Compte-rendu et réflexions sur le comité de pilotage du Boomerang du 10 mars 2022 – n°2

Les comités de pilotage sont des réunions périodiques visant à décider de certaines orientations du projet Boomerang, et de réfléchir à l’articulation du dispositif avec l’APSAJ.

Présents :

Audrey, Beata, Benjamin, Christophe, Sébastien, Tahar

Ordre du jour :

Bilan sur le Boomerang de janvier à février et perspectives.

Les constat et observations :

    • Un travail de réflexion se poursuit à partir des données (sous forme d’observations directes, de photos, de questionnaires) recueillies et mises en ligne pour constituer le carnet de recherche de ce chantier du laboratoire Lignes de Crête. Le carnet de recherche est en accès libre et en publication ouverte. Il a été consulté notamment par les étudiants de l’IRTS Parmentier et alimenté par des bénévoles.
    • Une présentation de l’outil Boomerang et de la recherche-action dans lequel il s’inscrit, a été faite sur les onde lors de l’émission « Rendez-vous Citoyens ! » (Radio FPP) ainsi qu’auprès des équipes Emmaüs.
    • Le Boomerang est connu et reconnu par les habitants et commence à rentrer dans leur environnement. La régularité de la présence du boomerang produit d’ores et déjà des effets tel que l’investissement d’adultes, dans les premiers temps, puis dernièrement, d’enfants et d’adolescents impliqués dans son fonctionnement. On note une présence accrue du public jeune notamment sur l’esplanade Nathalie Sarraute et le mini-parc avec la participation de collégiens scolarisés à Méliès. Les collégiens semblent avoir identifié le boomerang et s’informent des prochaines dates.
    • L’outil n’est pas « capté » exclusivement par un groupe ou une tranche d’âge. Le Boomerang semble être un facilitateur de rencontres entre générations. Nous avons pu observer dans le déroulement d’une journée une succession de participants d’âges et situations différentes (adultes, adolescents, migrants, SDF, personnes du quartier ou de passage) qui n’interagissent pas forcément ensemble mais qui se tolèrent. Dans le périmètre du Boomerang un public n’exclut pas l’autre1. Toutefois, certains d’entre nous remarquent que les adolescents et enfants gravitent généralement dans la périphérie proche du Boomerang alors que les adultes investissent davantage le centre de l’installation. Cette observation n’est toutefois pas partagée par tous et elle demanderait à être étayée.
    • Nous avons noté que l’action commence à générer des déplacements d’habitants qui suivent le boomerang d’un quartier à l’autre (de Cambrai aux Orgues, des Orgues à Stalingrad…).
    • Un groupe WhatsApp a été créé ainsi qu’un flyer pour communiquer auprès des personnes intéressées, les informer des dates et lieux de sortie et construire un petit réseau ouvert et horizontal de communication entre les contributeurs du boomerang.
    • Le principe de gratuité suscite de la surprise, des questionnements, des débats chez les personnes qui passent et met en lumière des comportements d’entraide, de réciprocité mais aussi parfois d’accumulation qui nous semble excessive.
    • Nous avons également remarqué que le flux des dons directs s’accroît légèrement et que des parents s’appuient sur le boomerang pour sensibiliser leurs enfants au partage et à l’économie du don. Certains donateurs restent le temps de voir qui se saisit des objets qu’ils ont apportés ; quelques personnes insistent pour faire des dons d’argent.
    • Lors d’échanges entre les personnes présentes (jeunes et adultes) certaines d’entre elles établissent des liens entre spirale de la violence et gratuité. L’hypothèse que le développement d’échange non marchands et gratuits pourrait atténuer les tensions entre habitants (jeunes et adultes) semble faire sens auprès des personnes qui viennent échanger avec l’équipe éducative.

Perspective

    • Si la régularité de la présence du Boomerang est une condition nécessaire à son appropriation, nous devons être vigilants à ne pas nous enfermer dans une routine. Il est important que cette outil puisse continuer d’évoluer. Cette action doit maintenir un processus d’amélioration continue afin de rester en phase avec les aspirations des habitants et des conditions du terrain.
    • L’équipe est en lien avec des adultes de ces deux territoires, concernés par les affrontements inter-quartier dans leur jeunesse. Deux d’entre eux s’inscrivent dans une volonté d’agir. Ils se questionnent sur la manière d’intervenir auprès des plus jeunes pris actuellement dans « les embrouilles de quartier » et de renforcer leurs capacités à réguler celles-ci. Dans ce cadre, ces deux acteurs ont évoqué le Boomerang comme moyen à utiliser, notamment sur Cambrai. La possibilité de mettre en place le Boomerang sur le quartier Cambrai permettrait de travailler de manière plus direct sur la question des frontières.
    • Dans le cadre du reconventionnement des équipes de prévention parisienne, la direction a demandé l’élargissement du territoire d’intervention de l’APSAJ jusqu’à la rue Archereau. Cet élargissement, permettrait d’envisager la mise en place du Boomerang au niveau du collège Michelet. L’équipe éducative du 156 a proposé de s’appuyer sur d’autres acteurs institutionnels afin d’ouvrir ce territoire à la présence du Boomerang.
    • Mettre en place le Boomerang sur la place au croisement des rues Archereau-Riquet-Curial-Tanger. Une demande d’autorisation est en cours. Un des objectifs secondaires est de se rapprocher du périmètre du « Mercato ». Cette localisation serait à expérimenter en soirée. Un des adultes qui régule les conflits propose d’y organiser des discussions.
    • L’équipe budgétisera les achats à réaliser pour compléter l’équipement du Boomerang.
    • Un budget sera alloué, pour l’année 2022, aux dépenses courantes du Boomerang (achats divers, fournitures et petit matériel).
    • Nous disposons de nombreuses photos de qualité prises par un habitant photographe. Une exposition ou un ouvrage reprenant les photos captées est à budgéter.
    • Organiser une rencontre du comité scientifique pour faire un point et une présentation de l’action dans un lieu tiers. Un premier point sera fait avec le noyau dur du comité.
    • L’équipe de Lignes de Crête va lancer des autoformations. Les sujets abordés seront proposés par les membres des équipes éducatives de l’APSAJ et des habitants afin de légitimer toutes les formes de savoirs. Le degrés d’ouverture aux participants est laissé au libre choix de l’intervenant qui présente le sujet (interne à une équipe, interne à l’APSAJ, ouvert aux habitants, ouvert à des partenaire…). Les lieux de déroulement des autoformations se situeront en dehors des locaux de l’APSAJ sur des lieux tiers situé dans les limites du 18eme et 19ème arrondissement. Certaines de ces autoformations pourraient se dérouler directement sur le Boomerang, selon le principe de l’échange ouvert et libre de connaissances. Elles pourraient aussi être relayées ou enrichies grâce à des propositions collectées ou diffusées directement sur le Boomerang.

L’équipement du Boomerang

Matériel pour compléter l’équipement du Boomerang (achat ou don) :

    • Achat d’un PC entre 500 et 700 €
    • 2 tables suplémentaires.
    • Une enceinte amplifié (de grande taille)
    • Un paper-board
    • Des nattes.
    • Matériel artistique et ludique
    • Jeux de société
    • des freesbees souples

Compte-rendu rédigé par Christophe Jibard et Sébastien Doussaud avec quelques ajouts de Benjamin Grassineau.

 


Sébastien Doussaud

Éducateur-chercheur, artiste

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search