement. 2 femmes trentaine, 1 femme la cinquantaine. 3 enfants fouillent et jouent.

Photo de Tahar Bouhouia. Deux points sont remarquables sur cette photo. Comme on peut l’observer, en l’absence (relative) de contrainte, chacun occupe spontanément un rôle qui lui convient dans l’espace de gratuité. Les uns jouent, d’autres fouillent, quelques-uns discutent, certains font de la musique, d’autres attendent, etc. D’autre part, en l’absence d’une frontière administrative qui délimite l’espace géographique et l’espace des activités (cas d’un atelier professionnel bien délimité, avec réservation, mesure du nombre de personnes, etc.), l’espace de gratuité se fond dans l’espace où il s’insère. La frontière s’estompe entre les activités qui s’y déroulent en son sein et celles qui se déroulent dans le parc (foot, parc de jeux…) – avec une dilution de plus en plus grande au fur et à mesure qu’on s’éloigne du « centre de gravité de l’espace de gratuité », qui agit comme un attracteur. Cela d’autant plus qu’elles partagent un point commun : la modalité d’échange (gratuité des activités) est la même. À contrario, il est intéressant de noter que certaines activités marchandisées ou privatisées qui se déroulent dans la rue produisent une frontière bien plus hermétiques : spectacles de rue payants, marchés de rue, visite guidée, etc. Pour autant, les interactions entre ces espaces marchandisés et non-marchandisés ne sont pas guidées exclusivement par la modalité d’échange qui prédomine en leur sein. Mais il semble y avoir une sorte « d’effet contagion ». Hypothèse qui demanderait à être explorée et testée. (Benjamin Grassineau).

16h18. Une femme, la trentaine avec 3 enfants fouille dans les caisses.

16h25. Un homme la trentaine vient fouiller. Une habitante du quartier est venu parler avec nous pendant environ 20 minutes. Elle nous a raconté des problèmes liés à l’eau, au chauffage, aux écoles, qui plombent le quartier et qu’elle cherche à solutionner avec son association Organisez-vous. Elle est en lien avec une autre association Espace 19 et elle souhaiterait embaucher un jeune. Elle nous laisse pour cela ses coordonnées. Je lui parle de Christophe, spécialisé dans l’organisation communautaire, mais je n’arrive pas à le localiser.

16h30. 4 personnes en plus. Sébastien explique le fonctionnement a une femme enceinte. 7 enfants, 2 petits de trois ou quatre ans jouent à la batterie. Une jeune de la vingtaine vient prendre un thé. 4 ados et un couple la trentaine.

Il y a pas mal de jeunes qui s’amusent. 5 jouent à la batterie et au ballon. D’autres sont en train d’apprendre à jongler avec Christophe et 3 petits collégiens, dont une petite, sont en train de fouiller dans les caisses. Il y a du monde qui arrive. Il y a déjà plus de monde dans le parc .

16h47. 10 enfants. Deux petites de 8 ou 10 ans présentes la dernière fois que je reconnais de vue.

Photo de Tahar Bouhouia. D’une manière générale, les enfants et les jeunes adolescents apprécient bien le Boomerang, tous genres confondus. En revanche, à l’adolescence proprement dite, ce sont actuellement surtout les adolescentes qui semblent intéressées pour participer. (Benjamin Grassineau)

16h55. Environ 20 personnes. Une dame est partie avec un gros sac. Tahar lui a fait une réflexion après m’avoir demandé s’il fallait en faire une en présence de Charles. Moi et Charles n’étions pas trop motivés pour le faire.

17h17. Il y a environ 8 enfants sur le stand il fouille il joue il s’amuse.

17h24. Il y a 22 personnes en tout sur le boomerang

17h50. Nous remballons. Tahar me fait remarquer que 2 personnes ont quitté leur cité, en ayant eu l’information sur un autre Boomerang, pour venir nous aider : l’une habite aux Orgues, l’autre au « 156 ». Nous avons dû quitter le parc parce que les gardiens nous ont demandé de le faire mais l’ambiance est bonne avec eux. Le rapport est chaleureux. Tahar me fait remarquer qu’il s’agit de l’heure réglementaire.

17h52. Nous sommes en train de discuter en cercle. Sont présents, l’équipe du 156, ainsi qu’Audrey et Charles.

18h12. Fin de l’action.

Photo de Tahar Bouhouia. Le Boomerang au coeur de la cité.

1 Sur le modèle de la caravane de la gratuité créée par l’association GratiLib.

2 Le Boomerang est-il un caddie ou d’un camion ? Disons que le choix dépend des circonstances et que dans le cas présent, la fonction transcende l’objet ! Sébastien, un des acteurs-chercheurs du projet, a trouvé la formulation idéale pour décrire cette caractéristique : le Boomerang est un espace de gratuité mobile et polymorphe !

3 Le confinement lié à la pandémie de Covid 19 n’arrangeant rien… Voici, par exemple le planning prévisionnel début 2021. Il permet de mesurer l’écart assez saisissant avec le réel ! J’ai créé le planning à la demande de la direction. Il était disponible en ligne sur un pad. Mais il n’y eut pas de contributions.

4 Nous avions déjà aménagé deux caravanes de la gratuité au préalable. Hélas ! La première le fut en vain car au moment de la mettre en circulation, impossible de retrouver les papiers !

5 J’emploie l’adjectif « un », car quel est le groupe légitime dans de tels espaces fonctionnant sur le modèle d’un outil convivial ? Il n’est pas toujours facile de l’établir.

6 J’avais déjà participé à des actions en 2012 – 2013 avec des caddies gratuits, dans une démarche que nous avions appelée « démarchandisation des vide-greniers » ! J’avais créé, peu de temps après, une catégorie d’espace de gratuité, « caddie gratuit » dans une typologie des espaces de gratuité introduite sur le site nonmarchand.org dans le cadre d’un recensement des espaces de gratuité existants, ou à créer…

7 J’appuie mon propos sur une expérience qualitative ; je ne dispose pas de statistiques venant la corroborer.

8 Dans de nombreuses gratiférias, les affaires sont proposées et disposées au centre d’une salle, d’une place, dans un grand espace commun. D’autres, plus rares à ma connaissance, sont davantage calquées sur le modèle du vide-grenier : chaque exposant tient son stand et repart avec.

9 Je parle ici de rivalité d’acquisition, la notion de rivalité d’usage n’étant à mon avis pas des plus pertinentes. En pratique, en effet, les biens qui s’y trouvent étant généralement durables, un usage par une personne ne prive que temporairement une autre personne qui veut en faire le même usage (elle doit seulement « attendre son tour »). En revanche, l’acquisition, tout comme l’usage d’un bien consomptible, possède un caractère potentiellement irréversible, puisqu’elle consiste dans le transfert d’un droit d’usage exclusif temporellement illimité sur la chose.

10 Bien qu’en pratique, de tels comportements sont généralement freinés par la capacité et le coût de transport et de détention des affaires dans et jusqu’au domicile.

