Développement endogène et espaces de gratuité

Le projet Lignes de crête développe une recherche-action avec l’APSAJ, CEDREA, GratiLib et l’IRTS Paris.

Il s’inscrit dans une problématique axée autour de trois questions principales :

  • Le rapport entre l’économie du gratuit, notamment celle qui se construit autour d’échanges non-conditionnels, et le travail social, plus précisément, le travail de prévention spécialisée.
  • La compréhension et l’étude des attitudes et des flux d’objets qui transitent via les espaces de gratuité ainsi que d’autres réseaux de dons.
  • Le développement d’organisations apprenantes via une recherche citoyenne où les acteurs-chercheurs participent directement à la construction des outils de recherche pour développer une meilleure compréhension de leur environnement.

Mû par ces trois objectifs, ce projet de recherche-action participative vise à mobiliser des acteurs-chercheurs dans la mise en place et la maintenance d’un dispositif d’interconnexion territoriale, prenant la forme d’un espace de gratuité mobile géré par les habitants. Comment les habitants, en particulier les jeunes, issus de quartiers frappés par des phénomènes de précarité, de territorialisation et de violence structurelles, vont-ils s’en saisir pour mobiliser et potentialiser des ressources endogènes à leur territoire afin de lutter contre ces phénomènes ?

La rupture, le breaching provoqué par la pratique de la gratuité, peuvent-ils produire une démarche auto-réflexive pour ces jeunes enfermés dans des spirales de violence ? Quel impact cela peut-il avoir sur des indicateurs économiques et sociaux plus globaux ? Et, dans le cadre d’une démarche réflexive, sur la prévention spécialisée et d’autres institutions de régulation sociale ?

Le champ de recherche s’étend également à l’observation et à l’analyse socio-économique et anthropologique des espaces de gratuité dans une approche comparative.

Le présent carnet de recherche permet aux acteurs-chercheurs de structurer et communiquer leurs différentes observations et de mémoriser les différentes étapes de l’évolution de la recherche-action. Il s’agit également d’un outil de communication dirigé vers l’extérieur permettant aux chercheurs intéressés de suivre l’évolution de la recherche-action.

Bilan Espace de Gratuité Mobile (mars à novembre 2021) – Mars à novembre 2021

Remarque : Il s’agit à l’origine d’une note interne destinée à l’APSAJ.

Logo du boomerang

 

Première sortie dans le quartier des Orgues. On note au moment où la photo est prise une forte affluence et une centralité du dispositif, à la fois dans sa configuration interne mais également dans son implantation au cœur d’un ensemble d’habitation qui échappe encore à la résidentialisation.

DESCRIPTION DE L’OUTIL

L’espace de gratuité mobile est un contenant (boîte, local, camion) dans lequel chacun.e est libre de :

  • Prendre (et aussi demander, faire usage).
  • Donner (et aussi proposer, prêter).
  • Participer (rangement, maintenance, déplacement, etc.).

Quoi ? Échanger des affaires, des biens culturels (au sens large), des paroles, mais également des activités, des idées et des compétences.

Comment ? En proposant un espace convivial (dans le sens accessible à tous.tes) dans des lieux publics (rues, parcs, places…).  

Où ? Dans des lieux névralgiques (présence régulières de jeunes ou d’habitants adultes, zones de tensions, lieux de passages importants…) des territoires d’interventions de l’APSAJ et sur des “frontières” réelles, physiques ou symboliques.  

OBJECTIFS

Le Boomerang, c’est une action innovante, qui allie recherche et travail de terrain en s’inscrivant dans les  missions de la prévention spécialisée : 

Première sortie du boomerang sous la forme « camion ». On peut observer de façon assez nette que le public est « jeune ». Néanmoins, conformément aux objectifs initiaux, cette fréquentation n’est pas systématique. Observons à nouveau la disposition de la table qui est telle qu’on peut « tourner autour ».
  • présence bienveillante dans l’espace public, 
  • observation et analyse de ce qui s’y passe, 
  • interaction avec les dynamiques existantes, 
  • création de liens intergénérationnels, 
  • revalorisation de personnes (enfants, jeunes, adultes, familles, personnes âgées, seules ou en groupe…) souvent « disqualifiées » socialement, 

C’est par la création et l’utilisation d’un outil qui se veut simple, souple, évolutif et facilement appropriable par les habitants (principe de non-institutionnalisation) qu’il s’agit de mettre à disposition un « espace-temps » propice : 

  • à l’échange et à la rencontre sur le terrain (principe de « l’aller vers »),
  • à la mise en relation librement choisie (principe de libre adhésion),
  • tout en s’appuyant sur un réseau d’acteurs locaux (principe du partenariat).

C’est donc en adéquation avec notre mandat professionnel que nous expérimentons cet outil qui, s’il n’a pas vocation à refonder notre métier, s’avère pertinent tant sur la création de liens entre les individus de toutes typologies, que pour un travail sur les frontières (physiques, sociales, psychologiques, symboliques, réelles, fantasmées…). 

Dans cette optique, il apparaît primordial de favoriser l’appropriation commune de ce dispositif entre des quartiers en rivalité (élargir l’identité d’appartenance). Notre hypothèse est que cela puisse :

  • Faire bouger les représentations sur les frontières entre le « possible » et « l’impossible ».
  • Créer des connexions par la création de circuits d’échange alternatifs.
  • Offrir un outil « librement » utilisable aux acteurs endogènes pour tenter de solutionner leurs propres problématiques liées à la violence (hypothèse de méthode).
  • Mettre en évidence des freins administratifs et institutionnels qui peuvent parfois ralentir le « vivre ensemble ».

HISTORIQUE

Cet outil Boomerang est né dans le cadre des réflexions de notre recherche-action sur la spirale de la violence. Il est directement né du laboratoire Lignes de Crête. Rappelons que le laboratoire Lignes de Crête est lui-même issu d’une recherche-action réaliser dans le cadre d’un doctorat (en sociologie des organisations) réalisé par un éducateur de rue. Ce travail doctoral étayé par le terrain, a permis dans un premier temps d’approfondir les concepts d’assignation et de frontières puis de réunir dans un second temps (sept ans plus tard) un réseau intellectuel constitué de chercheurs, formateurs, acteurs de terrain et habitants : APSAJ, ASCAF, CASMU, CEDREA, CNAM, GratiLib (dont le dispositif de caravane de la gratuité, mis en service dès 2018, a servi de modèle du point de vue des modalités opérationnelles d’intervention), IRTS, LISRA.

Réunion du groupe CEDREA – Lignes de crête

Si la mobilité a semblé très rapidement évidente dans ce projet (travail sur les frontières), la gratuité n’est en revanche pas apparue tout de suite comme un facteur nécessairement pertinent pour interagir sur cette spirale de la violence. Néanmoins, celle-ci s’est montrée, avec le temps et l’expérience sur le terrain, un prérequis fondamental pour contribuer à atténuer les rapports de forces en « lissant » les statuts des personnes qui y participent, contrairement au fonctionnement marchand ou associatif plus classique (des vendeurs face à des acheteurs, des acteurs associatifs face à des usagers demandeurs de services…).  

L’avenir de cette démarche nous est inconnu, mais certaines hypothèses semblent déjà se dégager. 

EXPÉRIENCE

Dès la sortie du confinement, l’espace de gratuité mobile (EGM) est rentré dans sa phase d’expérimentation. Les objectifs pour l’année 2021 sont de sensibiliser et faire connaître l’outil aux habitants et partenaires des territoires d’intervention de l’APSAJ. des 18ème et 19ème arrondissement (Goutte d’Or, Chapelle Sud, Orgues de Flandre, Stalingrad-Riquet). 

 L’EGM (Le Boomerang) a dans un premier temps été installé dans un format réduit ne nécessitant pas l’installation de l’ensemble de l’équipement. Il est à noter que le déploiement de l’outil sur l’espace public requiert des autorisations administratives qui complexifient l’utilisation voulue, souple et réactive. C’est dans cette configuration que les 8 mai et 19 juin l’espace de gratuité mobile a été déployé sur le parc LUC Hoffman, les jardins d’Eole et le parc public situé au cœur de la cité des Orgues. Le recours à des caddies de supermarché en lieu et place du camion a permis de s’adapter aux contraintes liées aux autorisations administratives et au déplacement du camion (permis de conduire, coût d’une place de parking…).

Une des finalités de cet outil est d’être facilement appropriable, de manière autonome et fluide par des groupes d’habitant. Aussi, cette première phase a également pour but d’identifier les contraintes (humaines, matériels, réglementaires…) que peuvent restreindre le déploiement d’un tel outil et d’élaborer avec les habitants-bénévoles s’impliquant dans son fonctionnement des usages allégeant sa mise en œuvre.

Dans une seconde phase, une fois les autorisations administratives obtenues, l’espace de gratuité mobile a été déployé sur une série de 7 dates, sur les 18ème et 19ème arrondissements (2 fois par mois en alternant les mercredis et samedis).  L’implantation se fait sur une durée de 4 à 6 h en privilégiant les lieux de passage, de regroupement et de sociabilité, de jeunes ou adultes sur l’espace public (parcs et jardins, places publiques, esplanades…). 

 Cette deuxième phase a permis de mobiliser et consolider un réseau de partenaires (association Le
Poulpe
, association Emmaüs défi, association Retour vers le futur…) qui contribuent à l’action en fournissant du matériel et des objets permettant d’alimenter la mise à disposition de biens gratuits. Une collaboration est également en cours d’élaboration avec l’équipe éducative de l’association de Prévention Spécialisée Feu vert, pour déployer l’EGM sur le quartier Curial Cambrai.

A la différence de la première intervention aux Orgues, nous prenons l’initiative d’installer le boomerang dans un lieu de passage, à la jonction entre l’ensemble d’habitation et l’Avenue de Flandres (à environ 50 mètres du premier emplacement). Il est vite apparu que la dynamique n’était alors pas la même.

Aussi, nous avons mis en place une méthodologie d’observation scientifique afin d’étudier le développement du dispositif et de ses impacts (les indicateurs et questionnaires sont en construction).

Les informations recueillies et les bilans effectués ont permis de dégager les constatations suivantes :

  • Une implication progressive des habitants dans l’animation de l’outil. Des habitants jeunes et adultes participent fréquemment à l’installation et au démontage de l’EGM.  Nous pouvons même noter depuis le mois de novembre la participation régulière de 2 personnes qui viennent bénévolement aider à la mise en place et l’animation de l’EGM.
  • Des habitants, jeunes et adultes, se sont montrés intéressés par le principe de la gratuité et d’un espace favorisant l’échange dans un cadre qu’il écrive comme accueillant. De nombreux messages récoltés sur le livre d’or montre que la présence de l’EGM est appréciée. Les attitudes et les attentes de chaque personne diffèrent. Certains sont plus intéressés par l’aspect convivial, d’autres par la gratuité. Il y en a encore qui s’intéressent aux deux.
  • Le principe de gratuité génère chez les habitants de nombreuses réactions telles que de la surprise, de l’incrédulité, ce qui débouche fréquemment sur des échanges avec l’équipe éducative.
  • Un espace qui semble faciliter la mise en relation et la diversité des sujets abordés dans les discussions qui s’instaurent : certaines personnes sont venues autour de l’espace, d’abord en abordant l’un des éducateurs ou bénévoles pour discuter. Elles ne se préoccupaient pas nécessairement de l’aspect « gratuité » mais souhaitaient plutôt, semble-t-il, échanger avec quelqu’un. Ont-ils « ressenti » que ce lieu était propice à la discussion ?

