Compte-rendu ethnographique et réflexions sur l’espace de gratuité mobile du 05 février 2022 – n°10.

Notes prises au fil de l’eau

Ajouts ultérieurs dans les cadres bleus clairs.

L’arrivée en fanfare !

Il fait très beau. Le temps est très agréable. Il y a beaucoup de monde sur l’esplanade Nathalie Sarraute. Notre arrivée ne passe pas inaperçu ! Des skateurs occupent l’endroit où nous avions prévu de nous garer. Après un léger cafouillage, nous nous installons à côté de leur « piste de skate » ! Le partage de l’espace se fait en bonne entente.

Nous nous posons la question au sein de l’équipe de savoir si on met les barnums ou non.

Nous sommes aujourd’hui 3 « bénévoles » (Ana, Aurore et Charles) et 4 éducateurs (Christophe, Sébastien, Tahar et moi-même).

L’occupation de l’Esplanade se présente ainsi. Devant le collège, il y a un regroupement de personnes probablement venus chercher une aide alimentaire, du moins, c’est ce que nous supputons ; il y a la zone où les skateurs font des figures, qui jouxte celle où nous avons installé le boomerang ; enfin, il y a le café et l’Espace Paris jeunes.

Au fil de l’eau

14h40. Je compte au moins une trentaine de personnes ! Nous sommes confrontés pour la première fois à la gestion d’une foule de 30 à 40 personnes qui attendaient devant le collège pour profiter de la distribution alimentaire, et qui nous submerge ! Une certaine inquiétude règne. Mais finalement, tout se passe bien. Tahar me fait remarquer un peu plus tard que les usagers venus fouiller se plaignent de ne pas trouver ce qu’il faut ! Sans doute un indice attestant du fait qu’ils sont habitués à une certaine forme de « consommation caritative ».

Photo de Tahar Bouhouia. Les stands sont pacifiquement pris d’assaut !

Je remarque d’ailleurs à posteriori que tout porte à croire qu’ils cherchaient à prendre des affaires pour leur usage. De plus, ils ont laissé beaucoup d’affaires sur place. Leur choix était très sélectif. En comparaison, dans des situations de « pillage » que j’ai pu observer et où il ne faisait guère de doute que c’étaient des revendeurs qui prenaient « énormément d’affaires », ils récupéraient les affaires « en vrac », sans nuance, qu’elles soient utiles ou non.

Je pose à ce sujet une hypothèse. Le comportement des revendeurs s’explique sans doute en partie par le fait qu’ils ignorent la valeur marchande des biens (du moins en ont-ils une estimation très approximative) ; tandis que la valeur d’usage peut généralement être déduite de la simple observation de l’objet – à l’exception des biens qui requièrent d’être testés pour vérifier leur fonctionnement !

Toutefois, dans les deux cas (acquisition pour l’usage ou pour la vente) d’une part, le raisonnement est « probabiliste » pour ainsi dire (l’acquéreur anticipe une probabilité de vente ou une probabilité d’usage) et d’autre part, les frontières entre « bien d’usage » et « bien marchand » sont poreuses (il peut prendre un bien pour son usage puis finalement le revendre).

Ainsi, concernant une « acquisition pour usage », on pourrait distinguer :

    1. La probabilité d’utilisation du bien. Il faut tenir compte à cet égard du fait que l’avantage induit par le fait de l’avoir à disposition « chez soi » (disponibilité en principe plus élevée à moins de l’égarer !) augmente la probabilité d’usage. Mais il n’est toutefois pas exclu qu’une fois acquis, le bien ne sera jamais utilisé, ou encore qu’il le sera de façon « sous-optimale ». La question qui mérite alors être posée, et qui a un intérêt en terme d’impact environnemental, est de savoir si la modalité d’échange qui a permis l’acquisition modifie cette probabilité d’usage… On touche ici de près à un préjugé selon lequel un des effets pervers de la gratuité serait d’accroître le gaspillage ou le fait de ne pas prendre soin des affaires ! Pourquoi pas ? Mais comment le savoir ? Toujours est-il que pour confronter cette représentation aux faits, peut-être faudrait-il distinguer au préalable deux formes de gratuité en fonction de deux types d’effets distincts : a. les effets liés à une « acquisition gratuite pour l’usage » ou ceux liés à une « acquisition gratuite pour la revente » (ex : pêche pour la revente), b. les effets d’une cession gratuite (impossibilité de vendre pour diverses raisons : préférence pour le don, prix de revente trop faible par rapport aux coûts de transaction, interdiction de vente, demande insuffisante) et d’une cession marchande… J’approfondirai ce sujet dans un article ultérieur.
    2. La probabilité de ne pas le conserver (abandon, perte, destruction, etc.). En pratique, il n’est pas rare que des personnes prennent des affaires et les jettent par la suite. Dans les gratiférias, les enfants ont la fâcheuse habitude de les disséminer un peu partout.
    3. La probabilité de changer sa destination et de le mettre en vente.

