Développement endogène et espaces de gratuité

Le projet Lignes de crête développe une recherche-action avec l’APSAJ, CEDREA, GratiLib et l’IRTS Paris.

Il s’inscrit dans une problématique axée autour de trois questions principales :

  • Le rapport entre l’économie du gratuit, notamment celle qui se construit autour d’échanges non-conditionnels, et le travail social, plus précisément, le travail de prévention spécialisée.
  • La compréhension et l’étude des attitudes et des flux d’objets qui transitent via les espaces de gratuité ainsi que d’autres réseaux de dons.
  • Le développement d’organisations apprenantes via une recherche citoyenne où les acteurs-chercheurs participent directement à la construction des outils de recherche pour développer une meilleure compréhension de leur environnement.

Mû par ces trois objectifs, ce projet de recherche-action participative vise à mobiliser des acteurs-chercheurs dans la mise en place et la maintenance d’un dispositif d’interconnexion territoriale, prenant la forme d’un espace de gratuité mobile géré par les habitants. Comment les habitants, en particulier les jeunes, issus de quartiers frappés par des phénomènes de précarité, de territorialisation et de violence structurelles, vont-ils s’en saisir pour mobiliser et potentialiser des ressources endogènes à leur territoire afin de lutter contre ces phénomènes ?

La rupture, le breaching provoqué par la pratique de la gratuité, peuvent-ils produire une démarche auto-réflexive pour ces jeunes enfermés dans des spirales de violence ? Quel impact cela peut-il avoir sur des indicateurs économiques et sociaux plus globaux ? Et, dans le cadre d’une démarche réflexive, sur la prévention spécialisée et d’autres institutions de régulation sociale ?

Le champ de recherche s’étend également à l’observation et à l’analyse socio-économique et anthropologique des espaces de gratuité dans une approche comparative.

Le présent carnet de recherche permet aux acteurs-chercheurs de structurer et communiquer leurs différentes observations et de mémoriser les différentes étapes de l’évolution de la recherche-action. Il s’agit également d’un outil de communication dirigé vers l’extérieur permettant aux chercheurs intéressés de suivre l’évolution de la recherche-action.

Quels outils de communication pour l’espace de gratuité mobile et le projet Lignes de crête ?

Présentation réunion d’équipe 19 janvier 2021

Comment communiquer sur le projet ? A quelles fins ? Vers qui doit être dirigée la communication ? Quels supports utiliser ? Quels contenus ? Qui peut participer à la communication ?

Principes

Pour rester en accord avec les principes fondamentaux et l’identité du projet Lignes de crête, la mise en place du système de communication autour de l’espace de gratuité mobile doit répondre aux critères suivants :

  • accès aux outils de communication ouvert au maximum (création, usage, amélioration…),
  • possibilité de développer plusieurs media, contenus et outils simultanément par plusieurs personnes (sauf incompatibilités, messages contradictoires, site officiel, etc.),
  • ne pas freiner à priori une initiative (principe de la modération à posteriori).

On peut ajouter, qu’il faut privilégier les activités de communication réalisées:

  • gratuitement,
  • par des acteur.rice.s endogènes,
  • de façon « participative » (possibilité formelle et réelle de participer).

Vers qui ?

Vers qui la communication va-t-elle être dirigée ? On peut distinguer les catégories suivantes :

    •  jeunes et habitant.e.s (endogénéité),
    •  éducateur.rice.s,
    • « institutions »,
    • chercheur.se.s,
    • usager.ère.s (catégorie inclusive).

Par qui ?

Selon le principe d’ouverture défini ci-dessus, idéalement, tout un chacun peut mobiliser les différents outils. Les limites à cette ouverture resteront à établir, en tenant compte des principes définis ci-dessus.

Pourquoi ?

Deux motivations distinctes :

    1. Engagement et participation.

    • faire connaître le projet (visibilité),
    • susciter l’adhésion et la participation, donner l’envie, construire une image positive,
    • construire une participation des habitants et des jeunes dans le processus de communication, donc développer des outils de communication endogène.
    1.  Fonctionnement du dispositif.

    • localisation de l’edg mobile, demande de déplacement de la part des habitants,
    • cartographie des frontières et des espaces de gratuité,
    • annoncer des évènements,
    • définir le projet, mémoriser et relater au fur et à mesure son évolution,
    • coordination interne.

Comment ?

Quels médias utiliser ? Pour quelles fonctions.

    • Media :
      •  Numérique
        • site Internet officiel : va définir l’identité du projet et de l’espace de gratuité mobile, doit également contenir des informations pratiques.
        • outil de cartographie participative : localisation de l’espace de gratuité mobile et de certaines ressources gratuites,
        • réseau d’échange : mutualiser et centraliser des propositions d’échanges non-marchands,
        • réseau social : améliorer l’engagement des jeunes et la visibilité du projet,
        • liste de discussion : coordination globale via un outil libre et ouvert,
        • carnet de recherche : engagement dans la recherche citoyenne et interface avec d’autres réseaux de chercheur.se.s.
      •  Multimédia
        • vidéo : engagement des jeunes et visibilité du projet et des ressources endogènes, culture libre.
        • musique : idem,
        • radio ou lan auto-produits implantés sur l’espace de gratuité mobile : faire connaître la culture libre, améliorer l’engagement des jeunes et sensibilisation aux thèmes de la sécurité informatique.
        • webradio : engagement endogène, visibilité.
      •  Papier et autres supports
        • tract à destination du public : communication et engagement des habitants.
        • tracts à destination des institutions : partenariats, location de l’espace de gratuité mobile
        • logo de l’espace de gratuité : identité du projet
        • grafs et annonces sur l’espace de gratuité mobile : favoriser les échanges de biens culturels inter-quartiers.
        • annonces grand public : visibilité,
        • publications, communications, etc. : visibilité en terme de recherche.
      • Informel
        • parler aux jeunes
        • parler aux habitants
        • relais associatif.

Tableau : types de media possibles ou déjà en place

Media et contenus

Conçu par qui1 ?

Alimenté et modifié par qui1 ?

Destiné à qui ?

Forme attendue

Niveau avancement2

Numérique

Site Internet officiel

Coordination du projet Coordination du projet Tout public Blog en cours de réalisation. Sera conçu avec Grav. Hébergement chez un hébergeur libre et gratuit

1

Cartographie

Coordination du projet Jeunes et acteur.rice.s-chercheur.se.s To l’association vers demain.ut public Externalisation grâce au projet openstreetmap.

1

Réseaux d’échange numérique

Coordination du projet et jeunes Habitant.e.s Tout public et habitants du quartier Utilisations de plateformes existantes comme nonmarchand.org

2

Réseaux sociaux

Jeunes Habitants et jeunes Tout public Quelques propositions pour l’instant : instagram (instalive), snapchat, tiktok.

0

Webradios

Jeunes Jeunes Tout public A contacter. Webradios locales comme RadioRapTz

0

Liste de discussion

Coordination du projet Chercheur.se.s-acteur.rice.s Chercheur.ses-acteur.rice.s Framaliste

cedrea@framalistes.org

4

Carnet de recherche

Coordination du projet Chercheur.se.s-acteur.rice.s Chercheur.se.s Créé sur la plateforme de recherche Hypotheses.

4

Supports « multimédia »

Vidéos

Jeunes Implication des jeunes, école de cinéma (?) Tout public (fonction de valorisation pour les habitants du quartier) Réalisation d’un court-métrage par l’association Vers l’avant.

1

Musique, concerts

Jeunes et habitants
Implication des jeunes du quartier Tout public (fonction de valorisation) Association Casmu

1

Radio auto-produite, réseau lan

Pilotage du projet Habitant.e.s d’un quartier Habitant.e.s d’un quartier Implication possible de Nicolas Horber

1

Groupe Signal

Equipe de pilotage
Equipe de pilotage Equipe de pilotage Déjà mis en place

5

Papiers et autres supports

Tracts à distribuer

Coordination du projet Coordination du projet Tout public Tract bientôt produit.

2

Tracts et informations à destination des institutions

Coordination du projet Coordination du projet Institutions En cours de conceptualisation

0

Logos

Coordination du projet Coordination du projet Tout public Logo proposé par Sébastien Doussaud, devrait être transformée bénévolement par Johanka Kičkova.

2

Grafs et annonces sur l’espace de gratuité mobile

Coordination du projet, jeunes et habitants Jeunes et habitants Tout public Installation d’un support amovible sur le camion

1

Signalétique, explications

Coordination du projet Comité de pilotage Tout public Panneaux d’affichage dans l’espace de gratuité mobile et en dehors

2

Annonces grand public

Coordination du projet Coordination du projet Tout public, habitants En projet. Annonces sur les radios officielles, sur les journaux, etc.

0

Circuits de communication internes à l’APSAJ

APSAJ Direction, équipe de coordination et éducateur.rice.s Direction, équipe de coordination et éducateur.rice.s Réunions d’équipe. Réunions avec l’administration

5

Publications, conférences

Acteur.rice.s-chercheur.se.s
Acteur.rice.s-chercheur.se.s Chercheur.se.s et tout public
Démarrage des publications sur la plateforme CEDREA

2

Informel3

Parler aux jeunes et aux habitants : demandes, recueil des avis, etc.

Educateur.rice.s, jeunes, habitants Educateur.rice.s, jeunes, habitants Jeunes, habitants En démarrage. Rencontres informelles, réseaux préexistants.

2

Relais associatif

Coordination du projet, éducateur.rice.s, acteur.rice.s-chercheur.se.s Coordination du projet, éducateur.rice.s, acteur.rice.s-chercheur.se.s Institutions Prises de contact avec des partenaires, parfois par démarchage.

2

Accueil dans l’espace de gratuité mobile

Bénévoles Bénévoles Tout public Parole, distribution de tracts

1

Groupes de parole

Jeunes, habitants Jeunes, habitants Jeunes, habitants Groupes de parole in situ.

1

1 Le plus probable.

2 0. Pas vraiment réfléchi ou idée vague. 1. Conceptualisé et réalisation prévue. 2. En démarrage. 3. En cours de fabrication. 4. Opérationnel. 5. Abouti.

3 A réfléchir au niveau du contenu : délimitation du quartier, tutoiement ?

Prise de note réunion EGM du 06/01/21

Présents : Michel, Tahar, Benjamin, Jarek, Seb

1 – Aménagement du camion (jumper citroen)

  • Aménagements prévus et validés techniquement : dépose des fauteuils arrières, auvent latéral, aménagement intérieur (étagères, banc, plancher intérieur en parquet).
  • Aménagements supplémentaires évoqués : auvent arrière, ouverture fenêtre latéral derrière le conducteur, galerie de toit, possibilité d’installer un attelage pour remorque…

Nous attendons les retours de Jarek pour les devis, la faisabilité et la planification des travaux à réaliser.

2 – Décoration du véhicule

  • La décoration de la carrosserie doit se faire avec des jeunes/habitants de nos territoires d’intervention et en partenariat avec un prestataire technique (gringo prod ?).
  • Quel support devons-nous envisager ? Peinture réalisée directement sur la carrosserie du véhicule ou sur des panneaux amovibles (panneaux escamotables ou aimantés ?)

3 – Communication autour du projet d’aménagement du véhicule

  • Il a été évoqué, par Michel, la réalisation de plaquettes, flyers, ou tous type de documents synthétiques explicatifs destinés aux enfants et habitants des secteurs concernés.
  • Il a été proposé de démarcher les enfants du cycle primaire via les groupes scolaires des secteurs concernés, afin de leur proposé grâce à une activité ludique et pédagogique qui permette de présenter le projet d’espace de gratuité mobile.

4 – Formalisation opérationnel

  • Etablir un planning des temps d’aménagement du camion, de la réalisation de supports de communications en fonction des interlocuteurs visés.
  • Devons-nous mettre en place un protocole d’accord formel (convention) avec la recyclerie « le poulpe », a minima pour les informer des dates d’utilisation de l’EGM afin d’anticiper la récupération d’objets et le retour de nos excédents ?

Questions soulevées lors de nos échanges

1- Concernant l’aménagement du véhicule : celui-ci doit-il être réalisé via un chantier éducatif (et de fait un financement avec « Paris Habitat ») ou via une implication bénévole des jeunes/habitants ?

Tahar évoquait, à juste titre, que l’utilisation d’un chantier éducatif impliquerait de fait des jeunes âgés de 16 à 25 ans. Dans le cas du bénévolat, nous aurions d’avantage un public plus jeune constitué de collégiens voir un peu plus jeune.

Cela peut être intéressant tant sur la prévention qui découlerait d’un public plus jeune mais également plus en lien avec la culture non-marchande inhérente à cette expérience (Seb).