11 Il s’agit d’un problème récurrent dans le cadre d’un prêt gratuit. L’emprunteur doit en effet (juridiquement ou moralement) rembourser un objet qu’il emprunte s’il le détériore ou le perd. Pour autant, il ne peut pleinement en jouir, puisque le prêteur lui a seulement transféré le droit d’usage. Dans un sens, le coût qu’il risque d’encaisser est alors plus élevé que celui qu’il supportera s’il achète le bien… Il faut ajouter qu’il y a un problème de confiance, puisqu’il peut très bien être floué par le prêteur. Symétriquement, le prêteur supporte un risque élevé dans le sens où l’obligation qu’il impose à l’emprunteur de lui retourner le bien peut s’avérer vaine. Auquel cas, il perdra purement et simplement le bien ! Il est fréquent, également, qu’il oublie avoir prêté le bien, ou à qui, ou qu’il ne sache plus où il est, etc.

12 Phénomène longuement commenté par les adeptes de la « théorie du don-contre-don », mais à mon avis assez peu étayé empiriquementDans le courant maussien, en effet, la modalité d’échange influerait sur la modalité d’appartenance, ou du moins sur le processus de changement du statut d’appartenance. Ce n’est sans doute pas entièrement faux. En revanche, l’explication économique qu’ils avancent est démentie par l’observation des espaces de gratuité où le preneur ne manifeste nullement un sentiment d’obligation par rapport au donneur. On observera plutôt des motifs comme l’évitement de la relation sociale (mais il est valable aussi pour la vente), la peur d’être assimilé à une personne précaire qui est en situation de faiblesse (représentation : gratuité = pauvreté), la méfiance à l’égard de ce qui est gratuit (gratuit = dangereux ou gratuit = mauvaise qualité), la peur de devoir demander et essuyer un refus, là où la vente et la transaction monétaire sont sécurisés par l’obligation de vendre, la peur de sortir de la norme de l’échange, etc.

13 Le seul « bien » qui pourrait à la rigueur se conformer à un tel schéma est la monnaie. Mais s’agit-il d’un bien comme les autres ? Sous sa forme moderne, certainement pas, puisqu’il s’agit d’un des seuls actifs que nombre d’acquéreurs ne peuvent légalement pas se permettre de refuser, tout au moins dès lors qu’ils ont proposé leur bien en vente (statut d’échange). De plus, il peut être accumulé en très grande quantité sans générer de coûts significatifs (hors ceux liés à sa protection et à sa localisation).

14 L’essentiel de notre temps de présence s’est déroulé sous les barnums.

Compte-rendu ethnographique et réflexions sur l’espace de gratuité mobile du 29 janvier 2022 – n°8.

Disposition générale et contexte

Le camion du Boomerang est garé sur l’avenue de Flandres, juste en face des barnums. Sébastien propose que nous (les quatre éducateurs et une bénévole, Jasmine) les avancions le plus près possible de l’avenue de Flandres, en les disposant au dessus de bancs en béton très massifs typiques du style années 1960 – 1970, afin de nous en servir pour exposer les affaires. Cette idée est vite acceptée par le groupe.

Photo de Tahar Bouhouia. Une vue d’ensemble, prise de la rue sur laquelle le dispositif déborde. Notons qu’il est installé à une frontière entre la cité des Orgues et l’avenue de Flandres.

En revanche, je propose à un moment de monter le camion sur le trottoir pour le positionner juste en face de l’installation. Mais nous y renonçons, anticipant d’éventuels problèmes avec la police. Tahar soutient à ce sujet qu’il ne faut pas « faire de provocations ».

Ce qui n’est pas sans faire écho aux freins et aux obstacles institutionnels auquel le projet se heurte – et qui le modèle – depuis son commencement. S’agit-il ici d’un exemple de pensée bloquante ?

Au passage, nous n’avons d’ailleurs pas eu de visite de la police proprement dite – comme sur les précédents boomerangs, sauf médiateurs. Toutefois, deux points notables.

    1. Un groupe de trois motards est passé dans l’après-midi sur l’esplanade des Orgues et a débouché juste à côté des barnums sans s’arrêter. La scène a semblé quelque peu surréaliste ; plus proche de Mad Max que de l’ambiance sereine dans laquelle nous baignions à ce moment !
    2. Les gardiens du parc sont passés à deux reprises. L’interaction fut plutôt bon enfant et dépourvue de toute agressivité de part et d’autre.

Le temps est plutôt frais et venté. L’intérieur du parc des Orgues est en conséquence assez peu fréquenté. En revanche, il y a un peu de passage sur l’avenue de Flandres, dont beaucoup de personnes qui déambulent pour aller faire leurs courses.

Les notes qui vont suivre sont prises au fil de l’eau, c’est à dire in situ, à l’aide d’un smartphone traduisant directement ce que je dictais.

Adoptant la méthodologie de l’anthropologie réflexive, qui consiste à décrire et documenter les procédés d’observation et la posture de l’observateur, je note que cette prise de note in situ a eu au moins quatre conséquences.

    1. J’ai été obligé de m’écarter du groupe par moment pour dicter.
    2. Il a pu me sembler inconvenant ou gênant de dicter ce que je venais de voir, en raison de la présence de mon entourage ; auquel cas, je préférais l’écrire si je le pouvais (c’est plus précis mais plus long et il est difficile de faire autre chose en même temps).
    3. Effectuée en présence des éducateurs, cette prise de note a pu donner lieu à des situations assez comiques. Par exemple, je me suis amusé à dicter un propos au smartphone, en présence de celui qui venait de l’énoncer, l’obligeant ainsi à mesurer et recadrer un propos ou une action qui, en principe, ne sont pas destinés à sortir de la conversation privée et à se retrouver « divulgués » en dehors de cette sphère.
    4. De nombreuses corrections ont été nécessaires après coup ; je les ai accompagnées de remarques parfois assez longues qui me semblaient pertinentes au fur et à mesure que je corrigeais et relisais le texte.

Notes et réflexions

14h45. Les barnums sont installés. Une première personne (homme) vient questionner Tahar qui en retour lui demande « qu’est-ce que c’est à votre avis ? », en désignant le Boomerang. Il est plutôt désarçonné et ne sait pas vraiment quoi répondre.

2 personnes passent, à peu près au même moment. Il s’agit d’un couple ayant la quarantaine. Je suis assis, ils me regardent et sourient en disant « c’est super, chouette initiative ! ».

Je note que c’est un message qui revient fréquemment, tant sur le boomerang que sur d’autres espaces de gratuité du même type auxquels j’ai pu participer (magasins gratuits, zones de gratuité, gratiférias et caravane de la gratuité).

Christophe est en train de discuter avec une femme d’une cinquantaine d’années et lui explique le projet.
Un papa accompagné de sa fille passe et vient fouiller dans les caisses. Il nous dit bonjour et nous sourit. Il nous fait remarquer, « cela fait longtemps que vous étiez partis » avec une note de reproche amusée dans la voix, et une satisfaction non dissimulée de nous revoir à nouveau.
Deux femmes âgées probablement la soixantaine passent, s’arrêtent, puis se dirigent vers le supermarché Tang.

