Séance de travail du 6 mai 2022 – laboratoire « Lignes de crête » fondé par Tahar Bouhouia dans l’association L’APSAJ (club de prévention à paris 18ème – 19ème)

 

J’ai participé le 6 mai à une séance de travail du laboratoire de recherche « Lignes de crête » animé par Tahar Bouhouia sociologue et éducateur en prévention spécialisé depuis une vingtaine d’année à l’association APSAJ dont les membres étaient majoritaires (éducateurs spécialisés et cheffe de service). Cette séance était centrée autour de la recherche-action et pour ce thème était convié Michel Liu (physicien et sociologue), Leila Oumedour (directrice de la recherche à l’IRTS Parmentier), François Crezé (professeure émérite de l’Université Louis Pasteur à Strasbourg) et d’autres participants1. En introduction de la séance, Michel Liu a exposé sa conception du concept de RA. Et je dois dire que je ne m’attendais pas à une conception si profonde, cette réflexion proposant finalement une vision de la RA du concept au modèle de société ce qui fut très intéressant sur certains aspects. Pour commencer une définition se devait d’être apportée tant les conceptions sont nombreuses en la matière (si nous sommes en accord pour se mettre en recherche, que rechercher avant tout ? Et pourquoi ?).

La recherche-action selon Michel LIU

Présentation de la recherche-action par Michel Liu : télécharger au format .pptx ou au format .pdf.

Selon Michel Liu, la RA est d’abord et avant tout la mise en évidence d’un problème dans un premier temps, celui-ci étant destiné à être résolu dans un second temps. C’est donc le problème qui fait la RA. L’observation d’une difficulté rencontrée sur le terrain (réaction des personnes, gênées, parasitées par l’émergence d’un phénomène obstruant leur qualité de vie, leur possibilité d’action, leur confort dans la vie professionnelle ou dans le quotidien) constitue le préalable à toute RA. Il faut également ajouter que le terme de RA est à l’initiative de Kurt Lewin, le premier à l’avoir utilisé, ceci dans le but de révolutionner la recherche, manière radicale de désigner l’incomplétude, l’inachèvement, de la recherche appliquée. Par cette méthode, Lewin souhaite redéfinir la dimension de la recherche par l’enquête empirique sans laquelle la celle-ci prendrait la forme d’une spéculation d’où son attachement à cette idée de mouvement dans lequel on cherche à résoudre un problème dont les acteurs se plaignent. Ainsi deux éléments président :

    • L’intention de recherche
    • La volonté d’agir

Cette vision des choses rabat toutes les cartes de la recherche et par extrapolation celles de l’enseignement académique pour ne pas dire du savoir en lui-même. Finalement, le raisonnement impulsé par Lewin semble, par la question de la RA poser la question de l’origine du savoir, à savoir : qu’est ce que la connaissance ? quel est son statut ? Abstraction ou concrétisation ? Plutôt une synthèse des deux ? Si les acteurs contribuent à l’émergence d’un savoir, a qui celui-ci appartient-il ? De là, c’est le début d’une nouvelle configuration qui se présente à nous voire à la société. Mais ce qui me parait intéressant à relever c’est la manière dont Michel Liu a été confronté à la RA. Et cela nous amène encore vers la dimension terrain pour constater que la théorie trouve son essence dans l’expérience et non l’inverse. Pour notre intervenant, cette entrée se fait à partir de son expérience de physicien. M. Liu travaille dans une entreprise et confectionne des objets pour les techniciens. Par sa fonction, il est ainsi à l’écoute de sa hiérarchie mais également de ses collègues ingénieurs et techniciens. C’est alors qu’il se rend compte qu’aucun de ses acteurs ne se croisent. Il est le seul à faire l’interface entre des acteurs souhaitant atteindre un but commun sans toutefois travailler en commun d’où la question suivante : pourquoi ces acteurs ne se croisent-ils pas ? Pourquoi l’entreprise sépare t’-elle les concepteurs des ouvriers/techniciens ? Malgré ses interventions et relances rien n’y fait. L’organisation de l’entreprise ne change pas. Les places sont assignées entre théoriciens et praticiens…un peu comme dans notre société où les savoirs sont catégorisés (entre savoir académiques d’un côté et savoir professionnelles de l’autre). En somme, c’est par ses études et recherches qu’il va observer que plus les professionnels sont cantonnés dans leur domaine ou spécificité, plus l’écart qui les sépare augmente (faire schéma). Un phénomène difficile à inverser puisque notre système est organisé par césure, par pole, par scission, par catégorie. Si la tendance actuelle est au décloisonnement, depuis des siècles, l’appréhension du savoir est ciselée. Dès la petite enfance, nos consciences sont formatées à une forme d’isolement intellectuel (les manuels d’un côté, les intellectuels de l’autre). La RA est donc une voie médiane réunissant voire réconciliant théoriciens et praticiens, savoir académique et savoir expérientiel, intellectuels et citoyens lambda, pouvoir de penser et pouvoir d’agir, le pauvre et le riche, le faible et le fort, c’est un pont social entre les gens favorisant le regard de chacun ceci sur un temps donné. Apprentissage mutuelle intégrant toutes les caractéristiques de formation d’une communauté, d’une solidarité, il est à se demander si la RA peut s’inscrire comme modèle de société…