2- Concernant la communication : il apparait important de pouvoir amorcer une communication adaptée auprès des jeunes, des habitants et des familles des quartiers mandatés.

Quel type de document ? Quel message pour les plus jeunes et les habitants adultes ? Le même ou des documents différents ? Et pour présenter le projet au partenaires éventuels ?

3- Dans l’éventualité évoquée où l’on réaliserait l’aménagement du véhicule sur des « spots » déjà repérés (les Orgues, devant l’échomusée à la goutte d’Or, Cambrai…), il conviendrait de définir prochainement un planning dédié dans un premier temps à l’aménagement du véhicule (calé avec Jarek).

  • Aménagements prévus et validés techniquement : dépose des fauteuils arrières, auvent latéral, aménagement intérieur (étagères, banc, plancher intérieur en parquet).
  • Aménagements supplémentaires évoqués : auvent arrière, ouverture fenêtre latéral derrière le conducteur, galerie de toit, possibilité d’installer un attelage pour remorque…

Nous attendons les retours de Jarek pour les devis, la faisabilité et la planification des travaux à réaliser.

Compte-rendu de la réunion du 09 décembre 2020

I. Points sur le contexte

Cette réunion de recherche a pris place à la suite d’une réunion d’équipe de l’APSAJ au 156 rue d’Aubervilliers durant laquelle le projet de l’espace de gratuité mobile a été présenté pendant un peu plus d’une demi-heure. Elle a duré environ trois heures, de 16h à 19h30, à la même adresse, et s’est déroulée en partie en présentiel (jusqu’à neuf participants) et en visio-conférence (jusqu’à sept participants). Certains participants ont rejoint la réunion en cours de route.

La demande de participation des étudiants en formation du DEIS à la réunion s’est faite la veille. Point à noter : deux représentantes seulement du genre féminin en présentiel mais aucun représentant du genre masculin en virtuel.

Pour la partie présentielle, nous étions installé.e.s en U, et la communication avec le salon virtuel dans lequel les étudiantes du DEIS étaient présentes s’est faite avec un ordinateur portable déposé sur une table au centre de la pièce. Ce qui n’était pas très pratique, car nous avions tendance à nous tourner vers l’écran et à moins communiquer en face à face. Autre point, la connexion a connu une interruption et la réunion s’est alors dédoublée en continuant pendant un bref laps de temps hors-présentiel. Le compte-rendu restitué ici est pris du « point de vue » de la partie présentielle.

Après un tour de table assez rapide, presque tout le monde a eu l’occasion de s’exprimer, même si les temps de parole de chacun.e ont été inégaux. C’est peut-être un point à corriger, en tenant compte du fait que chacun.e a des rythmes de parole différents et ne souhaite pas nécessairement communiquer. De plus, nous étions beaucoup à la réunion et cela a pu influencer sur les disponibilités en terme de temps de parole.

La réunion était assez hétéroclite du point de vue des thèmes abordés. Faut-il y voir l’indice d’un changement de cycle dans le déroulement de la recherche-action qui entre désormais dans une nouvelle phase ? La composition de l’équipe d’acteur.rice.s-chercheur.se.s évolue, et par conséquent, les nouveaux entrants apportent, grâce à leur participation, d’autres problématiques, d’autres points de vue qui viennent réinterroger les principes, les bases, sur lesquels la recherche-action s’appuyait jusqu’à présent. C’est peut-être aussi le signe d’une confrontation au réel qui se renforce.

II. Thèmes abordés lors de la réunion

Quatre thèmes, au moins, ont été abordés lors de la réunion.

1) La recherche citoyenne ou participative

Le premier, abordé à deux reprises, est celui de la recherche citoyenne ou participative.

A. Le carnet de recherche

Le carnet de recherche http://edgmobile.hypotheses.org qui a été présenté devrait constituer un outil ouvert de coordination et de diffusion de la recherche-action, ainsi que de mise en réseau potentielle avec d’autres groupes de recherche. Le principe est d’ouvrir au maximum ce carnet de recherche pour qu’il soit accessible à tou.te.s les acteur.rice.s-chercheur.se.s et étendu à des formes d’expression plurielles.

B. La question de l’empowerment

La problématique de la participation des habitants à la recherche-action qui a été soulevée rappelle celle de l’empowerment : faire en sorte que « la demande parte du terrain » et que les habitant.e.s se saisissent de leur environnement pour le transformer et le comprendre par eux.elles-mêmes ; et, ce qui rejoint alors la démarche du développement endogène : leur fournir les outils pratiques et conceptuels leur permettant de se « revaloriser » et d’ouvrir leur champ des possibles.

La démarche promue par la science citoyenne, consistant à ouvrir les outils de recherche à tout un chacun, semble parfaitement appropriée dans cette optique.

2) La « pensée bloquante »

Ce thème a été abordé à deux niveaux.

A. La représentation de la faisabilité de la recherche-action

« Dans la vie, il suffit de dire qu’une chose est impossible pour qu’elle le devienne ».

André Brahic, De feu et de glace : planètes ardentes, Odile Jacob, 2010, p. 39.

Au cours de la réunion, une certaine confusion s’est installée entre les représentations sur la faisabilité, et la faisabilité proprement dite du projet. En effet, la question qui se pose, de façon très générale, est :

« en quoi les représentations sur la faisabilité d’une action déterminent sa faisabilité, et par là-même, la probabilité qu’elle se réalise » ?

Cette question pose implicitement la question de la frontière entre ce qui est représenté comme possible et comme impossible.

Deux points peuvent alors être soulignés.

  • De la « localisation » de cette « frontière mentale » dépend : 1) la réalisation ou non de l’action, 2), la forme de l’action, puisque, bien souvent1, ne seront mobilisés et n’entreront dans le champ attentionnel que les éléments supposés être dans « l’espace des possibles ». En d’autres termes, cette frontière fixe l’horizon, le sens et la forme de l’action. Elle est à la fois un moteur et un transformateur de l’action.
  • Il est raisonnable de supposer que cette frontière entre en correspondance, en résonance, avec d’autres frontières, comme les frontières territoriales et les frontières entre le visible et l’invisible. De façon très générale, quelle convergence existe-t-il entre ces différentes frontières ? Et comment penser cette correspondance ?

Toute la difficulté pour répondre à ces questionnements tient au fait que les frontières sont rarement perceptibles de prime abord. On dispose toutefois d’un outil d’observation pour les mettre en évidence : ces frontières se manifestent, se révèlent, à travers des questions posées par les acteurs dont il convient alors de déterminer l’objet et le contexte sociologique.

Sur quoi porte la question ? Qui la pose ? Qui la reçoit ? Comment ?

Dans le cas présent, la gratuité est particulièrement pertinente car elle interroge, elle questionne, et dévoile par là même les représentations des acteur.rice.s sur sa faisabilité. Produisant de facto une menace de rupture avec les normes et potentiellement avec des intérêts, elle interroge chacun.e sur la démarcation entre le possible, associé à ce qui est, ce qui se fait, ou du moins sa représentation ontologique du social, et l’impossible, associé à ce qui n’est pas, ce qui ne pourrait pas se faire (idem). L’observation montre en effet que lorsqu’une personne néophyte se retrouve face à un espace de gratuité, elle demande très fréquemment, « pourquoi c’est gratuit ? ». Sous-entendant généralement, « qu’aujourd’hui, il n’y a rien de gratuit ». Il est également très courant qu’elle interpelle la personne qu’elle suppose gérante de l’espace de gratuité : « mais si c’est gratuit, comment faites-vous pour vivre ? ». Questions qui, on en conviendra aisément, sont lourdes de représentations d’arrière-plan, d’allant de soi au sens que confère Alfred Schütz à ce concept.

Ce sont donc ces questionnements qu’il convient d’interroger. Autrement dit, il s’agit de questionner la question.

Mais, en quoi cette démarche peut-elle prétendre nous renseigner sur les frontières ? C’est que, de façon très générale, la question révèle une absence, un manque, soit donc, une frontière.

En somme, il s’agit indirectement de « questionner l’absence », c’est à dire :

  • « L’absence de sens ». Pourquoi la gratuité peut parfois sembler incongrue, dénuée de finalités ? Dans le cas présent, pourquoi ne fait-elle pas spontanément sens, tant dans le cadre du travail de la prévention spécialisée sur la violence, que dans le cadre d’une « démarche citoyenne » visant à enrôler directement les habitants ?
  • « L’absence d’engagement ». Pourquoi peut-on observer, par moment, une absence d’engagement, de participation dans des dispositifs qui fonctionnent sur la base d’échanges non-marchands ? Absence qui se manifeste parfois par la question : « pourquoi participerais-je si je ne suis pas rémunéré, si je n’en tire aucun intérêt ? ». Cette question va-t-elle de soi ? Que cache-t-elle ?
  • « L’absence de continuité ». Partons du postulat – qui est amplement vérifié – que les échanges marchands créent une forme de dépendance. La gratuité rompt-elle avec cette dépendance ? Cela explique-t-il, comme dans les projets de la culture libre fondés sur le bénévolat, des défaillances en terme de continuité dans les projets fondé sur cette modalité d’acquisition et d’échange ?
  • « L’absence d’obligation ». Les échanges non-marchands se caractérisent par l’absence d’obligation d’entrée et de retour définitif dans l’échange. Pourquoi cette absence questionne ? Pourrait-elle susciter une réflexion chez les jeunes sur la possibilité de l’absence d’obligation de retour dans les phénomènes de violence ? Soit donc les engager, au moins symboliquement, dans le processus de la non-violence, du « sans-retour » ?
  • « L’absence de la sphère publique ». Pourquoi la gratuité, le don, semblent ainsi absents de l’espace public ? Cette représentation est-elle fondée ? Que doit-on comprendre lorsqu’on on entend : « il n’y a rien de gratuit ». Et si nous opérions un renversement de la question en interrogeant non pas la gratuité, mais l’absence de gratuité, voire le sentiment d’absence de gratuité ! Pourquoi n’y en a-t-il pas d’avantage ? Et pourquoi le croit-on ?
  • « L’absence de la sphère visible ». Pourquoi les échanges non-marchands sont-ils parfois cachés, cantonnés à la sphère domestique ? Si « l’obligation de retour » dans un échange non-marchand n’est pas toujours visible, est-elle pour autant réellement absente ?

A travers cette démarche interrogative, il s’agit de cartographier l’espace du « non-visible », « l’espace de l’absence », « l’espace de ce qui n’est pas présent », le « territoire du vide » ; mais aussi de cartographier l’espace des possibles et des échanges, en observant les « frontières invisibles ». Que nous apprend cette absence, ce partage, souvent invisible, de l’espace ? L’idée serait d’utiliser l’espace de gratuité mobile comme révélateur des échanges non-visibles et des potentialités d’échange non-exploitées. Allons plus loin dans la réflexion : en révélant des échanges latents, qui n’apparaissent pas dans les représentations conscientes, la circulation symbolique des objets ou d’un contenant d’un territoire à un autre peut-elle agir comme le révélateur d’une forme « d’inconscient collectif » ? (cf. le document à venir « Pistes de recherche début janvier 2020 »).

Cette démarche observationnelle socio-économique pourrait s’appuyer sur une déambulation collective dans les rues avec l’aide d’outils de cartographie et d’observation. Mais elle peut également reposer sur d’autres outils sociologiques : entretiens, statistiques, etc. Il serait notamment intéressant de conduire des groupes de réflexion, de parole et d’observation autour de l’espace de gratuité mobile, pour, d’un point de vue méthodologique, d’une part, interroger, catégoriser et recenser les questionnements, et d’autre part, inverser les questions, dans le cadre par exemple d’entretiens semi-directifs. A titre d’exemple, on pourrait demander aux interviewés : « pourquoi achetez-vous ? ».

B. Les freins institutionnels

Un des phénomène les plus remarquables, mis en évidence par l’école de Palo Alto, est que bon nombre d’actions, qu’elle soient réalisées consciemment ou non, contiennent potentiellement des paradoxes. C’est le cas par exemple quand on cherche simultanément à obtenir un résultat et à l’en empêcher. Comment de tels paradoxes, de telles acrasies, peuvent-ils émerger et enfermer durablement des acteur.rice.s dans des doubles contraintes et des situations d’enfermement ?

