Compte-rendu ethnographique et remarques sur le Boomerang du 13 Mars 2022 – n°13

Notes prises au fil de l’eau avec le smartphone et retravaillées ensuite.

14h13. Les discussions tournent autour des chaussettes et des caddies ! J. vient d’arriver.

14H15. Je viens d’expliquer à Younes comment fonctionne le transcripteur automatique. Nous nous divisons en deux groupes l’un part avec le camion et l’autre par avec les caddies. C’est parti ! Il pleuviote et par chance nous avons des parapluies dans le Boomerang. Charles les sort et s’en sert pour se protéger de la pluie.

14h17. Sébastien a rencontré un groupe de jeunes de 8 à 10 ans juste devant le Boomerang qui est garé près du local. Il leur explique que celui-ci sortira aux Orgues. Un homme de la cinquantaine passe devant le local. Il connaît Tahar et vient lui dire bonjour. Tahar lui explique la sortie que nous avons prévue. Après cela, il vient me dire avec une pointe de provocation : « arrête de tout retranscrire et de parler à ton appareil ! ». Je lui dis pour plaisanter « ça t’énerve ! ». Il me dit « non bien sûr ! ». S’en suit une discussion sur l’intérêt de « parler à son dictaphone » dans une enquête. Il me fait notamment remarquer qu’il lui arrive de le faire mais que ça ne retranscrit pas le texte.

14h23. Nous sommes en train de discuter. Sébastien nous raconte a moi, Charles et J., combien on se nourrit de ce que les gens amènent. On donne dans les deux sens ajoute-t-il.

Remarque très intéressante car je suis arrivé aux mêmes conclusions dans mes expériences précédentes. J’en ai déjà traité dans un autre article et dans le cadre du laboratoire GratiLab, mais l’hypothèse fondamentale est que le don est par définition une forme d’échange symétrique. Celui qui donne reçoit et celui qui reçoit donne. Ainsi en va-t-il de la parole : celui qui parle reçoit une écoute tandis que l’auditeur offre son attention. De même, le fait d’accepter de recevoir un objet constitue déjà un don en soi. Ou encore, comment distinguer un prêt gratuit d’un service de garde ! Ce qui déséquilibre l’échange, d’une manière générale, c’est d’une part, le sens de la demande et d’autre part, le sens de l’obligation quand il y en a une, qui conduit à la naissance d’une dette d’où émerge l’obligation de contre-partie.

En pratique, dans les espaces de gratuité, j’ai pris l’habitude de remercier toutes les personnes qui me ou nous disent merci. Ce qui permet de bien insister sur la symétrie de l’échange et de rompre d’emblée la situation d’endettement. Mais on pourrait rétorquer à cela qu’il y a un risque en faisant cela à dérégler la fonction de l’échange, voire du don, qui permet allocation des ressources suivant leur valeur. En réalité, nous sommes là en présence d’une hypothèse fonctionnaliste d’arrière-plan qui consiste à faire de l’échange marchand, ou de l’échange avec obligation, un outil rationnel au service de l’allocation des ressources, qui obéirait à ses propres lois, en particulier, les lois qui président à la construction de la valeur en tant que caractéristique intrinsèque des biens et des services. Sans doute n’est-il pas rare que l’échange soit assujetti à cette fonction dans certains contextes mais, d’une part, l’allocation des ressources peut très bien passer par d’autres mécanismes, et d’autre part, cette fonction est rarement la seule qui motive l’échange. Car il ne faut pas confondre l’instant où le transfert du droit d’usage a lieu, en sachant qu’il n’est pas toujours aussi binaire que dans un cadre marchand hyper-régulé, et l’échange pris dans sa globalité : découverte du lieu, discussions, essai du vêtement, utilisation ultérieure, etc. En réalité, et les vendeurs le savent d’ailleurs bien, nous entrons bien souvent dans un magasin non pas pour acquérir précisément un objet dont nous avons besoin, mais pour flâner, ou peut-être, pour tenter de réactiver l’émerveillement oublié que nous avions ressenti le jour où nous avions découvert cette démonstration surréaliste de l’abondance matérielle !

14h27. On démarre. C’est Tahar qui lance le mouvement. Nous sommes trois, Christophe Sébastien et moi dans le camion. Charles, J., Tahar et Younès partent avec les caddies. Petit incident : un fou furieux au volant passe à toute allure et manque d’écraser Christophe. Problème du plein d’essence ! Est ce qu’on fait le plein ou non ? Sébastien dit en plaisantant : « je vous connais, ce soir je ramène le camion et il n’y aura plus personne une fois les barnum rangés ». Nous avons donc été mettre de l’essence et j’ai posé la question de savoir qui nous le rembourse. Comment ça se passe pour être remboursé ? S’en suit une discussion sur le financement du Boomerang. Comment rester autonome : financement participatif, subventions ? C’est une question qui se fait de plus en plus récurrente.