Le principe de la gratuité semble générer chez les personnes (enfants, adolescent et adultes) des questionnements et des discussions sur le thème du besoin : Prend-t-on des objets par besoin, par curiosité, par plaisir, par envie d’avoir ou de cumuler ?

  • Un espace qui favorise l’amorce d’échanges immatériels. Si certains habitants nous ont fait part de leur souhait d’apporter des contributions sous la forme de dons d’objets, d’autres proposent l’animation d’ateliers artistiques ou d’échanges sur des thèmes qui les passionnent. La mise à disposition gratuite d’instruments de musique, de jonglage, d’une enceinte permettant aux personnes de proposer l’écoute des musiques qu’ils apprécient semble instaurer un climat favorisant une mise en relation des personnes à partir de leurs goûts, ressources et identités.
  • Cet outil favorise des formes de « restauration narcissique » en valorisant les personnes qui y participent. Certaines ont en effet exprimées un sentiment d’utilité à s’investir dans une démarche altruiste. 

PERSPECTIVES

Si le lien direct avec la spirale de la violence peut encore paraître flou, cet espace mobile de gratuité correspond à notre approche contextuelle.

Dans ce cadre, il apparaît alors tout à fait adapté pour développer des « formes de valorisation non compétitives » qui diffèrent de l’utilisation de la violence, pour exister sur le quartier et auprès du groupe de pairs. C’est donc avant tout la régularité de la présence du Boomerang (EGM) qui, sur le temps long, pourra favoriser « une alimentation narcissique par la non-violence ». C’est à dire d’autres formes d’échanges et de relations que la violence pour nourrir son « ego ».

Les dates devraient être plus rythmées et repérables pour le gens (il y a déjà un travail dans ce sens)

Nous porterons une attention particulière a ne pas trop réglementer cet espace afin de faciliter son appropriation et son apprivoisement par les habitants. Effectivement nous constatons qu’à ce jour, la régulation se fait assez naturellement et dans une ambiance bienveillante de la part de tous.tes. 

Nous avons bien vu des habitants désireux d’échanger, qui montrent que ce lieu ouvre une espace de parole et de rencontre. Durant l’année 2022 nous accentuerons le travail visant à l’appropriation du projet par les habitants pour pouvoir le faire vivre. Là s’opèrent la redistribution entre habitants du quartier et les éducateurs-chercheurs. Si nous visons l’émancipation des citoyen.e.s, le Boomerang peut être aussi un outil de partage et de redistribution, pas seulement d’objets et/ou d’activités, sinon aussi de paroles, de connaissances, de ressources des habitants, de mise en place d’entraide, qui auraient pour objectif la réduction de l’intervention sociale, en laissant place à l’intervention citoyenne. 

Enfin, et toujours, tenant compte de nos observations, nous souhaitons expérimenter l’EGM un dimanche par mois, et en soirée, afin de capter le public sur un moment de la semaine et des horaires ou celui-ci sera peut-être plus réceptif à la présence du boomerang.

Activités envisagés (et qui ont déjà été proposées pour certaines, lors des dernières sessions) sur le Boomerang : 

  • Art de rue = ex : dessins à la craie sur le trottoir
  • Organiser des défilés de mode sur le trottoir avec les vêtements présents sur le Boomerang,
  • Atelier dessin = concours d’affiche pour le Boomerang,
  • Organisation d’une exposition itinérante sur le Boomerang = afficher lors de nos interventions les photos réalisées par Bertrand (et les photos produites par d’autres y compris les dessins produits par les différents ateliers),
  • Radio libre = les personnes qui le souhaitent peuvent mettre la musique de leur choix (mais en débat avec les personnes présentes !) sur l’enceinte Bluetooth.

Ana Patricio, Benjamin Grassineau, Charles Péchon, Christophe Jibard, Sébastien Doussaud et Tahar Bouhouia

Pour Lignes de Crête.

Compte-rendu ethnographique de l’espace de gratuité mobile Le Boomerang – n°5

Contexte urbanistique
Photo de Sébastien Doussaud. On observe que l’emplacement s’inscrit dans une configuration architecturale et géographique bien particulière. À la différence de la première intervention dans le même parc (à une cinquantaine de mètres en retrait), les barnums sont installés au niveau de la porte des Flandres, donc, précisément, au niveau d’une frontière et dans un lieu de passage (un carrefour). Il est cerné par deux centres commerciaux et donne directement sur le trottoir de l’Avenue de Flandres, très fréquentée et très cosmopolite.

Sortie Porte des Flandres de 14h à 18h environ.

Emplacement du boomerang

Personnes présentes

Benjamin, Bertrand, Charles, Christophe, Sébastien, Tahar

Jasmine et Salimata ( habitantes du quartier ) nous attendaient pour nous aider à mettre en place car elles étaient déjà venues à l’espace précédent ( Nathalie Sarraute ) et avaient souhaité participer.

Matériel, objets

Même matériel qu’à Nathalie Sarraute, même objets ( ce sont les objets qui restaient de la fois précédente + les objets donnés par la ressourcerie « le Poulpe » le 12 Novembre ). Nouveauté : café, thé, fruits et musique.

Vue de la rue
Photo de Sébastien Doussaud. Cette vue de la rue passante du boomerang nous offre deux éléments d’information intéressants. Premièrement, on voit au premier plan, un passant qui s’arrête pour lire les informations. Le tableau contient notamment les règles de fonctionnement, deux logos d’associations locales qui participent au projet. Cette approche n’est pas toujours suivie d’une entrée dans le dispositif. Faut-il alors disposer l’information près des affaires disponibles afin de raccourcir la distance entre action et conceptualisation de l’action ? Deuxième élément intéressant, l’espace de gratuité s’inscrit dans un environnement urbain dans lequel des biens sont (plus ou moins) librement accessibles et vont, de ce fait, venir l’alimenter de façon opportuniste. Ici, on voit une utilisation non planifiée du banc en béton et d’un panneau récupéré dans des poubelles aux alentours sur lequel nous avons demandé à des passants de marquer bienvenue dans une langue qu’ils maîtrisent. Les « usagers » deviennent ainsi acteur.rice.s, pas seulement en prenant ou en donnant, mais aussi en étant appelé à transformer positivement (valorisation de leur culture et du dispositif) le contenu informatif associé au contenant (l’espace de gratuité proprement dit).

Affluence

Il n’est pas possible de donner un nombre. Il y a eu, pendant toute l’action ( 14h – 18h ), une affluence plutôt constante, avec peu d’écart entre les « extrêmes » : quelques moments plus calmes, quelques moments avec beaucoup d’enfants, mais ce fut globalement assez équilibré.

Faits notables / remarques

  • Jasmine et Salimata nous attendaient. Elles sont restées tout le temps où nous étions là. Elles faisaient les mêmes choses que nous : organiser l’espace, ranger, décharger/charger le camion, informer, expliquer le projet aux personnes qui ne connaissaient pas, servir le café ou le thé, montrer les objets aux enfants, discuter, etc.

Photo de Tahar Bouhouia. La table au centre du dispositif est fournie au début de l’installation en aliments et en boisson gratuites. Positionnée au centre du dispositif, elle joue le rôle d’attracteur. Sa disposition ouverte fait qu’elle n’induit pas une différenciation entre le donneur et le receveur. Une telle configuration est fréquente dans les gratiférias où les affaires sont souvent déposées sur une table au centre, sans qu’on ne puisse plus différencier qui a donné et qui a pris quoi. Il n’y a pas de stands individualisés.

  • Public peut-être plus diversifié : sans doute lié au lieu où nous nous sommes placés. Plutôt que d’être à l’intérieur des Orgues comme celui du 4 Septembre, nous avons installé l’espace juste devant l’entrée, c’est à dire au bord du trottoir de l’Avenue de Flandre. Donc beaucoup plus de passage, et pas seulement les habitants des orgues ( même si une grande partie des personnes qui sont venues y habitent sans doute ).
  • Quelques jeunes ( 15-18 ans environ ) sont venus, alors que d’habitude cette tranche d’âge n’est pas présente. Ils sont venus en groupe ( d’abord 3-4, puis les mêmes sont revenus avec d’autres en fin de journée ). Ils ont surtout pris du café, thé et sont restés un peu a côté mais sans beaucoup nous parler. Ils se placent plutôt en périphérie de l’espace de gratuité ( sauf pour les boissons ) mais on peut noter qu’ils sont tout de même venus. Cependant c’est Christophe qui est allé vers eux. Mais il est vrai aussi que pour certaines personnes hésitantes, il faut aller à leur rencontre pour qu’ils se décident à venir.
  • Les boissons et les fruits ont été très appréciés. Cela a sans doute aussi permis à certains de s’attarder. De même la musique a contribué à la bonne ambiance ( on choisissait à tour de rôle, un jeune aussi )
  • L’espace autour des barnums a bien été occupé : jeux, planches en bois qu’on a disposées sur le trottoir, sur lesquelles Sébastien a écrit/dessiné les informations relatives au boomerang. Cela complète bien le panneau qu’on avait déjà et a sans doute attiré l’attention. De plus cela constitue une activité ou tout le monde peut participer : deux femmes ont écrit « bienvenue » chacune dans une langue différente ( arabe, chinois ).
  • Dons : plus de dons que la fois précédente. C’est très encourageant à ce niveau là je trouve. Plusieurs personnes ont aussi demandé pour donner, peut être qu’elles viendront la prochaine fois.
  • De manière générale une très bonne ambiance s’est installée, et chacun de nous l’a souligné, nous avons tous passé un très bon après midi. A la fin, il faisait presque nuit, et cela a plus ou moins modifié l’ambiance : peut être est-ce plus « festif ».
  • J’ai eu l’impression, plus que les fois précédentes, que l’espace s’organisait de manière plus autonome, par exemple grâce aux deux femmes ( S. et J. ) qui s’en occupaient. Je me sentais plus comme un « visiteur » que comme un « organisateur ». Une fois le boomerang installé, les choses se déroulaient plus ou moins naturellement. Ainsi nous pouvions faire ce qui nous « plaisait » ( par exemple Tahar plutôt dans son rôle d’observateur, Sébastien dans les activités créatrices, etc. ) , sans être trop préoccupés par « l’organisation ». Bien sur nous avons mis en place le boomerang et nous suivions son déroulement ou informions certaines personnes, mais peut être de façon moins contraignante qu’avant. Pourquoi ? cela peut être du au fait qu’au fur et à mesure des actions, nous sommes plus assurés du bon fonctionnement : c’est à dire qu’au départ nous étions peut être, dans une certaine mesure, plus incertains. En effet nous avons bien remarqué que le projet s’installe dans le milieu sans difficulté, que les gens l’apprécient ( comme cela apparaît dans le livre d’or ), donc qu’il est possible de laisser les choses se faire. C’est une hypothèse. Il serait alors intéressant de questionner l’évolution de notre rapport au « boomerang » et du rôle que l’on doit/peut/souhaite jouer.
  • Certaines personnes, je pense surtout à un homme, sont venues autour de l’espace d’abord en abordant l’un de nous afin de discuter. Ils ne se préoccupaient pas nécessairement de l’aspect « gratuité » mais souhaitaient plutôt, semble-t-il, échanger avec quelqu’un. Ont-ils « ressentis » que ce lieu était propice à la discussion ? Cet homme, cependant, après avoir discuté avec plusieurs d’entre nous, a tout de même regardé les objets pour en prendre quelques uns. Les attitudes, attentes, de chaque personne diffèrent, certains sont plus intéressés par l’aspect convivial, d’autres par la gratuité. Il y en a encore qui s’intéressent aux deux. Sans doute cela se précisera-t-il lorsque nous utiliserons la grille d’observation et le questionnaire élaborés par Benjamin.
  • Concernant l’engagement, l’implication. Un homme est venu à la fin me parler en commençant par dire « c’est très bien ce que vous faites ». Puis il m’informe qu’il vend pas mal de choses sur le bon coin mais qu’il en a aussi beaucoup à donner. L’un de nous lui propose d’écrire sur le livre d’or ses coordonnées au cas ou il voudrait participer au boomerang. Il refuse vivement, il semblait très réticent à l’idée de s’engager. Mais il propose aussi de ramener la prochaine fois. Selon quel(s) processus et en fonction de quelles motivations les personnes « s’engagent » ? En effet, par exemple, d’autres écrivent spontanément leurs coordonnées, etc, pour nous aider lors des prochaines actions. Il n’y bien sur pas de « règles » au sein du boomerang ( sauf quelques unes basiques ), c’est un des principes. Mais il est intéressant de remarquer les différentes modalités selon lesquelles les personnes souhaitent ou non participer. De plus, il conviendrait aussi de voir dans le temps l’implication des personnes. Peut-être que ceux qui ont écrit spontanément ne viendront pas les prochaines fois, tandis que ceux plus réticents pourraient progressivement s’impliquer. C’est un exemple.
  • Un exemple de la façon dont les gens prennent connaissance du boomerang : certains viennent lorsque le boomerang est installé, demandent ou pas, mais ne lisent pas forcément les informations écrites et « utilisent » l’espace. Certains, comme un couple ( environ 25 ans ), lisent toutes les informations et s’en vont, sans nous parler. Ou encore, lorsque tout était rangé, nous discutions entre nous près du camion, un homme passe, lit ce qui est écrit sur le côté du camion et ainsi nous lui expliquons ce qu’il en est, puis il propose de ramener des livres la prochaine fois, alors qu’il n’avait même pas vu le boomerang installé.

