Compte-rendu ethnographique et réflexions sur le Boomerang du 16 Mars 2022 – n°11

Lieu : jardin Luc Hoffman

L’installation du Boomerang s’est faite sur deux endroits comme les fois précédentes : l’espace principal à l’intérieur du parc, un espace secondaire avec seulement des livres sur l’avenue de Flandre, accolé au camion.

Étaient présents : Benjamin, Christophe, Sébastien, Tahar, Younes et moi. J. et S. nous ont rejoints au 156 rue d’Aubervilliers et sont restées tout l’après midi, sauf J. qui a du partir en milieu d’après-midi ( pour aller à l’église je crois ).

Lors de l’installation, plusieurs enfants nous ont aidés à déplier les barnums, à déposer les caisses d’objets sur les tables, de leur propre initiative. Ce sont eux qui ont décidé de la disposition des tables : je remarque que nous ne les aurions pas mise comme ça ( en tout cas d’habitude nous espaçons les tables, tandis que eux ont voulu les coller pour faire une sorte de grande table ou tous les objets sont rassemblés ).

Si le nombre de personnes présentes a varié tout au long de la sortie, j’en compte environ 15 au départ, surtout des enfants ; puis les adultes de la collecte alimentaire de l’église d’à côté sont arrivés ( comme à chaque fois à cet endroit ) ; ils prennent en général beaucoup d’objets, font parfois plusieurs aller-retour, puis s’en vont.

L’un d’eux, un homme, est revenu peu de temps après car il avait oublié une théière : celle-ci n’était plus là. Cependant des enfants en avaient aussi pris une et ils lui donnèrent car il semblait vraiment y tenir : ils n’hésitèrent pas à partager avec lui ce qu’ils avaient pu prendre.

Je remarque que J. et S., comme souvent, s’impliquent beaucoup dans la vie du lieu : elle se rendent disponibles pour organiser, ranger ce que les gens laissent traîner ; elles fournissent des indications ; parfois elles mettent des limites ; elle discutent un peu avec les usagers. D’une certaine manière, même s’il s’agit d’un ressenti, elles paraissent parfois plus « proches » que nous de certains usagers.

La disposition des tables m’a semblé permettre un certain rapprochement des usagers : tout le monde étaient autour de la grande table et certaines interactions se sont produites. Pas de longues discussions, mais des échanges surtout à propos des objets, du style « ah, tu as trouvé ça ». Mais je n’ai pas pu tout observer.

Cette remarque de Charles met en évidence un des principaux obstacles que nous rencontrons dans cette recherche-action – et qui ne se limite d’ailleurs pas à celle-ci. Comment intégrer l’action de recherche dans l’action elle-même tout en sachant que l’action de recherche, et pas seulement l’action, se voudrait participative ?

Basiquement, l’acteur-chercheur est tout d’abord confronté à un problème de rivalité d’usage des ressources : s’il se positionne en posture d’observateur, son « action d’observation » peut l’empêcher d’être acteur à part entière, et vice-versa. Ajoutons à cela que sa position d’observateur peut modifier significativement les conditions de réalisation de l’expérience en changeant les représentations des autres acteurs à son égard et à l’égard de l’action en cours.

J’aimerais relater à ce sujet une expérience. Nous avions installé il y a environ deux ans la caravane de la gratuité toulousaine le long du canal du midi en compagnie de Laure Alligier. Au delà de l’intérêt de l’action en elle-même, il m’avait semblé pertinent de tenter de collecter des informations quantitatives sur l’entrée dans l’échange. À cette fin, je m’autorisais à comptabiliser le nombre de personnes qui s’en approchaient, qui passaient, s’arrêtaient pour prendre des affaires, etc., posté à cet effet en observateur à la terrasse d’un café qui se trouvait à proximité. J’étais donc « extérieur » à l’action proprement dite, du moins sur le moment. Cependant, un peu plus tard, je me suis rapproché et installé juste en face pour prendre des notes et effectuer mon comptage. Je fus alors assez désagréablement surpris qu’une personne m’interpelle, très contrariée et suspicieuse, me demandant ce que je comptais faire de ces données récoltées à son insu !