Comme l’a très bien montré G. E. M. Anscombe, on peut d’abord l’expliquer par la complexité inhérente de toute action finalisée. Une description trop simpliste de l’action (une cause, une action) masque le fait qu’un acte quelconque n’a pas qu’un seul but, qu’une seule conséquence, qu’une seule cause. Il n’est de plus pas rare que cette complexité croisse de façon significative dans certaines actions collectives. Elles sont alors portées par des groupes et des forces contradictoires qui finissent par les conduire à l’encontre de certains buts initialement poursuivis. C’est ce que théorise notamment Ivan Illich avec son concept de seuil de contre-productivité. C’est également ce que Tahar Bouhouia rapporte à travers son idée de contradiction des organisations émancipatrices. En étendant le concept de névrose au champ social, une approche psycho-sociologique comme celle d’Eugène Enriquez, permet elle aussi, sous un tout autre angle, de révéler des comportements collectifs paradoxaux, où un groupe tend à « désirer quelque chose » mais, traversé par des désirs et des phénomènes inconscients, met tout en œuvre pour ne pas l’obtenir !

Dans la présente étude, il serait pertinent de faire en sorte que la recherche-action, à ses différentes étapes, puisse révéler certaines de ces situations paradoxales. On pourrait ainsi poser la question suivante :

« Comment et pourquoi, dans un cadre institutionnel, l’action peut-elle parfois être empêchée par celles et ceux qui sont censés la faciliter ? »

A nouveau, pour tenter d’y répondre, on pourrait essayer de questionner et d’analyser différents items qui apparaissent dans les représentations des acteurs-clés, ceci afin de mieux comprendre où ils positionnent et comment ils projettent la frontière entre le possible et l’impossible. Par exemple, comment se représentent-ils les capacités des jeunes à donner, à participer ? Et comment se représentent-ils les représentations des jeunes sur le don ? Trouvera-t-on un lien entre ces représentations et des habitus liés à la classe sociale d’appartenance des jeunes ? Quels rôles ces représentations peuvent-elles jouer dans la construction collective de l’action ?

3) Inscription socio-historique des phénomènes de violence collective

Trois éléments de discours reviennent de façon récurrente dans les réunions et lorsque les acteur.rice.s de terrain s’expriment. Ils s’articulent entre eux au point de former une grille d’interprétation cohérente et largement partagée du phénomène des violences de groupe.

  • On suppose la présence d’une histoire et d’une héritabilité des violences, mais aussi, des « mécanismes » de régulation de ces violence. La transmission et la reproduction de représentations sur les rixes et sur la violence (frontières par exemple) paraît donc être un des éléments clés du problème en même temps qu’elle semble pouvoir receler les solutions. En effet, les « anciens jeunes » jouent un rôle de régulateur et tentent d’apaiser les tensions.
  • Mais on admet quela dimension communicationnelle entre les générations est aujourd’hui rompue par l’irruption du numérique et des réseaux sociaux rendant parfois ces tentatives de régulation inopérantes dans les faits.
  • De plus, il semble qu’elle renforce une segmentation déjà pesante de l’espace réel, et un relâchement des liens intergénérationnels : les enfants sont livrés à eux-mêmes et dans certains cas, les pères ont tendance à être absents.

La dimension symbolique et fédératrice de l’espace de gratuité mobile pourrait alors être un des éléments clés permettant de rompre avec ces processus. Ce point a été abordé notamment par Michel Castan lorsqu’il a parlé de triangle vertueux : l’espace de gratuité fédérerait, dans des moments conviviaux, à la fois les associations, les parents et les jeunes, dont les liens sont aujourd’hui largement distendus, autour d’une circulation symbolique des objets et aussi d’actions collectives spontanées. L’espace de gratuité mobile, d’une certaine manière, bénéficierait alors d’une forme de neutralité, comme les caravanes marchandes d’antan.

4) Faisabilité de la recherche-action et coordination des acteur.rice.s-chercheur.se.s.

Il a été question, dans la présente réunion, de problèmes liés à la coordination des acteurs-chercheurs et à l’état d’avancement de la recherche-action.

Parmi les questions évoquées :

  • Comment les étudiant.e.s pourront-il.elle.s participer à la recherche-action, malgré les mesures sanitaires ?
    • Nous avons convenu, dans une réunion qui s’est déroulée le lendemain avec elles, que la participation, les entretiens, pouvaient d’ores et déjà être réalisés à distance.
  • Est-il pertinent de participer, tant que l’espace de gratuité mobile n’est pas installé ?
    • Idem. Lors de la réunion qui s’est déroulée le lendemain, nous avons insisté sur le fait que la recherche-action ne se limite pas à l’implantation physique du dispositif. La phase préparatoire en tant que telle, et ses effets sur les personnes impliquées ou non, peuvent également faire l’objet d’une observation.
  • Où en est-on de l’avancement concret du projet ? Quand sera installé l’espace de gratuité mobile ?
  • N’y a-t-il pas un risque que la mise en œuvre de l’espace de gratuité mobile phagocyte le projet Lignes de crête et impose des délais de réalisation incompatibles avec les conditions requises pour un développement endogène (question soulevée par Tahar) ?
    • Cette question pourrait trouver un élément de réponse dans la rédaction d’une charte pour le projet Lignes de crête.
  • Comment se coordonner entre acteurs-chercheurs ? Quels outils pour communiquer ? Comment prendre les décisions ? Qui peut participer aux différentes actions et comment ?
    • Ces questions doivent continuer à être débattues progressivement en réunion.

Si nombre de ces questions sont en passe de trouver une réponse, elles restent encore à approfondir. élément de

1Je souligne la locution, car le fait que certains éléments « passent parfois à travers le filet », n’est-il pas précisément un des principaux moteurs de l’innovation sociale ?

La naissance du projet Lignes de crête

Comment le projet est-il né ? À travers quelles rencontres ?

Depuis de nombreuses années, voire deux ou trois décennies, les éducateur.rice.s de rue, affecté.e.s à des quartiers des 18ème et 19ème arrondissements, se heurtent à des violences entre bandes de jeunes, qui prennent naissance dans des conflits territoriaux marqués par des frontières qui leur semblent infranchissables. Ces heurts sont parfois mortels. Pour tenter d’y remédier, ces éducateur.rice.s proposent aux jeunes des activités sportives, des voyages, pour les sortir des quartiers où ils se sentent assignés et mal à l’aise à l’idée d’aller ailleurs.

Un des éducateurs du 19ème arrondissement réalise une recherche-action dans le cadre d’un DHEPS, puis d’un Doctorat en sociologie des organisations à l’Université Paris-Dauphine et approfondit ces concepts d’assignation et de frontières.

Ses collègues éducateur.rice.s sont intéressé.e.s d’entreprendre, eux.elles aussi, une démarche de recherche sur les situations qu’il.elle.s rencontrent dans leur travail quotidien et sa complexité.

L’idée naît alors entre certains éducateur.rice.s de créer une cellule de recherche où ils pourraient échanger, confronter leurs expériences et leurs analyses. Certain.e.s ont pris l’habitude d’écrire leurs réflexions, leurs interrogations. Cette cellule serait un lieu où ils pourraient échanger, croiser leurs regards sur leurs réalités quotidiennes et approfondir leurs analyses. Il.elle.s envisagent d’associer à cette cellule de recherche des chercheur.se.s, en particulier des spécialistes de la recherche-action. Ils sont au cœur de l’action. Comment penser l’action ? Comment mettre en perspective ces actions avec les démarches de recherche sociologique et anthropologique ?

De ces rencontres, de ces échanges, est née l’idée de créer un laboratoire de recherche au cœur même du terrain.

Le laboratoire « Lignes de Crête » a été créé en Février 2019, il est adossé à l’association de prévention spécialisée, l’APSAJ.

Son objectif est de produire des connaissances et des outils d’action pour comprendre et agir sur la violence dans laquelle des jeunes sont englués depuis des décennies, en particulier dans des quartiers des 18ème et du 19ème arrondissements.

La rencontre d’éducateur.ice.s, de chercheur.se.s, d’acteur.rice.s associatif.ve.s contribue à la naissance de « Lignes de Crête ». Ainsi, l’APSAJ, l’association CASMU, le CEDREA (réseau de chercheurs académiques et de chercheurs indépendants), l’association GratiLib (association pour la promotion et le développement des échanges non-marchands et de la culture libre), l’IRTS, des chercheurs du CNAM, l’ASCEAF (association socio-culturelle et d’entraide aux familles) participent à cette création.

Au sein de ce labo, se met en place une recherche-action où les différents acteurs de quartiers du 18è et du 19ème arrondissement des jeunes, des « anciens » jeunes des décennies précédentes, des parents, en particulier ceux qui appartiennent à des associations de parents du quartier, des éducateur.rice.s de rue et des chercheur.se.s s’associent pour tenter de comprendre.

Il.elle.s échangent leurs pratiques, leurs réflexions sur ces pratiques ; il.elle.s partagent leurs analyses, leurs essais de compréhension des phénomènes observés, des situations vécues, leurs initiatives.

Il.elle.s ont aussi l’objectif de créer des actions nouvelles.

Il.elle.s souhaitent mettre en place, grâce à ce laboratoire, un espace propice à l’échange, au partage, à l’élaboration d’analyses communes nouvelles.

Aujourd’hui, débute la mise en place d’un projet, la « caravane de la gratuité »

Les acteur.rice.s-chercheur.se.s de ce laboratoire approfondissent certaines situations, tentent de les comprendre en convoquant des approches sociologiques, anthropologiques, afin d’être à même de développer des capacités d’action plus pertinentes.

 

Bibliographie indicative

Compte-rendu de la réunion Lignes de crête du mardi 10 novembre 2020

Le contexte

Cette réunion de lancement du projet d’espace de gratuité mobile circulant dans les XVIIIe et XIXe arrondissements de Paris, a eu lieu le mardi 10 novembre durant la matinée. Elle a pris place dans le contexte particulier de l’épidémie de COVID-19 qui, en raison des mesures gouvernementales, a impacté sur son déroulement (environ la moitié des participants étaient présents en visio-conférence) et devrait impacter sur les actions réalisables durant la phase de lancement.

Cependant, si l’installation de l’espace de gratuité mobile devrait être retardée par la crise sanitaire, un consensus s’est établi autour du fait que bon nombre d’actions et d’observations pouvaient d’ores et déjà être entreprises, tant dans le cadre de la formation des étudiants du DEIS que dans le cadre de la recherche-action proprement dite.

Etat d’avancement du projet

Actuellement, le projet entre donc en phase de lancement.

Après une phase de conceptualisation et de préparation qui a duré un peu plus d’un an, il s’agit de réfléchir concrètement à l’installation de l’espace de gratuité mobile, à son accueil par le public, et à observer les réactions, et plus généralement, sa réception et son appropriation par les différents acteurs-chercheurs qui vont y participer – et ne pas y participer.

Sur le plan de la recherche, plusieurs objectifs intermédiaires sont encore au stade préliminaire ; ce qui, dans le cadre d’une recherche-action participative, paraît tout à fait normal, voire même « rassurant » ! C’est en effet un signe que le projet n’est pas figé et planifié à l’avance. La problématisation, la construction d’outils de recherche et l’interaction terrain / recherche / représentation, vont être amenés à évoluer ensemble et à s’affiner au fur et à mesure que les cycles de recherche-action se succéderont.

Sur le plan opérationnel, on pourrait parler d’une pré-phase de repérage : découverte du terrain, premières expériences de pensée pour essayer d’anticiper quelles vont être les réactions (comment les personnes vont s’approprier l’outil, comment interagir pour susciter l’adhésion, comment communiquer sur le projet ?) et enfin, choix et réflexion autour de certaines modalités techniques et de leurs effets.

Points abordés

Je traite ici des points abordés au cours de la réunion du 10 novembre et en rajoute d’autres soulevés : a/ dans la réunion d’équipe de l’APSAJ l’après-midi, b/ lors de la précédente réunion du 29 octobre, c/ au cours de discussions informelles lors de ma phase exploratoire. J’insère également quelques idées et réflexions personnelles.

Finalités, rupture et amorçage

Lors de la précédente réunion en visio-conférence du 29 octobre 2020, nous avons abordé trois points qui constituent une grille d’analyse pertinente pour appréhender les éléments de discussion soulevés au cours de la réunion du 10 novembre.

  • susciter un engagement dans le projet tout en étant transparent dès le départ sur ses finalités,
  • produire une rupture qui devrait être, au moins en partie, en concordance avec ces finalités,
  • élargir l’espace de gratuité à des évènements, des activités qui créeront un amorçage.

Ces trois orientations sont imbriquées et indissociables, car il va falloir construire et partager des finalités dans un contexte où il faut faire attention à ce qu’elles ne deviennent pas trop « discordantes ».

La modalité d’échange de type non-conditionnelle devrait en effet provoquer une rupture qu’il va falloir tenter de maîtriser et d’identifier.