14h50. La première personne revient et reste un moment sur place. Un homme la cinquantaine s’arrête et regarde.
Une maman et sa fille s’arrêtent pour demander à Tahar ce que c’est. Elles trouvent que c’est une bonne initiative.
Une femme de la trentaine s’arrête pour discuter et prendre des affaires. Elle est rejointe par un homme assez âgé.
Un vieil homme (70 ans environ) se pose et prend un café.
Il y a 6 personnes qui fouillent dans les caisses bleues et prennent les affaires qui les intéressent.

15h00. Quelques minutes auparavant, une personne a voulu prendre les affaires qui se trouvaient dans le caddie et qui servent pour les animations. Christophe ou Sébastien sont intervenus pour l’en dissuader !

Il s’agit d’un problème récurrent dans les espaces de gratuité. Les affaires devant rester sur place ou appartenant à une personne qui ne souhaite pas les donner, sont parfois prises, généralement par mégarde, sans le consentement du propriétaire. Ceci dénote que l’espace de gratuité crée une certaine confusion dans les normes de l’échange, en brouillant les marqueurs qui servent habituellement à définir le « statut » d’appartenance (qui en est le propriétaire, qui le détient, comment, etc. ?) ou le « statut d’échange » (l’objet est-il à donner, à vendre, à rester sur place, à faire circuler, etc. ?) d’un bien qui se trouve dans un espace quelconque. La représentation collective, l’acceptation collective et la détermination de ces statuts reposent généralement sur des conventions, sur des normes intégrées et transmises dès l’enfance. Par exemple, dans un magasin marchand, il y a des manières normées de se conduire, c’est à dire, de demander, de toucher les affaires (statut implicite : usage sur place non admis), de les payer… Ces statuts sont ainsi déterminés par l’appartenance à un contenant, la présence d’un signe directement apposé sur l’objet (tel un nom, une marque, ou le prix qui contribue à préciser le statut d’échange), un contrat écrit ou oral (« tiens, prends-le »), la distance physique de l’objet à une personne (habits que l’on porte sur soi), l’usage en cours de l’objet, ou d’autres éléments plus contingents ou informels, telle une règle implicite de partage, voire une loi (cas du bord de mer, du copyright…).

4 personnes supplémentaires viennent d’arriver en groupe. Elles regardent le stand un peu circonspectes.

Il serait intéressant de mesurer le nombre de personnes arrivant en groupe ou isolément et d’établir si cette variable induit des façons différentes d’approcher le lieu, de communiquer, de questionner, d’interagir avec les éducateurs, notamment. Le temps de présence diffère-t-il ? Y a-t-il des différence d’activités entre les différents membres (fouiller, parler, insister pour partir, etc.) ? Ou le comportement est-il globalement homogène dans un groupe ?

Sur ce point, j’ai déjà pu observer de façon récurrente, dans d’autres espaces de gratuité, une différence de comportement lié au genre. Lorsque des couples viennent, l’homme se tient plutôt en retrait (il reste dehors, reste à l’écart, manifeste dans une discussion sa connaissance et son avis sur ce genre d’endroit, etc.) tandis que la femme est davantage enthousiaste, et encline à découvrir, à utiliser l’espace tel qu’il se présente.

Dans le même ordre d’idée, il arrive que des personnes venant isolées, notamment les jeunes, repartent puis reviennent avec plus de monde, parfois des membres de leur famille ou des amis. Par analogie, ce phénomène s’observe dans la cueillette à laquelle je rattacherais volontiers les activités de « ramassage des objets » permises dans les espaces de gratuité. Ainsi, lorsqu’un cueilleur trouve un « coin à champignons », il appelle souvent les autres membres de son groupe pour qu’ils viennent en ramasser avec lui.

15H03. Une personne s’arrête elle vient prendre un café sans demander. Elle se sert puis repart tranquillement avec son caddie.

15H05. Je raconte une petite anecdote. Un papa avec sa fille sont venus avec un diable parfaitement similaire au nôtre et s’en sont brièvement séparés. Christophe l’a déplacé pensant qu’il s’agissait du nôtre et qu’il n’était pas bien rangé. Le père s’en est rendu compte et a cru qu’on cherchait à lui prendre. Ce qui n’était bien sûr pas le cas mais, durant un bref instant, le doute s’est installé. Était-il en train de tenter de nous flouer ? Étions-nous en train de lui subtiliser ? Christophe s’est donc rendu au camion pendant que la personne quittait les lieux en emportant son diable avec elle, pour vérifier qu’il était bien resté à l’intérieur. Ce qui a rapidement dissipé tout malentendu.

A nouveau, la question des marqueurs de l’appartenance s’est posée. On voit aussi, au passage, trois éléments qui permettent de la solutionner : « l’unicité » des statuts d’échange et d’appartenance, l’unicité des points de vue (ou de l’information) et l’unicité des objets (avec des objets différents, on peut plus facilement mémoriser quel type d’objet ou quel spécimen appartient à qui). Le conflit, s’il est rare, apparaît souvent quand l’unicité est brisée.

Dans cet exemple, l’unicité de l’objet étant absente, les points de vue ont brièvement bifurquées en ce qui concerne le statut d’appartenance de l’objet. Mais la vérification par l’observation (aller dans le camion pour vérifier que le nôtre était bien là), est venue les réunir.


15H12. 5 ou 6 personnes sont passées. Certaines d’entre elles se sont arrêtées pour prendre des affaires.

Une femme d’une soixantaine d’années est en train de discuter tandis qu’une autre ayant plutôt la cinquantaine est en train de regarder le stand, mais elle n’a pas encore fait le pas d’aller prendre des affaires.

Christophe vient discuter avec moi et je tends au même moment le smartphone vers lui « et maintenant on écoute Christophe qui nous décrit ce qui est en train de se passer et ce qu’il ressent ! » « Euhhhh… » répond-il !

15H17. Passage un peu creux. 2 personnes fouillent. Il y a en tout 3 personnes dont une femme de la cinquantaine qui est en train de discuter avec Tahar. Christophe m’indique qu’il s’agit de la CPE du lycée professionnel et qu’elle va afficher une annonce au collège.

Une personne s’arrête, 70 ans probablement, avec un caddie. Note. Les passants sont souvent chargés de cabas déjà pleins ; trop pour pouvoir prendre.

Je souligne ici deux points importants.

Premièrement, c’est en allant faire leurs courses que beaucoup de personnes s’arrêtent, regardent de quoi il s’agit et parfois participent. Ce qui, d’un point de vue théorique, montre les connexions, les rapports, qui peuvent s’établir entre trois sphères économiques distinctes : l’économie marchande (l’achat dans le magasin), la sphère de ce qu’Ivan Illich appelle le travail fantôme (le « travail » inféodé à l’économie marchande, consistant ici à marcher jusqu’au magasin, à choisir les produits, à ramener les courses, etc.) et l’économie non-marchande.

Cette sortie avec le Boomerang installé entre deux enseignes de distribution, illustre le fait que les relations entre ces différentes sphères économiques ne sont pas forcément contradictoires, antagonistes, concurrentielles. Typiquement, la présence d’un espace de gratuité peut sans doute augmenter l’affluence près d’un magasin marchand, et donc, accroître la probabilité d’achat ou de visite dans celui-ci. Qui plus est, en dehors de quelques cas particuliers, la concurrence qui peut peser sur les modalités d’acquisition des ressources correspond à des cas bien particuliers.

