Prévention spécialisée et recherche action : « une approche pertinente pour l’avenir de cette forme d’intervention sociale »

Résumé : cet article propose une réflexion, développée au sein du laboratoire Lignes de Crête, visant à explorer les relations entre la démarche de la recherche-action dans le cadre de la prévention spécialisée et l’environnement institutionnel et politique dans lequel elle se déploie.

Hypothèse

« En quoi la recherche-action peut-elle constituer une modification pertinente dans la méthodologie d’intervention sociale spécifique que représente la prévention spécialisée ? »

  1. Et comment, dans ce cas, expérimenter développer ce changement de « concept » sans créer une rupture brutale avec le modèle existant ?

Au vu de l’expérience qui est menée au sein de l’APSAJ depuis la création du laboratoire « Lignes de Crête», des interrogations importantes apparaissent.

En effet, le changement d’approche méthodologique que requiert la recherche-action comme méthode d’intervention, est-il compatible avec le fonctionnement actuel de la prévention spécialisée ?

S’il apparaît, à la vue des constats et observations réalisés jusque-là, que cette démarche semble correspondre, sur plusieurs aspects, aux besoins du terrain de ses habitants et de ses acteurs, des « zones de friction » surviennent parfois entre cette conception du métier et le « schéma classique » sur lequel la prévention spécialisée est organisée actuellement.

Il n’est bien sûr pas question ici d’opposer un modèle face à un autre, mais plutôt de permettre le type d’approche/concept que propose la recherche-action sans discréditer ce qui est opérant dans le schéma existant.

De plus, serait-il judicieux de valider un changement de paradigme total du mode d’intervention de la prévention spécialisée sans accompagner le terrain, les acteurs institutionnels, associatifs, les habitants et les partenaires, à cette nouvelle norme ?

En l’occurrence, l’expérience menée depuis la création du laboratoire et la mise en place de cette recherche-action montre qu’à ce jour, elle est en adéquation avec les principes fondamentaux de la prévention spécialisée.

Fort de ce premier point positif, il apparaît toutefois inévitable de devoir réfléchir aux modifications nécessaires qu’il faille envisager à tous les niveaux (sur un plan holistique) pour entrevoir la pertinence de cette approche complémentaire et innovante.

  1. Quels sont, dès lors, les prérequis et les conditions nécessaires pour adapter la prévention spécialisée à la recherche-action ou adapter la recherche-action à la prévention spécialisée ?

L’expérience en cours qui est développé à l’APSAJ nous amène à entrevoir les possibilités que la recherche-action apporte, mais également les freins qu’elle rencontre.

Pour que ce principe méthodologique et ce nouveau prisme constitue une alternative intéressante et valable pour l’avenir de la prévention spécialisée, il apparaît impératif de concevoir une approche et un fonctionnement différent et novateur à tous les niveaux.

Sur le plan opérationnel : qui fait et comment on fait ?

Faire coexister la pratique actuelle et cette nouvelle forme de présence et d’intervention sociale.

Les modes d’élaboration et d’évaluation des actions inhérentes à la recherche-action ainsi qu’aux actions plus habituelles doivent-ils être simplifiés afin de permettre une plus grande souplesse qui faciliterait son utilisation par les professionnels tout en facilitant parallèlement l’implication des habitants ?

Sur le plan institutionnel : qui organise et comment on organise ?

Adapter l’organisation de l’institution pour limiter les freins, les empêchements et réunir les conditions favorisant (innovation, création de nouveaux outils, de nouvelles méthodes…).

Les schémas classiques d’organisation du travail social correspondent-ils vraiment avec l’obligation d’adaptabilité au terrain ? Faut-il des processus d’organisation du travail davantage transversaux ou collaboratifs ?

Sur le plan décisionnel : qui finance et surtout comment on finance ?

Le mode de financement (forme, temporalité, services et compétences mobilisées…) impacte le travail de terrain et cela concerne également la recherche-action.

Comment concevoir des financements conformes aux obligations concernant l’utilisation de l’argent public sans nuire à la capacité d’adaptabilité et d’innovation de la prévention spécialisée ?

Exemple :

« Si l’on admet que la prévention spécialisée est efficiente sur le temps long, alors pourquoi orienter, de plus en plus, le financement de nouveaux projets ou de nouvelles pratiques via des appels à projets à la temporalité délimitée en amont sans prise en compte du rythme du territoire, des habitants mais aussi des acteurs et professionnels concernés ? »

Sur le plan politique : qui prend les décisions et comment sont-elles prises ?

Les destinataires sont-ils concernés et demandeurs de ce mode d’intervention sociale qu’est la prévention spécialisée ?

Sont-ils soumis à un schéma qui ne correspondait que partiellement à leurs besoins et à leurs attentes ? Sont-ils conscients des coûts et des possibilités de la prévention spécialisée ? Comment associer davantage les utilisateurs (habitants) aux décisions relatives à leur territoire ? Ces questions me semblent primordiales pour l’avenir du travail social. Les attendus des décideurs ne sont parfois pas en lien avec les attendus des utilisateurs et plus globalement du terrain.

De plus, les prismes utilisés aujourd’hui sont-ils adaptés à la réalité des territoires ?