Maîtriser, car une rupture trop soudaine et mal préparée peut provoquer un sentiment d’inquiétude, voire de rejet. Il a notamment été évoqué lors de la réunion avec les acteurs-chercheurs de la prévention spécialisée, des risques éventuels de dérapage dans les espaces de gratuité qui pourraient être liés à des rivalités d’usage ou à l’appropriation exclusive du dispositif par des populations liées à la rue, comme les toxicomanes.

Il faut également parvenir à identifier les désaccords, les craintes, les rumeurs, pas nécessairement exprimées, avant qu’elles ne se propagent, en établissant un dialogue constructif avec les acteurs concernés.

La réutilisation et le don d’objets de seconde main s’insèrent dans un contexte culturel et économique qui n’est pas vierge. De là, plusieurs inquiétudes soulignées lors de la réunion :

  • concurrence potentielle avec les autres associations, notamment celles qui sont structurées autour de l’économie du don,
  • risque que la participation au projet soit perçue comme un signe de pauvreté.

Troisième point, l’amorçage, l’entrée dans l’espace de gratuité, supposent une expérimentation pratique, voire corporelle qui va faire partie du processus de « désapprentissage ». La compréhension des finalités du projet ne peut alors souvent se faire qu’en découvrant de facto « comment ça marche ». Avoir une approche trop directe (finalités → action), surtout avec des jeunes, n’est donc peut-être pas toujours la méthode adéquate.

Il faut ajouter que cet amorçage n’est pas forcément exogène. Il peut prendre pour ainsi dire la forme d’un « auto-amorçage ». Il s’agit alors pour une personne, un jeune notamment, de trouver, de concevoir, des centres d’intérêt, des formes de pratiques qui vont entrer en concordance avec le dispositif, tout en respectant les règles de fonctionnement de base : liberté de prendre, d’apporter, de modifier, d’utiliser, de diffuser le contenant et les contenus qui s’y trouvent.

En tous les cas, il apparaît que la discordance entre les finalités ne pourra être totalement évitée puisqu’en définitive, ne caractérise-t-elle pas le processus d’échange en lui-même (il faut bien avoir quelque chose de différent à échanger !) et la nature même d’un projet ouvert où se côtoient des usagers ayant des profils et des motivations parfois très différents [1] ?

Communiquer, trouver les mots justes

J’ai évoqué, lors d’une discussion ultérieure à la réunion, l’idée que l’espace de gratuité mobile devrait être calqué sur le modèle de la Suisse en miniature, à savoir une zone de neutralité ! Idéalement, associations, jeunes, familles, s’y retrouveront le temps d’un échange réduit à sa dimension la plus simple, à savoir l’échange non-conditionnel. Ensuite, c’est la répétition de ces échanges successifs qui va permettre de co-construire un lien réel et symbolique entre des personnes, physiques ou morales, ayant des appartenances et des finalités distinctes.

Cette co-construction d’un lien inédit devrait pouvoir s’enclencher si l’on conçoit dès le départ l’espace de gratuité comme une hétéropie ouverte ; à savoir, un espace physique, ici mobile, où les règles sociales sont temporairement chamboulées (la rupture) et dans lequel un imaginaire de l’échange peut être en permanence recréé par les habitants (on voyage et on tisse un lien à travers l’objet). L’idée est que le basculement dans une autre forme d’échange et sa dimension mobile sortent ainsi l’espace de gratuité de la dimension relationnelle parfois « enfermante » ou clivante, qui structure les interactions entre les acteurs dans le quartier et les rapports entre les quartiers.

Mais pour cela, il semble nécessaire de s’appuyer sur un langage commun, « entendable » par tout le monde (condition du voyage, en somme). Ce langage doit être simple et accueillant, tout en suscitant la réflexion et tout en étant clair sur le fonctionnement et la finalité générale de l’espace de gratuité. La neutralité doit trouver sa correspondance dans un langage simple, épuré et si possible sans équivoque.

Lors de la réunion, nous avons donc beaucoup parlé de la nécessité de trouver des mots justes qui parlent aux jeunes, qui transmettent le message, sans provoquer de rejet. Je caricature volontairement, mais si l’espace de gratuité mobile s’appelle « centre d’aide pour les pauvres », le message reçu et l’effet recherchés ne seront pas les mêmes. En plus, le message fera se fourvoyer l’usager puisque précisément, l’espace de gratuité mobile va être ouvert à tou.te.s, sans condition de revenus.
La question de la traduction du message va donc être centrale dans la phase de lancement et dans la mise en place de l’espace de gratuité mobile. Comme l’a souligné Tahar, il s’agit de savoir qui parle, à qui on parle et comment on parle : aux institutions, aux habitants, aux jeunes ? En sachant que ce n’est pas toujours simple car en définitive, on ne parle jamais à des institutions, à des catégories, mais à des interlocuteurs. Potentiellement, toute personne est déjà positionnée et auto-positionnée par rapport à une institution ou une catégorie (sentiment d’appartenance, exclusion de fait, relation d’indifférence…).

Enfin, il a été suggéré de ne pas seulement se focaliser sur la parole, comme vecteur de communication, mais également sur l’image et la pratique. A ce titre, il est important de rendre la pratique et l’image de l’espace de gratuité agréables et positives. Et, de ce point de vue, la maintenance du lieu peut se rapprocher en partie de problématiques qui sont celles des vendeur.se.s de rue.

La délimitation des rôles et la déontologie du projet

La question de la délimitation des différents rôles dans le projet a été abordée à plusieurs reprises lors de la réunion.

Leila a notamment souhaité qu’on approfondisse la différence entre acteurs et partenaires. Termes dont l’acception, dans le cadre de la gestion de projet, diffère de celle qui prévaut dans une recherche-action. Je crois que nous sommes arrivés à la conclusion suivante : l’acteur est une personne physique ou morale (collectif ou organisation) qui participe directement au projet, qui s’investit physiquement ou intellectuellement dans l’action proprement dite. Le partenaire, à l’inverse, apporte un soutien, une participation économique, une ressource matérielle (emplacement, don ou récupération d’affaires, offre de compétences, par exemple), mais il ne va pas porter l’action en tant que telle [2].

Dans le présent projet, les acteurs institutionnels de la recherche-action sont actuellement l’APSAJ, CEDREA, GratiLib, l’IRTS Parmentier et Lignes de crête.
Lors de la discussion, Aude a par ailleurs bien rappelé que la participation des étudiants au DEIS tendait vers une recherche observationnelle ou théorique, bien qu’il ne faille pas négliger la dimension recherche-action du projet. Les étudiants seront amenés à participer à la recherche, mais leur action en matière d’élaboration et de conduite du projet ne sera pas leur domaine prioritaire.

D’autres points restent encore à déterminer sur la participation des autres acteurs-chercheurs. Quelle va être la place des jeunes ? Qui va assurer la maintenance du lieu ?

Enfin, Tahar a abordé la question d’une déontologie du projet à travers l’écriture
d’une charte, qui préciserait le positionnement général par rapport aux partenaires et une délimitation éthique de l’action proprement dite. Cette charte reste à rédiger.

Élaboration des outils de recherche et participation des étudiants du DEIS

Tout au long de la réunion, nous avons rappelé que la recherche est un des aspects centraux du présent projet. A la fois comme outil de réflexion et de compréhension pour les acteurs chercheurs dans une démarche de développement endogène, mais aussi comme objectif en soi de production de connaissances scientifiques.

Nous avons convenu, lors de la réunion, que la recherche en tant que telle pouvait démarrer dès à présent. Pour les étudiants du DEIS, nous sommes arrivés à la conclusion qu’une des premières choses à entreprendre était de rédiger ce qu’on appelle un état de l’art, c’est à dire, une recherche sur ce qui a déjà été fait qui se rapproche du présent projet.

D’autres pistes ont été envisagées lors de la réunion :

  • L’instrumentalisation du don dans les phénomènes d’emprise : Sébastien a soulevé la question de la place du don notamment dans le marché de la drogue. Proposer des formes de don alternatif peut-il avoir un impact sur cette emprise ou au contraire être vu comme un signe de faiblesse de la part des jeunes qui vont participer au dispositif ?
  • La question du rapport entre la violence, le don et la gratuité a été évoquée. Cette thématique est large et soulève des questions aussi variées que :
    • Le don à l’intérieur des phénomènes de violence groupale : le don comme sacrifice, le don de protection, le fait de « donner des coups », la violence gratuite (qui dérange), etc.
    • La gratuité risque-t-elle de générer d’avantage de conflits ou les conflits d’appropriation sont-ils indépendants de la modalité d’échange (don, achat, prêt) ? Les procédures de résolution varient-ils en fonction de la modalité d’échange ?
    • Le changement de modalité d’échange est-il mobilisé par les acteurs pour solutionner des conflits (passage du don à l’échange marchand ou réciproquement) ?
  • Approche réflexive de la recherche-action : comment la mise en place du dispositif, notamment durant la phase de lancement, impacte-t-elle sur les représentations des acteurs ?Les amène-t-elle à changer de perspective ? Vont-ils proposer de nouvelles pistes ? Quelles appréhensions, représentations, sont observés de façon récurrente ?
  • Le rapport entre les réseaux de don pré-existant ( a/ les réseaux de dons « vernaculaires », b/ l’économie caritative déjà établie sur place) et les réseaux qui pourraient se greffer à l’espace de gratuité mobile. Pour observer l’évolution, il serait opportun de disposer d’une première observation de ces réseaux : dons entre familles, réseaux de récupération plus ou moins organisés (il me semble qu’il y a une vieille tradition des chiffonniers sur Paris), lieux de récupération, espaces de gratuité déjà implantés, etc. Reste ensuite à déterminer l’impact du projet d’espace de gratuité mobile à ses différentes phases sur ces réseaux.

Ces questions seront approfondies dans le premier rapport de recherche (à venir très prochainement).

Aspects pratiques et forme de l’espace de gratuité mobile

Actuellement, la phase de mise en place devrait comprendre les étapes suivantes :

  • Aménagement du camion que l’APSAJ met à disposition pour le projet : suppression de la banquette arrière, fabrication de auvents, tréteaux, etc.
  • Balisage et affichages de l’information sur le camion.
  • Création d’outils numériques et de prospectus pour faire connaître le projet : il serait pertinent de mobiliser la compétence des jeunes en matière de réseaux sociaux le plus rapidement possible.
  • Réunions pour réfléchir aux premières activités d’amorçage. Plusieurs pistes ont été évoquées : ateliers motos et vélos, maintenance informatique, codage ? Et d’autres idées nous étaient venues lors de la précédente réunion : défilés de mode avec les affaires de l’espace de gratuité mobile (peut-être prématuré), activités artistiques de rue (nombreuses possibilités avec le principe des « objets nomades »), chasse au trésor inversée (forme de don à l’étalage mais dans le cadre d’une chasse au trésor), repas gratuit, concerts, etc. Je note que ces idées semblent se structurer autour de quatre principes : l’évènement, le festif (l’arrivée de l’espace de gratuité et son départ doivent être à chaque fois une petite aventure !), l’aspect pratique (pour amorcer, il faut apporter des services concrets qui servent aux personnes), l’aspect ludique (important car il permet de compenser l’absence de motivations extrinsèques qui peut faire défaut dans le cadre d’échanges non-conditionnels), l’aspect social, groupal (qui va faciliter l’appropriation du dispositif).
  • Repérage approfondi des lieux pertinents pour poser l’espace de gratuité mobile.
  • Personnalisation de l’espace de gratuité mobile. Avec Tahar, hors réunion, nous avons pensé à ce nom : « le Boomerang » (cf. rapport de recherche).

Pour finir, la question s’est posée de savoir quelles limites seront assignées à l’espace de gratuité mobile :

  • Paramètres géographiques : dans quels territoires va-t-il circuler ? Prévoit-on l’implantation d’espaces de gratuité annexes dans la rue, dans des lieux d’accueil ? Quelle mobilité pour l’espace de gratuité : régulière, à la demande des jeunes ?
  • Choix des modalités d’échange : liberté totale au niveau des dons et des retraits, rationnement, filtrage des contributions, prêts gratuits (avec ou sans caution), circulation « d’objets nomades » ? Ces choix sont réversibles, mais ils ne doivent pas être pris trop à la légère, car par expérience, j’ai pu observer que le changement ou l’ajout d’une modalité d’échange met en évidence une certaine inertie dans les pratiques qui vont se développer autour de l’espace de gratuité mobile et dans l’image qu’il renvoie.
  • Périmètre du modèle économique : utilisation du prêt gratuit avec caution ; prêt, location de l’espace de gratuité mobile ?
  • Choix des partenaires et des acteurs : projet entièrement ouvert ou participation limitée à des associations ponctuelles ?
  • Échange de contenus informationnels ? Projet étendu à la collecte d’informations sur les espace de gratuité et les réseaux de don pré-existants ? Orientation de l’espace de gratuité mobile comme lieu de ressources informationnelles sur la gratuité ?
  • Population concernée : filtrage, ouverture inconditionnelle, exclusivement du volontariat ? Qui va en décider ?
  • Limites organisationnelles : choix d’un modèle démocratique pour les prises de décision ? Si oui, lequel ?