Par exemple, le fait d’acquérir gratuitement un livre ne réduit pas forcément, de manière mécanique, la probabilité d’en acquérir un via l’échange marchand. Les raisons en sont assez simples. Faire usage un livre n’épuise pas l’usage que l’on peut faire d’autres livres en général. Le type (livres) est suffisamment différencié pour laisser la place à une expérience différente propre à chaque ouvrage, voire à la satisfaction de besoins bien précis et différenciés (par exemple, chercher à obtenir une information très pointue dans un domaine donné que l’on obtiendra pas ailleurs). Mieux, il arrive que l’usage d’un livre incite à l’achat dans le cas d’un livre en plusieurs tomes par exemple.

On pourrait dès lors distinguer ce type de biens d’autre types dont l’usage n’est pas différencié. Par exemple, l’acquisition d’une machine à laver et son usage, rend sans intérêt l’acquisition d’une nouvelle machine. Elle suffit à satisfaire durablement les besoins de lavage, dans la mesure où un usage de la machine à laver n’épuise pas l’intérêt et la possibilité d’usages ultérieurs.

Néanmoins, s’il n’y a pas nécessairement concurrence entre les différentes sphères économiques, pour des raisons qui tiennent souvent aux propriétés intrinsèques des biens échangés, il n’est pas exclu qu’il y ait prédominance d’une sphère par rapport aux autres. Ainsi, il peut se produire un glissement des espaces de gratuité de l’économie non-marchande vers l’économie du travail fantôme. Par exemple, si un espace de gratuité est cantonné ou conditionné à des objectifs de réemploi, il devient de fait un outil, le plus souvent inséré dans un processus industriel, visant à optimiser l’usage et le traitement post-achat de la marchandise, à l’instar des des ressourceries qui sont aujourd’hui engagées dans une logique de ce type.


Deuxième remarque. Je note que les personnes ont souvent des cabas déjà chargés et ne peuvent donc pas prendre des affaires. Ceci montre qu’il existe des mécanismes de régulation spontanés qui permettent d’équilibrer les flux dans les espaces de gratuité. Concrètement, il s’agit par exemple des coûts de transport, de localisation, de remise en état, de « détention » des biens. Ces coûts dépendent des caractéristiques physiques et économiques des biens, tout autant que de celles de la personne qui souhaite les acquérir. Ainsi, un bien volumineux générera un coût de transport et de détention élevé ; mais ce dernier sera d’autant plus élevé si la place dans la maison est réduite ! S’agissant des caractéristiques économiques, un bien ayant une faible valeur marchande, une faible valeur d’usage et une faible valeur « ostentatoire », aura peu de chance d’être pris.

D’autres freins sont propres à l’échange proprement dit. L’absence d’interactions sociales dans l’espace de gratuité peut limiter l’envie de prendre qui pourrait naître d’une certaine émulation liée, soit à une potentielle rivalité d’usage ou d’acquisition, soit à un phénomène d’imitation qui caractérise la réalisation d’une action collective (se motiver pour chercher des fringues, écouter les conseils et les arguments d’un « donneur »). À contrario, la présence du propriétaire ou d’un observateur peut agir comme une barrière. Soit parce qu’elle génère une certaine honte chez l’acquéreur ; soit parce qu’elle oblige à demander, et donc, à se mettre dans une situation de précarité, puisque d’une part, il peut essuyer un refus, et d’autre part, une hiérarchie de pouvoir différencie celui qui possède de celui qui ne possède pas (la distribution des pouvoirs n’étant toutefois pas forcément asymétrique puisque celui qui ne possède pas a aussi la possibilité de refuser de recevoir ou de rendre soit le même bien soit un bien de nature différente). Enfin, certains freins relèvent de la sphère morale, d’une « économie morale » pourrait-on dire. Le principal argument que j’ai pu entendre à ce titre provenant  de « ceux qui ne veulent pas prendre est « je n’en ai pas besoin, je préfère laisser ça aux autres qui sont dans le besoin ou qui n’en ont pas les moyens ».

Par comparaison, dans la sphère marchande, d’autres mécanismes de régulation entrent en jeu. Le principal étant bien entendu le prix, qui est censé traduire une – hypothétique… – relation entre l’offre et la demande.

Terminons en insistant sur le fait que, dans l’économie non-marchande, les mêmes facteurs concourent à réguler les flux dans l’autre sens. Trivialement, les affaires données sont généralement limitées à des affaires ayant une faible valeur d’usage pour le détenteur et une faible valeur marchande ; ou du moins, une valeur marchande potentiellement grevée par ce que Coase appelle les « coûts de transaction ». Entre parenthèses, c’est d’ailleurs un point à souligner. Comparativement aux espaces marchands, les coûts de transaction sont souvent moindres dans les espaces de gratuité. Ce qui peut constituer un avantage comparatif, dans certains cas, pour ces espaces d’échange. Mais ce n’est pas systématique puisque la question se pose souvent, dans un échange non-marchand, de savoir à qui revient la charge des coûts de transport. Dans un magasin gratuit, le transport est fréquemment négocié par les donneurs. De plus, les coûts de détention durant la phase où le bien est proposé par son propriétaire et celui où il n’a pas trouvé d’acquéreur ne sont pas compensés par la contre-partie (le prélèvement d’un pourcentage sur la vente) ; ce qui, potentiellement, peut pénaliser le propriétaire.

Ces quelques éléments permettent d’avancer un début d’explication sur la forme que peuvent prendre différentes espaces, où offreurs et demandeurs se rencontrent.

Prenons une gratiféria, les organisateurs de ce type d’espace sont généralement animés par la volonté de réduire au maximum les coûts de détention et de gestion des biens (ex : aller jeter les affaires restantes à la déchetterie). Ils peuvent alors recourir à un prestataire externe qui dispose des moyens techniques suffisants pour gérer le surplus d’affaires restants et qui pourra compenser les coûts de gestion par la vente du stock d’affaires récupérés (ex : partenariat avec une ressourcerie). Ils peuvent également inciter à une auto-gestion collective du stock restant, mais c’est souvent avec un taux de réussite plus ou moins élevé qui dépend fortement de paramètres « sociaux » (type de public, motivation dans « l’équipe », etc.) et physiques (qualité et quantité d’affaires à reprendre, capacité de stockage, distance par rapport à une déchetterie). Enfin, ils peuvent imposer aux donneurs de reprendre leurs affaires à la fin. Ce qui est en pratique assez compliqué à mettre en œuvre. D’une part, car les affaires des uns et des autres sont souvent mélangées au centre de l’espace. La catégorisation par l’usage (le type d’objets selon sa fonction) l’emportant sur le critère du statut d’appartenance, comme dans un vide-grenier marchand . D’autre part, les coûts de transaction n’étant pas compensés par la vente, il est rare que les personnes soient disposés à rester sur leur stand et à attendre la fin de l’évènement. Il serait d’ailleurs intéressant de voir, la consigne étant donnée, quelle proportion de personnes la respecte…

Voyons maintenant un marché forain. Les offreurs sont propriétaires de leurs biens tout le long de « l’évènement » et en vendent en grande quantité (à contrario, les consommateurs en prennent individuellement une petite quantité). Les coûts de gestion de l’espace sont généralement mutualisés, mais, dans l’ensemble, ce sont les offreurs qui les prennent en charge, pas les acquéreurs. Pourquoi ? Deux explications paraissent probantes. La première est que le sens de la circulation monétaire va de l’acquéreur vers le possesseur. Par conséquent, il sera plus simple pour celui-ci de compenser ces coûts (l’acquéreur devrait sinon recourir au troc !). La deuxième est tout simplement que le Droit tend à faire reporter systématiquement l’obligation de supporter la charge de ces coûts sur le détenteur ou sur le propriétaire. Il est « responsable de ses affaires ». Or, la détention a un coût intrinsèque (dégradation du stock, rangement, etc.) que ne supporte pas l’acquéreur.