Double rupture

Cette démarche possède sa particularité dans la mesure ou elle produit chez le chercheur deux effets majeurs constituant une rupture à deux niveaux :

    • Dans la connaissance
    • Dans l’action

A l’origine d’un nouveau paradigme, cette rupture vient répondre à notre première question sur ce qu’est la connaissance pour affirmer que celle-ci se manifeste tout d’abord par l’expérience. A ce titre, l’entretien d’embauche est un exemple intéressant dans lequel l’employeur après avoir parcouru le cv d’un candidat en vient à l’interroger sur son expérience. En conséquence, « agir c’est penser » et « penser c’est agir ».

Dans ce sens, M. Liu explique que cette rupture première, rupture épistémologique, se produit dans l’action car la particularité de celle-ci se situe dans son imprévisibilité, son incertitude, à « ce qui arrive pendant l’action ». En effet, dans l’action, nous ne pouvons rien prédire et ne pouvons savoir ce qui se passera dans les différentes étapes d’un projet. Une situation dans laquelle le chercheur est totalement soumis voire livrée à l’inconnue radicale, position incontournable contribuant à la formation du chercheur. La connaissance en est ainsi modifiée, transformée, détachée des projections faites par anticipation. Dans le terrain de la recherche, action et connaissance sont ainsi intriquées et le savoir objet d’une extraction dans le but d’être présenter au grand jour aux initiés comme…aux non-initiés. Dans l’absolu, la RA pourrait se définir comme l’application pur et dure du procédé socratique, chacun d’entre nous étant porteur (conscient ou inconscient) d’un savoir.

Toutefois, la RA ne fait pas l’unanimité et se voit confrontée à quelques résistances ou plutôt à quelques obstacles. Parmi elles, la catégorisation du savoir dans la société. L’évolution des sociétés et la construction d’un monde moderne se sont principalement effectuées autour d’un schéma binaire :

    • Ceux qui pensent (ex : philosophes, sociologues, etc)
    • Ceux qui agissent (ex : techniciens, ingénieurs, ouvriers qualifiés, etc)

S’il existe des ponts d’interface, des espaces tiers, intégrant l’action et la pensée, il faut reconnaître que la référence dominante de la société moderne valorise ce modèle manichéen limitant de fait l’influence de la RA dans la communauté scientifique…sauf peut-être en période de crise. La récente pandémie de covid 19 a entraîné de nombreuses RA autour des usagers notamment dans le secteur de la protection de l’enfance (avantages et inconvénients d’un confinement prolongé au quotidien).

Bénéfices de la RA

M. Liu évoque quatre résultats à intégrer comme gain en termes de savoir et de savoir-être :

    • chemins de changements transférables
    • connaissances validées par l’expérience
    • coconstruction d’une communauté d’apprentissage
    • questionnements radicaux

Lien social

Ce serait une erreur de considérer la RA comme un exercice consistant uniquement à penser la technique (de sorte à ce que celle-ci soit au service de l’humain comme nous pourrions l’envisager dans le domaine de la technologie). Fort de son expérience, M. Liu présente la RA comme un espace de relation, de socle favorisant le lien social. Pour cela, une règle s’impose : penser à la relation avant de penser à la technique. Sans doute sommes-nous ici aux sources de ce qui va initier notre intervenant à passer de la physique aux sciences humaines ?

Plus que la connaissance en soi, c’est la relation qui constitue l’enjeu réel de la RA, d’une part comme moyen d’accouchement des connaissances (Socrate) et d’autres part comme ciment d’un lien social ou plus précisément d’un nouveau lien social, la contribution à une action de recherche permettant de resituer autrement les individus. La qualité de la relation est par conséquent première dans cette démarche favorisant un lien social comme espace démocratique et coopératif.