[1] En y réfléchissant, dans un échange, une partie seulement des finalités est généralement partagée : jouer, s’enrichir, etc. tandis que d’autres finalités sont contradictoires ou parallèles. Par exemple, contradiction entre la finalité d’empêcher que la balle ne rentre dans la cage, ou au contraire, de faire entrer la balle dans la cage, finalités qui ne se rejoignent pas forcément, ou s’ignorent : jouer pour être payé, jouer pour maigrir, jouer pour rencontrer du monde, etc.

[2] Sous cette forme, la définition renvoie à une réalité socio-économique et juridique indéniable, mais parfois un peu approximative et rarement questionnée. Dans le cadre du présent projet, cette approximation paraît toutefois suffisante pour départager les différents rôles.

Projet de recherche-action sur le potentiel générant d’un espace de gratuité mobile dans des situations de déclassement et d’enfermement territorial et social

 

Version 0.5

14 octobre 2020

Dans le cadre d’une initiative menée conjointement par le groupe de recherche CEDREA, le laboratoire Lignes de crête de l’APSAJ, l’IRTS Paris Ile-de-France et l’association Gratilib, les grandes lignes de ce projet ont été esquissées durant l’année 2019 – 2020.

Contexte

Certains quartiers des XVIIIe et XIXe arrondissement de Paris sont marqués par des processus d’enfermement et d’affrontements territoriaux historicisés1, vis à vis desquels la population juvénile résidente est particulièrement vulnérable : le risque est grand qu’elle se retrouve enserrée dans des spirales de violence qui brisent de façon irréversible des parcours individuels et provoquent nombre d’effets délétères. Cette violence s’ancre dans des actes manifestes, parfois médiatisés comme les rixes, mais elle se nourrit également de violences institutionnelles, symboliques et structurelles2 plus difficiles à mettre en évidence, qui contribuent à maintenir les populations stigmatisées auxquelles les jeunes appartiennent parfois, dans la précarité et dans l’insécurité.

Dans ce contexte difficile, des dynamiques de changement individuel et collectif, enracinées dans des rythmes différents3, se croisent et s’interpénètrent à travers des structures matérielles et des structures sociales (familles, collectifs, réseaux…) dont les outils intermédiaires de socialisation et d’action comme les organisations de prévention spécialisée. Face à un déterminisme historique à la fois pesant et structurant, à la fois porteur d’assignation mais aussi d’identité et de fierté, la prévention spécialisée entend imprimer une marque individuelle et collective, et agir à court terme, répondant parfois à la demande pressante de personnes en situation de détresse, et à long terme, espérant influer sur des dynamiques de quartier, par exemple.

Mais elle demeure une institution agissant à travers des dispositifs exogènes qui, d’une part, peuvent contribuer, sans le vouloir, à accentuer le déclassement et l’enfermement des usager.ère.s et à renforcer un contrôle social4 qui vient se surajouter à des situations déjà excluantes, et d’autre part, risque de projeter sur eux, un peu « à la manière de la psychanalyse »5, une analyse « extérieure » de leurs besoins, de leurs motivations et de leur conscience sociale et politique6.

Comment éviter ces écueils ? Comment s’inscrire à la fois dans le court-terme et dans le long-terme ? Comment concilier réflexion, réflexivité et approches par le terrain, par l’action ? Comment rendre endogène le développement social ?

Le projet

Le présent projet entend apporter une réponse locale et adaptée à ces phénomènes qui nuisent aux jeunes et aux habitants, en s’inscrivant dans une démarche de développement endogène, telle qu’elle a été théorisée par Tahar Bouhouia.

1. Problématique

Cette problématique part du constat que le développement des populations qui entrent dans l’âge adulte est freiné par trois processus interdépendants. 1. L’enfermement, qu’il soit territorial, économique (enfermement dans la pauvreté, dans le chômage), scolaire, social (comme par exemple l’assignation) ou culturel au sens large. 2. Le « classement »7 pouvant aller jusqu’à l’invalidation sociale8. 3. L’« engrènement » dans des processus violents et dangereux : spirale de la violence, radicalisation, addictions.

Il est important d’observer que ces processus sont interdépendants, tant au niveau des trajectoires individuelles que des dynamiques collectives. Par exemple, l’enfermement collectif dans des zones géographiques stigmatisées contribue à l’entrée dans le monde de la drogue qui à son tour contribue au déclassement individuel (sentiment de honte) et collectif (dégradation de l’image du quartier), ce qui renforce l’enfermement, etc.

L’objectif du projet est de favoriser un développement endogène à l’aide d’un potentiel générant9 qui permet aux usager.ère.s de s’affranchir de ces processus délétères par eux-mêmes en s’appuyant sur leurs propres ressources et leur propre capacité d’action10.

Compte-tenu du contexte d’intervention, le potentiel générant doit posséder les caractéristiques suivantes :

  • Systémique : le potentiel générant doit s’intégrer dans un environnement considéré dans sa globalité (démarche holistique) et par conséquent mobiliser des usager.ère.s de tous les horizons (par exemple, les parents, des personnes extérieures) et dans des dynamiques temporelles courtes et longues (comme vu plus haut).
  • Désintermédié : le potentiel générant doit favoriser la prise en charge des questions soulevées directement, et avec un minimum d’intermédiaire, par les usager.ère.s, et s’appuyer sur les ressources locales (objets, réseaux de dons préexistants, compétences déjà présentes) dont ils disposent.
  • Alternatif : le potentiel générant doit permettre de revaloriser les usager.ère.s en légitimant des représentations alternatives sur lesquelles ils pourront s’appuyer. Le but étant de construire un chemin, une structure d’action téléonomique au sens de Victor Frankl, qui se substitue à l’engrenage de la violence, en le détournant vers des actions alternatives ;
  • Disruptif : il doit rompre les habitudes de façon à induire un changement représentationnel11 chez les usager.ère.s ; il faut réussir à créer, un peu à l’instar d’une thérapie brève, une confrontation avec une situation qui va à l’encontre des croyances d’une personne en situation de déclassement, afin de provoquer un retour réflexif ;
  • Inferfacé : un peu à la manière d’une ligne d’un crête, le potentiel générant doit être un objet de transition entre le soi et l’autre, entre le futur et le passé, entre le territoire endogène et exogène, etc. C’est grâce à cela qu’il favorisera le désenfermement.

Le projet vise donc à produire un développement endogène (désenfermement, revalorisation et « dés-engrènement ») qui sera : 1. porté et propulsé par les jeunes avec les habitants (empowerment et approche holiste), 2. fondé sur l’utilisation et la valorisation des ressources du quartier (endogénéité des ressources), 3. basé sur des échanges qui se feront directement entre habitants d’un même quartier, ou de quartiers différents (désintermédiation des échanges et entraide entre pairs), 4. centré sur des échanges non-marchands pour parvenir à ses objectifs (mutualisation des ressources endogènes via le don, par exemple).

2. La méthodologie du projet et son évaluation

Pour répondre au mieux à ces critères et à ses objectifs, le projet s’inscrit dans une démarche de recherche-action, une méthodologie scientifique qui vise à produire des connaissances pratiques et théoriques, ainsi que des changements sociaux, à travers des expérimentations in situ12. Il s’agit d’une approche systémique, mise au service de l’innovation sociale, qui prend en compte toutes les dimensions possibles et pertinentes d’un changement social, sans en exclure aucune, et tente de les relier entre elles dans une démarche réflexive.

Concrètement, les coordinateurs.trices s’engagent à construire et à piloter un dispositif qui implique tous les acteurs de façon active et constructive dans son élaboration – et peut-être ultérieurement sa diffusion – quels que soient leurs rôles et leur statuts (sa forme finale est donc indéterminée à priori) ; n’exclut aucune dimension, et donc intègre des approches scientifiques, artistiques, sociales, environnementales et économiques ; ne crée pas une scission artificielle entre l’activité de recherche et l’action de terrain : un aller-retour permanent doit se faire entre les deux ; répond à trois principes éthiques fondamentaux : 1. impact environnemental très faible, ou au moins, à bilan final positif (réutilisation des objets, notamment), 2. ouverture à tou.te.s et principes démocratiques pour les prises de décision, 3. utilisation prioritaires de contenus culturels sous licence de libre diffusion pour sa réalisation et sa diffusion : matériel libre, logiciels libres, produits de la recherche-action sous licence de libre diffusion, etc. ; s’autonomise progressivement et pourra rapidement fonctionner sans l’équipe de pilotage.

La méthodologie proposée s’inscrit dans le cadre d’une démarche de science ouverte et citoyenne où les acteurs du projet sont amenés à participer eux-mêmes à l’élaboration du savoir scientifique, à l’orientation du projet et à la création et à la mise en œuvre des innovations techniques nécessaires à l’implantation de l’espace de gratuité mobile sur le terrain13. La collaboration des différents protagonistes est donc requise. Cette condition, qui fait écho aux principes fondamentaux de la prévention spécialisée, est nécessaire à la réalisation du présent projet.

On peut mettre à profit ce caractère participatif de la construction de la recherche-action pour développer des méthodes d’évaluation « proactive », où les participants peuvent prendre l’initiative de s’auto-évaluer et de construire leurs propres outils d’évaluation, ceci en parallèle avec d’autres méthodes davantage exogènes qui pourront venir s’y adosser et qui seront discutées et débattues en collaboration avec les chercheur.euse.s et les acteur.rice.s de la prévention spécialisée.

3. L’espace de gratuité mobile

Pour répondre à ces exigences, nous avons imaginé un dispositif original et innovant qui constituera une première, tant dans le champ du travail social que de l’économie du partage :

un espace de gratuité mobile développé et géré par les jeunes d’un quartier, en collaboration avec d’autres habitants, amené à se déplacer d’un territoire à l’autre.

Ce dispositif prendra la forme d’un contenant déplaçable de grande taille, entièrement en libre-accès (caravane14, camion, barnum). Il « contiendra » des affaires à donner que les personnes prennent ou déposent librement, des affaires à prêter moyennant le paiement d’une caution (usage gratuit sous réserve de verser une sûreté), des affaires à faire circuler gratuitement (des objets nomades), des informations interactives relatives à l’économie du partage et à la culture libre, des informations facilitant la création et le développement d’un réseau d’échange non-marchand connectant les habitants dans les lieux et entre les lieux où il s’implante.

4. Les activités

Conformément aux conditions fixées plus haut, les activités doivent être ouvertes à toute personne qui souhaite y participer. Une des conséquences est que les usager.ère.s sont incité.e.s à participer directement à sa maintenance, en rangeant par exemple les affaires directement à leur place, et ils peuvent aussi prendre part à la plupart des activités le concernant : construction, utilisation, maintenance, communication, déplacement, décisions sur l’orientation, etc.

Dans ce contexte, les activités réalisées autour de cet espace de gratuité mobile seront les suivantes.

Les activités des usagers / bénévoles : faire usage de l’espace pour acquérir, donner, emprunter, prêter des affaires ; constituer une liste de prêteurs / emprunteurs sur un territoire donné ; animer et maintenir le lieu (accueillir les usagers.ères, expliquer le fonctionnement, surveiller s’ils respectent les règles du lieu, gérer les emprunts si un système de prêt gratuit est mis en place, ranger, etc.) ; adapter et améliorer le dispositif (étiquetage, décoration, etc.) ; organiser et pratiquer des activités gratuites d’auto-production ou de transmission gratuite de savoirs.

Les activités de l’équipe de recherche et de la prévention spécialisée : conduire des observations et des expérimentations qui portent sur les trajectoires des usagers.ères et leurs représentations ; accompagner les jeunes et d’autres usager.ère.s et plus globalement, toute action qui entre dans le cadre de la prévention spécialisée, en utilisant l’espace de gratuité mobile comme média ; organiser des activités gratuites pouvant favoriser le développement endogène ; coordonner le travail de recherche ; mettre en place de tables rondes, de cercles de parole – en fonction des conditions météorologiques – permettant de toucher les populations ciblées et de les accompagner dans un travail réflexif individuel ou en groupe.