Dans une grande surface, autre type d’espace d’échange marchand, on peut dire en simplifiant qu’un propriétaire unique (statut d’appartenance) détient l’intégralité du stock qui est proposé à vendre (statut d’échange). Les coûts de détention et de transaction sont alors intégralement pris en charge par celui-ci. Néanmoins, la tentation est forte, et les évolutions de ce type d’espace le montrent bien, de faire reporter ces coûts sur l’exploitation du travail fantôme (caisses automatiques, très peu d’aide pour la localisation…).

Finissons par les magasins gratuits ou les espaces de gratuité mobile comme le boomerang (qui se situe à mi-chemin entre la gratiféria et le magasin gratuit). Six stratégies permettent de gérer les coûts de détention et de transaction (elles ne sont pas forcément incompatibles).

    • La première, dont on ne saurait négliger l’importance, consiste à repenser la notion même de coût en tentant de rendre l’évènement et les activités de rangement agréables et en les axant sur la rencontre, la socialisation, des ateliers utiles ou ludiques, etc. Le recours au bénévolat est alors de mise, et les activités sont généralement remplies par des personnes qui y trouvent un intérêt (socialisation, goût du rangement, récupération, occupation, etc.). On se rapproche du loisir, du festif.
    • La deuxième consiste à minimiser ces coûts de façon à les rendre au mieux dérisoires, ou bien, à les cantonner aux coûts incompressibles, qui peuvent alors être payés par des donations en monnaie ou par un apport privé. L’espace est alors géré par une association ou un propriétaire privé (cas de la Maison non-marchande de Puivert).
    • La troisième, qui est souvent adoptée consiste à greffer l’espace de gratuité sur une structure qui peut aisément prendre ces coûts en charge via une autre activité marchande qu’elle réalise. C’est une option assez courante (cas de l’espace de gratuité au Café Citoyen de Lille en 2010)
    • La quatrième consiste à recourir à un financement public (cas de la Boutique sans argent à Paris). De telles structures ne sont aujourd’hui plus rares. Elles présentent différentes limites. Premièrement, elles sont hautement dépendantes de la redistribution de fonds en leur direction. Deuxièmement, comme vu plus haut, elles peuvent potentiellement se retrouver être absorbé dans une économie du travail fantôme. Troisièmement, elles peuvent créer un « effet d’éviction » sur les autres types d’espace en créant une sorte de « concurrence déloyale » qui tarit l’initiative citoyenne. C’est flagrant aujourd’hui pour les boîtes à livres et il est probable que les magasins gratuits vont suivre une évolution similaire.
    • La cinquième option consiste à fractionner l’espace en réseau, de manière à dispatcher les coûts entre les différents propriétaires (ex : Freecycle). Certes, la question de la répartition des coûts de transaction demeure (donneur ou receveur ?), mais elle reste plutôt marginale et se limite aux transactions individuelles. Les réseaux d’hospitalité fonctionnent très efficacement sur ce principe (BeWelcome par exemple).
    • Enfin, sixième option, les espaces de gratuité peuvent être installés dans des espaces publics ou « libérés » (squats), légalement ou illégalement. Les coûts sont alors reportés sur un tiers. Les premières zones de gratuité opéraient généralement avec ce format.

En d’autres termes. Qui prend en compte les coûts de détention et de transaction ? Le propriétaire, le détenteur, l’acquéreur, un tiers ? La modalité d’échange influe-t-elle sur la forme que va prendre l’espace d’échange ? Ces questions sont ici à peine effleurées mais elles demanderaient à être traitées et explorées de façon plus systématique et rigoureuse.

Une autre personne vient de s’arrêter, elle a environ 30-40 ans ; elle tourne autour du stand, mais ne reste pas longtemps, puis se dirige vers le supermarché Tang juste à côté.

Tout à l’heure j’ai eu l’occasion de discuter avec deux personnes, probablement une mère et sa fille. Elles m’ont dit qu’elles allaient ramener des affaires et m’ont demandé à cette fin quand nous fermions. Je leur ai alors donné les informations, tout en insistant sur l’aspect festif du Boomerang : on peut y mettre de la musique, participer, proposer ce qu’on veut. Elles ont alors changé d’attitude et, jusqu’ici un peu réservées et sérieuses, ont laissé place à un large sourire !

Cette interaction interroge sur l’un des rouages de l’engagement des acteurs endogènes dans le projet. L’utilisation du « vous » dans leur questionnement traduit une mise à distance qui peut s’avérer problématique sur le long terme, réfrénant leur participation effective. Symétriquement, les éducateurs ou les bénévoles déjà engagés parlent souvent avec le « nous », manifestant ainsi une mise à distance des « usagers ».

D’où vient cette micro-hiérarchie ? N’a-t-elle pas pour origine une tendance des sociétés de marché, ou encore, des sociétés fortement marquées par le professionnalisme, où l’usager, l’acquéreur, sont presque systématiquement exclus, tenus à l’écart de l’appareil de production ? Sous cette hypothèse, la notion d’outil convivial chère à Ivan Illich paraît ici essentielle à mobiliser de façon pratique, afin de tenter d’inverser cette appropriation de l’outil qui peut être très « insidieuse » et diffuse.

15h24. Une femme qui discutait un peu plus tôt, vient de ramener des affaires. Sébastien me montre un mélodica qu’on lui a offert à Noël. À posteriori, je m’interroge, est-ce un hasard si l’objet donné trouve sa place dans un espace de don !?

Photo de Tahar Bouhouia. L’ambiance est globalement décontractée et chaleureuse sur le Boomerang. La présence des instruments à libre disposition n’y est sans doute pas étrangère.

15h38. Une personne en fauteuil roulant vient nous dire qu’elle a déposé un fauteuil de bureau juste à côté. Christophe et Sébastien se déplacent pour aller le chercher. Comme vu plus haut, c’est une demande qui est souvent faite dans les espaces de gratuité par les personnes qui souhaitent donner (« pouvez-vous venir le chercher chez moi ? »).

Un homme la trentaine ou quarantaine vient fouiller dans les caisses. Une salariée, qui a environ la quarantaine ou la cinquantaine, sort du supermarché Tang pour observer de loin ce qui se passe. Elle a un chariot avec elle. Elle a l’air intriguée, mais ne reste pas et repart travailler.

