Compte-rendu ethnographique et réflexions sur l’espace de gratuité mobile du 02 février 2022 – n°9.

Notes prises au fil de l’eau durant la sortie du Boomerang le 02 février 2022

Des réflexions ont été ajoutées ultérieurement (en bleu clair).

Photo de Tahar Bouhouia. Une belle métaphore du libre-accès : la porte ouverte… On peut apercevoir au fond de l’allée le Boomerang qui trône en plein cœur de la cité.

14h18. Nous, c’est à dire 1 bénévole, Jasmine, et 4 « éducacteurs-chercheurs », Christophe, Sébastien, Tahar et moi-même, venons d’arriver il y a quelques minutes et installons le Boomerang en deux endroits différents séparés d’une cinquantaine de mètres. Le camion est garé avenue de Flandres juste devant le jardin Luc Hoffman (mini Parc) où nous allons très probablement aller poser un barnum ou deux.

Je note que le camion stationne sur une place où il est légal de le faire sans demander d’autorisation au préalable – à condition d’alimenter le parcmètre… C’est ici que nous le laissons pour l’après-midi en déployant le auvent et en installant une table juste en dessous avec des caisses dont le contenu est « à donner ».

Photo de Tahar Bouhouia. Le camion semble se fondre dans le décor. Il passe presque inaperçu dans le bouillonnement d’activités et de culture qui caractérise l’avenue de Flandres. (Benjamin Grassineau)

Cette disposition improvisée me permet de me remémorer les difficultés et les freins institutionnels auxquels nous nous sommes heurtés au démarrage du projet, notamment quand il fût question d’aménager et de déplacer le camion. Je relate à ce sujet les faits tels que je les ai perçus.

Initialement prévu pour prendre la forme d’une caravane1 qui se déplacerait librement dans Paris ou à l’extérieur de Paris, l’espace de gratuité mobile prit finalement corps dans des caddies, puis dans un camion mis à disposition par l’association APSAJ.

Pourquoi des caddies2 ? Pour le comprendre, revenons au démarrage du projet dans sa phase « action ».

Au départ, nous comptions aménager le camion par nous-mêmes (« auto-production ») ou en ayant recours à la participation gratuite des habitants et en maximisant la récupe (recours à l’économie non-marchande). Mais, était-ce en raison de considérations pratiques, d’une certaine inertie culturelle, d’une prise en considération de contraintes juridiques et comptables ? Toujours est-il que nous décidâmes finalement de l’« externaliser » ; c’est à dire d’avoir recours à des services exogènes et marchands.

Il me faut ici détailler ce point car il révèle une première zone de friction, sans doute propre à une action en milieu institutionnel. Cette démarche d’externalisation s’avéra en effet contre-productive. D’une part, l’aménagement du camion s’en trouva indéniablement ralenti3, d’autre part, l’implication des acteurs endogènes dans le projet fut empêchée par un « effet d’éviction » (ressources exogènes privilégiées). Quelque peu frustré par cette situation, et voyant que l’aménagement du camion tardait à démarrer – tout en sachant pertinemment que les travaux étaient simples et peu coûteux à réaliser4 je pris l’initiative de les démarrer en compagnie de J., l’autoentrepreneur missionné à cet effet. Dans la première phase, nous démontâmes les sièges et achetâmes du parquet flottant. En lien avec mon expérience des espaces de gratuité ouverts et non-directifs, cette démarche me paraissait parfaitement légitime. En effet, la maintenance y étant libre, toute personne qui a une idée d’aménagement ou d’amélioration, est parfaitement fondée à les mettre en œuvre sans demander l’avis d’un « groupe » au préalable5, du moins tant qu’elle les prend en charge ! Mais à contrario, une action dans un contexte institutionnel laisse peu de place à cette modalité organisationnelle. Et une première zone de tension se fit jour à propos de la question de l’aménagement. Il me fut alors reproché de : 1. ne pas avoir établi un devis au préalable, 2. de ne pas avoir acté une décision prise collectivement, 3. de trop travailler seul, 4. de ne pas avoir assez planifié les travaux, etc. Autant dire donc, que mon initiative fut plutôt mal reçue ; et il y eut d’ailleurs un « retour de bâton » de la part de l’équipe administrative dont pâtirent les autres éducateurs-chercheurs engagés dans le projet !