Relation Homme/Machine

Il était impensable dans cette discussion de ne pas interroger cette relation homme/machine, les observations de M. Liu partant d’un désir d’alchimie entre la physique et la sociologie. Selon lui, ces outils sont conviviaux et non des entités opposées. La preuve en est l’intégration de principes sociotechniques favorisant la conception, la réalisation, l’évaluation et l’anticipation des impacts de changement que nous pouvons constater par exemple dans le domaine de la psychologie ergonomique. D’ailleurs, cette discipline pourrait être idéale en la matière, si toutefois, le primat de la machine n’était pas dominant.

L’économie s’invite ici et donne à la question une autre teneur consistant à déterminer la finalité de la démarche : émergence d’un produit ou d’un construit social ? Il semble apparaître ici une question sous-jacente consistant à interroger l’activité humaine dans son essence. Par conséquent, des questions plus larges sont à soulever :

    • Dans notre système actuel, ce que propose la RA ne participe-t-elle pas d’une utopie ?
    • Comment la RA gagnerait en légitimité dans une société libérale animée par le principe de croissance indéfinie ?

Pistes de travail/de recherche

Sur les pistes de travail qui peuvent se dégager de la RA, le domaine de l’enseignement semble être sans conteste un domaine propice en la matière. A ce titre, l’ère des pédagogies nouvelles (période d’entre-deux guerres et après 1945) ont été une période florissante l’émergence des pédagogues tels que Maria Montessori, Célestin Freinet, Fernand Deligny, Ovide Decroly et bien d’autres ténors ayant comme préoccupation principale l’enfant en tant qu’acteur principale de son propre apprentissage et non comme objet de l’institution, du politique. Le sujet est toujours d’actualité lorsque l’on se réfère aux différents programmes d’apprentissage de l’éducation nationale tout comme l’éducation qui, malgré ses constantes, reste un domaine inépuisable constamment à réinventer. Les travailleurs sociaux et citoyens-acteurs peuvent ici, par la RA, apporter leur contribution dans l’évolution des méthodes d’apprentissage et/ou d’éducation.

Discussion

Cette relation entre la recherche et l’action pose néanmoins une question non négligeable ayant des conséquences dans la démarche de recherche : quelle porte d’entrée faut-il adopter ? une entrée par la technique ou par l’action ? les professionnels que nous sommes préféreront et défendront sans doute une entrée par l’action. Comme l’a rappelé une participante (Françoise), l’action pose des questions entraînant la recherche. Pour elle, la complexité émerge de l’action, de ce que disent et vivent les gens de leur quotidien. Pour M. Liu, la question n’est pas aussi tranchée, cette entrée peut se faire par l’un ou par l’autre, un peu comme le propose la psychologie ergonomique. Ainsi la dimension technique n’est pas à bannir au nom d’une ouverture sur les personnes. Il faut ainsi comprendre ici que l’entrée importe peu, c’est la finalité notamment en termes d’interactions sociales qui prime.

Favorisant la collaboration, la participation et l’action, la RA est une méthode de recherche introduisant un mécanisme de construction d’un savoir dynamique, les protagonistes ayant en commun le statut d’acteur-chercheur. Elle contribue donc à l’élaboration d’une intelligence collective véritable contre-feu de l’intelligence artificielle.

Sa force est de s’exprimer particulièrement en période de crise ou lorsqu’il y a des problèmes vitaux, c’est ce qui la rend essentielle dans une société humaine. Cependant, son action pourrait dépasser son champ d’application ce qui lui permettrait de relever des défis majeurs dans des domaines tel que l’éducation…pour un mouvement vers l’émancipation. Idée forte selon M. Liu cette recherche d’émancipation nécessite un apprentissage préalable : celui de la transgression. Formé à obéir, l’humain ne peut se réaliser pleinement sans cet exercice d’affranchissement des normes sociétales voire des normes sociales. Il lui faut contester, « se rebeller », sortir de l’ordre établi, user d’une colère saine pour interroger le sens des Lois. La transgression est ici à comprendre comme moteur de changement. Si le changement est bien ce qui fait avancer le monde, c’est au prix de transgressions (douces ou fortes) de normes établies. Toutes découvertes et inventions humaines sont souvent le fruit de personnes en décalage avec leur environnement social ce qui nous amène à comprendre que progrès, changement, civilisation, modernité, évolution technologique, tous ces concepts sont traversés par une constante : une action/un mouvement à contre-courant faisant avancer l’humanité. Cette transgression doit finalement être comprise comme une énergie positive, créatrice ne pouvant s’exercer qu’en dehors des limites, faisant certes effraction dans l’histoire mais permettant de servir l’intérêt collectif.