Encore une fois, ce n’est pas un compte rendu exhaustif, je n’ai pas pu tout observer et ce que je note est forcément lié à mon ressenti. C’est pourquoi d’autres pourraient le compléter. Cependant j’ai tout de même tenté, car nous avons discuté ensemble de cette journée, de mentionner aussi ce qui est ressorti de nos échanges après l’action.

Charles Péchon

Journal du Boomerang

Lignes de crête – octobre 2021

Quoi dire de plus ? Les comptes rendus d’Ana et de Charles apportent déjà de nombreuses précisions sur les trois dernières interventions du Boomerang.

Quoi dire de plus, en lisant les réflexions et remarques de Françoise et de tous et toutes ?

Mais voilà, cette expérience est captivante, cette histoire commence et si nous ne sommes qu’au début de cette aventure, et qu’elle est parfois laborieuse, mon constat est sans appel :

Son histoire est belle et mérite déjà d’exister. Il y a tant à dire que je n’arrive même plus à réaliser un compte-rendu factuel sans me perdre dans des remarques et réflexions émotionnelles, voire irrationnelles.

C’est pourquoi j’ai préféré aborder nos dernières interventions sous une forme plus narrative qu’opérationnelle, tant les regards, les sourires et les mots recueillis m’apparaissent refléter davantage l’humanité qui se dégage de cet objet.

Cet outil Boomerang né dans le cadre de notre recherche-action sur la spirale de la violence est directement issu du laboratoire Lignes de Crête. L’avenir de cette démarche m’est inconnu, mais certaines hypothèses semblent déjà se dégager. Le Boomerang, c’est une expérience, c’est une recherche permanente qui fait sens avec nos missions. Présence bienveillante dans l’espace public, observation et analyse de ce qui s’y passe, interaction avec les dynamiques existantes, création de liens intergénérationnels, revalorisation de personnes (enfants, jeunes, adultes, familles, personnes âgées, seules ou en groupe…) souvent « disqualifiées » socialement, mise à disposition d’un « espace-temps » propice à l’échange, au dialogue mais sans être dans des formes d’adhésion obligatoire etc…

Aller vers, libre adhésion, faire avec, anonymat, pratique non institutionnalisée, partenariat, bref, tous les ingrédients de la prévention spécialisée y sont réunis. C’est donc en totale adéquation avec notre mandat professionnel que nous investissons cet outil qui, s’il n’a pas vocation à révolutionner notre métier, s’annonce très pertinent tant sur la création de liens entre les individus de toutes typologies que sur les frontières physiques, sociales, psychologiques, réelles ou fantasmées.

En effet, si le travail photographique de Bertrand permet de sublimer l’humanité présente sur le Boomerang, les remarques, les observations et les réflexions évoqués dans les comptes rendus et les articles nous donnent l’opportunité d’ouvrir le champ des hypothèses.

« La superficialité de notre bonheur », la « profondeur de notre humanité », « l’introduction d’un espace de liberté où le rapport au temps est différent de celui générer par la société de consommation », « une forme d’initiation aux pratiques libertaires », « un espace-temps propice à l’être plus qu’au faire » …

Cette liste non exhaustive nous montre une partie de la pertinence de cet outil, tant sur le plan de la recherche-action, que sur l’aspect générateur de convivialité et plus spécifiquement j’ai trouvé, d’une manière presque « naturelle » lors de la dernière séance.

Bien sûr, il est impossible de savoir si cette « ambiance conviviale » se retrouvera à chaque sortie du Boomerang, car cela dépendra beaucoup de facteurs exogènes tels que la météo, les évènements qui peuvent avoir lieu le même jour à proximité, les dynamiques circulatoires ou présentielles et plus généralement l’ambiance de l’endroit au moment où nous y déployons l’Espace Mobile de Gratuité (espace mobile de gratuité).

Je confirme toutefois, en ce qui me concerne, une évolution significative et cohérente de l’outil et en accord avec les comptes-rendu et retours produits. Je suis de plus en plus surpris d’entrevoir les possibilités que le Boomerang permet. Si le lien direct avec la spirale de la violence peut sembler encore flou, cet espace mobile de gratuité correspond à notre approche contextuelle (travail sur l’environnement, le contexte de vie).

Dans ce cadre, il apparaît alors tout à fait adapté pour développer des « formes de valorisation non compétitives » qui diffère de l’utilisation de la violence pour exister sur le quartier et auprès du groupe de pairs. C’est donc avant tout la régularité de la présence du Boomerang qui, sur le temps long, pourra favoriser « une alimentation narcissique par la non-violence ». J’entends par là d’autres formes que la violence pour nourrir son « égo », en référence aux propos d’Anna :

« …la gratitude reçue de la part des habitants qui passent… »

D’ailleurs les remarques positives qui ont été exprimées sur la séance du 6 octobre étaient formulées de la sorte :

« merci d’être là », « merci d’exister », « merci pour ce que vous faites », etc.

Si cela peut sembler prometteur pour l’avenir du Boomerang, ces propos font principalement écho au verbe « être » et non au verbe « faire ». C’est parfois difficile de faire, ou d’être, mais si cet outil ne permettra peut-être pas à tout le monde de « faire », il permettra à minima « d’être ».

Aussi, si à ce stade de notre expérience, il y a davantage de personnes qui prennent que de personnes qui donnent, d’après Benjamin et sa grande expérience en matière de gratuité, c’est normal et cela s’équilibrera par la suite. De plus, si cela n’est pas le fonctionnement initial du Boomerang, l’alimentation d’objets via les partenaires précités nous permet de faire vivre « la machine », mais apporte aussi d’autres bénéfices. Déjà parce que cela permet de valoriser certains partenaires qui interviennent dans le domaine de l’accès aux ressources (Le poulpe, Emmaüs, Retour vers le futur). Mais c’est également par stratégie que le choix des objets récupérés et mis à disposition a été pensé : outre un intérêt au niveau de la communication autour de notre démarche, c’est avant tout pour tenter de capter une typologie de public plus particulière que nous avons choisi certains objets. Les vêtements semblent plutôt correspondre aux besoins des mamans et des adultes, les jouets, jeux et bandes-dessinés (et les mangas) suscitent eux plutôt l’intérêt des enfants et des jeunes. Il y a aussi, dans nos choix, une volonté de nous adapter à la temporalité des habitants, notamment en ayant proposé des fournitures scolaires depuis septembre et jusqu’à ce jour. N’étant qu’au début de notre expérience, il conviendra toutefois de veiller à ne pas ritualiser cette pratique afin de ne pas dénaturer la posture intrinsèque du Boomerang pour qu’il ne soit pas perçu (et ne devienne pas) comme une action humanitaire.

Enfin, ces dernières interventions, l’implication et les réflexions des bénévoles et le travail iconographique de Bertrand ont permis de me faire prendre conscience que « l’aspect symbolique » de cet outil apparaît au moins aussi pertinent que l’aspect réel, pratique et pragmatique de l’échange d’objet. Cet espace permettant des rencontres intergénérationnelles, intersectorielles, interprofessionnelles, inter statutaires (j’entends là socialement), c’est avant tout les rencontres humaines qui, à mon sens, apportent toute la richesse et la profondeur de cet outil et principalement en appréhendant ensemble la culture libre et non marchande.

Sébastien DOUSSAUD

Pour Lignes de Crête

Qu’est-ce que le développement endogène ?

Au sens large, le concept de développement endogène désigne une transformation sociale qui est considérée comme une « amélioration », un progrès, et dont la nature, les finalités et les moyens demeurent sous le contrôle des acteurs qui la portent. Il s’oppose en cela à d’autres formes de développement qu’on pourrait qualifier d’exogènes qui, en simplifiant, recoupent un ensemble de transformations sociales imposées et parachutées de « l’extérieur » sur une « population endogène » qui en subit les effets (positifs ou négatifs) et n’a donc plus de prise, de pouvoir d’agir, d’autonomie sur certains pans de son existence, du moins ceux qui sont affectés par le développement.

On remarquera d’emblée la proximité de ce concept avec celui d’aliénation cher au marxisme, dans lequel la perte d’autonomie se conjugue avec des formes de domination économique et sociale. Néanmoins, la notion de développement endogène (qui lui est symétrique) est à la fois plus générale, dans le sens où l’aliénation n’est pas nécessairement intégrée dans la théorie de la lutte des classes ou de façon plus restreinte dans une approche critique du capitalisme ; et plus spécifique, car elle circonscrit le champ de la réflexion à une catégorie particulière du changement social, celle du développement. Autrement dit, des catégories de transformation sociale ne sont pas englobées dans le développement endogène : la crise, le déclin, le changement cyclique, des processus non finalisés ou des processus qui sont hors de portée de l’action humaine.