Passé cet incident, les travaux tardèrent, ralentissant le démarrage du projet au point de rendre sa réalisation effective de plus en plus hypothétique… Si bien qu’au printemps 2021, craignant que le projet ne s’enlise pour de bon, je proposai à l’équipe d’éducateurs-chercheurs de réaliser un espace de gratuité éphémère, en utilisant des caddies6 de façon indépendante, pendant ou en dehors des heures de travail, afin de contourner de la manière la plus souple et légère possible la paralysie de la situation et de les confronter au fonctionnement réel d’un espace de gratuité – qui, à ce moment du moins, donnait lieu à de nombreux phantasmes et à des représentations bloquantes sur sa non-faisabilité dans le territoire visé. De fait, cette première expérience permit effectivement de confronter positivement l’équipe de pilotage à la réalité des espaces de gratuité. Qui plus est, elle démontra à l’équipe administrative que la démarche était inoffensive et sans danger !

Peu de temps après, le camion fut enfin aménagé. Seulement, nous fûmes alors confrontés à un nouvel écueil institutionnel. La direction nous demanda de disposer d’autorisations pour le faire stationner, nous renvoyant à un « principe de réalité ». Nous acceptâmes, mais les demandes patinèrent, du fait, entre autres, d’une mauvaise coordination au sein de l’équipe de pilotage, mais aussi, de la multitude des intermédiaires à contacter. Puis finalement, nous débloquâmes la situation en montant un dossier relativement solide de façon à appuyer et sécuriser la demande. Nous obtînmes alors les autorisations peu de temps après.

Fin de l’histoire ? Non car la question demeure encore vive. Comment déplacer le boomerang de la façon la plus libre possible ? Comment faire pour qu’il atteigne les objectifs que nous lui avons fixés ? À savoir, circuler entre les quartiers en rivalité et être déplaçable, au moins à la demande, par les habitants eux-mêmes ? Actuellement, les déplacements sont limités par des questions administratives (zone d’intervention de l’association, entre autres). Ces frontières sont-elles vraiment infranchissables ? Autant de questions qui continuent à alimenter notre recherche-action et à questionner les limites de la mobilité en milieu institutionnel.

14h36. Après quelques tergiversations, nous choisissons finalement de mettre deux barnums dans le jardin Luc Hoffman (Christophe a pesé dans la prise de décision).

Photo de Tahar Bouhouia. Les barnums sont installés au cœur du jardin, entouré de grandes barres d’immeubles. La dimension à la fois participative et théâtrale, pour reprendre la métaphore apportée par Tahar Bouhouia, s’en trouve renforcée.

Une femme est venue nous parler et nous demande qu’on garde ses affaires parce qu’elle a une course à faire. Il s’agit de livres et de quelques cd.

Je note que c’est un service qui est couramment demandé dans les espaces de gratuité. Je l’observe régulièrement à la gratuiterie de Limoux ; et j’ajoute qu’il est rare que les personnes viennent récupérer les affaires qu’elles réservent7 !

Je rapprocherais volontiers ce phénomène d’une pratique que l’on peut observer couramment dans les gratiférias « avec mise en commun »8, où chacun essaie de se réserver un petit espace à soi, à l’écart du centre où les affaires s’échangent, pour y amasser le « résultat de sa cueillette » ou ses affaires personnelles, en espérant ainsi éviter qu’ils ne se fassent prendre – précaution qui s’avère d’ailleurs parfois vaine !

Je m’interroge. Cette demande de garder les affaires est-elle une manifestation de la « rivalité d’acquisition9 » qui est « latente » entre les acquéreurs potentiels dans les espaces de gratuité ? Et la gratuité rend-elle cette rivalité d’acquisition plus « forte » ? Ou exacerbe-t-elle seulement le sentiment des acquéreurs potentiels que la rivalité d’acquisition est plus forte (effet sur les représentations) ? En effet, sachant la « chose » convoitée privée de la « protection » que lui confère un « statut d’appartenance et d’échange » plus contraignant pour les acquéreurs (en cas de non-rationnement et de non-différenciation des biens proposés), peut-être exagèrent-ils le risque de ne pouvoir l’acquérir ? Cette situation pourrait alors engendrer des comportements d’accumulation excessifs, voire des conflits10. Dans les représentations sur la non-faisabilité des espaces de gratuité qui ont précédé la mise en place du Boomerang, cette crainte fut souvent formulée. Est-elle fondée ?