Symétriquement, dans le cadre d’une acquisition pour revente (immédiate ou différée), les biens peuvent être conservés, si ce n’est qu’ils seront évalués monétairement. Ainsi, l’acquéreur potentiel pourra chercher à évaluer :

    1. La probabilité de vendre le bien. Elle dépend sans doute du prix anticipé.
    2. La probabilité de le conserver (délai avant la vente, abandon suite à erreur sur la valeur...).
    3. Le bénéfice anticipé de pouvoir l’avoir à disposition.
    4. La probabilité de changer sa destination et de le mettre en vente.

Nous effleurons ici une analyse de l’objet à travers son cycle d’usage, d’échange et de statut d’échange. J’y reviendrai ultérieurement.

15h00. L’ambiance est beaucoup plus calme sur le boomerang depuis une dizaine de minutes. La foule s’en est allée. On pourrait dire que désormais, chacun occupe son « espace ». C’est du moins ce que Ana me fait remarquer. En discutant, nous parlons de « compartimentation de l’espace ». Pour ma part, j’ajouterais à posteriori que c’est un phénomène qui m’était inconnu jusqu’à présent et que je trouve très marqué dans ces quartiers parisiens.

15h18. Il y a 18 personnes sur le Boomerang : 4 adultes sont en train de fouiller dont un couple. Je note que lorsque le couple est passé, la femme voulait s’arrêter, pas l’homme ; mais il a fini par se laisser convaincre et désormais ils fouillent tous les deux dans les affaires. La fille écrit maintenant sur le livre d’or, pas le mari.

Par expérience, je note que l’influence du genre sur l’engagement dans les espaces de gratuité est assez marquée. Les hommes sont souvent plus réticents à endosser un rôle de bénévole ou d’usager.
Certains sociologues du don, comme Godbout1 , ont déjà mis en évidence cette différenciation selon le genre dans l’économie du don. Selon eux, le don serait davantage l’affaire des femmes… D’autres considèrent que la coopération et le don seraient historiquement situés à l’opposé du patriarcat (égoïsme et domination)2. Il convient de confronter ces affirmations aux faits. En pratique déjà, j’ai pu observer que certains usagers récurrents sont des hommes, de même que certains bénévoles ; néanmoins, il existe effectivement une inégalité tendancielle. Toutefois, avant de chercher à l’expliquer par une insondable nature humaine, il me semble plus cohérent d’avancer trois facteurs principaux :

    • l’âge et le genre des « organisateurs » du lieu qui jouent souvent un rôle moteur et qui induisent peut-être un regroupement par affinités, par identification ;
    • le contenu des espaces de gratuité qui, très souvent, lorsqu’ils sont généralistes, contiennent principalement des habits femmes (et assez peu d’habits pour hommes), de la vaisselle, des bibelots et des livres ;
    • un déterminisme culturel qui lie en Occident la pratique des activités caritatives (le care), notamment religieuses, aux genre féminin.

Ce sont à mon avis trois facteurs principaux et directement observables. Reste la question de savoir pourquoi des affaires généralement considérés comme relevant d’une « gestion plus masculine » (habits hommes, outils de bricolage, jeux vidéos), sont assez peu donnés dans les espaces de gratuité. Ceci est probablement lié à trois facteurs :

    1. la durabilité en terme d’usage des biens en question (ex : outils de bricolage) qui fait qu’on les conserve plus longtemps (un marteau reste un marteau !),
    2. une valeur marchande demeurant assez élevée accompagnée d’un certain « fétichisme » vis à vis de l’objet (jeux vidéos, vinyles),
    3. une abondance globale sans doute moindre en ce qui concerne certains biens et qui se reflète dans les espaces de dons (habits hommes).

Une riveraine de la soixantaine est venue discuter avec Tahar durant un long moment, se plaignant du fait qu’il y a trop de monde sur l’esplanade, et critiquant, entre autres, les nuisances liées aux différentes communautés d’activité. Selon Tahar, sa position vis à vis de l’espace de gratuité était ambivalente : elle était à la fois enthousiaste et critique.

Les skateurs qui sont juste à côté de nous, offrent pourtant un beau spectacle gratuit ! Ils sautent au-dessus d’un matelas posé sur la tranche la plus longue. Ils doivent avoir entre 25 et 40 ans.

Il y a des enfants qui viennent chercher de temps en temps des objets que nous avons laissés dans le camion pour éviter qu’il ne soit tous pris en même temps. Nous les distribuons au compte-goutte et les enfants repartent avec, ravis et le sourire aux lèvres. Je compte 9 personnes qui fouillent dans les caisses.

15h24. Sébastien est en train de discuter avec 2 femmes de la trentaine et une « grand-mère », accompagnées de leurs 2 petites filles (supposition). Elles essaient de jouer au cerf-volant.