Reste à savoir comment cette amélioration peut exister et être considérée comme telle ? Et aussi, qui va en décider ? Car si, conformément à la définition et au but recherché, les finalités doivent rester sous le contrôle de celles et ceux qui vivent la transformation sociale, alors eux-seuls doivent demeurer capables de savoir s’il y a bien une amélioration de leur condition. Or, il faut pour cela que cette connaissance demeure entre leurs mains. Si des acteurs exogènes à la situation, que ce soit en leur qualité d’évaluateurs, de transformateur, de financeur, de donneur d’ordre, gardent un contrôle exclusif sur la capacité à définir, concevoir et évaluer la nature du changement social, comment les acteurs endogènes pourront-ils mesurer, appréhender par eux-mêmes le sens, la direction, de ces changements qu’ils observent, produisent ou découvrent ? Question complexe, car il arrive que « l’existence » même du changement dépende de la façon dont les acteurs en prennent connaissance, y portent une attention. Si, par exemple, l’implantation d’un dispositif sur un territoire est faite de manière non concertée et n’est même pas connue et prise en considération par les habitants, on ne pourra pas parler de développement, voire même de transformation sociale puisqu’en dehors de la transformation physique très localisée induite par la présence du dispositif, il y a fort à parier que rien ne se produira. Pour autant, qu’en pensera le financeur ? À vrai dire, tout dépendra des indicateurs qu’il choisira de retenir…

De façon assez théorique, cette dimension épistémologique du développement endogène le rattache de fait à une forme assumée de relativisme. Puisque le groupe porteur du changement social doit être à même de construire une finalité et un sens au changement selon des critères qui sont les siens et qui ne seront pas forcément ceux du financeur ou ceux qui sont retenus dans le programme parachuté par les instances bureaucratiques… Mais comment cette construction du sens, comment cette connaissance du changement peut-elle se déployer dans le réel ? En pratique, de la même manière que les outils qui assurent les conditions de l’autonomie matérielle. Mais ici, il faut remarquer que le concept même de développement endogène peut renvoyer à deux approches difficilement compatibles.

La première approche, qui fait écho à la psychosociologie, considère que la nature du processus de développement importe peu. Dès lors qu’il est porté par un endogroupe, on peut parler de développement endogène. La participation d’un agriculteur « local », d’un habitant du village, à la conduite d’un tracteur entièrement conçu et détenu par une multinationale, relèverait alors du développement endogène, du moins comparativement à une situation où ce serait un agriculteur « non-local » qui accomplirait cette tâche.

On remarquera que le développement s’inscrit alors à l’intérieur du courant idéologique localiste…, dont il partage les limites. Le problème est en effet qu’un processus de développement peut être de bout en bout piloté par des acteurs locaux mais conduire, in fine à des situations d’asservissement ou de domination. Après tout, pour reprendre notre exemple, rien n’est précisé sur le statut de l’agriculteur en question : esclave, salarié, bénévole…

L’autre approche, d’avantage socio-économique, considère le développement endogène comme une transformation qui opère dans une totalité qui englobe les dimensions techniques, « juridiques » et cognitives. Dans cette optique, le développement endogène tente de maximiser tous les éléments qui concourent à autonomiser les acteurs-réseaux (incluant des entités de différentes natures) par rapport à des systèmes, des processus, qui les aliènent. Il s’agit à ce titre de recentrer la capacité d’action, la capacité de penser, d’élaborer des finalités, non pas seulement sur un endogroupe ou un exogroupe, mais sur la maîtrise des systèmes en général.

Du point de vue théorique, la tâche est sans doute plus ardue. Puisqu’il s’agit alors d’explorer et de mettre en évidence les différents éléments, les différents processus, qui concourent à réduire l’autonomie. Risquons une analogie avec les mathématiques, on ne s’intéresse plus tant à la valeur de la variable qu’à la valeur de la fonction. Ainsi, à la question de savoir si le développement est porté par un acteur endogène ou exogène, se substitue celle de savoir si les connaissances, les outils, les process, les produits qui accompagnent le développement, sont conçus pour rester sous le contrôle des usagers au sens large (producteurs et consommateurs). La convergence avec le concept « d’outil convivial » défini par Ivan Illich est alors très claire. Et dans cette optique, il faut ajouter que l’exact opposé du développement endogène, est ce qu’Ivan Illich aurait appelé l’action hétéronomisante de « l’institution manipulatrice ».

Très stimulante, cette approche n’est toutefois pas sans poser une difficulté de taille. Comment discriminer entre le développement endogène et le développement exogène si on ne prend pas en compte une population, un territoire concerné qui peut servir d’élément de référence, d’étalon de mesure ? En réalité, cette possibilité n’est nullement exclue. On peut très bien circonscrire une analyse du développement à un territoire donné et s’en servir pour réaliser une enquête comparative. Néanmoins, les éléments qui vont venir constituer l’analyse ne seront pas les mêmes que dans la première approche. La démarche obervationelle sera inversée. Sur un territoire donné, ou sur une population donnée, on pourrait ainsi centrer l’observation sur des variables comme le niveau d’appropriation possible des éléments qui composent le processus de développement par les usagers. Par exemple, dans la mise en place d’une politique de développement agricole, la complexité technique et épistémique des outils déployés (tracteur impossible à réparer vs charrue), les barrières juridiques (brevets, droits de propriété), l’intensité du rapport marchand (obligation d’acheter les intrants, de revendre les extrants, de salarier les producteurs, etc.), l’impossibilité de pratiquer l’auto-production aux différentes étapes de la chaîne de production → distribution → usage, l’appropriation exclusive des produits et des ressources par des acteurs extérieurs au territoire, vont accroître la distance entre le processus en question et ce qu’on pourrait appeler le « prototype » du développement endogène.

On peut observer à ce titre combien la notion de développement endogène entre en résonance avec la critique de la techno-science. Car, en résumé, elle renvoie à une volonté tout à fait légitime des acteurs de reprendre en main les outils de la transformation sociale, et donc, de réduire l’interface artificielle qu’elle soit technique, épistémologique ou juridique entre eux et le monde qui les entoure.

À propos de l’espace de gratuité Boomerang du 06 octobre 2021 – Compte-rendu ethnographique d’Ana Patricio

Participants :

Benjamin, Tahar, Christophe, Sébastien, Charles, Bertrand, Ana.

Contexte :

Le lieu est une esplanade dans le 18ème (à côté du 19ème). Nous nous sommes installés devant le centre d’animation et le centre sportif, et à côté d’un collège. En face il y a une école primaire.
C’est un lieu de passage. A noter que le mercredi après-midi les écoles sont fermées.
A côté, une activité gratuite était proposée. Ce qui tombait bien ! Nous restons dans le sujet. C’est une compagnie de danse qui propose des activités corporelles gratuites pour les habitants du quartier le mercredi après-midi. Nous avons échangé avec l’organisateur.

Photo prise par Tahar Bouhouia

Observations :

Première fois que je participe à l’action, j’étais surprise par son avancement. J’avais participé à plusieurs réunions de travail autour du montage du projet et j’ai remarqué l’agilité de l’équipe pour arriver, en peu de temps, à s’adapter au fur et au mesure et proposer quelque chose de concret et en mouvement selon les observations de chaque sortie. J’ai senti la construction et le passage de l’idée a la concrétisation. D’abord bravo !

Il y eu beaucoup de passages, pas mal des mères et/ou grand mères seules avec des enfants, et de groupes d’enfants. Quelques messieurs aussi avec des enfants. Un groupe des jeunes adultes autistes avec des éducateurs. Au démarrage, deux jeunes qui sont restés longtemps, qui ont joué, discuté et pris des objets.

Petite séquence avec les enfants : un enfant de 4 ans, petit, a pris énormément des choses, il y avait d’autres enfants autour alors je demande… « est-ce que parce que c’est gratuit, on doit en prendre beaucoup ? » La question est restée un peu en suspens… une jeune fille a dit « c’est vrai, on peut choisir et laisser pour d’autres… », mais le petit enfant avait trop peur que je lui enlève les affaires… alors je l’ai rassuré.
Bertrand a remarqué que les enfants au démarrage prennent plein de choses puis, quand ils se rendent compte qu’ils peuvent prendre ce qu’ils veulent…. Ils lâchent un peu, et ils repartent avec moins, ils restent discuter, jouer, ….

La première question qui m’est venue sur la gratuité est la question de l’accumulation des objets et de l’appropriation. Que viennent chercher les personnes qui s’arrêtent… ? L’idée de prendre des objets par besoin ? Ou de prendre des objets par plaisir ? Le plaisir d’avoir ou d’accumuler ? Curiosité ?
Je trouvé intéressant que, par hasard, il y avait une compagnie de danse à coté qui proposé de la danse gratuite pour les gens du quartier. Du coup, on est aussi dans la gratuité mais davantage qu’autour des objets, autour de la proposition de quelque chose, d’une activité. Chose qui me semble à développer via le boomerang : les habitants souhaitent proposer une activité aux autres habitants ? Pouvons-nous proposer de choses qui restent dans l’esprit, dans une idée d’éducation populaire ?
La gratuité aussi dans les intervenants : moi j’interviens de façon bénévole, il me semble que Charles et Bertrand également… mais je ne suis pas dupe du bénéfice secondaire que cela m’apporte : la gratitude reçue de la part des habitants qui passent. Et vous ? trouvez vous un autre bénéfice ? Finalement, je trouve que nous recevons quelque chose en échange. On est finalement aussi dans la question du don et contre/don. Même si ce n’est que de la bonne humeur et des gens contents ; par les temps qui courent, c’est déjà beaucoup…

Photo prise par Tahar Bouhouia

Il y a eu des jeux avec des enfants, des discussions autour des problématiques de droit commun (avec des personnes sans papiers) de la musique (guitare avec les enfants ), des échanges avec les enfants et avec des adultes, … les interactions ont été riches.

Intéressant, le moment de la musique : l’enfant voulait prendre la guitare, et Seb lui a répondu, « tu ne peux pas la prendre, elle n’est pas à donner mais tu peux en jouer ». Cela s’apparentait justement à un don de quelque chose d’immatériel et cela a très bien marché, les enfants ont passé un bon moment, détendus, ils ont joué chacun leur tour.

Le boomerang a aussi proposé un espace où se poser : une maman a pris des affaires, s’est assise et a donné à manger (biberon) a son bébé. Une grand-mère a aussi pris des affaires et après, elle a expliqué à un monsieur le fonctionnement de l’espace. Elle a dit avoir déjà participé à d’autres espaces de gratuité en province. De l’échange et de l’entraide dans les explications.

Groupe des migrants : où ils auraient pu détourner l’endroit… attention… ils ne souhaitent pas parler sinon prendre des affaires en grande, très grande quantité. Nous avons dû intervenir un peu… on a laissé faire jusqu’à un certain point. Quelqu’un a eu un échange avec eux ?

Les gens trouvent cela très bien, pas mal des femmes ont demandé si elles peuvent apporter des choses, ils vont le faire la prochaine fois. Commentaires très positifs.