C’est peu probable. Car tout bien réfléchi, la rivalité d’acquisition dans un contexte non-marchand diffère-t-elle vraiment de celle qui s’observe dans l’économie marchande ? Les vendeurs ne jouent-ils pas en permanence sur cette crainte, fondée ou non, qui anime l’acheteur, de voir l’objet convoité être acheté par un autre « prétendant » à l’achat ? Néanmoins, l’échange marchand joue peut-être un rôle pacificateur dans les phénomènes d’appropriation. La sanction du prix et la norme de l’échange marchand venant alors éteindre les conflits potentiels entre les acquéreurs en rivalité.

Cette question ne saurait être traité de façon satisfaisante sans faire un détour théorique sur les fondements du désir de possession. Pourquoi possède-t-on et pourquoi désire-t-on posséder ? Question simple… seulement en apparence. Comme nous venons de le suggérer, l’intensité du désir de possession dépend sans doute des « règles et des modalités d’échange ». La modalité étant par exemple, « gratuit », « payant », tandis que la règle définit les conditions d’accès. Ex : « premier arrivé, premier servi », « à chacun selon ses besoins », « tirage au sort », « vendu au plus offrant », « en cas de désaccord, on discute ». Ainsi, comme la chose présente dans un espace de gratuité se trouve dans une situation « précaire » (elle peut être prise à tout moment), elle attise chez l’acquéreur potentielle l’envie de la posséder. Toutefois, on pourrait tout aussi bien rétorquer qu’une chose inaccessible, ou accessible seulement à des personnes ayant les moyens de l’acquérir, accroît fortement le désir qui est dirigé vers elle, tout autant que la frustration qui en résulte. Phénomène qui s’expliquerait par la projection d’une « hiérarchie sociale » sur la chose : la chose est convoitée car elle est identifiée, assimilée à des personnes situées en haut de la hiérarchie sociale. On pourrait parler à ce titre de « valeur sociale de la chose ». Phénomène qui fut fort bien documenté par T. Veblen.

Sous cette hypothèse, qui paraît crédible, la pertinence de la micro-économie néo-classique et plus généralement de l’approche utilitariste qui est si courante en sciences sociales, est fortement remise en cause. Dans le « modèle standard », on part en effet des préférences (les motivations), censées être « antérieures » à l’échange, pour en déduire une fonction d’utilité (un désir, un besoin…), puis une demande, une action (l’achat) et un prix (collectif) qui en résulte. Sauf que dans les faits, le sens de la causalité est inversé. En effet, les prix, les variations de prix, et la présence des autres acheteurs potentiels, qu’ils soient réels ou imaginaires, concourent à établir la « valeur sociale » de la chose, et constituent donc une donnée « exogène » qui influe sur les préférences.

Bien entendu, il arrive que le désir de possession d’une chose ne soient pas conditionnés uniquement par sa « valeur sociale ». On peut raisonnablement admettre qu’une personne désire posséder une pomme pour satisfaire son « besoin de s’alimenter ». Toutefois, même sans s’égarer dans la délicate question de la fabrication sociale de ce type de besoins ou du moins de la façon de les satisfaire, il est évident qu’ils ne représentent qu’une part plutôt minime des motifs de possession.

En pratique, on peut en énumérer bien d’autres. Prenons soin pour cela de bien distinguer la possession volontaire, qui résulte d’une action consciente et délibérée, et la possession involontaire, qui peut être accidentelle ou contrainte (imposée par autrui ou par des contraintes « naturelles »). En se plaçant dans le cadre de la possession volontaire, quels peuvent être les motifs de la possession, qu’elle ait pour source l’acquisition d’un bien existant ou la création d’un bien ?

Je me propose de les classer en fonction de plusieurs critères :