Il me semble qu’après la « cohue » du début, un équilibre s’installe progressivement. Chacun des participants actifs trouve sa place. Aurore, nouvelle bénévole, potentiellement intéressée pour réaliser une vidéo autour du projet, semble apprécier de tenir le stand.

Charles me fait remarquer que pour lui, les instruments sont essentiels et qu’il est dommage qu’il n’y en ait pas davantage. Ça pourrait permettre de faire un « bœuf musical » (jam session).

Photo de Tahar Bouhouia. La batterie en libre-accès a un franc succès sur le Boomerang.

Charles me fait également observer que nous sommes disposés en ligne devant le boomerang, attendant et observant d’éventuels contributeurs. Il s’interroge. Est-ce que le fait d’observer a une influence sur la perception qu’ont les gens du lieu ? Il se demande également si les tables et les chaises posées autour n’ont pas trop tendance à faire « espace de réunion », au lieu de renvoyer l’image d’un endroit convivial.

En tous les cas, je conclus sur le fait que la disposition optimale n’est pas évidente à trouver

Christophe vient de créer un groupe WhatsApp et d’y inscrire les numéros de téléphone présents sur le livre d’or.

Une femme de la trentaine est venue me demander si nous avions une poussette. Je lui ai dit que non, mais elle a laissé son téléphone. Nous avons écrit une annonce sur le livre d’or. Cette annonce sera peut-être redistribuée sur le groupe WhatsApp en question. Je note au passage qu’elle a mis du temps à retrouver son numéro de téléphone. Elle est partie puis est revenue presque une heure après. J’ai eu l’impression qu’elle avait l’air contente que l’on prête attention à elle. Je me suis permis de la tutoyer.

J’ai entendu un père accompagné de son fils lui expliquer quelque chose d’intéressant : « je préfère donner ici parce que au moins je suis sûr que ça ne sera pas revendu ».

C’est une remarque que j’entends fréquemment dans les espaces de gratuite. Elle n’est pourtant pas très « réaliste » dans la mesure où il est difficile, voire impossible d’empêcher la revente des affaires qui y sont prises. On peut donc observer ici une confusion entre l’intention, la valeur, l’espérance qu’on projette sur un échange (« je lui donne parce qu’il va s’en servir à telle fin, et cela donne un sens à mon action ») et la réalité de l’échange et de l’usage qui seront (ou non) effectivement réalisés. Sur ce point, il faut également ajouter que le « rejet de la revente » est une demande récurrente de la part des bénévoles qui participent. Il n’est pas limité aux donneurs. Reste à comprendre pourquoi la revente d’affaires données paraît immorale dans un espace de gratuité, tandis qu’elle est parfaitement admise, encouragée et normalisée (voire industrialisées) dans des ressourceries.

Remarque : on retrouve le même « refus de la revente » dans le choix des licences Creative Commons avec une clause de non-commercialisation.

15h59. Je compte environ 12 personnes autour du boomerang. Chacune vaque à ses occupations. Certaines font de la musique (un papa et son fils), d’autres fouillent dans les caisses. Une petite est en train de regarder tout au fond d’une caisse. Comme elle est de petite taille, elle est obligée de la pencher vers elle. C’est assez rigolo à voir !

Une mère s’arrête avec ses deux enfants et vient fouiller. 2 femmes viennent également de s’arrêter accompagnées d’une jeune fille. Une femme avec un casque s’arrête et vient parler à Christophe. Elle le questionne.

16h12. Sébastien a ramené de la soupe chaude du stand de distribution alimentaire. Il a été parler avec eux et ils lui ont proposé d’en prendre. Il leur a expliqué la démarche du Boomerang. Il nous affirme que le retour a été très positif.

Une femme qui a environ la trentaine et qui est passée tout à l’heure avec le casque sur la tête est revenue, cette fois-ci sans son casque, pour donner des habits en bon état et une boîte de friandises. C’était providentiel car c’est arrivé en même temps qu’Ana et Tahar ramenaient du café et du thé. La magie des espaces de gratuité !

Photo de Tahar Bouhouia. La pause café.

17h30. Christophe me relate un petit « incident ». Des personnes ont pris des affaires et les ont jeté un peu plus loin. Par expérience, je sais qu’on observe le même phénomène avec les jouets dans les gratiférias. Les enfants les prennent, les utilisent, puis les laissent traîner !

Après une heure de calme environ, des enfants et des adultes sont revenus sur le boomerang. Il y a actuellement 13 personnes qui fouillent dans les caisses.

17h40. Il vient d’y avoir 15 personnes sur le Boomerang.

17h49. Nous commençons à remballer tranquillement.

Notes

1 Voir le numéro spécial de la revue du MAUSS : Que donnent les femmes ?, Revue du MAUSS 2012/1 (n° 39).

2 Voir par exemple Marylène Patou-Mathis, Préhistoire de la violence et de la guerre, Odile Jacob, 2013.


Benjamin Grassineau

Sociologue, spécialisé dans l'étude de l'écononomie non-marchande (auto-production, culture libre, gratuité).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search