Photo prise par Tahar Bouhouia

Remarques organisation :

  • Les dates devraient être plus rythmes et repérables pour le gens. (il y a déjà un travail dans ce sens, a pousser peut être…)
  • Si l’idée est de prendre des objets mais aussi d’être dans le lien, il faudrait peut-être communiquer autour de ça : nous rapprocher des gens pour dire bonjour (on le fait déjà)… devoir dire bonjour et au revoir, ça sert, cela crée le 1er contact. Là ce n’est pas systématique. Parfois, il n’y a pas d’échange autre que via les objets. Mais c’est ça l’idée, peut-être ? Sinon, j’ai remarqué que le fait de simplement s’approcher et de dire bonjour, a provoqué des réactions et des échanges, la plupart du temps… le fait d’être très nombreux était confortable pour justement prendre le temps de discuter avec le gens, d’observer aussi, parfois de jouer avec les enfants …
  • Attention au détournement du lieu en pillage 😉
  • On a remarqué des gens qui viennent et retournent et reviennent pour reprendre beaucoup des choses…. Peut-être à réguler ? On vient une fois, on prend des choses et on peut revenir discuter, prendre un thé… l’idée du thé ou café ou autre chose à proposer pour faciliter l’échange – il me semble qu’elle a été déjà évoquée par Charles.
  • Attention à ne pas trop réglementer, si c’est un espace à laisser apprivoiser par les habitants….
  • Autre chose : la question de la revente des objets… savons-nous si les objets sont détournés et vendus dans le quartier ?

Point de réflexion personnelle en lien avec la recherche :

Comme mettre en place la redistribution du pouvoir, de la responsabilité et du savoir via la gratuité ? Nous avons bien vu des habitants désireux d’échanger, ce lieu ouvre une espace de parole, de rencontre. La deuxième pas sera l’appropriation du projet pour pouvoir participer et le faire vivre. Là s’opère pour moi la redistribution entre habitants du quartier et les éducateurs-chercheurs. Si nous cherchons l’émancipation des citoyens, le boomerang peut être aussi un outil de partage et de redistribution, pas seulement d’objets et/ou activités, sinon aussi de parole, de connaissances, de ressources des habitants, de mise en place d’entraide, qui auraient pour objectif la disparition de l’intervention sociale, en laissant place à l’intervention citoyenne. Je sais, un peu utopique… 😉

L’objectif de l’espace me semble atteint, sauf que les jeunes 18-25 ne sont pas venus et même, on ne les a pas vu trop passer autour … sauf derrière, dans le centre social mais fermés sur eux-mêmes et un peu tendus. Dans leurs « affaires »… je ne sais pas si la population a changé par rapport aux autres fois, ou c’est plus ou moins pareil, j’avais lu dans la note de Charles, que les jeunes étaient aussi absents la dernière fois. Est-ce qu’il y a des objets ou des activités qui peuvent attirer l’attention pour cette tranche d’âge ? peut-être qu’on pourrait parler du projet aux jeunes lors d’autres rencontres dans le quartier et leur demander leur avis sur le projet, leur possible intérêt et leur avis d’amélioration pour les intégrer au moins par la pensé.

Le boomerang m’a semblé surtout un lieu/espace de rencontre, et les objets les médiateurs. Je me suis posé la question aussi de la mixité, dans tous les sens… est-ce que les personnes vont se mélanger, ils échangent avec nous mais est-ce qu’ils échangent entre eux ? J’ai eu l’impression que les groupes se succédaient mais ne se mélangeaient pas… Mais peut-être s’agit-il d’une observation partiale de la ma part… ? À croiser avec d’autres commentaires des présents.

Ceci est un jet d’idées à la suite de cette action, a compléter, à prendre comme elles sont, dans toute leur subjectivité et a continuer a faire évoluer ensemble à travers d’autres réflexions.

Merci pour ce moment de partage !

Ana Patricio

À propos de l’espace de gratuité Boomerang du 06 octobre 2021 – Compte-rendu ethnographique de Charles Péchon

Personnes présentes :

Ana, Benjamin, Bertrand, Charles, Christophe, Sébastien, Tahar. Tous présents la majorité du temps.

Béata, Clara ainsi que Guilhem sont passés brièvement.

Matériel :

Deux barnums, 3 tables, Chaises, Guitares.

Photo prise par Tahar Bouhouia

Objets :

Plus ou moins comme les fois précédentes, mais beaucoup plus d’habits. C’est à dire : jouets, livres, DVD ( plus que d’habitude ), habits, quelques « fournitures scolaires », les sacs pour enfants comme à celui du 4 Septembre. Cette fois ci il y eut des dons ( un sac d’habits, parapluies ) d’une femme qui travaille à côté ( environ 40-50 ans ), qui a aussi regardé les objets présents ( surtout les habits ).

Affluence :

Je pense qu’il y a eu globalement plus de monde que les deux fois précédentes. Mais l’affluence était différente : pas énormément de monde à la fois, mais toujours des gens. On peut dire calme dans le sens d’équilibré, apaisé mais dynamique quand même ; pour reprendre Sébastien, « naturel ». Il n ’y jamais eu personne mais il n’y a jamais eu trop de monde.

Faits notables :

  • Compte tenu des circonstances, je pense qu’il serait bénéfique que les autres personnes présentes complètent ou écrivent un autre « compte rendu », car les « faits notables » étaient plus difficiles à rassembler, vu l’organisation de l’espace ( plus grand ), le nombre de personnes qui sont venues, etc.
  • L’organisation de l’espace était différent : plus grand ( deux barnums avec le camion juste à côté ), plus aéré ( les tables étaient disposées assez loin les unes des autres : circulation entre elles plus facile ), avec des endroits pour s’asseoir tout autour.
  • Comme Benjamin l’a remarqué, l’ambiance était différente de celle des fois précédentes. Ce n’était pas à l’intérieur d’une cité, donc pas de « vie de quartier » similaire. Plutôt un lieu de passage avec tout de même un public plus varié.
  • Il y avait un groupe de danse à côté, tout l’après midi, qui sont venus aussi ( une dame a posé des questions à Tahar, je pense qu’elle a du expliquer aux autres, plus tard ils sont venus voir les objets). Un autre groupe, d’hôpital de jour, qui était venu les regarder, a fini par venir aussi. Bien qu’au départ ils restaient distants, les enfants ( ado ? ) de ce groupe sont venus petit à petit et ont joué là, avec ce qui était disponible à l’espace de gratuité. Les éducateurs n’ont rien pris.
Photo prise par Tahar Bouhouia
  • Beaucoup de personnes ( 10 ? ) laissent un mot dans le livre d’or, la plupart avec des coordonnées pour aider. Quelques unes donnent des conseils pour « améliorer » l’espace : ajout d’un certain type d’objets, plus grande régularité, etc. ( c’est écrit dans le livre ). D’autres, sans écrire, ont manifesté leur envie d’aider. Sur place, en début d’après-midi il y eut notamment une grand mère avec sa petite fille qui rangeait, et qui a aussi expliqué le fonctionnement de l’espace de gratuité à quelqu’un d’autre.
  • 2 jeunes ( 13, 15 ) sont restés un moment en début d’après midi, ils ont proposé plusieurs fois leur aide et ont joué ( l’un d’eux a fait une partie d’échec avec Christophe je crois ). L’un d’eux a joué de la guitare aussi, et les autres enfants présents à ce moment ( plus jeunes ) restaient autour tout en jouant. La guitare a fait bonne impression, c’est un bon moyen de créer un moment particulier.
  • Comme Ana l’a remarqué, plusieurs personnes ( une famille ? ) sont venues une fois, puis sont reparties, puis sont revenues, et cela deux ou trois fois. A chaque venue elles prennent des objets.
  • Des enfants viennent au départ, repartent, puis reviennent avec d’autres.
  • Plusieurs personnes ont demandé pour donner. Une femme ( celle qui travaillait à côté ) l’a fait.
  • Deux groupes de « médiateurs de la ville de Paris » sont passés, mais je ne sais pas ce qu’il ont dit. Ce sont Tahar, Sébastien et Christophe qui leur ont parlé ( un groupe était déjà passé la dernière fois ).
  • Un groupe d’enfants assez jeunes passe à côté, l’un regarde, un autre lui dit : « ça sert à rien on a pas d’argent ». Comme je l’entends, je leur dit qu’il n’y en a pas besoin, avec étonnement ils répondent « c’est gratuit ?! ». Il est vrai que cela surprend un certain nombre de personnes. On pourrait noter les réactions des gens lorsqu’ils comprennent. Je dirai pour l’instant : étonnement, intérêt ( dans le sens « c’est bien de faire ça » ), satisfaction ( ils apprécient ), joie ( surtout pour les enfants ).
  • Globalement, du fait de la variété des personnes, certains semblaient plus dans le besoin ( prennent beaucoup ) que d’autres ( parents qui empêchent leur enfants de prendre car « ils ont déjà tout ce qu’il faut » ). Cependant, le besoin n’est pas la seule variable par rapport au nombre d’objets pris : le rapport à l’avoir, la consommation, la possession, etc. semble jouer. Cet aspect est a développer : Tahar, Bertrand, Ana ( et d’autres ? ) en ont discuté.
Photo prise par Tahar Bouhouia

Remarques :

J’ai déjà fait quelques remarques dans les « faits notables ». Je peux ajouter :

  • L’espace de gratuité est bien « lancé », « formé », installé. Je pense que les gens vont commencer à l’avoir en tête, bien qu’il soit mobile.
  • C’était un moment convivial. Beaucoup ont discuté, joué. Certains ont aidé.
  • Il conviendra de réfléchir au rapport aux objets ( consommation, possession, accumulation, etc. ) et l’impact de l’espace de gratuité sur celui-ci. Modification du rapport ? Accentuation de certains aspects ? Favorise-t-il la réflexion sur notre propre rapport aux objets ? Le rôle de la pédagogie dans la construction de ce rapport ( ce qu’on peut dire notamment au enfants qui parfois veulent prendre beaucoup sans penser à ce dont ils ont besoin. Même si sans doute certains ont besoin de beaucoup ). Questionner justement la notion de besoin ? C’est vrai qu’un enfant peut jouer avec peu de choses, etc.

On pourrait réfléchir à ce genre de questions, en trouver d’autres, et en parler ensuite ensemble.

Il y a la question des « ateliers ». Ana parlait d’ateliers peinture pour les enfants. Qu’est-ce qui pourrait être organisé ? Comment ? Peut-être que cela pourrait être mis en lien avec la remarque précédente : si un atelier a lieu, l’espace de gratuité sera peut être moins considéré comme l’occasion de se procurer des objets. C’est vrai que cet espace est l’occasion justement de créer de la convivialité et un questionnement sur « l’avoir ».

Je le redis, tout cela est sans doute à compléter. Soit avec des comptes rendus d’autres personnes, soit compléter directement ce document.

En tout cas je pense qu’on a tous passé un bon moment. Comme Bertrand le disait à propos de émotions suscitées par cette « action ». Variées, intéressantes et agréables ?