15h46. 5 personnes s’arrêtent et fouillent dans les caisses.

15h50. Sébastien vient de casser une lampe en verre. Je pars chercher une pelle chez Picard et chez Tang, mais je finis par abandonner, car je ne ne sais pas à qui demander et n’ose pas demander (peur de les déranger et d’essuyer un refus) ! Je note après coup que le contraste avec le boomerang est saisissant ! L’ambiance est froide, impersonnelle, les interactions semblent canalisées dans un circuit très hermétique. Je reviens, mais Sébastien et Jasmine se sont débrouillés avec du carton pour ramasser les bouts de verre.

Note. Ils ont donc eu recours à l’auto-production et à l’échange non-marchand pour réduire un coût de maintenance.

Un homme de la vingtaine, un peu « amoché », accompagnée de son « acolyte », tous deux étant sans doute sous l’emprise de la drogue, vient me demander mon téléphone et de l’argent de façon relativement agressive tandis que je suis assis sur le banc. Je refuse mais il insiste et finalement, me chipe mon bandeau « Peace » sur la tête. Je ne lui en tiens pas rigueur dans la mesure où je l’avais pris dans les cartons quelques heures auparavant – intéressant : la modalité d’échange (acquisition) joue-t-elle sur la valeur qu’on accorde à l’objet ? J’essaie de le calmer et lui explique qu’il peut prendre des affaires gratuitement sur le stand. J’essaye, mais ce n’est pas facile à cause de la langue. Finalement, il y va et tente de prendre la petite « caisse à sous ». Jasmine intervient, n’en connaissant pas le fonctionnement (on peut y prendre et/ou y laisser de l’argent librement). Quelques minutes après, il me ramène le bandeau après avoir compris comment le boomerang fonctionne et s’excuse, tout penaud. Il est visiblement gêné de s’être montrer agressif dans ce « contexte ». Il retourne sur le stand et une longue interaction, pacifique cette fois-ci, s’instaure avec Christophe et Sébastien. Finalement, ils partent en prenant des habits.

Le point à retenir est que la gratuité a eu, contrairement à ce qui avait souvent été pronostiqué avant la création de l’espace de gratuité (représentations sur la non-faisabilité), un effet pacificateur. Les tensions n’ont pas été aggravées par la confrontation à cette modalité d’échange. Bien au contraire.

16h03. Tahar me raconte qu’une personne lui a ramené un couscous et qu’il l’a mangé avec délice – il faut dire qu’il est très gourmand en général !

16h07. Intéressant. Une femme qui fouille explique a une autre comment ça fonctionne.

Environ 5 personnes.

16h17. 10 personnes sur le Boomerang, dont une qui est en train de parler avec Christophe et Sébastien. Une autre m’a proposé de mixer et a laissé son numéro. Pour être plus précis, la discussion avait démarré autour des affaires qui ne doivent pas être prise dans un caddie dédié à l’animation : instruments de musique et matériel de jonglage. De fil en aiguille, la discussion a dévié, à mon initiative, sur l’idée qu’il pourrait proposer un mix pour animer le Boomerang. Il a laissé ses coordonnées sur le livre d’or.

Photo de Tahar Bouhouia. Un couscous amené par une des habitantes à Tahar qui s’est régalé.

Point intéressant, une femme avec son enfant ont ramené à manger des bananes (le petit a voulu en garder une pour lui) et des chocolatines en sachet.

16H26. 4 personnes sont en train de fouiller les affaires. Christophe discute de musique avec un homme ayant à peu près 70 ans. Il s’assoit et écrit un mot sur le livre d’or.

16H39. Il y a 6 personnes qui fouillent et toujours le même homme qui discute avec Tahar et Christophe. Je pense qu’il est là depuis presque une demi-heure.

Christophe discute maintenant avec 3 enfants qui ont entre 8 et 10 ans. L’un d’entre eux a pris beaucoup de jeux et de DVD. Plutôt des jeux, je pense. Peut-être qu’ils discutent de la quantité à prendre.

Sébastien vient de me faire une blague en me disant : « toi tu es en train de tout noter pour la direction ! » Je lui rétorque, également sur le ton de la plaisanterie, que je note sa remarque que je trouve intéressante car elle révèle peut-être quelque chose ! Et je m’exécute !

16h43. 4 personnes sont en train de fouiller. L’une d’entre elles vient de repartir. Je remarque la présence d’une personne qui est revenue à deux reprises est qui est en train de discuter avec Tahar.

Une maman ou une mamie passe avec sa fille. Elles sont allées faire des courses. La petite, qui doit avoir un peu plus d’une dizaine d’années, paraît intéressée. Elle s’arrête et chercher à entraîner sa grand-mère ou sa maman. Tahar tente de les accrocher au passage mais l’adulte semble pressée de partir. Choc de générations ? Peur d’être pris pour un pauvre ?

16H47. Sébastien vient de me dire qu’il était très surpris tout à l’heure que je lui ai dit que l’argent amenait à la pacification. Venant de moi, il a trouvé cette remarque assez étrange. Surtout qu’il m’affirme en plaisantant que dans 10 ans il n’y aura plus d’argent et plus de système monétaire ! On vivra tout nu comme à Koh-Lanta, et ce sera bien !

16h49. Une petite innovation ordinaire. Christophe a proposé de ne pas mettre les sacs pour éviter que les gens partent avec trop d’affaires. C’est pour lui la façon la plus simple de limiter le nombre d’affaires que les personnes prennent. À un moment donné, Jasmine est partie en chercher dans le camion avec Sébastien ; mais Christophe l’a intercepté en lui expliquant pourquoi ce n’était pas la peine de le faire. En discutant avec Sébastien, nous tombons d’accord qu’il s’agit de petits réglages que l’on fait en permanence. Il compare ce processus d’innovation ordinaire à ce qu’il connaît dans l’activité du karting qui a l’habitude de faire.

Photo de Tahar Bouhouia. Les notes prises au fil de l’eau peuvent avoir un effet miroir qui fait écho avec la situation en train d’être vécue. La prise de recul qui en résulte est à la fois intéressante, mais parfois aussi un peu embarrassante… L’humour est alors une réaction, ou une protection, face à cette situation insolite et dérangeante.

Ce processus montre que l’ajustement, du moins dans les espaces de gratuité fonctionnant comme des outils conviviaux, qu’il s’agisse des flux d’objets, du niveau d’ouverture, du nombre de personnes, de la diversité des activités réalisées ou proposées, s’autorégule progressivement avant d’atteindre un équilibre qui est toujours susceptible d’être modifié.

À nouveau, concernant les représentations sur la non-faisabilité, on peut alors constater qu’elles opèrent très souvent par des simplifications excessives. Je relate ainsi un propos qui m’avait paru significatif lorsque je m’occupais de la maison non-marchande de Puivert. Un nouvel usager (qui par ailleurs, s’avérera finalement un contributeur très assidu et fidèle) m’avait fait la réflexion suivante : « d’accord, ça peut marcher ici parce que c’est la campagne, mais en ville, vous seriez dévalisés ». Il y a deux points à retenir dans sa remarque.