Cet exemple montre qu’il existe plusieurs postures dans la recherche-action qui ne sont pas sans conséquences sur les représentations des acteurs et sur les représentations des chercheurs. L’acteur peut être observé sans qu’il le sache mais dans le cas contraire, il paraît finalement assez « légitime » qu’il ait son mot à dire sur la façon dont l’observation doit se dérouler.

D’une manière générale, j’avancerais que cette posture varie en fonction de deux paramètres principaux :

1. la temporalité, ou la forme de la séquentialité entre recherche et action,

2. le degré de participation effective et possible des acteurs dans la recherche et dans l’action.

En schématisant, je propose dans le tableau 1 une typologie simplifiée des différentes postures possibles. On notera que la séquentialité entre recherche et action peut être de deux ordres :

1. simplement temporelle, dans ce cas, il y a juste succession des deux actions, l’action de transformation ou d’expérimentation et l’action, ou une partie des actions de recherche (conceptualisation, rédaction, collecte de données, etc.) ;

2. « épistémologique » au sens où on pourrait théoriquement se positionner soit dans une démarche inductive, auquel cas les hypothèses et les concepts sont produits par l’action, par l’expérimentation ; soit dans une démarche déductive, les hypothèses et les concepts sont produits par le raisonnement, à l’intérieur d’un processus de recherche extérieur à l’action, avant d’être confrontés au réel.

Séquentialité temporelle et épistémologique sont-elles reliées ? Il paraît difficile de répondre à cette question dans la mesure où le discours épistémologique tend à opacifier les processus qui sont concrètement à l’œuvre dans la recherche en les enfermant dans une certaine vision idéalisée et normative de la Science. Bien sûr, la sociologie des sciences apporte des éléments de réponse, mais elle se penche principalement, du moins à l’heure actuelle, sur l’étude de la science professionnelle dans lesquels la recherche et l’action sont inscrits dans des protocoles rigides, déterminés notamment par l’accès aux ressources permettant l’observation et la diffusion des résultats de recherche.

Tableau 1 : Typologie des recherches-actions

Séquentialité →

recherche → action

action → recherche

action ↔ recherche

Rôle de l’acteur dans la recherche

Exclu

Recherche planifiée : le « chercheur-expert » conçoit à priori une recherche, un protocole et l’applique à posteriori via des « outils exogènes » aux acteurs (ex : économie politique). La méthodologie privilégiée est hypothético-déductive.

Recherche observationnelle : le « chercheur objectif » expérimente puis observe ce qu’il se produit et en tire des conclusions ; ou bien, il enregistre passivement ce qu’il observe sans intervenir.

Recherche-action académique : le chercheur demeure dans une posture extérieure, il pilote la recherche-action de l’intérieur (action et recherche sont mêlées). Les acteurs ne participent pas aux décisions concernant la recherche.

Collaborateur

Recherche collaborative : le chercheur met en place le protocole de recherche et demande aux acteurs de participer (ex : collecte de données).

Recherche instrumentale : expérience de psychologie sociale. L’acteur collabore avec le chercheur mais il n’a pas d’influence sur la recherche proprement dite.

Recherche-action collaborative : le chercheur planifie la recherche-action mais demande aux acteurs de collaborer pour collecter des données.

Participant

Recherche citoyenne : les acteurs interviennent aux différents processus de la recherche

Recherche populaire : production de savoirs expérientiels à partir de l’action qui obéit à d’autres motifs que la recherche ; le savoir naît de l’action.

Recherche-action participative : le savoir est construit au fur et à mesure de l’action et de façon concertée par les acteurs en recherche.

Auteur : Benjamin Grassineau                            

En tout cas plusieurs personnes sont restées un moment pour parler entre elles, après avoir fait le tour des objets.

Nous avons noté que certaines personnes prenaient beaucoup d’objets mais que ce n’était pas les enfants. En effet ceux-ci semblaient plus intéressés par les jeux de cirque ou les instruments de musique. D’ailleurs, vers le milieu et en fin d’après-midi, ils emmenaient les jeux ou les instruments plus loin et se groupaient autour ; chacun utilisant ce qui l’intéressait. D’une certaine manière l’espace lié au Boomerang s’agrandissait, et en même temps les « frontières » entre le Boomerang et le reste du parc se brouillaient, car il y eut une circulation des enfants et des jeux/instruments assez importante. Cela a beaucoup contribué à la « dynamique » du lieu. La forte présence des enfants rend l’espace plus vivant et festif.