Les activités de l’équipe de coordination : déplacer et faire stationne l’espace de gratuité15 ; organiser des réunions de pilotage ; proposer des prestations sur les marchés, évènements particuliers, etc. ; gérer les questions administratives ; communiquer et prendre contact avec d’autres organisations et partenaires.

5. La mise en œuvre

5.1 Les différentes phases

La mise en œuvre du projet se déroulera en trois phases étalées sur trois ou quatre ans.

Première phase (2020 – 2021) : démarrage. Elle vise à créer matériellement les conditions de sa réalisation (acquisition de l’outil, décoration du dispositif par les jeunes, création de textes explicatifs, etc.), à susciter l’adhésion des usager.ère.s, faire connaître le dispositif, nouer des contacts avec des usager.ère.s intéressé.e.s pour assurer sa maintenance.

Deuxième phase (2021 – 2022) : consolidation. Le dispositif est désormais connu et accepté par la population. Il s’agit alors de trouver une situation d’équilibre pour faire face par exemple, à un afflux d’affaires difficile à gérer, des formes de mésusage, etc.

Troisième phase (2022 – 2023) : désengagement. L’équipe de pilotage se désengage progressivement pour laisser le projet évoluer par lui-même. A ce stade, le projet est géré par les usagers.ères, mais un travail de coordination et de réorientation reste encore nécessaire.

5.2 Les freins attendus

L’expérience acquise au sein des projets menés par l’association GratiLib a permis de repérer certains problèmes fréquents dans les espaces de gratuité.

Les mésusages :vandalisme, mise en désordre, dépôts sauvages et dépôts d’affaires « indonnables », comportements d’appropriation excessifs.

Les déséquilibres : excès de dons, non-continuité dans la participation des usager.ère.s.

Les conflits d’usage : conflit sur la destination des biens, rivalités à propos de la maintenance de l’espace, rivalité d’usage ou rivalité d’appropriation entre des usager.ère.s, rivalités potentielles avec d’autres organisations déjà spécialisées dans la redistribution ou dans l’économie du don.

Le non-usage et la non-contribution : « non-entrée » dans l’usage, sortie de l’usage, abandon de la contribution.

5.3 Comment le projet pourra respecter ses objectifs ?

Comment le dispositif devrait apporter une réponse à la question du développement endogène ? Plusieurs hypothèses peuvent être posées.

L’impact devrait être systémique. Il apparaît en effet que les espaces de gratuité sont le théâtre d’une très grande mixité sociale et intergénérationnelle ; on peut donc prédire que les jeunes y rencontreront leur entourage. De plus, ils répondent à des logiques de court-terme (satisfaire des besoins vitaux comme se vêtir) et de long-terme, comme la structuration de réseaux d’échange.

Le caractère désintermédié et horizontal des échanges peut rompre avec le rapport de domination qui pèse dans l’économie caritative16. Chaque personne est potentiellement tour à tour donneur.se et receveur.se. Il s’en suit de facto une revalorisation de la personne en situation de précarité et un rapprochement symbolique qui peut s’opérer entre la.le donneur.se et la.le receveur.se.

Le potentiel générant se construit sur une alternative à l’échange marchand traditionnel. Cela devrait avoir plusieurs conséquences sur les usager.ère.s, comme par exemple :

  • Une revalorisation à travers des activités qu’ils maîtrisent dans le cadre de l’économie domestique et non-marchande pré-existante. L’idée étant, plus généralement, de revaloriser le territoire en s’appuyant sur le partage des ressources qu’il possède déjà (compétences, ressources matérielles, réseaux relationnels…).
  • Apporter une réponse immédiate et efficace à des besoins économiques primaires (« désenfermement économique »)17.
  • Une revalorisation de l’estime de soi à travers le don et la maintenance du lieu.

De façon plus hypothétique, il se peut qu’à la manière d’un objet transitionnel, l’engagement dans une « carrière violente », partiellement construit dans des formes de « don » et de sacrifice, soit sublimé à travers la pratique de l’« économie du don non-violente », peut-être en raison d’une homologie structurale entre les deux champs d’action. Il s’agit d’une hypothèse de recherche qui demande une théorisation et une confirmation expérimentale.

L’aspect disruptif est inhérent au dispositif d’espace de gratuité mobile. L’idée est de s’en saisir pour provoquer un retour réflexif, notamment chez des jeunes dont le seul horizon, la seule motivation, semble être la réussite par l’argent (que ce soit via le travail, l’école ou par des voies illégales). Ici, ce qui leur est proposé s’inscrit dans un tout autre registre : construire avec leurs propres moyens et avec leur environnement une réponse alternative à des problèmes qu’ils peuvent rencontrer au quotidien. D’autre part, cet aspect disruptif pourrait peut-être agir sur leurs représentations et leurs habitudes, à la manière d’une thérapie brève. Cette hypothèse est à explorer.

Le dispositif étant mobile, il devrait jouer un rôle d’interface, de médiateur et d’ouverture entre des territoires physiques et mentaux, en tant que tel, mais aussi à travers les objets qui circulent entre ces territoires. A nouveau, l’hypothèse de recherche sous-jacente est que le média, l’objet, devrait construire l’embryon d’un système d’échanges, à la manière de la Kula décrite par Malinowski (1963), qui pourrait avoir un effet pacificateur et un effet de déterritorialisation.

La validation de ces hypothèses constitue des entrées pour un programme de recherche.

6. La dimension recherche

Une des originalités du projet est d’intégrer une forte composante recherche en s’appuyant sur un dispositif à deux facettes. D’un côté, l’espace de gratuité mobile pourra servir de potentiel générant mis au service du développement endogène ; il s’agira alors d’examiner sa pertinence heuristique vu sous cet angle, en faisant en sorte que les usager.ères élaborent une meilleure connaissance d’eux.elles-mêmes et de leur environnement. De l’autre, il constituera un terrain d’étude et d’observation pour la recherche sur le travail social, permettant notamment de faire progresser notre connaissance de l’économie non-marchande et de ses rapports avec la prévention spécialisée.

6.1. Les axes de recherche

Cinq axes de recherche sont suggérés.

Développement endogène et dispositif disruptif. L’objet est de comprendre et de décrire la relation, si elle existe, entre un processus de développement endogène et l’entrée, la non-entrée ou la sortie d’un « dispositif disruptif » comme l’espace de gratuité mobile.

Développement endogène et économie non-marchande. L’économie non-marchande, au-delà de ses aspects disruptifs, peut-elle constituer une réponse pérenne et viable à des processus individuels et collectifs de développement endogène ? Pour aborder cette question, il faut s’appuyer sur des méthodologies plurielles : 1. écriture réflexive, 2. cercles ou groupes de parole qui permettent de déconstruire collectivement des représentations qui créent du déclassement, 3. recherche-action participative en intégrant des usager.ère.s dans le processus de recherche pour qu’ils parviennent à élaborer eux-mêmes une représentation concurrente non-dénigrante de leur situation vécue (contre-expertise endogène).

Espaces de gratuité mobile et « déterritorialisation ». La circulation des objets aura-t-elle un impact sur la déterritorialisation ?

Rapports entre les systèmes d’échange. Les espaces de gratuité entrent en interaction, sous plusieurs aspects, avec d’autres formes d’économie. Trois thèmes de recherche se dégagent de ce constat : 1. l’étude des interactions entre les espaces de gratuité mobile et d’autres systèmes d’échange également fondés sur le don et l’auto-production ; 2. les interactions entre les espaces de gratuité et le marché ; 3. le rapport entre le travail social, la prévention spécialisée et les espaces de gratuité.

Fonctionnement du dispositif. Parmi les questions possibles :Qui seront les usagers et les non-usagers ? Quels seront leurs motivations, leurs profils et leurs pratiques (adhésion, évitement, dénigrement) ? Quel va être le profil cinétique de leurs usages ? Quantité d’affaires prises pendant certaines périodes, temps passé, régularité, répétition ? Quelle sera l’évolution des représentations de la gratuité ? Quels types affaires seront prises, amenées, jetées ? Comment le dispositif va-t-il évoluer en tant que tel ? Phénomènes d’exclusion, stratégies de rationnement, volonté de réintroduire des formes d’échange marchand ? Évolution des donations ? Du prêt gratuit ? Des réseaux de prêt gratuit ? Des activités d’auto-production ?

A notre connaissance, ces questions n’ont pas fait l’objet d’un traitement dans la littérature.

6.2 La recherche en pratique.

Une partie des recherches entreprises sera pilotée par l’IRTS Parmentier dans le cadre de formations dans le DEIS auxquels des étudiants seront amenés à participer. Par ailleurs, conformément à nos conditions de départ, l’activité de recherche aura pour particularité d’être ouverte à toute personne désireuse de participer, et donc aux usager.ère.s.

Du point de vue de la mise en œuvre, quatre éléments permettront de structurer la recherche-action : 1. un carnet de recherche sur le site fr.hypotheses.org. 2. un site internet relatant les évolutions du dispositif, 3. des réunions de recherche régulières avec les participants à la recherche-action auxquelles les usager.ère.s seront convié.e.s, 4. un tableau d’affichage invitant les usager.ère.s à participer aux recherches qui y seront listées et à ajouter d’autres thèmes et idées de recherche.

A terme, le projet sera valorisé à travers des publications dans des revues scientifiques, des colloques, des rencontres avec les habitants d’autres quartier, et sans doute sa diffusion.

7. Les acteurs et les partenaires du projet

7.1. Les partenaires

  • MJC, autres associations… (?)
  • LISRA
  • Association La Goutte d’or.
  • CNAM
  • Association ASCEAS : Association socio-culturelle et d’entraide aux familles (Paris XIXe).

7.2. Les acteurs

Les organisations
  • L’APSAJ : Association de Prévention Spécialisée et d’Accompagnement des Jeunes. Elle opère dans le champ de la prévention spécialisée à l’intérieur du XIXe arrondissement.
  • IRTS Paris Ile-de-France: Institut régional du travail social.
  • Lignes de crête : laboratoire de l’APSAJ réalisant des recherches et de l’expertise endogènes dans le champ de la prévention spécialisée.
  • CEDREA : Réseau de chercheurs et d’acteurs-chercheurs spécialisés dans l’étude du changement social et pratiquant la démarche de la recherche-action.
  • GratiLib : Association de promotion et de développement des échanges non-marchands et de la culture libre.
Les personnes
  • Alice Telecher est éducatrice de rue et psychologue clinicienne.
  • Aude Bessman-Mouaci est sociologue, docteure de l’Univesité Paris 10, attachée de recherche et responsable de formation DEIS à l’IRTS Paris Ile_de_France.
  • Béata Michou est directrice de l’APSAJ.
  • Benjamin Grassineau est sociologue indépendant, docteur de l’université Paris-Dauphine, et acteur-chercheur spécialisé sur la culture libre et la gratuité. Il dirige l’association GratiLib et participe au laboratoire expérimental de recherche citoyenne GratiLab.
  • Françoise Crézé est socio-économiste, ancienne professeure des universités (Université de Strasbourg).
  • Elyamine Settoul est sociologue, Maitre de conférences au CNAM et docteur en sciences politiques de l’IEP Paris. Ses recherches s’articulent autour des thèmes liés à l’ethnicité et les phénomènes migratoires ainsi que les phénomènes de radicalisation. Il a participé à de multiples projets nationaux et internationaux.
  • Jonathan Louli est chercheur (anthropologie et sociologie) et formateur indépendant en sciences sociales et pour le travail social. Ses recherches s’orientent sur les enjeux urbains et le travail social. Il a travaillé dans l’animation auprès d’adultes en situation de handicap mental, et exercé comme éducateur de rue dans une association en banlieue parisienne.
  • Leila Oumeddour est sociologue, docteure en sciences de l’éducation, directrice de la recherche à l’IRTS Paris Ile-de-France et membre du LISE /CNAM (laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique). Ses travaux portent, sur les phénomènes migratoires, les catégorisations qui en découlent et les effets du discours institutionnels sur ces catégories, notamment en terme de réussite /échec scolaire ; sur les déterminants et les modalités d’accès à l’emploi de français issus de populations précarisées / « racisées ».
  • Marc Riedel est sociologue et chronobiologiste, titulaire de deux doctorats en sociologie (Université Paris Dauphine) et en biologie (Université de Tours). Spécialiste de la santé et sécurité au travail, de la qualité de vie en service et de haute fiabilité organisationnelle.
  • Michel Castan est chef de service-chercheur à l’APSAJ.
  • Michel Liu est épistémologue et sociologue. Ancien professeur (Université Paris-Dauphine) et a contribué au développement de la recherche-action et de l’école socio-technique.
  • Patrick Obertelli, Professeur à l’École centrale de Paris.
  • Raphaël Balegh est éducateur spécialisé à l’APSAJ.
  • Sébastien Doussaud est acteur-chercheur et éducateur spécialisé à la Goutte d’or.
  • Tahar Bouhouia est sociologue, docteur de l’université Paris-Dauphine, et éducateur spécialisé au sein de l’APSAJ. Coordinateur du laboratoire Lignes de crête et du CEDREA.