Le premier est qu’elle néglige complètement la possibilité de mécanismes de régulation, conscients ou non, autres que le prix ou l’exercice strict de la propriété privée. Ces mécanismes peuvent pourtant venir compenser les « effets pervers » de la gratuité et de l’ouverture. Mais il semble que l’intervention humaine était dans son esprit impossible, inconcevable, irréalisable. Elle devait se soumettre à des phénomènes marchands quasi-naturels qui appartiennent à l’ordre du divin, du naturel, du transcendant ! Ceci l’amenait alors à omettre le fait que les contextes marchands et non-marchands sont si éloignés qu’il peut en résulter des comportements et des représentations complètement différents. Seulement, dans l’idéologie marchande, la croyance dans une relation de cause à effet qui va à sens unique entre le désir, ou l’utilité, et le prix (le sacré ?) censé refléter une valeur inhérente à l’objet, masque l’impact de la modalité d’échange sur les motivations, les désirs, sur la valeur du bien (celle-ci étant antérieure à l’échange). Il est pourtant raisonnable d’admettre que l’absence de prix, ou un prix bas, peut diminuer l’envie de l’acquérir. De même que l’impossibilité de revendre le bien : j’entends par là que le fait qu’une ressource localement gratuite soit prise en grande quantité est souvent lié au fait qu’elle est revendable ailleurs, soit donc, qu’elle possède une valeur marchande relative au contexte.

Retenons alors que, d’une part, d’autres mécanismes existent mais ne sont pas pris en compte, et que, d’autre part, la régulation consciente, par exemple, via un rationnement qui respecterait le principe de la gratuité et qui permettrait de solutionner des déséquilibres dans la plupart des cas, est écartée de fait dans l’idéologie marchande.

Le deuxième point, qui rappelle le concept de « sauver les apparences » cher à Duhem, est que même devant le fait accompli, la croyance demeure ; elle est juste « décalée », réactualisée, afin d’être préservée. « D’accord, ça marche à la campagne, mais ça ne marchera jamais en ville ». Ceci nous amène à penser qu’il y a bien, dans la légitimation d’un système d’échange – et cela ne fait que corroborer les analyses de Marx – une idéologie latente en arrière-plan, qui relève de l’inconscient au sens de Searle, et qui possède sans doute des caractéristiques, une structure, relativement proche de celles qu’on peut retrouver dans d’autres domaines, comme la religion.

16h52. Les petits, les 3 enfants et les deux filles de 10 ans sont toujours là. Christophe et Jasmine sont avec eux.

Je rappelle un évènement que je n’ai pas signalé tout à l’heure. Lorsqu’il y a eu « l’incident » avec les deux personnes qui étaient peut-être sous l’emprise de la drogue, ils ont pris l’argent de la caisse ouverte et Jasmine est intervenue pour ne pas qu’ils la prennent. Sébastien lui a alors recommandé de faire attention à ne pas se mettre en danger dans ce genre de situation. Christophe a quant à lui fait remarquer que chacun devait réagir un peu à sa manière en tant qu’être humain. D’où vient cette différence de points de vue ?

16h57. Il y a de la musique, ça fait un peu d’animation c’est plutôt sympathique.

17H03. 2 personnes sur le boomerang.

Une femme de 70 ans me dit qu’elle n’a rien à échanger et insiste pour savoir à quelle heure on ferme afin d’amener quelque chose en échange. Elle me fait une remarque je trouve intéressante. Elle me dit « vous devez avoir plus de retrait que personne qui donnent dans ce quartier ». Selon elle, donc, dans ce quartier, il y a un besoin de prendre des affaires gratuitement. Je lui dis que ce n’est pas le cas et elle me dit tant mieux alors je peux le prendre de bon cœur. Elle se positionne donc clairement sur le plan de la régulation morale et de la charité, voire de la condescendance (position hiérarchique).

Photo de Tahar Bouhouia. Les instruments en libre-accès remportent un franc-succès. Notamment la batterie qui attire beaucoup les plus jeunes.

Une personne âgée est en train de discuter avec Sébastien. À côté d’elle, des jeunes qui doivent avoir autour de 18 – 20 ans, peut-être un peu plus, sont en train de regarder les jeux vidéos. Un des petits qui en prenait tout à l’heure est venu en poser dans la boîte ; puis il est reparti.

Un homme de la trentaine a pris des jeux. Il me dit qu’il va ramener des affaires, qu’il en récupère souvent et qu’il fait tourner à des amis. Il me confie également qu’il ramasse beaucoup d’affaires dans la rue qu’il utilise ou redonne.

Point intéressant : la connexion qui peut se faire ici avec des réseaux d’échange vernaculaires préexistants. Mais comment les mettre en avant ? Comment les dévoiler ? Est-il souhaitable de le faire ? Est-ce un outil pour la valorisation endogène du quartier ? Est-ce une manière de les potentialiser et de resserrer les liens avec d’autres quartiers ?

Nous projetons d’afficher un panneau avec les propositions d’activités et les compétences que chacun a envie de donner. Le but serait de ne pas limiter l’action du boomerang à un espace centralisant à un moment et à un instant donné des échanges non-marchands visibles sur le quartier, mais d’en faire également un espace centralisant et rendant visible les informations sur les échanges non-marchands (propositions et pourquoi pas, échanges effectivement réalisés).

17h12. Talibé vient de passer. Il me dit qu’il va repasser tout à l’heure avec des enfants là il les emmène au McDonald’s.

17h50. On discute avec Tahar et avec un ancien jeune. 3 personnes sur le boomerang qui fouillent.

Photo de Tahar Bouhouia. Discussion tranquille de fin de journée.

17h54. 6 personnes fouillent.

18h17. 4 personnes. Une femme de la quarantaine part avec des livres.

18h22. 4 enfants s’approchent et viennent fouiller. La maman vient poser des questions. Un groupe de jeunes vient nous dire bonjour avec Talibé. Garçons + 3 filles ; ils viennent prendre des affaires.

18h50. On décide de remballer.

19h10. On finit de remballer. Nous partons contents mais un peu fatigués, sans débriefer. Nous restons sur l’idée de peut-être faire un repas tous ensemble le mercredi suivant après le boomerang.

Photo de Tahar Bouhouia. Vers la fin de la journée, des jeunes investissent le Boomerang. En discutant avec Sébastien, ils semblent enthousiastes à l’idée de faire un défilé de mode avec les habits du Boomerang.

 

L’espace mobile de gratuité : favoriser l’interaction et les relations intergénérationnelles.

Interview parue dans la revue Alter Ego et réalisée par Mathilda Mozer.

Cheffe de service CAARUD EGO/équipe mobile ASSOCIATION AURORE

Rencontre avec deux professionnels de l’APSAJ : Tahar Bouhouia, éducateur de rue et sociologue, et Benjamin Grassineau, sociologue lui aussi. Tous les deux participent au pilotage du groupe recherche/action du laboratoire « Lignes de crêtes » et travaillent sur le projet de « l’espace mobile de gratuité ».