Charles Péchon

Commentaires de Charles Péchon sur les remarques de Françoise Crézé

Sortie du Boomerang du 15 septembre 2021

« Alors quid, au milieu de tout ça, de la gratuité ? Pourquoi envisager la gratuité, l’échange, le partage ? Quels ressorts au cœur de la gratuité nous permettent de dépasser la superficialité de notre bonheur, de notre sensation de bien être, de rencontrer plus avant la profondeur de notre humanité ? »

La gratuité seule ne remet pas vraiment en cause « la société de consommation » il me semble. En effet il s’agit, si l’on considère uniquement la gratuité, de tenter un autre type d’échange. Cela en raison du développement des échanges marchands dans tout type d’activité. L’objectif de la gratuité seule est donc de libérer du circuit économique marchand, générateur d’inégalité, de pénurie ( ressources naturelles ), de gaspillage, de concurrence, etc. Les échanges marchands impliquent des rapports particuliers entre personnes ( par exemple concurrence, croyances, etc. )
Cependant, la gratuité n’est pas ici à envisager seule : il s’agit tout autant d’un espace convivial ( du moins c’est l’objectif ). Je pense que si les deux aspects d’une action comme celle la sont pensés ( et vécus surtout ) ensemble, alors cela peut questionner ou remettre en cause la « société de consommation ». Il est vrai les deux dernières actions ont consisté en grande partie en une distribution ( mais c’est essentiellement parce que ce n’est que le début ).

Ainsi, l’idée est plutôt, « pour dépasser la superficialité de notre bonheur », de mettre en place un espace de gratuité ( remet en cause la marchandisation ) et de convivialité ( remet en cause les rapports entre personnes impliqués par les échanges marchands ).

Il convient donc, selon moi, de bien allier les deux. En théorie d’abord, mais ensuite en pratique. Et la je pense que c’est une attitude à avoir et des modalités pratiques à trouver pour développer l’aspect convivial. Je pense que c’est ce que nous tentons de faire lors des espaces de gratuité.

Il me semble enfin que Benjamin a déjà traité ce sujet échange non marchand/ outil convivial, mais je n’ai pas encore pu lire beaucoup.

« Que pensent-ils de la société de consommation ? Envisagent-ils une société de gratuité ? Une telle société n’apparaît-elle pas totalement utopique, puisque dans notre société tout parle argent ; »

Il n’est pas aisé de discuter de la « société de consommation » avec la majorité des personnes présentes : ce sont beaucoup d’enfants jeunes. Cependant à certains moments des échanges avec des adultes ont pu avoir lieu, qui portaient plus ou moins sur ce sujet : lors de l’action de début Septembre, avec un camerounais qui insistait beaucoup sur le partage. De même, dans une certaine mesure, avec le photographe habitant la, qui remettait en question l’attitude des personnes vis à vis de leur image ( cela peut être relié aux rapports générés par cette société ).

Pour la dernière action, Bertrand, Benjamin et moi avons pu aborder ce type de sujets. L’action laisse du temps libre, disponible ( d’autant qu’il pleuvait et que nous n’étions que trois ), et c’est déjà, il me semble, plutôt inhabituel. En effet cette « société de consommation » génère un rapport au temps particulier, que nous pouvons tous expérimenter. Or ici ce sont quelques heures non programmées ou l’aléa est possible. C’est déjà une bonne condition pour pouvoir aborder ce type de sujet.

Il convient néanmoins de noter une nouvelle fois que ce n’est que le début, c’est à dire que remettre en question cette société n’est pas aisé ni rapide, c’est pourquoi l’action doit être longue, les personnes ne sont pas encore habituées, n’envisagent peut être pas suffisamment l’aspect convivial de l’espace.

Enfin, concernant l’utopie : je ne pense pas que cela en soit une. Je considère l’utopie comme négative : dans toute utopie il s’agit d’une organisation idéale parfaitement réglée. C’est à dire contraire à la liberté. Ici il est plutôt question de pouvoir introduire un espace de liberté, ou un temps de liberté.

Pour l’aspect souvent retenu de l’utopie, celui « d’irréalisable », il ne semble pas non plus. Il est vrai que remettre en question cette « société de consommation » n’est pas facile, ni rapide, mais si l’on tente, à notre mesure, d’instaurer un type d’action de ce genre, il apparaît que c’est possible. Bien que cela ne soit pas suffisant, c’est néanmoins utile par rapport à cet objectif.

« Cette idée de gratuité repose sur l’idée d’échanges non profitables, sous-tend une organisation économique et sociale plus égalitaire. Cette caravane peut peut-être faire progresser ces idées d’humanité, de considération de l’autre, d’invention d’un humanisme du 21ème Siècle. »

Il me semble qu’il y a plusieurs aspects dont il faut tenir compte à propos des échanges non marchands. Si l’on considère le côté concret de ces derniers, c’est à dire par exemple les objets échangés, il apparaît que ce sont des objets qu’on achète habituellement. Or s’ils peuvent être aussi échangés gratuitement, ce n’est que dans la mesure ou le circuit économique marchand génère automatiquement du gaspillage. Malheureusement, je pense que les espaces de gratuité reposent sur la surconsommation, donc le gaspillage. Si l’on consommait moins ( cela revient à dire si il n’y avait pas de société de consommation ), il n’y aurait pas d’espaces de gratuité comme ceux-la. En revanche, si l’on consommait moins et différemment, des échanges marchands limités auraient lieu mais avec en même temps des espaces de « gratuité » pour certains domaines comme cela à déjà pu exister. Par exemple une partie de la consommation alimentaire, les routes, l’eau, le bois, etc.
Mais cela conduit à remettre en question d’autres caractères de notre société, ce qui amène à repenser une grande partie des aspects de nos vies.

C’est pourquoi les échanges non marchands doivent, il me semble, être envisagés aussi au sein d’autres « transformations ». Mais ce type de réflexion dépasse le cadre de ces remarques.

Charles Péchon

À propos du boomerang : quelques réflexions et interrogations

J’ai regardé avec plaisir les belles photos, lu les comptes – rendus de ces temps d’échanges, de convivialité entre les enfants et les adultes, entre les enfants. La satisfaction des enfants se lit dans leurs yeux et dans leurs sourires.

Les enfants ont pu récupérer des objets qui leur faisaient plaisir, sans que leurs parents leur disent, « je ne peux pas les acheter, c’est trop cher »… Ils pouvaient, tout à coup, satisfaire leurs envies d’avoir ceci ou cela, ce qu’ils ne peuvent pas faire dans les super marchés. J’ai aperçu dans leurs yeux le plaisir d’avoir, d’être tout à coup plus heureux parce qu’ils pouvaient avoir plein de choses sans le couperet de l’argent.

Le mythe du bonheur véhiculé par la société de consommation est là insidieux ; puisque selon cette culture, la consommation permet le bonheur, existe par le fait de posséder des baskets à la mode, la machine à café, le dernier smartphone … après quand on est plus riche, la plus belle Rolex… Alors quid, au milieu de tout ça, de la gratuité ? Pourquoi envisager la gratuité, l’échange, le partage ? Quels ressorts au cœur de la gratuité nous permettent de dépasser la superficialité de notre bonheur, de notre sensation de bien être, de rencontrer plus avant la profondeur de notre humanité ?

La question se pose de savoir pourquoi convoquer la gratuité ? Pourquoi permettre son développement, son appropriation par ces enfants, ces jeunes, ces grandes personnes ? Quels sont leurs intérêts, au delà de récupérer des objets utiles, sympathiques ? Ont-ils des attentes spécifiques ? Quelles remarques ont-ils fait sur cette caravane , quelles questions ont-ils posé ?

Que pensent-ils de la société de consommation ? Envisagent-ils une société de gratuité ? Une telle société n’apparaît-elle pas totalement utopique, puisque dans notre société tout parle argent ; les conversations quotidiennes tournent beaucoup autour du thème de l’argent ; « tu as un nouveau tee-shirt, il est bien, tu l’as acheté combien ?… oh c’est cher, moi j’en ai vu un, beaucoup moins cher… » ce type de conversation est monnaie courante ; ce n’est pas rare de croiser dans la rue des conversations téléphoniques sur ce thème « ça gagne bien ?… » ,« j’ai eu un prix… », « je vais le mettre sur le bon coin… »

Cette idée de gratuité repose sur l’idée d’échanges non profitables, sous-tend une organisation économique et sociale plus égalitaire. Cette caravane peut peut-être faire progresser ces idées d’humanité, de considération de l’autre, d’invention d’un humanisme du 21ème Siècle.

  • Les réactions de certains jeunes essayant de revendre des objets récupérés à la caravane interroge sur l’échange, « le don/contre don ». Visiblement c’est une idée qui leur est étrangère, parce que ce n’est pas une valeur sociale, culturelle à la mode. Il nous faudrait peut-être approfondir cette idée de don/contre don. Ces pratiques existent, comment se manifestent-elles dans nos vies quotidiennes ?
  • Il est peut-être nécessaire d’envisager comment concrètement les uns et les autres peuvent participer au déroulement de la mise en place de la caravane.
    Il faudrait peut-être revenir sur le « film » de cette après midi, des échanges. Qui étaient les différents acteurs ? Qu’est-ce qu’ont fait les uns et les autres ? Leur place sur le stand ? Qu’est-ce qu’ils ont échangé ? Combien de temps sont-ils restés ? En un mot, faire une analyse de l’action ce jour là, dans ce lieu ; écrire un journal de cet événement.
  • Je me demande aussi s’il ne serait pas intéressant de mettre en place un atelier de création, d’improvisation, de détournement d’objets. C’est un travail d’improvisation que font les clowns à partir d’objets familiers, un simple bâton peut devenir une fusée… ou redevenir un arbre… Ce type de travail se fait à partir de la manipulation concrète de ces objets. Ce serait une manière de s’interroger sur les rapports entretenus aux objets.

Françoise Crézé
Le 26 Septembre 2021

Remarques sur l’espace de gratuité mobile du samedi 4 septembre 2021

Concernant les objectifs de l’action du samedi 4 septembre 2021 :

N’ayant pas assisté aux précédentes actions, je ne peux comparer. Il me semble que ce fut globalement une réussite par rapport aux objectifs fixés. En effet il s’agissait d’organiser un espace relative

ment grand avec une quantité importante d’objets, d’y faire venir suffisamment de personnes, de faire connaître le projet, de commencer à sensibiliser à l’échange non marchand et à l’utilisation d’un outil convivial. Ce fut donc un début satisfaisant : une grande diversité d’objets a été mise à disposition ( fournitures scolaires, livres, jeux vidéos, jouets, DVD, quelques habits, etc. ) dans le cadre d’un espace visible et bien organisé, les habitants sont venus relativement nombreux ( environ 40 personnes je pense, mais quand même essentiellement des enfants ( 5-12 ans ), ce qui s’explique aussi par le fait que l’espace se trouvait juste à côté des endroits ou ils jouent et qu’une majorité d’objets leur était destinée ), l’ambiance était agréable. Tout est parti très vite. Réaction des gens : étonnement ( tout âge confondu ), surprise, intérêt, joie, utilité. Certaines personnes se sont aussi intéressées au projet en demandant des explications, certains sont restés un moment à discuter avec nous. Certains nous ont félicités. Les enfants ne désiraient pas en savoir plus à partir du moment ou ils savaient que c’était gratuit.