8. Un financement autonome à terme ?

L’espace de gratuité mobile peut, de façon autonome, compter sur quatre sources de financement18.

Tableau 1 : Estimation des recettes (€)

 

AnnéeEstimation / semaine (première année)Estimation / semaine (deuxième année)Estimation / semaine (troisième année)
Donations et inscriptions195 jours x 10 € = 50 €5 j. x 15 € = 75 €5 j. x 20 € = 100 €
Campagne de financement participatif1 campagne x 600 € / 36 semaines = 16,7 €2 camp. x 600 € / 48 sem. = 25 €2 camp. x 900 € / 48 sem. = 37,5 €
Prêt gratuit (caution)205 jours x 10 € = 50 €5 jours x 20 € = 100 €5 jours x 40 € = 200 €
Prestations et location de l’e.d.g. mobile211 presta. / mois = 200 € / 4 semaines = 50 €2 presta. / mois = 2 x 200 € / 4 sem. = 100 €1 presta. / semaine = 200 €
Total146,7265537,5

L’objectif est de parvenir à ce que le projet s’auto-finance à partir de la fin de la troisième année.

Carte conceptuelle

Bibliographie et références

  • Alinski Saul, Manuel de l’animateur social, Paris, Seuil, 1976
  • Bouhouia Tahar.
    • Assignation collective et socialisation d’attente. Le cas des harkis et des jeunes de cités, Paris, L’Harmattan, 2013.
    • Le refus de relation, un problème pour notre société, Paris, L’Harmattan, 2017.
  • Castel Robert. « Du travail social à la gestion sociale du non-travail », Esprit, N° 241 (3/4), Mars-avril 1998, pp. 28-47.
  • d’Escrivan Josette et al. « Normalisation et contrôle social (Pourquoi le travail social ?) », Esprit, N°4-5, avril-mai 1972.
  • Frankl Victor. Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie, Montréal, Actualisation, 1988.
  • Giddens Anthony, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987.
  • Jaeger Marcel. « Oser le débat sur la notion de contrôle social ?, in Vie sociale 2012/1, n° 1, pp. 173-181.
  • de Jarcy Xavier, Les abandonnés : histoire des « cités de banlieue », Paris, Albin Michel, 2019.
  • Jossin Arianne et Koloma Beck Teresa. « Analyse des phénomènes de violence au regard de l‘espace ». Revue de l’Institut Français d’Histoire en Allemagne, Institut français d’histoire en Allemagne, 2015. En ligne <halshs-01247681>.
  • Khosrokhavar Farhad. « La violence et ses avatars dans les quartiers sensibles », Déviance et société, 2000, 24-4, pp. 425-440.
  • Liu Michel.
  • Malinowski Bronislaw. Les argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard, 1963.
  • Rogers Carl, L’approche centrée sur la personne, Lausanne, Randin, 2001.
  • Watzlawick Paul et al. Changements : Paradoxes et psychothérapie, Paris, Seuil, 1975

Notes

1 L’ancrage de ces processus dans l’histoire et la géographe des quartiers est notamment rapporté par Jossin et Beck (2003), de Jarcy (2019) et Khosrokhavar (2000).

2 La violence institutionnelle est celle qui provient des institutions, telle que l’École ou la Police. Elle peut se manifester sous une forme symbolique. Elle constitue alors une forme de violence latente, peu visible et non physique, qui s’exprime à travers les normes sociales, le langage, qui peut par exemple véhiculer des messages de dépréciation à l’encontre d’une population stigmatisée. Dans le courant bourdieusien, cette violence symbolique s’inscrit dans l’habitus des dominés au point de les amener à juger légitime la domination sociale qu’ils subissent. Elle s’insère alors dans une violence structurelle. Terme plus général par lequel on désigne la façon dont des violences physiques ou symboliques, sont mobilisées par un groupe (ou un centre) pour en dominer un autre (une périphérie) via, ou non, des institutions.

3 Entendons par là que les dynamiques de changements individuels ne sont souvent pas les mêmes que celles du changement collectif. Il peut en résulter des tensions, par exemple entre les changements culturels et individuels. Ce problème peut notamment jouer dans le cadre d’une action de la prévention spécialisée visant à toucher à la fois des parcours individuels et des dynamiques collectives (vie de quartier par exemple).

4 Voir par exemple Castel (1998), d’Escrivan (1972) et Jaeger (2012).

5 On peut ici étendre les analyses critiques de Rogers (2001) sur la psychanalyse, quand il lui reproche de projeter sur le patient des désirs, des représentations, des interprétations, des explications et des méthodes de guérison qui lui sont étrangères, le privant ainsi de sa propre analyse, de sa capacité à en produire une par lui-même et à s’en saisir pour tenter de solutionner à sa manière ses propres problèmes.

6 Ces processus ont trois sources : endogène, exogène et institutionnelle. Prenons le cas de l’enfermement territorial. Il résulte de facteurs exogènes (urbanisme, poches de pauvreté, discrimination, etc.), institutionnels (Bouhouia, 2013, 2017) mais aussi endogènes (peur chez les jeunes de quitter leur quartier). Ces facteurs peuvent s’avérer, pour reprendre une distinction introduite par Giddens (1987), à la fois habilitants et contraignants. Ainsi en va-t-il du travail social. Il constitue une puissance facilitante qui aide des populations en situation de précarité, mais aussi une force contraignante, voire invalidante, dans la mesure où il peut contribuer à produire de l’assignation.

7 Par déclassement, on peut entendre, au sens large un processus qui consiste en une descente dans l’échelle sociale (dévalorisation du quartier, sentiment de honte, propos dévalorisant, pauvreté économique, etc.). Ici, on l’étend également à tout un ensemble de processus qui consistent à empêcher l’ascension des acteurs dans l’échelle sociale.

8 Ce concept est à l’origine issu de l’antipsychiatrie, mais il peut être déplacé dans le champ de l’analyse du travail social.

9 Le terme est emprunté à Liu (2006).

10 On reconnaîtra que cette démarche s’inscrit dans le courant de l’empowerment (Alinski, 1976).

11 Représentations de l’échange, de la valeur des choses, de la pauvreté, des comportements d’appropriation, etc.

12 Voir Liu (1997).

13 Innovations au sens large : relative à de nouvelles modalités d’échange ou à des techniques permettant d’améliorer les échanges : traçage des « objets nomades » par exemple.

14 L’un des formats les plus intéressants est la caravane. Il est bien identifiable par les usager.ère.s et possède de nombreux avantages pratiques, comme la possibilité d’y laisser les affaires entre deux ouvertures. Il peut également permettre de déplacer l’espace de gratuité dans des évènements qui se déroulent en dehors de Paris intra-muros.

15 Étant mobile, l’espace de gratuité peut stationner dans des lieux fréquentés, comme les marchés, les évènements en extérieur (festivals par exemple), ou dans des lieux stratégiques du point de vue des objectifs de la prévention spécialisée et de la recherche. La destination peut également être déterminée en collaboration avec les usagers.

16 Comparativement aux structures de don caritatif, les échanges non-marchands sont non-conditionnels, ouverts à toute personne, en total libre-accès, très souvent anonymes (la personne qui donne ignore qui prendra ses affaires et la personne qui les prend ignore qui les a données), désintermédiés (ils se font directement entre les usager.ère.s) et horizontaux. Les finalités des usager.ère.s des espaces de gratuité ne sont généralement pas les mêmes que dans les structures d’aide aux personnes sans ressources : elles peuvent notamment s’inscrire dans une démarche de décroissance, de dé-consommation, voire de pauvreté volontaire.

17 Notons que cette forme de valorisation se construit en harmonie avec des objectifs environnementaux comme la réutilisation d’objets usagés.

18 L’estimation est extrapolée de ce que nous avons pu observer au sein des projets menés par l’association GratiLib.

19 Il peut s’agir d’inscription à une association. Elle est optionnelle et ne doit pas conditionner l’accès au dispositif.

20 Le principe est de proposer l’usage d’un bien gratuitement pour une durée déterminée contre une caution (sûreté). Si le bien n’est pas ramené à temps, il s’agit d’une location ; passé un certain délai, d’une vente. L’usager en est informé au moment de la contractualisation. Il est important de souligner le fait que le prêt gratuit avec caution alourdit la maintenance puisqu’il nécessite une surveillance des affaires à prêter, un suivi des prêts, et des transactions monétaires fréquentes.

21 L’espace de gratuité mobile peut être amené, contre rémunération, dans des évènements (marché, festivals, etc.). Selon nos premières constatations (GratiLib), il s’agit de sources de revenus potentiellement importantes.

Compte-rendu de la première visio-conférence APSAJ-CEDREA

La première visio-conférence organisée par le CEDREA, a duré un peu plus de deux heures. En tout, six personnes s’y sont jointes.

Compte-rendu de Benjamin Grassineau (09 mai 2020)

Voici résumés les principaux points que j’ai retenus lors de la réunion.

Il y a principalement été question du travail social et de la place que peut jouer la recherche-action et la recherche citoyenne dans sa transformation et dans la transformation endogène de populations qui sont habituellement désignés comme étant ses « usagers ».

Qu’est-ce que le CEDREA ?

J’ai commencé tout d’abord par présenter trois des principaux axes du CEDREA. Je vous livre ici un compte-rendu écrit qui dépasse de loin ce que j’ai pu dire durant la présentation et qui est bien entendu subjectif.

Le premier est le choix de la démarche de recherche-action en tant qu’« outil convivial » qui permet à la fois de transmettre et produire des connaissances scientifiques et de mettre en œuvre un changement social. Il s’agit d’une recherche active et ouverte.

  • Active (ou expérimentale), car elle ne se contente pas d’enregistrer des données sur des sujets passifs qui ignorent parfois qu’ils sont sous observation (en cela, elle s’écarte significativement de la sociologie durkheimienne ou même compréhensive).
  • Ouverte, car à la différence de ce qui se pratique dans d’autres recherches actives, comme la psychologie sociale où les rôles de cobaye, chercheur, sont clairement établis, prédéfinis et hermétiques, les acteurs-chercheurs sont amenés à intervenir activement – bien qu’à des degrés divers suivant les courants de la recherche-action – sur les finalités, les orientations et la mise en œuvre du processus d’expérimentation et de production de la connaissance. La recherche-action implique donc tout à la fois les usagers et les producteurs de la recherche. Il n’y a pas, d’un côté, la construction d’un modèle expérimental par des chercheurs en blouse blanche qui recueillent, traitent des données, formulent des hypothèses, et de l’autre, un processus d’ingénierie sociale appliquée à une population plus ou moins consentante. Elle est également ouverte en tant qu’elle est transdisciplinaire (ouverte à différents courants). En cela, pour conclure, elle se rapproche de nouvelles pratiques scientifiques apparues récemment dans le domaine de la culture libre qui souhaitent ouvrir davantage les portes de l’activité de recherche scientifique (et non plus seulement l’accès à la connaissance scientifique). On parle fréquemment de recherche citoyenne, bien que la locution ne soit pas encore stabilisée.

Un deuxième axe suivi par le CEDREA est le rejet de l’approche « utilitariste ». L’idée étant d’une part de rompre avec le diktat de l’efficacité et d’autre part, de mobiliser le non-marchand, la gratuité, la culture libre, comme des modalités légitimes d’action, de transmission du savoir et de transformation sociale ; mais également de les poser comme des finalités envisageables, bien que non exclusives, dans la recherche-action. Cette posture n’est pas étrangère au positionnement épistémologique, dans la mesure où le marché est une force de clivage qui tend à dissocier, à cloisonner les sphères du producteur et du consommateur. Or, le principe même de la recherche-action est d’intégrer les différents acteurs d’un processus de transformation sociale et de construction du savoir, là où le marché tend plutôt à évacuer l’amateur, le consommateur, au profit du « sachant » qui valorise ainsi ses compétences et son capital immatériel.

Enfin, le troisième axe est celui du travail social dans lequel la recherche-action peut être mobilisée en permettant :

  1. au travailleur social de s’extraire de son rôle de simple opérateur dans lequel il est de plus en plus enfermé, du fait notamment de la perte d’autonomie du secteur associatif et de l’encadrement réglementaire croissant au sein de la profession,
  2. à l’usager de sortir de son statut de client passif, où de consommateur de prestations sociales, pour devenir un acteur à part entière de changements sociaux qui le concernent,
  3. à l’usager de devenir lui-même un travailleur social – et réciproquement : les rôles deviennent ainsi permutables, plus perméables (certaines fonctions, certaines pratiques migrent plus facilement).