Ça bouge a l’arrière du camion. Le caddie. Christophe : « c’est le caddie qu’on a pas fixé ». Sébastien : « laisse lui vivre sa vie ! ».

14h49. Nous sommes en train d’installer les caddies et les barnums. Le temps est plutôt maussade. Il pleuviote. Je viens de parler à une dame et je lui ai expliqué comment fonctionne le Boomerang. Elle me dit « Ah ! Mince. Je ne peux pas être là tout de suite et j’ai peur que les gens prennent tout ».

14h59. Nous finissons de déballer et sortons les affaires. Quelqu’un vient de ramener un sac de pantalons hommes taille 48. Christophe lui propose un café et il accepte.

15h07. 8 personnes sur le Boomerang. Christophe vient de mettre de la musique. Il y a une personne qui travaille à la paroisse et qui pratique des maraudes. Elle est venue se renseigner et nous dit que c’est une très bonne initiative. Sept enfants de 10-12 ans viennent d’arriver avec un ballon en courant en provenance de la cité des Orgues. Ils sont en train de regarder ce qu’il y a dans le Boomerang. Ils ont l’air content.

15h20. Les enfants sont repartis après avoir pris du goûter. 3 jeunes filles viennent d’arriver. Elles fouillent. Elles ont été attirées par le goûter. Il y a actuellement une dizaine de personnes sur le boomerang. Deux patients viennent de s’arrêter et repartent en couple.

15h26. Très bonne ambiance avec de la musique. Il y a des petits, des grands, des mamans…

16h17. Passage creux. Longue discussion enregistrée avec Charles et Younes sur la question des personnes qui prennent trop d’affaires. J’ai parlé avec Tahar des photos et notamment de la question des droits à l’image, tout particulièrement en ce qui concerne les photos prises par B. Nous avons eu l’idée avec Christophe et Sébastien de demander aux jeunes de retrouver les autres enfants pour les contacter et qu’ils aillent demander à leurs parents de participer financièrement pour la publication de l’ouvrage. Une façon de les impliquer. Il y a actuellement 2 adultes sur le boomerang et 2 enfants ainsi que 4 éducateurs et 1 bénévole (Charles).

Voici la discussion enregistrée sur place.

Partie 1. Discussion Benjamin Grassineau, Charles Péchon et Younes Rezzouki (enregistrement Benjamin Grassineau)

Partie 2. Discussion Benjamin Grassineau, Charles Péchon et Younes Rezzouki (enregistrement Benjamin Grassineau)

En écoutant cette discussion, de nombreuses idées me viennent et je me remémore à quel point cette problématique a été prégnante dans mes expériences précédentes autour des espaces de gratuité, à un moment où ces dispositifs étaient bien plus rares qu’aujourd’hui. Cela me permet de mesurer l’importance des valeurs, du prisme idéologique qui est présent en arrière-plan, dans l’identification d’un problème, dans le type de solutions qu’on essaie de lui apporter et dans le processus de construction des règles qui en résulte.

D’une manière générale, je dirais que la prise d’affaires en trop grande quantité (l’acquisition excessive) est généralement ramenée par les participants aux espaces de gratuité à quatre problèmes :

    1. Un sentiment de réprobation morale à l’égard de ce genre de comportements, en particulier quand on suspecte de la revente ou un mésusage. Il se fonde généralement sur quatre représentations qui sont projetées sur l’acquéreur excessif (le déviant) :
      1. l’absence supposée de sentiment de « redevabilité » chez l’acquéreur excessif : il prend sans aucune gêne, sans se sentir redevable, sans participer en retour, etc.
      2. l’absence supposée d’empathie de la part de celui-ci envers les autres preneurs qui n’ont rien ou qui auraient besoin des affaires données,
      3. la vénalité supposée du comportement qui paraît répréhensible « en tant que telle »,
      4. l’irresponsabilité et le caractère pathologique attribués à des personnes qui accumulent visiblement sans raison (ex : syndrome de Diogène),
    2. De facto, une réduction de la disponibilité des affaires présentes dans l’espace de gratuité qui pourrait nuire aux personnes qui voudraient venir prendre des affaires qui leur sont utiles.
    3. Un renforcement négatif de l’image du lieu. D’une part, on risque de ne plus y trouver grand-chose ; d’autre part, à l’intérieur de l’espace, on laisserait certains « abuser ». Ce qui, notons-le, pourrait potentiellement dissuader des donneurs potentiels et enclencher ainsi un cercle vicieux.
    4. Le travail des personnes allouées à la maintenance ou qui apportent des objets sur place peut s’en trouver alourdi, en particulier s’ils participent à l’approvisionnement du lieu ou au rangement des affaires, et de plus, leur donner un sentiment pénible de « travail inutile ».