L’écart existant entre ceux qui pensent, ceux qui mettent en place l’intervention sociale et les bénéficiaires de celles-ci, provoquent des ruptures, des renoncements, des frustrations et par voie de conséquence des formes diverses de radicalisation (se traduisant très souvent par une désinstitutionalisation, un fatalisme, voir une défiance envers les pouvoirs publics en général) tant auprès des destinataires que des professionnels.

Faut-il alors imaginer des instances dans lesquelles les élus, les gestionnaires, les professionnels et les utilisateurs pourraient échanger et a minima donner un avis ? Cela pourrait permettre de renforcer l’implication des destinataires pour l’élaboration du travail social tout en renforçant le rôle d’acteur des utilisateurs.

En plus de redonner une place plus importante aux personnes accompagnées par les différents prestataires sociaux, la mise en solution par les acteurs endogènes pourrait potentiellement, sur le long terme, réduire les coûts engendrés par les approches actuelles majoritairement basées sur des formes d’assistanat voir des processus humanitaires.

Recherche action et prévention spécialisée : « remettre les utilisateurs au cœur de l’action sociale en les considérant comme tout ou partie de la solution ».

L’hypothèse que propose l’utilisation de la recherche-action dans le travail social et plus spécifiquement en prévention spécialisée nous amène à revoir les principes qui ont façonnés l’intervention sociale. Au-delà des considérations portées aux utilisateurs c’est également sur les intervenants, quels qu’ils soient, que nous devons aussi porter notre réflexion.

Dans un premier temps pour éviter un décalage trop important entre « l’accompagné » et « l’accompagnant » mais également, dans un second temps, pour remettre les rapports humains à la place principale qu’ils sont censés occupés dans le travail social.

Simulation :

« Est-ce qu’un élu doit décider par contrainte ou obligation pour des acteurs institutionnels/associatifs qui organiseront par contrainte ou obligation le travail des professionnels à leur tour contraints ou obligés pour des usagers contraints et obligés ? »

La recherche-action mise en place par le laboratoire « Lignes de Crête » nous donne l’opportunité de réfléchir ensemble, professionnels et habitants, à la forme que pourrait prendre la prévention spécialisée.

Cette approche réflexive et expérimentale permet aussi de requalifier les usagers en tant qu’acteurs impliqués sur les préoccupations qui sont les leurs. Les hypothèses et concepts qu’elle mobilise, à l’instar du développement endogène notamment, correspondent relativement bien au principe émancipateur de la prévention spécialisée. Si cette approche peut parfois favoriser l’émergence de solutions par les utilisateurs, elle permet avant tout de remettre les professionnels et les structures dont ils dépendent à une place, plus cohérente, d’accompagnants que d’experts.

Outre l’intérêt qui consiste à revaloriser des personnes parfois « disqualifiées » dans le modèle social existant, cette approche participative favorise, par nature, l’émancipation des utilisateurs vis-à-vis de leur dépendance aux institutions et acteurs associatifs. Et cela soit en envisageant des solutions dans leur entourage proche (familles, amis, voisins, quartier …) soit en les amenant progressivement à devenir, à leur tour, des acteurs associatifs opérants sur le plan local.

Dans tous les cas, il semble cohérent d’entrevoir à l’avenir, via cette approche, une réduction des coûts et un désengorgement (même partiel) de certains services sociaux. C’est dans le sens de « l’intérêt général » du travail social et de la prévention spécialisée qu’il faille considérer, à sa juste valeur, la recherche-action. Cette mise en réflexion commune partagée idéalement par les utilisateurs, les intervenants, les gestionnaires et les décideurs permet aussi de renforcer les compétences et connaissances des décideurs, des gestionnaires, des utilisateurs, des organisations (institutions, associations, services spécifiques…) et des professionnels qui s’y impliquent.

Enfin, si le travail réalisé à ce jour sous la forme de la recherche-action n’a pas vocation à solutionner de manière immédiate les problématiques rencontrées actuellement, ne pose-t-il pas les fondations d’une hypothèse plus globale sur l’avenir du travail social et de ses différents modes d’intervention ?

Faut-il imaginer alors une modification structurelle de l’intervention sociale dans sa globalité ? Ce qui apparaît en tous les cas, dans l’état actuel de la recherche-action qui est en cours, c’est la difficulté de concevoir une «interface» adaptée et opérante qui corresponde tant aux exigences institutionnelles qu’à la nature intrinsèque évolutive et expérimentale qui incombe à la pertinence et à la nature même de la recherche-action. Si « l’équilibre parfait » n’existe probablement pas, il s’agit avant tout de pouvoir garantir des marges cohérentes, tant pour le fonctionnement des organisations que pour l’adaptabilité expérimentale propre à la recherche-action.

Si nous pouvons établir dès à présent les avantages et les inconvénients que peuvent générer ce « modus operandi », la pertinence « in fine » de cette pratique n’est-elle pas avant tout le questionnement suivant :

« Une transformation de l’action sociale est-elle possible sans une redéfinition statutaire des publics et des territoires ? »

Sébastien DOUSSAUD, pour Lignes de Crête


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sébastien Doussaud (25 janvier 2023). Prévention spécialisée et recherche action : « une approche pertinente pour l’avenir de cette forme d’intervention sociale ». Développement endogène et espaces de gratuité. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o20d


Sébastien Doussaud

Éducateur-chercheur, artiste

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search