Thèmes abordés au fil de la discussion

Cette question de l’implication des acteurs, tant dans le domaine de la recherche que du travail social, qui ont en commun de laisser une place importante à l’économie du don et au bien commun (et qui donc s’appuient sur des incitations à l’action différentes de celles propres aux systèmes marchands), a été abordée à travers plusieurs thèmes, au fil de la discussion.

Le premier thème abordé, si mes souvenirs sont bons, a été la concurrence entre associations philanthropiques au sein du travail social, notamment en temps de confinement, dans le cadre de la distribution alimentaire. Concurrence qui peut se renforcer, si j’ai bien compris, entre des associations issus de la culture religieuse et des associations adossées sur une culture davantage laïque. Cette problématique, qui émerge du terrain et de la pratique, renvoie à celle du développement endogène. Comment passer d’une logique compétitive, qui conduit à considérer les usagers comme une « ressource » instrumentalisée au service d’institutions visant à obtenir un changement normatif ou prédéterminé ou au contraire à préserver un ordre social, à une logique coopérative, où l’institution devient une ressource pour des acteurs qui souhaitent se mobiliser pour transformer leur quotidien – voire pour faire évoluer la société dans son ensemble en faisant par exemple évoluer le Droit ? Et j’ajouterai : quel modèle économique développer pour sortir du modèle concurrentiel (subventions, non-marchand, prestations marchandes, etc.) ?

Cette question a débouché sur une discussion autour du besoin et des formes de reconnaissances à l’intérieur du travail social. N’est-il pas primordial, si l’on veut impliquer les acteurs dans un processus de changement, de garantir une reconnaissance de leurs actions ? Qu’en est-il par exemple, dans le cadre de l’économie du don, du don spontané entre personnes d’un même quartier ? Peut-on, et faut-il le valoriser ? Ou faudrait-il au contraire tenter de construire des outils « neutres », des sortes de « tiers-espaces », qui court-circuitent les systèmes de gratification symbolique pour se concentrer sur l’accroissement du pouvoir d’action, de co-construction de l’environnement conféré aux habitants ?

Pistes de recherche

Une réflexion autour du militantisme a succédé à ce type de questionnements. Quel rapport le militantisme entretient-il avec le travail social ? De cette réflexion a émergé l’idée que deux modèles s’opposent. Un modèle militant où les gratifications sont liées au sens de l’action et à ses caractéristiques intrinsèques (motivations intrinsèques) et un modèle davantage pénétré de logiques économiques marchandes ou « capitalistique » (au sens de capital social et culturel) qui tend, semble-t-il à envahir progressivement le travail social. Comment vérifier l’existence de ces deux modèles ?

Une piste possible pour tenter de répondre à ces questions serait d’entreprendre dans un premier temps une démarche que l’on pourrait qualifier « d’anthropologie réflexive participative » consistant à ce que chaque protagoniste du travail social puisse s’exprimer librement sur leurs propres pratiques du social et sur les formes de reconnaissances qu’ils en attendent.

Cette pratique ouverte d’auto-description grâce à une écriture ou une expression libre, serait un premier pas dans la mise en place d’une recherche-action visant à produire un développement endogène, puisqu’elle inciterait les acteurs du travail social à se questionner, à prendre de la distance avec leurs pratiques, à réinterroger le moteur de leur action.

Mais que faut-il entendre par travail social ? Ce serait une erreur de figer ou d’encadrer la définition à priori puisqu’il importe justement laisser le champ libre aux différentes représentations individuelles. Partant de là, cette démarche conduirait à transcender les barrières conventionnelles du travail social. La pratique et la compréhension du travail social, l’examen de ses motivations, seraient le fait de travailleurs sociaux professionnels, mais aussi des sujets habituellemen1t désignés comme les usagers par l’institution, et aussi des acteurs du travail social qui ne se revendiquent pas comme tels et qui sont souvent porteurs de nouvelles formes de militantisme.

Nous avons donc conclu sur l’intérêt qu’il y aurait, dans un premier temps, à se mettre d’accord sur une question autour de la reconnaissance dans le travail sociale, et plus généralement dans l’activité d’entraide à caractère social, et à essayer d’y répondre chacun.e à notre manière, en mettant en place une activité d’auto-description, ceci afin de dégager de ce regard réflexif un premier portrait de « l’action en mouvement » du travail social et de ses différentes facettes, pour aller au delà de la représentation institutionnelle prédominante qui imprime une forme à l’action sociale qui peut s’avérer limitante en terme de faisabilité, tant pour les usagers que pour les travailleurs sociaux.

Compte-rendu de la sixième réunion APSAJ-CEDREA-IRTS

Le 16 janvier 2020

Conformément à l’ordre du jour :

1-Tour de table sur les idées et l’état des réflexions sur les violences des Jeunes.

Réflexions sur la non-violence.

articleMichel :
Il a, dans un premier temps, rappelé le climat de violence qui sévit actuellement en France et notamment sur Paris depuis presque un an : gilets jaunes, grèves… Une fois ce climat contextuel “sous tension” présenté, il a évoqué la non-utilisation de la “non-violence”.
Si l’individu peut toujours choisir ou non d’être violent, les règles sociales sont majoritairement basées sur la compétition, ce qui ne favorise pas une approche non-violente.
Plus globalement, la société (école, sport, travail…) n’éduque pas à la non-violence.

Biry :
La non-violence induit une sophistication, une éducation. Contrairement à la violence, qui est une réaction instinctive, la non-violence n’est possible qu’avec une prise de recul et donc, un travail sur soi.

Sébastien :
La mise en compétition permanente impose un devoir de faire, d’agir. La non-violence est généralement perçue comme une non-réaction, très souvent impossible dans “une société de l’action”.
Du coup, comment créer des espaces-temps et des contextes favorisant la non-réaction face à une situation agressive et dans un environnement compétitif ?

Tahar :
Comment interagir sur la re-conscientisation de la violence  ? Comment envisager d’autres formes de l’expression de la colère dont le statut n’est pas illégitime en soi ?
Il faudrait pouvoir permettre ou au moins favoriser une adaptation non-violente face à un fonctionnement sociétal (social, économique, politique, intra et extra familial) agressif dans lequel les jeunes évoluent.

Benjamin :
La violence étant considérée comme une déviance, la non-violence serait donc associée à une forme de récupération, d’affiliation à un système sociétal « générateur de violence ».
Alors qu’en réalité, si la non-violence n’est pas la norme induite par le schéma compétitif de notre société, elle devient alors « un acte de résistance » face au fonctionnement quasi obligatoire du faire et de l’agir.

Sébastien :
Pour compléter cette réflexion qui interroge sur la non-utilisation de la non-violence, il semble que cela nécessite, outre une éducation (évoqué par Biry), une impossibilité. C’est en référence à la pensée stratégique militaire de Carl Von Clausewitz qui précise que « la défense est toujours impérative, contrairement à l’attaque, qui elle reste optionnelle si nécessaire ».
Par conséquent, on ne peut appréhender la non-violence que si l’on se sent et se sait suffisamment protégé pour se défendre. Nous pouvons dès lors, considérer que le manque de confiance en ses capacités défensives induira toujours une réaction violente afin de ne pas montrer ses faiblesses ou ses carences en matière de protection.

Réflexions sur l’agressivité.

Mr Diaby :
Les jeunes évoluent dans des contextes ou agissent des facteurs d’agressivité. L’utilisation de la violence serait donc un mécanisme de défense et d’adaptation à un milieu global vecteur d’agressivité.
Quel pourrait-être les mécanismes de défense non-violente face aux facteurs agressifs quotidiens, intra et extra familiaux ? D’autant plus quand ces phénomènes de réactions sur-violentes ont lieu dans un espace-temps virtuel juridiquement incontrôlé que constituent les réseaux sociaux.

Réflexions sur l’impact de la gentrification et la dissymétrie entre les représentations des habitants face au réel.
Voir écrit Sébastien sur le sujet.

2- Quelles articulations entre l’APSAJ, le CEDREA, l’IRTS et le CNAM et les autres institutions ? Comment concilier un espace d’expertise interne avec un réseau de recherche externe ? Comment construire une recherche à l’intérieur de ce cadre ?

Dans quelles instances et sous quelles formes pouvons-nous travailler et exporter les résultats de nos recherches ?
Pouvons-nous envisager et prévoir des interventions sur des thématiques ciblées, en lien avec la violence des jeunes et de leurs contextes, au sein de l’IRTS, du CNAM ou d’autres acteurs institutionnels ou associatifs ?
Dans une démarche de mutualisation d’une réflexion sur ces phénomènes, des déplacements en province, auprès d’autres clubs de prévention spécialisée, d’autres chercheurs ou tous acteurs impliqués sur l’étude de la violence, peuvent-ils être pertinent ? Ce besoin « d’aller-retour » pour renforcer nos travaux et les exporter, peut-il se faire sous la forme d’une participation à des conférences, des colloques et autres ?

3- Synthèse et détermination des objectifs.

Michel :
Définir le contenu et la méthode pour permettre un travail sur l’émancipation des jeunes et de leurs familles par la non-violence. Comprendre les causes originelles, intrinsèques ou évolutives de la violence : par adaptation contextuelle ? Par mécanisme de défense ? Par sur interprétation et sur réaction à la situation réelle et virtuelle ?
Etablir des petits groupes de travail sur des sous-thématiques en lien avec la violence des jeunes. Imaginer des temps de travail sur 48h, type séminaire ?

Sébastien :
Améliorer la gestion des temps de paroles, afin que tous les participants puissent apporter un regard différent.
Prévoir des objectifs de réflexions thématiques à chaque séance. Améliorer la rigueur de notre processus de travail afin de renforcer la légitimité de l’action recherche comme partie intégrante de nos missions éducatives.

Tahar :
Constituer un comité de pilotage ou un « groupe constant » afin d’éviter trop de déperdition de temps et d’énergie.

Tous les participants :
Constituer une méthode et un langage commun, ainsi qu’une temporalité plus précise et constante via une meilleure planification des temps de travail du labo. De l’avis de tous, il faut définir une méthodologie plus spécifique au labo. Créer une « DATA » commune, évolutive, consultable et exportable.

A propos de la mise en place de la caravane de la gratuité. Proposition de recherche sur l’échange

La Caravane de la Gratuité va s’implanter dans des espaces où existent des réseaux d’échanges. Sa mise en place va être le fait de personnes qui ont des réseaux d’échanges et va s’adresser à des personnes qui ont aussi des réseaux d’échanges. Certains réseaux sont les mêmes, d’autres diffèrent. Au cœur de la vie quotidienne, les jeunes et les moins jeunes vivent des échanges ; échanges de paroles, échanges marchands (voire deal), échanges violents (voire rixes), échanges amoureux, échanges familiaux…

Il pourrait être intéressant de faire un inventaire de tous les échanges existants et d’en préciser les contours et leurs significations. Qu’est ce que signifie échanger, échanger avec les autres ? Les échanges signifient la rencontre de l’autre, des autres ; la mise en relation de soi avec l’autre, avec les autres. Qu’attend-t-on des échanges avec l’autre, avec les autres ? Quels sont les besoins d’échanges ou de confrontation des habitants jeunes et moins jeunes du quartier ? Qu’est-ce qu’on a à se prouver, à prouver à l’autre, aux autres quand on échange ? Les échanges ont des couleurs multiples. Il existe des échanges qui confortent, réconfortent ; d’autres qui agressent, déstabilisent, dérangent… Il est des échanges doux, agréables, qui font plaisir, en donnent… Il est des échanges convenus, professionnels, matériels… Quels types d’échanges propose la « caravane de la gratuité », quels types d’échanges suggère-t-elle ? Quelles sont ses ambitions ?

Il pourrait être intéressant de regarder les différents réseaux d’échanges et en quoi ils consistent, formels, informels ? échanges de biens, et, ou de paroles ?

Ces différentes remarques me conduisent à penser qu’il serait intéressant de mettre en place une recherche sur l’échange. Cette recherche articulerait l’action de la mise en place de la « caravane de la gratuité » et des travaux de recherche de philosophes, sociologues, psychologues, économistes sur « l’échange ». Notre recherche-action pourrait nous permettre de mieux appréhender « l’échange au cœur de quartiers urbains en ce début du 21ème siècle ».

Françoise Crézé

12 décembre 2019