Photo prise par Tahar Bouhouia

Concernant les objectifs plus généraux ( plutôt recherche ) du projet Boomerang :

Il s’agit aussi, tout au long de ce projet ( mais ce ne sont pas des objectifs immédiats comme les précédents ), d’interroger les représentations des habitants quant à l’espace dans lequel ils vivent ( frontières entre quartiers, entre habitants d’un même quartier, frontières entre les âges, impact d’un outil convivial sur la vie sociale, par exemple la violence, degré d’implication des habitants dans un projet destinés à être géré par eux, etc. ). Vis à vis de ceux-ci il n’est pas possible de faire beaucoup de remarques : cela ne peut se mesurer que sur le long terme ( d’ailleurs comment mesurer des représentations ? ). Toutefois, il convient de noter : concernant l’impact de cet outil sur la vie sociale, sur le degré d’implication ( ou engagement ) des habitants : quelques adultes ont demandé quand donner, quand cet espace sera remis en place, certains sont restés un moment pour discuter et partager leur vision de la vie quotidienne ( photographe avec ses deux enfants qui habite les tours, camerounais intéressé par les livres « scientifiques » qui a bien parlé avec Gustave et moi, tous les deux très heureux de nous trouver la ). Ce sont surtout eux deux qui m’ont marqué, après je ne sais pas si vous avez aussi parlé avec d’autres ?

Interroger les représentations sociales et géographiques, voire les transformer, cela ne pourrait faire l’objet de remarques que plus tard, après une certaine régularité des actions.

Photo prise par Tahar Bouhouia

J’ajoute qu’une classe d’âge spécifique ( celle d’ailleurs qu’on essaie de viser ? ) n’est pas venue : 15-25 ans. Plusieurs de cet âge la qu’on a croisé les deux jours précédents pour leur dire de venir ne sont pas venus. Comment les faire venir ?

Remarques

Ces deux derniers paragraphes correspondent à ma « vue d’ensemble » de samedi.
J’ai quelques remarques plus pratiques, concernant l’organisation.

  • Il faudra, je pense, bien organiser le stock, car il y en aura forcément un minimum, d’autant plus si celui-ci doit être chiffré.
  • Il faudrait trouver une solution pour que les gens puissent donner. A moins qu’on ne permette les dons que lors des espaces de gratuité ?
  • Il conviendrait aussi, je pense, de trouver une solution pour bien séparer ce qui n’est pas à donner ( tous les enfants se servaient dans les deux cadis ).
  • Je pense, mais ce n’est vraiment qu’un petit détail, que les habits n’étaient pas mis en valeur, peut être faudrait-il les changer de place ? Le portant que la dame voulait donner aurait été pas mal par exemple.
  • Je ne suis pas sûr que cela soit une bonne idée de laisser tout le monde circuler au milieu des tables. D’un côté c’est plutôt bien car ça fait plus outil convivial mais en même temps, si il n’y avait que nous au milieu on serait bien repérables : si on l’est, les gens s’adresseront plus facilement à nous et cela permettra de bien expliquer le projet. Cela amène à la dernière remarque
Photo prise par Tahar Bouhouia

 

  • Je pense que le projet n’a pas été compris par une grande partie des gens qui sont venus : ce n’est pas une distribution d’objets gratuits. Je ne dis pas que c’est forcément de notre faute : certains n’ont peut être pas cherché à comprendre. Cependant il conviendrait peut être de trouver des solutions pour que les gens puissent nous demander facilement, ou que l’on puisse engager la conversation avec eux, pour insister sur la convivialité et la gratuité, qui sont bien les deux objectifs centraux de l’action. Peut-être aussi faire une affiche ou l’explication écrite du projet soit plus visible.
  • C’est pourquoi l’idée de mettre en place un espace plus spécifiquement dédié à discuter, à s’asseoir, à prendre le temps, peut être intéressante. On pourrait même manger ou boire quelque chose à cet endroit ? Cela pourrait aussi servir pour les ateliers dont vous parliez.

Si j’ai écrit tout ça, c’est parce que je souhaite m’impliquer dans le projet ( dans la mesure bien sur du temps disponible dont je dispose ) : j’essaie de réfléchir à la mise en place concrète par rapport aux objectifs. J’espère que cela pourra être utile. Quoiqu’il en soit, mon impression, sentiment général, est que c’est un projet vraiment prometteur et encourageant ( pour moi ), que je soutiens carrément. J’espère que mes remarques seront lues dans cette perspective.

Charles Pechon

Interview de Bertrand Tall réalisée sur place par Tahar Bouhouia

 

Photo prise par Tahar Bouhouia

Document pour engager la recherche action

Version du 21 avril 2021

Contexte

La recherche-action entre dans les activités du laboratoire endogène de l’APSAJ, Lignes de crête, dirigé par Tahar Bouhouia.

Elle est pilotée collégialement par Benjamin Grassineau, Christophe Jibard, Sébastien Doussaud, Tahar Bouhouia.

Elle est réalisée en partenariat avec le CEDREA (expertise scientifique), l’IRTS Parmentier IDF (travail social) et GratiLib (gratuité), ainsi que d’autres organisations, endogènes ou non.

Problématique et méthode

Question

En quoi le développement endogène peut-il être le lieu d’une transformation dans le domaine d’une lutte contre la spirale de la violence ?

Hypothèse de recherche

Les jeunes du secteur Cambrai et Riquet détiennent, à leur insu, la solution aux problèmes qui les touchent de près, préoccupent leurs proches et l’ensemble de la collectivité.

Hypothèse d’action

L’espace co-construit avec un public endogène (acteurs organiques) permet l’émergence de propositions/diagnostics/solutions liées à la problématique des affrontements inter-quartiers sur notre secteur d’intervention.

Quels sont les indicateurs construits a priori et a posteriori ?

Postulat : La proximité adultes et jeunes issus du quartier1 permet une meilleure compréhension du phénomène étudié, ainsi que la mise en œuvre d’une démarche adéquate à la réalité dans laquelle s’inscrit l’action de transformation2

Outils / Analyseur

L’action menée avec l’espace de gratuité mobile et l’atelier de recherche coopératif mené selon une démarche conviviale à visée « conscientisante », avec plusieurs cohortes de jeunes et « anciens jeunes » issus des secteurs Cambrai / Riquet – 18e.

Propositions sur l’outil espace de gratuité mobile

La question suivante s’intéresse à un moyen, un outil,utilisé dans cette recherche-action, à savoir l’espace de gratuité mobile. C’est donc une question relative à un outil de recherche.

L’enracinement d’un outil fortement disruptif dans un territoire peut-elle (doit-elle) s’appuyer sur, et servir le développement endogène de ce territoire ?

Cette question est imbriquée dans la question initiale. En effet, elle se concentre sur un moyen, parmi d’autres, qui est mis au service du développement endogène et de la transformation dans le domaine d’une lutte contre la spirale de la violence. C’est donc une sous-question qui participe au programme de recherche initié par Tahar Bouhouia [cf. Annexe 2].

Précisions sur les différents termes :

Enracinement…

Cela inclut toutes les étapes du processus, en supposant, pour simplifier, qu’il soit linéaire :

conception → réalisation → maintenance → usage → normalisation de l’outil : le dispositif s’enracine dans le paysage, dans les mentalités, dans la routine.

Deux questions intermédiaires :

Faut-il se fixer comme objectif de maximiser le recours à des ressources endogènes à toutes les étapes du processus d’enracinement (question normative) ?

Quelles différences peut-on attendre sur le développement endogène si on limite l’endogénéité à une partie seulement du processus d’enracinement ? Ex : L’usage sera-t-il d’avantage endogène si la réalisation est endogène ?

Outil…

Le terme est pris dans le sens illichien du terme. Dans la présente recherche-action, il s’agit d’un espace de gratuité mobile participatif où l’on tente de maximiser :

    • les libertés individuelles, tant dans son fonctionnement (libre adhésion, libertés d’usage) que dans les effets qu’il est censé permettre (ex : réduction de l’hétéronomie par rapport au marché),
    • l’ouverture à tous les niveaux (usage, maintenance, déplacement, etc.),
    • la non-directivité : pas de finalités imposées, pas d’actions imposées.

Fortement disruptif…

L’outil est « fortement disruptif » car il opère une rupture significative avec les normes établies. On peut faire l’hypothèse que ceci est lié à trois éléments :

    1. participation maximale aux différentes étapes du processus,
    2. gratuité et culture libre,
    3. mobilité inter-territoriale et outil d’échange librement accessible dans l’espace public.

Question intermédiaire :

Cette rupture n’est-elle pas antinomique avec la volonté des acteurs-chercheurs de mobiliser des habitants sur le territoire ?

Ceci est rendu d’autant plus délicat si l’on part des observations suivantes :

    1. Les finalités, le sens et les motivations d’un espace de gratuité mobile n’apparaîtront véritablement que dans la pratique (apprentissage par l’expérience).
    2. Il n’existe pas encore un imaginaire et des finalités véritablement constitués, voire de valorisation positive, autour de cette catégorie d’outils, en particulier chez les jeunes du territoire. Ce n’est pas le foot ! On peut donc plus difficilement tabler sur une phase de conception ou de réalisation purement endogène.
    3. L’outil a une dimension intrinsèquement émancipatrice, dans le sens où il permet, à l’usage, de court-circuiter des dispositifs exogènes de contrôle (marché et institutions). On devrait donc observer des phénomènes de résistance, matérialisée dans la pensée bloquante, de la part des acteurs institutionnels et marchands.

On peut faire l’hypothèse que ces trois éléments vont impacter négativement sur l’endogénéité dans l’enracinement de l’outil.

Une solution pour la confirmer serait d’envisager une répétition de l’expérience qui augmenterait au fur et à mesure l’endogéneité dans l’enracinement. On pourrait ainsi mettre en évidence, le cas échéant, une évolution favorable, ce qui tendrait à montrer que les freins (absence d’expérience et absence d’imaginaire, pensée institutionnelle bloquante) s’estompent au fur et à mesure.

Territoire…

Cette notion est à rattacher à celle du développement endogène et de la limite dans la circulation de l’espace de gratuité mobile.

Question intermédiaire :

Faut-il fixer une limite territoriale aux usagers ? En sachant que :
1. l’outil est à participation libre et non-discriminante, 2. il va circuler dans des espaces fortement perméables.

Peut-elle, doit-elle…

La démarche a une composante à la fois positive et normative. Une des hypothèses de recherche est que les deux composantes sont imbriquées : le fait de considérer une action comme possible, ou même indispensable, contribue à la rendre possible !

S’appuyer sur…

L’idée est de mobiliser des ressources endogènes pour favoriser l’enracinement. A cela on rajoute trois propriétés aux ressources propres à l’espace de gratuité :

    1. auto-produites,
    2. libres (dans le cas de ressources immatérielles),
    3. gratuites.

Question intermédiaire :

Quel est le lien entre ces différentes variables ? Ex : un processus à forte intensité en « auto-production » sera-t-il d’avantage perçu comme endogène ? Et le sera-t-il d’avantage en tant que tel, selon la façon dont on définit l’endogénéité ?

Servir le…

Quatre questions intermédiaires :

1. Le fonctionnement de type gratuité et culture libre, qui est inhérent à l’outil, peut-il servir au développement endogène ?