Les paroles des deux personnes interrogées n’ont pas été retranscrites au mot, il s’agit d’une prise de notes de leurs réponses qui ont été réunies et synthétisées pour produire une réécriture sous forme d’interview.

Tout d’abord L’APSAJ qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit de l’acronyme de l’Association de Prévention Spécialisée et d’accompagnement des jeunes. Elle existe depuis 2018 et est issue de la fusion entre l’Association pour le développement de la Culture et des Loisirs des jeunes de la Chapelle (ADCLIC qui existait depuis 1968) et de la Maison des Copains de la Villette (MCV). C’est donc une association de prévention qui intervient auprès des jeunes du 18 et du 19ème arrondissement directement en rue et avec un accueil sur différents locaux1

Comme toute association de prévention en direction des jeunes, elle s’inscrit dans un territoire défini et a pour grands principes : la protection de l’anonymat, la libre adhésion et la non-institutionnalisation des projets. Les professionnels (une quinzaine d’animateurs/d’éducateurs de rue et un psychologue) qui interviennent dans cette structure, font de « l’aller vers » auprès des jeunes du quartier ciblé en travaillant sur leurs parcours de socialisation, les contraintes de la vie en société, l’école et/ou le travail, la citoyenneté et leur réalité concrète.

L’espace mobile de gratuité (EMG) alors, c’est quoi ? Et comment vous est venue l’idée ?

Depuis très longtemps les éducateurs.trices de la prévention spécialisée, dans le 18ème et 19ème sont confrontés.es à une violence extrême entre bandes de jeunes, maintenant même entre les modous, les jeunes et les consommateurs de Crack.

Des conflits territoriaux qui marquent de telles frontières que les éducateurs.trices, malgré leurs propositions de liens, d’activités sportives, de voyages… semblent difficilement franchir. Vient alors l’idée de créer une cellule de recherche où ils pourraient échanger, croiser les regards sur leurs expériences, leurs questionnements, leurs analyses : c’est la naissance du laboratoire « Lignes de Crêtes » en février 2019 (un réseau2 constitué pour penser les actions avec les acteurs de terrain au cœur de l’action, adossé à l’APSAJ, dans une mise en perspectives sociologique et anthropologique). Son objectif principal est de réfléchir et d’agir sur les spirales de la violence et sur la question des frontières afin de pouvoir créer des outils à mettre à la disposition du public concerné pour enrayer au mieux ces phénomènes.

Partant de l’hypothèse que les jeunes ont la solution en eux pour combattre la spirale de la violence, pourquoi ne la réalisent-ils pas ? Ligne de Crête s’est alors posé le problème autrement « si tenté qu’il y existe une solution et que les jeunes sauront se mobiliser pour s’en saisir, il est indispensable de leur fournir un outil qui leur permettrait de pouvoir disposer et manipuler librement les ressources pour la trouver, cette solution ». L’Espace Mobile de Gratuité est donc un outil « libre » qui suppose une démarche « d’apprentissage autonome » et non pas « d’apprentissage de l’autonomie », mis à disposition dans ce but.

C’est un dispositif qui a été imaginé et développé avec l’association GratiLib3, qui a pour finalité l’accroissement des libertés individuelles par la promotion et le développement de la gratuité, du Do It Yourself, du libre accès et de la culture libre ;

L’EMG c’est un outil qui permet d’investir l’espace public dans un développement endogène (finalités, moyens, effets au maximum sous le contrôle des acteurs endogènes).

Concrètement ça peut se présenter de différente façon, un caddie, une caravane, quelque chose qui peut en transporter d’autres…gratuites. C’est un espace de partage, d’échange, de don et de réception mais pas forcément sous la forme de troc : une personne peut donner sans rien prendre ou prendre sans rien donner.

Pour en revenir au public, ça peut leur servir à quoi ?

Le but, c’est surtout d’éviter la juxtaposition et la coprésence des personnes qui vivent dans le même quartier, pour favoriser l’interaction et les relations intergénérationnelles. L’EMG sert à faire circuler des objets gratuits sans obligations de retour et donc les personnes pour être un support à la rencontre.

A Puivert (site fixe), les habitants ont repris en main l’espace de gratuité. Il n’y a plus d’intervention extérieur, l’expérience se fait sans subvention au plus proche de l’informel. La contrainte est plus forte à Paris, le projet doit être adapté au territoire. La construction se fait au fur et à mesure de l’expérimentation.

Comment vous accompagner ce projet à travers cette expérimentation justement ?

L’idée c’est d’avancer dans la rue, sur différents territoires, avec une structure mobile qui met un point d’honneur à la maximisation du vouloir contribuer à la société dans un espace de liberté, de rencontre et d’échange entre les gens pour créer ou remobiliser l’envie de faire des choses ensemble.

Avec ce caddie du « tout gratuit » vous intervenez donc sur différents territoires ? qu’est ce que cela implique ?

Lorsqu’il se déplace à Eole, dans les jardins partagés de la rue du Maroc, avenue de Flandres ou à la goutte d’or, ce n’est évidemment pas la même chose. Ce n’est pas le même public, pas les mêmes approches, pas les mêmes besoins…il faut perpétuellement s’ajuster et s’améliorer.

C’est comme la prévention spécialisée, d’ailleurs ça en reprend les plus grands principes.

***

En réalisant cette interview, je m’aperçois que les grands principes dont ils m’ont parlé pour cette espace de gratuité, à savoir, la libre adhésion, l’absence de mandat nominatif, l’anonymat, le travail interinstitutionnel, les pratiques non institutionnelles, qui sont communs à la prévention spécialisée le sont aussi à « l’aller vers en RdR ».

Des idées me traversent forcément l’esprit en écrivant cela… et si… et si… et si ce projet était transposable ou même utilisable en l’état en direction des usagers que les équipes de rue rencontrent ? Après tout, les personnes qui consomment en rue sont habitués à pratiquer des échanges, il existe d’ailleurs des sortes d’échoppes où des achats de tabac, de boissons etc. peuvent se faire sur les « scènes ouvertes » mais la gratuité est un concept encore peu expérimenté. Il peut l’être mais souvent par communauté ou affinités fortes ( à Porte de la Villette le repas du soir est très souvent partagé entre les personnes).

Allons plus loin, et si…on arrivait à faire émerger l’idée chez les usagers que nous accompagnons ou que nous rencontrons sur les scènes de consommation pour faire plus que les associer, pour qu’ils prennent en main le projet et le réalisent eux même ?

1 Le local de La Chapelle-sud sont 76 rue Philippe de Girard, dans le 18ème arrondissement de Paris ; les locaux de l’équipe de la Goutte d’Or sont 44 rue Marcadet, également dans le 18ème arrondissement de Paris ; L’équipe accueille aussi 156 rue d’Aubervilliers dans le 19ème.

2 APSAJ, association CASMU, le CEDREA (réseau de chercheurs académiques et de chercheurs indépendants), association GratiLib, l’IRTS, des chercheurs du CNAM, l’ASCEAF (association socio culturelle et d ‘entraide aux familles)

3 leurs services sont accessibles sur le site https://asso.nonmarchand.org/.