Nous pourrions déduire de cette observation que les modalités d’échange et d’appropriation jouent un rôle important dans la constitution et la « cristallisation des frontières ». Comme je l’avais indiqué précédemment en commentant une photo, l’espace de gratuité déplace la frontière entre les actions permises et prohibées au sein d’un espace d’échange, du moins comparativement à un espace marchand.

Ainsi, les enfants touchent les jouets et s’en servent directement sur place, les sortent du périmètre et bien souvent, les éparpillent ! À contrario, dans un espace marchand, les objets sont rattachés à un propriétaire et leurs « transformations », qu’il s’agisse d’une circulation dans l’espace géographique (mobilité), dans l’espace d’échange (changement de « statut d’échange », changement de propriétaire) ou dans leur cycle de vie » (dégradation, réparation, destruction…), est fortement limitée, ou plutôt encerclée. Les habits doivent rester sur place, au mieux, être « essayés » ; leur état ne doit pas être dégradé, etc. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas de règles. Bien au contraire, la modalité d’échange s’élabore sur des règles explicites ou implicites, ou si ce n’est pas le cas, sur des conditions matérielles qui dessinent le champ des actions possibles (par exemple, absence de barrières qui matérialisent une exclusion d’usage).

En revanche, les systèmes d’échanges marchands ou hiérarchisés produisent une forme d’immobilisation de la marchandise, du produit ou de la ressources pris en tenaille dans l’étau institutionnel, à l’intérieur des espaces dans lesquels il peut potentiellement évoluer. En ce sens, la question de la transformation de l’échange s’avère tout à fait pertinente pour aborder les questions relatives aux frontières qui nous préoccupent dans le cadre de notre recherche-action.

Benjamin Grassineau

Concernant certains questionnements de la part des usagers : par exemple une dame vient me voir et me dit : « mes enfants prennent beaucoup d’objets, est-ce qu’il y a une limite ? ». J’ai répondu non tout en ajoutant que l’idée était quand même le partage ( notre idée ? Dans quelle mesure faut-il que nous orientons l’action dans le sens de nos idées ? Et si il le faut, comment ? Cela correspond d’ailleurs plus ou moins au questionnement de Younes, que Benjamin à enregistré ).

Une autre dame, apparemment active dans la vie associative du quartier, a demandé à Tahar si elle pouvait se « servir » du Boomerang pour monter ses projets, par exemple une association. Sébastien et Benjamin ont créé un panneau « d’expression libre » : cette dame a pu écrire qu’elle cherchait une salle pour des cours de danse. Une enfant a écrit sur ce panneau ce qu’elle voudrait trouver comme objets ( poupées ).

J’ai noté une remarque de deux enfants : l’un dit à l’autre « waouh j’ai pu prendre des jeux et ça fait 250 euros ! » ( sans doute pas ! ). Certains évaluent alors en argent ce qu’ils ont pu prendre, mais en fait, comme je l’ai noté, les enfants n’ont pas pris grand chose ce jour là.

Sébastien en a emmené quelques uns au camion pendant l’après midi pour leur donner des jeux vidéos et en a profité pour leur expliquer certaines dimensions que l’ont souhaite favoriser avec le Boomerang : pouvoir d’agir, partage, etc. Ils auraient selon lui en partie compris.

Enfin, une jeune femme, qui habite juste à côté, a ramené deux gros sacs d’habits et a pas mal discuté avec Tahar. Elle a noté que nos panneaux explicatifs étaient beaux mais forts chargés, ce qui, la concernant, « noyait » le message. Par exemple ceux sur l’avenue de Flandre qui indiquent qu’on est à l’intérieur du parc devraient selon elle être simplifiés, par exemple juste une flèche avec un ou deux mots.

De manière générale l’après-midi a été très vivante et festive avec les enfants. On a pu bien discuter avec certains qui nous ont aidé notamment au moment du rangement. Plusieurs nous demandent quand est-ce qu’on revient. Je crois, mais je n’ai pas compté, qu’il y a eu beaucoup de monde.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search