Explications. Construire une analyse sur une opposition endogène / exogène suppose qu’on choisisse le « modèle » dans lequel elle va trouver son sens. Si on s’appuie sur une analyse illichienne, on peut poser comme postulat que le développement endogène repose sur une libération des ressources qui sont « contrôlées » par le marché et les institutions. Cette libération s’entend au niveau des finalités (« dés-instrumentalisation ») et des représentations (« libération de l’imaginaire ») ainsi que de l’usage (culture libre et gratuité), de l’appropriation (« dés-appropriation exclusive ») et de la prise en main (« libre participation » et « décisions décentralisées »). La culture libre et la gratuité sont alors considérées comme des moyens pouvant intrinsèquement favoriser un développement endogène.

2. Si on élimine les finalités à priori projetées sur l’outil, ou du moins, si on considère que chacun peut y apposer ses propres finalités (non-directivité), on le définit par défaut comme simple outil de capacitation (avec un encadrement minimal), comment alors être certain qu’il va demeurer endogène et servir des finalités endogènes ?

Faut-il venir greffer sur l’outil un travail de mobilisation endogène, de développement communautaire ? Mais le risque ne serait-il pas, ce faisant, de biaiser l’observation ?

3. Une des finalités qui est posée à priori dans le processus d’enracinement de l’outil, repose sur un certain nombre d’hypothèses entre un lien supposé entre gratuité et la violence.

Certaines des hypothèses qui ont déjà été formulées sont listées ci-dessous [cf. Annexe 1]. En toute bonne logique, la confirmation ou la réfutation de ces hypothèses dans le cadre d’une démarche expérimentale, si elle est réalisée de façon endogène, suppose que plusieurs conditions soient remplies :

    • connaissance, production et intégration des hypothèses par les acteurs endogènes,
    • choix ou non des acteurs endogènes de les soumettre à l’expérimentation,
    • le cas échéant, vérification par les acteurs endogènes de la faisabilité de l’expérimentation et de l’observation, participation des acteurs endogènes au processus de recherche – cette condition implique que l’outil soit accompagné d’une démarche de recherche dite « citoyenne » ou participative.

4. Outil en tant qu’« analyseur », « révélateur », « créateur » de lien social, et en tant que potentiel générant.

L’espace de gratuité mobile peut être mobilisé par les acteurs comme un analyseur ou un révélateur : il s’agit alors de l’utiliser pour mettre en évidence des situations de blocage, de révéler des circuits d’échange préexistants ou des relations conflictuelles. L’outil peut aussi être créateur de lien social, libérer la parole et créer de la relation. Enfin, il peut constituer un potentiel générant, en mobilisant des forces autour de la recherche-action.

Développement endogène

La notion s’inscrit dans le cadre d’une épistémologie instrumentaliste et d’une approche systémique. Dès lors, sa définition et sa délimitation peuvent être ajustées en fonction du contexte dans lequel la recherche-action s’insère (territoire, acteurs concernés, développement, etc.). De façon très générale, il s’agit d’un développement dont les finalités, les moyens et les effets, restent au maximum sous le contrôle des acteurs endogènes.

Points à clarifier

Voici certaines questions de fond qui paraissent pour l’instant en suspens :

    • Où s’arrête la limite entre endogène et exogène ? L’action de la prévention spécialisée est-elle endogène ou exogène ?
    • La mobilisation des acteurs peut-elle se faire sans apport exogène ? En particulier, un facilitateur, des ressources financières, des pratiques, des apports extérieurs ? Où poser la limite pour ne pas recréer de l’hétéronomie ? À une impulsion initiale ? À un financement durable ?
    • Comment faire pour que l’outil ne soit pas approprié (marqueurs) de façon exclusive (exclusion d’usage) et instrumentalisé (par qui, comment ?) ?

Annexes

Annexe 1 : liste d’hypothèses déjà émises sur les effets intrinsèques de l’espace de gratuité mobile sur la réduction de la violence.

Sont résumées ici quelques pistes de recherche qui ont émergées des réflexions au sein du laboratoire lignes de crête. L’idée de fond étant que le dispositif pourrait avoir un impact en soi (et non pas seulement en tant qu’outil mis à la disposition des habitants pour trouver une solution) sur les situations de violences territoriales. Ces hypothèses ne constituent pas l’objet de la recherche-action proprement dite. Elles devraient être proposées aux acteurs endogènes qui pourront s’en saisir ou non.

H1. La mobilité peut renforcer :3. 

    • la construction d’un imaginaire de l’échange : l’espace de gratuité mobile marque par son absence et sa présence et on voyage à travers les objets qu’on envoie ou qu’on réceptionne, d’où le nom de « boomerang »,
    • la construction de « liens symboliques » entre les quartiers (avec renforcement par des messages envoyés par des jeunes),
    • la « projection » : voyage à travers l’objet (sortie symbolique du territoire),
    • la construction de « circuits d’échange » : référence à l’anthropologie économique et notamment à la Kula et à l’opposition échange / guerre (cf. Pierre Clastres).

H2. Le fait que l’espace de gratuité mobile soit « non-appropriable » de façon exclusive pourrait le rendre « neutre », ce qui pourrait faciliter sa circulation entre les territoires et contribuer à dépasser les frontières. En particulier si ces frontières sont en partie d’origine administratives.

H3. Réduction de la frustration et de la dépendance matérielle (effet matériel) et possibilité pour les jeunes de s’engager dans une voie alternative (éducation positive). Cela s’inscrit dans une tendance à l’autonomie (réduction de la dépendance et de la dépendance au marché).

H4. Valorisation des compétences des personnes à travers l’économie du don. On part du constat que le fait de donner permet de se valoriser, de ne pas se sentir en situation d’infériorité, de soumission.

H5. Valorisation des quartiers à travers un projet innovant et soutenu mutuellement.

H6. Transformation de « l’imaginaire ». On part de l’idée qu’il y a une homologie, une correspondance entre des frontières : possible-impossible / présent-invisible / endogène-exogène. A travers cette ouverture dans la possibilité de manipuler les ressources, peut-on passer du « tu ne peux pas » au « tu peux » ? Peut-on repousser la frontière de l’espace des possibles, élargir l’identité d’appartenance ?

H7. Hypothèse à approfondir, à formuler correctement et à conceptualiser (encore au stade de l’intuition). Nous allons tenter de passer du don / contre-don à une situation d’absence d’obligation de retour. Ce désendettement peut-il contribuer substituer à un échange contraint, comme l’échange de coups, un échange « sans obligation de retour », « sans dette » ? Quel peut-être le lien entre l’absence de l’objet (la non-présence) ou de l’espace de gratuité mobile, la non-violence ? On aurait ainsi échange de biens au lieu de « s’échanger des coups ». Ou au contraire, changement de la modalité d’échange indépendamment du contenu ?

Annexe 2. Réflexion sur la notion de recherche de solution et de l’outil espace de gratuité mobile.

Partons de l’hypothèse de départ : « les jeunes ont en eux-même la solution au problème de la spirale de la violence ». De cette hypothèse découle logiquement la question suivante : « s’ils ont déjà la solution en eux, pourquoi n’ont-ils pas déjà résolu le problème ? »

De manière générale, il y a plusieurs cas de figure dans la recherche d’une solution.

    1. La (ou les) personne n’a pas envie de trouver une solution, le problème n’en est pas un pour elle. Auquel cas la recherche-action fondée sur la libre participation n’est pas possible.
    2. La (ou les) personne trouvera la solution dans le simple fait de la rechercher (ou de se convaincre qu’elle l’a) ; donc, elle ne l’a pas « vraiment », mais ça marche quand même ! Seulement, il faut qu’elle ait les moyens de la rechercher, donc on passe au point 4.
    3. La personne trouvera une solution « qu’elle possède en elle », mais alors, il s’agit d’une information inconsciente, il faut la faire ressurgir, la conscientiser. Oui mais comment ? Elle ne peut le faire que dans le réel, dans la parole ou dans l’expérimentation. On passe alors directement au point 4.
    4. La personne a les capacités en elle pour entrer dans un processus de recherche d’une solution, et peut-être même de la trouver, mais à condition qu’elle puisse le faire, et pour cela, il faut qu’elle soit libre de le faire (liberté réelle et formelle). Le problème peut alors surgir quand elle est précisément empêchée de le faire par la contrainte qui émane des institutions. Pourquoi ? Parce que la solution ne tombe pas du ciel, elle résulte d’un processus de recherche. Or, sur quoi repose un tel processus ? Toute recherche étant une action au sens strict, elle repose sur la manipulation et l’utilisation de ressources qui sont nécessaires à sa réalisation. Mais ces ressources sont justement contrôlées par l’institution à des fins économiques (marchandes) et selon des modalités (types d’appropriation) qui sont telles que la personne ne peut s’en saisir librement pour tenter de rechercher sa propre solution (par exemple, elle va être découragée avant même de pouvoir essayer, elle n’a pas un accès direct à des « outils » de recherche, etc.). Qui plus est, en étant inscrite dans un rapport marchand, dans un rapport d’appropriation exclusive, l’institution peut rendre l’usager dépendant de la solution qu’elle propose (fausse solution).

On peut donc reformuler la question.

« pour que les jeunes puissent trouver la solution à certains problèmes qu’ils rencontrent et qui affectent la collectivité, ils doivent pouvoir disposer et manipuler librement des ressources qui leur permettent d’y arriver (condition nécessaire mais non suffisante car il faut qu’ils se mobilisent pour le faire et que la solution existe). ».

L’espace de gratuité mobile est un outil « libre » mis à leur disposition à cette fin (dans le cadre du laboratoire ligne de crête).

Pour qu’il n’y ait pas de confusion, cette idée repose sur la mise en pratique de la démarche de « l’apprentissage autonome » et non sur celle de « l’apprentissage à l’autonomie ».

Autrement dit, on part du postulat que nous n’avons pas la solution au problème de la spirale de la violence et les jeunes non plus d’ailleurs. Par contre, nous avons la solution pour leur proposer un outil « libre » qu’ils pourront utiliser comme ils l’entendent pour tenter de trouver une solution à ce problème (démarche rogerienne). Et on suppose qu’ils sont les mieux placés pour trouver une solution adéquate, à condition qu’ils soient laissés libres de le faire.

Concrètement, le processus de recherche-action, pour la mise en place de l’espace de gratuité mobile, est alors le suivant.

    1. L’espace de gratuité mobile est posé sur le quartier avec un plan de déplacement et des règles de fonctionnement minimales, transparentes mais intangibles (une sorte de constitution qui fonde l’identité de l’espace). Ces règles ne posent et n’imposent aucune finalités. En tant que pilotes, nous intervenons un minimum, sauf pour solutionner des problèmes éventuels.
    2. Nous leur expliquons : « vous avez cet outil à votre disposition, nous aimerions qu’il serve à résoudre certains problèmes de la violence (effets intrinsèques supposés) et on a fait ça comme hypothèses (cf. liste qu’on affiche dans l’espace de gratuité mobile – cf. annexe 1). Nous vous laissons l’utiliser comme il vous plaît, conformément aux règles qui le définissent, mais vous pouvez aussi nous aider et vous aider et l’utiliser à cette fin (tenter de résoudre le problème de la violence) et aussi vérifier certaines hypothèses que nous avons posées ou en proposer d’autres ». Cela laisse la place à un travail de mobilisation.

L’équipe de Lignes de Crête.

Tahar Bouhouia, Sébastien Doussaud, Benjamin Grassineau, Christophe Jibard.

Notes

1Démarche intergénérationnelle.

2Développement endogène et élargissement de l’entité d’appartenance.