Ces discours sont très fréquents dans les espaces de gratuité. Néanmoins, j’ajoute d’emblée que leur intensité et leur répartition demeurent plutôt variable. Par exemple, la revente, réelle ou supposée, intentionnelle (envie de mise en vente et mise en vente effective) ou effective, suscite fréquemment des débats1. Ce qui indique donc indirectement que le discours réprobateur n’est pas uniformément réparti. Certaines personnes ne semblent par exemple absolument pas gênées à l’idée que les affaires qu’elles donnent soient revendues. Et d’une manière générale, bien que cette affirmation doive être prise avec de grandes réserves, il me semble par expérience que ce discours réprobateur est particulièrement fort chez des personnes qui sont déjà engagées dans des formes de militantisme, notamment du type économie sociale et solidaire (SEL, associations caritatives, etc.). De même, le discours réprobateur est souvent plus prégnant chez les personnes qui participent à la maintenance, parfois tout simplement parce qu’elles assurent, en plus des actions d’approvisionnement ou de rangement, une action de surveillance qui peut s’accompagner d’un travail de régulation qui s’appuie sur un discours moralisateur (discours performatif), ou bien, quand ces activités sont découplées, parce qu’elles ressentent les effets2.

Il importe dans tous les cas de bien comprendre que la déviance du « preneur excessif », ses intentions et les effets indésirables de son action, s’appuient très largement sur des représentations qui ne sont pas nécessairement fondées. Par exemple, il est loin d’être certain que les personnes « viennent » toutes dans un espace de gratuité pour y rechercher des affaires. Au contraire, empiriquement, on observe qu’elles sont nombreuses à venir pour donner, ou bien, échanger des paroles et de la présence mutuelle. Dans ce cas, l’échange d’objets dans l’espace de gratuité n’est qu’un prétexte pour échanger tout autre chose3.

Par ailleurs, à ces effets négatifs doivent être opposés certains effets « positifs » des preneurs excessifs ! Mon expérience des espaces de gratuité m’a conduit à observer, notamment, qu’ils peuvent jouer un rôle utile en débarrassant l’espace lorsque le stock d’affaires devient trop important – ce qui semble être le cas dans les espaces de gratuité situés en zone rurale ou semi-urbaine.

En complément de la discussion, il me semble intéressant de retracer les différentes solutions que nous avions tenté d’apporter à ce problème dans le cadre de ce que j’appellerai à posteriori la recherche-action de la maison non-marchande de Puivert et de la gratuiterie de Limoux. Pour situer très brièvement le contexte, à l’heure où j’écris cet article, la première est ouverte depuis 2011 et le reste. La deuxième a été ouverte de l’été 2019 au printemps 2022. Le projet n’est pas abandonné mais il est en pleine mutation et surtout, en quête d’un nouveau local ! Vous trouverez dans un article à venir un récit de ces expérience et une description de la philosophie qui les sous-tend. Les expériences et les réflexions que nous en avons tirées sur le problème de la revente et de l’acquisition excessive sont également résumées dans un article à venir.

Notes

1L’argument le plus fréquent pour la légitimer consiste, à ma connaissance, à affirmer que si une personne est dans le besoin, elle peut légitimement revendre ce qu’elle a pris. Remarquons toutefois que cela ne concerne donc qu’une catégorie de personnes. D’autres arguments peuvent être avancés mais ils sont plus rares et s’écartent de la sphère morale proprement dite ; ou tout au moins, vont se positionner dans un autre domaine de valeurs.

2À condition bien sûr qu’il n’y ait pas une division des tâches qui dissocie l’action de rangement de celle de la prise d’affaires au point que le « rangeur » ne sait même pas ce qu’il advient des affaires qu’il range

3Remarquons d’ailleurs que la structure échangière d’un discours collectif vernaculaire présente de nombreux traits communs avec celle qui régule l’échange d’objets dans l’espace de gratuité.


Benjamin Grassineau

Sociologue, spécialisé dans l'étude de l'écononomie non-marchande (auto-production, culture libre, gratuité).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search