Compte-rendu ethnographique et remarques sur le Boomerang du 19 Mars 2022 – n°12

Lieu : esplanade Nathalie Sarraute

Il ne s’agit pas ici d’un compte rendu même ci certains éléments préciseront le déroulement de l’après midi. Je n’ai pas pris assez de notes pour faire un compte rendu mais surtout, ce qui m’a marqué, c’est notre façon de voir le Boomerang. C’est ce qui m’a semblé être le plus important à noter concernant cette action.

Remarques

Quelques éléments du contexte : on s’installe cette fois-ci à l’autre bout de l’esplanade pour éviter un « pillage » car il y avait la fois précédente une distribution alimentaire, principalement destinée à des somaliens qui passent beaucoup de temps sur l’esplanade ( leur lieu d’accueil se situe juste à côté ). Finalement cela n’a pas été efficace : ils sont venus nombreux, et ce qu’on voulait éviter s’est quand même reproduit.

Pendant une heure environ il n’y eut presque que cette « population » sur le Boomerang. Juste après plus personne, ou presque, pendant au moins une demie heure. Puis petit à petit d’autres personnes viennent, et jusqu’à la fin d’après-midi il y eut beaucoup de monde ( mais presque plus de somaliens1 ) et de plus en plus d’enfants du quartier.

J’ai été, je dois le dire, un peu embêté par le comportement de tout ceux qui sont venus au départ. Ma vision de leur comportement a d’abord été assez négative : ils viennent comme si nous étions dans une action « humanitaire », c’est-à-dire qu’ils veulent le plus possible prendre des objets ( surtout neufs ), insistent pour qu’on ouvre le camion pour leur donner ce qu’il y a dedans ( objets neufs qu’ont ne sort pas d’un coup ), ne semblent pas très préoccupés de laisser l’endroit propre ou rangé, ne semblent pas vouloir discuter avec nous ( d’ailleurs ils ne parlent pas français ), ils ne paraissent pas saisir la dimension « don », etc.

Une fois partis, nous nous sommes assis à quatre ( Benjamin, Christophe, Tahar et moi ) et avons discuté de nos impressions sur ce qui venait de se passer. J’étais, comme je l’ai dit, assez embêté. Il semble que Christophe et Tahar avaient eu une vision plus ou moins similaire à la mienne, avec néanmoins, sans doute, quelques nuances. Cependant Benjamin n’était pas dans la même optique. ( Il est parfois compliqué de laisser chacun exprimer son point de vue, je pense que pour cela il faut entretenir une posture ouverte et d’écoute, de manière que chacun puisse exposer tout ce qui lui semble important, sans être coupé )

Ma première remarque : il est difficile d’avoir une vision nuancée et complète du Boomerang car il faut à la fois tenir compte de mes attentes, des objectifs de la recherche, de la dynamique propre au lieu, des attentes des usagers ( qui sont variées ), des attentes des éducateurs-chercheurs, etc. D’ailleurs parler d’attentes nous concernant pose déjà problème : dans quelle mesure doit-on, peut-on, avoir des attentes si l’objectif de l’outil convivial est de laisser chacun l’utiliser selon ses propres finalités et de permettre une développement endogène ? Mais d’un autre côté nous sommes aussi des utilisateurs.

Seconde remarque : Il est apparu que nous avions tous des visions différentes de ce qui s’était passé2. Il est donc essentiel ( et c’est ce que l’on tente au maximum ) d’expliciter à chaque fois notre vision de l’action afin de pouvoir confronter nos points de vue. Cela permet d’avoir une vision plus complète et moins prisonnière de nos a priori.

Troisième remarque : Je me suis focalisé au départ sur les éléments que je jugeais négatifs ( en fait ce n’est pas exact mais je force un peu pour montrer l’évolution de ma vision ). Pourtant, en discutant avec les autres, mon point de vue à changé. Il est vrai que pendant cette première heure, certains usagers ne se sont pas comportés comme les autres : plusieurs ont passé beaucoup de temps à jouer de la musique, une jeune fille dansait, un homme a dessiné avec deux ou trois petits enfants. Ceux-là se sont donc servis du Boomerang pas uniquement comme source d’objets ( voire pas du tout ). Une femme a aussi joué du tambour. De plus, comme Benjamin l’a remarqué, certaines interactions entre les somaliens se sont produites, qui n’étaient pas forcément en lien avec la « prise d’objets ». Aussi, je ne peux pas observer tout ce qui se passe, et j’ai sans doute manqué de nombreux éléments, il y avait beaucoup de monde et je suis resté assis au même endroit : mon regard s’est sûrement focalisé sur certains éléments. Enfin, il est vrai que cette esplanade est aussi « leur lieu », ils y sont beaucoup plus souvent que nous. De même, ma vision a été dictée par l’immédiateté ( peut être pas uniquement la mienne ), je n’avais pas vraiment pris de recul. C’est pourquoi il est nécessaire, pour analyser une action, de ne pas se laisser enfermer dans ses premières impressions : car il s’agit bien d’impressions, de ressentis, comme cela nous est apparu lors de notre discussion. Ces impressions sont importantes pour la description des actions ( c’est pourquoi le style adopté par Sébastien, plutôt théâtral, semble pertinent pour inclure cette dimension ) mais il convient de garder à l’esprit qu’elles varient, plus ou moins fortement, en fonction de chacun : c’est justement ce qui m’a, entre autres, marqué à propos du début de l’après midi.

