Compte-rendu Boomerang 5, 8 et 11 Juin 2022

Remarques générales :

Les dons sont de plus en plus fréquents.

Plusieurs personnes viennent à chaque fois et sont là pour nous attendre.

De plus en plus, les personnes passent beaucoup de temps sur le Boomerang ( cela arrivait déjà parfois mais c’est désormais plus fréquent ).

Nous devons de moins en moins expliquer en quoi le projet consiste.

5 Juin Orgues :

Les dons ont été assez nombreux et certaines personnes sont restées longtemps ( La petite D. est restée tout l’après-midi avec nous, à faire des jeux surtout : on a fabriqué un échiquier avec elle ). Peut-être que certains se sont rencontrés lors des actions précédentes et se retrouvent lors des nouvelles. Ce sont souvent les mêmes personnes qui reviennent, nous sommes désormais bien connus pour certaines. Les enfants viennent surtout jouer ou à la rigueur discuter, mais prennent moins d’objets que les adultes.

C’est le premier jour ou a été mis en place la « participothèque » : personne n’a encore proposé d’activité/suggestion mis à part Benjamin et Sébastien. F. nous a dit que ça allait fonctionner mais avec du temps.

Nous avons vu la vieille dame qui prend beaucoup d’habits à chaque fois ( un peu d’autres objets aussi ) et Tahar a essayé de la limiter : elle répond qu’elle redistribue ensuite à Cambrai.

De manière générale ce fut plutôt calme, même si il y eut toujours des personnes présentes. Comme d’habitude les enfants aiment beaucoup les instruments.

Un groupe de jeunes plus âgés ( 19-25 ans ), qui n’habitent pas le quartier, étaient venus à l’intérieur des Orgues pour faire un clip de rap. Tahar est allé les voir, puis ils sont venus un peu plus tard près de nous ( sur le banc à côté ) et Sébastien a pu discuter quelques instants avec une jeune fille de ce groupe. Ils sont restés longtemps près de nous ( 1h ou 2 ) sans se mêler au Boomerang ( mis à part la jeune fille ). Ils ont enfin mangé leurs pizzas en début de soirée et sont partis.

Nous avons eu ensuite une longue discussion ( Benjamin, Christophe, Sébastien, Tahar et moi ) concernant la prévention spécialisée de manière générale, le Boomerang en tant que dispositif de prévention, son statut par rapport à l’institutionnalisation de la prévention, le moyen de connaître les groupes de jeunes, etc. ( Benjamin a enregistré ).

( ce jour-là un homme est passé avec 4 enfants assez jeunes ( 5-10 ans environ ) et s’est énervé sur eux en leur disant qu’il leur a interdit de venir ici )

8 Juin Nathalie Sarraute :

Beaucoup de dons comparé aux autres actions ( par exemple ceux de l’association Espoir 18 ). Assez calme jusque 17h30, très actif jusque 19h30. On retrouve encore des personnes qui ont désormais l’habitude de venir, bien que de nouvelles rencontres ont toujours lieu ( Estelle par exemple, j’en reparlerai après ). Certaines personnes qui connaissent le Boomerang viennent ensuite avec des proches ( ainsi une dame qui vient habituellement avec sa petite-fille est venue avec sa fille, qui semble intéressée pour animer un atelier marionnette en Septembre. Celle-ci a trouvé des magazines qu’elle pourra utiliser pour les cours qu’elle donne à des enfants ). P. des orgues est venu exprès pour le Boomerang ( il avait imprimé des calendriers car nous n’en avions plus ), j’ai beaucoup discuté avec lui, il semble vouloir s’impliquer dans l’ action et sans doute dans la réflexion. Plusieurs se sont montrés intéressés pour devenir bénévoles. Je remarque que certains expliquent aux nouveaux venus comment l’espace fonctionne.

Je remarque aussi que certains passent quelques instants au Boomerang, partent puis reviennent plus tard.

Il y eut beaucoup d’enfants ( souvent assez jeunes, avec leurs parents, mais aussi un peu plus âgés et seuls ). Les jeux les attiraient beaucoup, ce qui faisait un cercle d’enfants autour avec leurs parents derrière : cela a permis plusieurs choses. D’une part la rencontre des enfants et la rencontre entre parents ( comme sans doute dans un parc de jeux ) et d’autre part, l’occasion pour les parents de transmettre certaines règles de bases ( respect des autres, partage, maîtrise de ses envies, etc. ) à leurs enfants ( peut être aussi comme dans un parc mais sans doute différemment, du fait qu’il est possible de prendre gratuitement les objets ).

Est à noter la rencontre avec Estelle. Elle est venue dès le début et n’est repartie qu’à la fin. Estelle raconte son expérience dans un texte qu’elle nous a envoyé le lendemain ( mis en ligne sur hypothèses ). Elle a notamment amené des vinyles, s’est faite aider par Benjamin et Christophe pour un problème d’internet et a beaucoup discuté avec Tahar.