Ceci dit, cette capacité à transgresser est-elle inhérente à tout individu ? L’histoire semble nous répondre par la négative, les leaders et homme de tête dans un groupe étant toujours le fait de personnages singuliers. Ainsi, des gens seraient nés pour transgresser, diriger, réformer, gouverner et d’autres non.

Œuvrant pour un lien social nouveau, la RA contribue à produire de l’intelligence collective participant également à la formation de l’individu, un savoir être spécifique de citoyen/acteur-chercheur étant à l’œuvre dans cette démarche.

La RA sur la spirale de la violence par Tahar Bouhouia

Sur ce thème de la violence, Tahar étudie les conflits agissant chez les jeunes de quartiers populaires et tente de repérer précisément ce qui explique la répétition voire la transmission de ces conflits d’une génération à l’autre. Il s’est donc interrogé sur les raisons expliquant l’ancrage des jeunes de cités à leur territoire et notamment sur leurs difficultés à investir des institutions extérieures de leur espace résidentiel. Issu de son travail de thèse, cette problématique de violence urbaine préoccupation majeure de nos dirigeants, faisant régulièrement la une de nos média (à tel point qu’aujourd’hui après le fiasco de la finale de la ligue des champions, le département de Seine saint Denis serait décrit comme un territoire ne faisant plus partie de la France), ne cesse d’évoluer au regard des formes d’agissements différents qu’elle propose parfois.

Sociologue et Éducateur spécialisé (en prévention spécialisé), T. Bouhouia observe, toutefois, un cycle répétitif dans le fonctionnement de ces jeunes notamment dans leur rapport au territoire, à la cité, au quartier. Ce cycle se traduit autour de trois catégories d’âge, l’une agissant sur l’autre au travers de la légende et de l’idéalisation :

    • Les 8/10 ans
    • Les 14/18 ans
    • Les 20/25 ans

Les premiers admirent les second à la recherche d’une entrée dans la légende, d’une entrée dans l’histoire du quartier, animés par une soif indéfectible de rejoindre la longue liste des héros ou personnages alimentant les récits mémorables de la cité. La troisième catégorie, quant à elle vient démystifier et inscrire un retour à la réalité sonnant ainsi la fin de l’histoire, la fin du conte, la fin du film. Société archaïque ou société moderne, l’homme naît, vit et meurt dans une quête de reconnaissance et ne cesse d’interroger son identité. Reconnaissance et quête identitaire pourrait être les deux moteurs de vie. Pour ces jeunes en pleine construction, idéalisation et légende constituent les ingrédients incontournables de cette quête dans la mesure où elles font sens dans une existence chancelante. Ainsi, pendant que les jeunes de 8/10 ans idéalisent et sont en admiration des 14/18 ans, ceux-ci mettent en place des actions ayant comme visée « inconsciente » l’entrée dans la légende. Dans cette configuration, les seconds exercent une emprise sur les premiers, fascinés par les exploits de leur nouveau modèle. La construction de soi ne pouvant se faire sans formation, les plus jeunes vont s’astreindre aux lois en vigueur dans le quartier tel que le droit d’aînesse et autres codes.

Dans cette spirale de la violence, une question demeure : pourquoi les grands n’interviennent pas dans les conflits des plus petits ?

Si les 20/25 ans ont été, plus jeunes, les modèles des plus petits, à cet âge, ils deviennent des contre-modèles car illégitimes de par leur éloignement de la cité. En effet, dans cette catégorie, les jeunes avec leur statut de jeune-adulte expérimentent une socialisation en dehors du quartier ce qui les amène à revoir leur parcours démystifiant au passage (en eux comme chez les plus jeunes), le récit passé.

Karim Sanogo

 

Notes

1 [Note de Benjamin Grassineau] D’autres participants étaient présents : Audrey Gautier (cheffe de service à l’APSAJ), Beata Michou (directrice de l’APSAJ), Benjamin Grassineau (sociologue), Charles Pechon (docteur en sociologie), Christophe Jibard (éducateur-chercheur), Marc Riedel (chronobiologiste et sociologue), Marie Doue Gossan (fondatrice de l’association Metishima et étudiante en DEIS), Younes Rezzouki (éducateur-chercheur).

 



Citer ce billet
acteurschercheurs (2022, 11 juin). Séance de travail du 6 mai 2022 – laboratoire « Lignes de crête » fondé par Tahar Bouhouia dans l’association L’APSAJ (club de prévention à paris 18ème – 19ème). Développement endogène et espaces de gratuité. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o207

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search