Je me suis donc posé beaucoup de questions sur cet événement. Comme je l’ai dit, je me suis rendu compte de l’étroitesse de mon regard au fur et à mesure de l’après midi, notamment après que nous ayons discuté à quatre. Comment porter un regard détaché de mes attentes afin de comprendre ce qui se passe sur le Boomerang ? Comment comprendre les attentes/comportements des différents usagers ? Comment se comporter vis à vis d’un outil convivial lorsqu’on est à la fois utilisateur et « concepteur » ? Comment concilier la variété des finalités des utilisateurs ? Dans quelle mesure faut-il agir ou non si des comportements nous posent problème ? Jusqu’à quel point faut-il définir des finalités ? Qu’est-ce qu’on entend par interactions sociales ? Ne sommes-nous pas, ne suis-je pas, enfermé dans une certaine conception de celles-ci ?

De manière générale ce sont donc des questionnements sur la posture à adopter à la fois pour la recherche et pour l’action. Peut-être faudrait-il organiser un temps de réflexion sur ces questions ? Je sais par ailleurs que ces thèmes ont été traités par les chercheurs, mais je ne m’y suis pas grandement intéressé, c’est sans doute un défaut auquel il faudra que je remédie.

Je reconnais que tout ça est un peu en vrac. Mais j’ai voulu montrer les difficultés, notamment du point de vue de la recherche, qui se présentent lorsqu’on veut analyser une action qui se veut outil convivial. Cela amène aussi à quelques remarques sur le travail à réaliser au préalable : par exemple sur la notion même d’outil convivial. Ce n’est pas forcément toujours très clair ( mais en même temps si c’est trop défini, est ce que cela n’entre pas en contradiction avec la notion de convivialité ? ), cela me semble parfois difficile de le mettre concrètement en place. J’en ai déjà parlé un peu avec Benjamin : la notion d’ Illich n’est pas toujours très claire et rigoureuse. Il faudrait peut être tenter de la préciser.

J’écrirai sans doute un texte sur les problèmes que me pose l’outil convivial au niveau théorique, et sur les conditions d’observation d’une action.

Éléments de type compte-rendu

J’ajoute quand même pour terminer quelques éléments de type compte rendu :

Dans la seconde moitié de l’après midi, beaucoup d’enfants sont restés longtemps sur le Boomerang, à jouer avec les jeux du cirque, les instruments, à boire du sirop, à regarder les livres, les CD et DVD, etc. Ils ont beaucoup apprécié l’endroit et aimeraient qu’on revienne. Un garçon m’a demandé, pourquoi vous faites ça ? Je lui expliqué en insistant sur le partage et sur le don.

Plusieurs adultes se sont montrés intéressés pour proposer des activités lors des prochaines sorties : trois femmes un atelier de danse, une femme un atelier autour des contes.

Une mère avec sa fille : sa fille vient la voir avec un DVD, sa mère lui dit d’aller le reposer car elle n’a rien a donner en échange. Je lui dit qu’elle peut tout à fait le prendre et lui explique le principe. C’était difficile pour la mère d’accepter le fait que donner ou prendre s’effectue sans condition : mais elle a fini par accepter, en disant à sa fille qu’il faudrait revenir la prochaine fois avec des choses à donner. Un père juste à côté dit plus ou moins la même chose : il faudra aussi revenir avec des objets à donner, pour faire plaisir aux autres.

1Je dis somaliens car apparemment ils sont pour la plupart originaires de ce pays. Je préférerai néanmoins les désigner autrement ou ne pas les désigner du tout, afin de ne pas les isoler des autres « types » de population ni les stigmatiser, mais pour mes remarques c’est nécessaire.

2En fait cette différence se produit sûrement à chaque action, mais là cela m’a semblé plus marqué lors de celle-ci.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search