Enfin, concernant la façon dont la participation peut avoir lieu avec le Boomerang. Celle-ci, comme le remarquait Benjamin, n’est pas forcément directe ( c’est-à-dire venir sur l’espace, discuter, prendre des objets, etc. ) mais peut aussi, à des degrés divers, être indirecte. En effet, dans une certaine mesure, regarder est déjà une forme de participation. Je parle de cela car il y eut un exemple. Une forme de lien avec des jeunes d’environ 18 ans s’est créé avec le Boomerang de manière indirecte par le biais d’un enfant et d’une jeune fille.

Ils se sont sans doute habitués progressivement à notre présence depuis quelques mois et l’un deux est venu un instant car il connaissait l’enfant. Cela montre que de nombreuses modalités de participation sont possibles.

11 Juin Jardin Luc Hoffman :

Quelques adultes ( 3-4 femmes, par exemple celle qui dit redistribuer à Cambrai ou N. qui s’était occupée seule du Boomerang pendant un moment le 22 Mai, alors que le Boomerang était déplacé à un tournoi de foot ) nous attendent déjà lorsque nous arrivons et certains enfants aussi ( D. par exemple ). Parmi les adultes qui sont là dès le départ, deux femmes ont ramené de la nourriture à partager sur place ( gâteaux, bonbons ). En revanche, lorsque nous installions encore le Boomerang, des sacs d’habits avaient déjà été mis sur les tables et certaines ont commencé à se disputer pour les habits, Tahar a du intervenir, puis cela s’est vite calmé. Elles sont ensuite restées à discuter pendant un assez long moment, assises.

( je me suis demandé si les personnes qui viennent de manière très régulière et qui connaissent les dates/lieux le font à travers le groupe « Whatsapp » ou grâce au calendrier qu’on distribue. Il me semble que ce jour-là, les personnes qui étaient là dès le départ ne font pas parti du groupe virtuel )

La grande majorité des personnes qui ont fréquenté le Boomerang ( comme souvent au Jardin ) étaient des enfants/jeunes. En revanche j’ai eu l’impression que des jeunes plus âgés que d’habitude sont venus plus nombreux et plus longtemps ( environ 13-16 ans ), puis sont repartis continuer leur route à travers le parc ( mais certains sont réapparus plus tard ). Ils étaient intéressés par les diabolos, le tambour ( les sirops aussi ) et sont restés un peu à côté du Boomerang. Une fois qu’il y eut quelques jeunes de cet âge, d’autres sont venus. Ils se connaissent sans doute plus ou moins tous ( c’est le parc ou ils viennent très souvent ). Quelques uns sont assez étonnés de la gratuité. Ils sont surtout intéressés par les jeux vidéos ( mais en même temps il n’y avait pas grand chose d’autre pour eux. Christophe a modéré directement : 1-2 jeu par personne ).

De manière générale, les jeunes présents avaient entre 5 et 15 ans, et sont essentiellement intéressés par les jeux à utiliser sur place. Les plus jeunes nous sollicitent plus, et aiment faire des jeux avec nous, des desseins, etc.

La plupart du temps il y eut environ 15-20 enfants/jeunes sur le Boomerang ( beaucoup sont restés assez longtemps ). Ils sont au milieu de l’espace, autour, un peu plus, reviennent, etc.

Une dame avec qui Tahar a discuté est venue donner des objets ( chaussures, habits ).

A un moment, 4 enfants ( 10-12 ans environ ) boivent du thé, café et sirop. Juste à côté d’eux un père ( sa fille jouait ) faisait du tambour. Il regarde ces quatre enfants, qu’il ne connaît sans doute pas. Cependant il leur fait une ou deux remarques sur ce qu’ils font ( ils mettaient beaucoup de sucre et essayaient un peu toutes les boissons… ), ce qui les a amenés à changer un peu de comportement. Cela m’est apparu comme une action de régulation de la part de l’adulte, suscitée par le Boomerang, un peu comme ce que j’ai noté pour l’espace du mercredi à Nathalie Sarraute. Je pense que c’est un aspect à creuser. Cela pourrait être en quelque sorte une « action éducative » spontanée, de la part d’un habitant vis à vis de certains enfants ( cela s’est fait rapidement, sur un ton ouvert, les enfants ont ensuite continué tranquillement de boire leur verre ).

La police ( 4-5 ) est passée car elle aurait reçu des appels de la part d’habitants concernant le bruit du tambour…

Je note qu’une jeune fille, environ 10-12 ans, qui était venue avec une copine ramener le boomerang que nous avions perdu ( le jeu cette fois-ci ), dit qu’elle habite dans le XVème, que c’est bien mais qu’elle se sent plus « libre ici » ( ici c’est dans le XIX, au parc sans doute ).

Deux jeunes garçons, 7ans, avec qui nous avions pas mal joué, sont partis acheter des bonbons et sont venus nous en proposer.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search