    • La destination de la chose prise du point de vue de l’échange. Distinguons :
      • L’usage personnel et fonctionnel. On peut parler « d’auto-production ». La chose vise à « auto-produire » un service que l’on se « rend à soi-même » : se nourrir, se vêtir, se chauffer, lire, etc.
      • La valorisation marchande : revente, location, spéculation. Dans ce cas, la chose est acquise et possédée dans le but d’être vendue. Et l’acquéreur s’intéresse essentiellement à sa valeur marchande. Ajoutons qu’elle n’entre pas dans un processus productif.
      • Le partage. L’acquéreur acquiert une chose pour la partager ou proposer de partager son usage. Il peut ainsi « libérer » la ressource qu’il a acquise. C’est typique du logiciel libre où le bien est acquis ou plus souvent créé (parfois par « clonage ») dans le but d’être « libéré ».
    • La possession en vue d’une action sur la chose.
      • La possession vise la possession en tant que telle ! La collection, voire la syllogomanie (la possession est recherchée en soi) ou syndrome de Diogène présentent cette caractéristique. Dans le même ordre d’idée, la possession peut viser à élargir les frontières du Soi, en tant que les choses que l’on possède en constituent un prolongement.
      • Le fructus. La chose est possédée pour ce qu’elle produit ou permet de produire. Soit par l’intégration dans un processus de production (on parle alors souvent de consommation intermédiaire, mais la distinction avec l’usage personnel est contextuelle), soit par les « fruits » qu’elle peut produire.
      • La valeur « symbolique » (valeur sentimentale, rituelle). Par exemple, un héritage.
      • La destruction, la transformation, la reproduction de la chose (une partie de l’abusus). La chose est possédée dans ces objectifs qui peuvent être assujettis à d’autres finalités.
    • La possession en vue d’une action sur ou d’un positionnement par rapport autrui.
      • L’ostentation. La chose est possédée pour la valeur sociale qu’elle confère à son acquéreur. L’usage fonctionnel est secondaire.
      • La privation infligée à autrui. Soit pour lui nuire, soit pour son bien (le protéger, protéger un tiers…). Les motifs sont variables. Ceci dans la mesure où lexclusivité d’usage (pouvoir exclure l’autre de l’usage de la chose) lié à la possession (transfert du droit d’usage dans un cadre formel) peut tout aussi bien servir à protéger la chose d’une utilisation par un tiers qu’à l’empêcher sciemment de la posséder !
    • La temporalité de l’usage dans la possession. La possession permet un usage :
      • Instantané (ex : consommation sur place).
      • Possible sur le long-terme (intervalle de temps élargi à la durée de vie de la chose). Le fait d’acquérir une chose confère à l’acquéreur une exclusivité d’usage sur elle, au sens large (abusus, fructus et usus) et autorise ainsi des actions sur la chose facilitant un tel usage : détention, localisation, classification, etc.
      • Futur. La chose est conservée en vue d’un usage ou d’une revente future (épargne).
    • Enfin, il se peut que ce soit l’action de création ou de recherche de la chose qui soit désirée en tant que telle et non la possession de la chose proprement dite. Dans ce cas, la possession est la résultante plus ou moins volontaire d’une activité productive ou d’une activité d’acquisition (lèche-vitrine, cueillette, …) qui est recherchée pour ses effets intrinsèques.

Ajoutons que ce désir de possession ne peut être pleinement compris qu’en le comparant avec deux autres processus qui lui sont indissociables : l’évitement de la possession (on ne veut pas posséder et l’action qui en résulte) et la dépossession (on ne veut plus posséder et l’action qui en résulte). Les motifs ne sont alors pas forcément les mêmes.

Dans l’évitement de la possession (désir de ne pas posséder, ou fait de refuser d’acquérir), on pourrait observer les motifs suivants :

    • L’anticipation des coûts liés à la possession, qu’ils soient physiques ou monétaires, (encombrement, frais liés à la propriété, prix, risque de pénalités en cas de vol, obligation de rendre la chose intacte en cas de location ou de prêt (ou dédommagement)11, etc).
    • La présence de barrières physiques, cognitives (information manquante), juridiques, économiques (prix), qui freinent l’accès à une chose (coûts d’acquisition).
    • La peur de se sentir redevable envers le cédant, en particulier en l’absence d’obligation de contre-partie dans l’échange12.
    • La peur de priver l’autre ou le désir de partager équitablement. Cette motivation est fréquemment avancée par les usagers des espaces de gratuité. Il est à noter qu’elle est courante dans le cadre de la répartition des ressources en famille – mais pas systématique !
    • La nécessité de partager des choses de façon à pouvoir réaliser une action collective. Typiquement, il ne sert à rien dans un jeu d’échecs de posséder, du moins au début de la partie, à la fois les blancs et les noirs ! Le renoncement à la possession est donc très souvent une condition nécessaire à la division du travail ou à la coordination au sein d’un travail collectif.
    • L’absence de désir envers la chose, voire la crainte de la chose, élément évident qu’il ne faudrait pas non plus négliger !

Enfin, s’agissant du désir de ne plus posséder, quels en sont les constituants ? On peut retenir les suivants :

    • Convertir une chose en monnaie (vente) ou en une autre chose (troc).
    • Se débarrasser d’une chose devenue inutilisable ou qui n’est plus utilisée.
    • Réduire un encombrement (motivation récurrente dans les espaces de gratuité).
    • Pouvoir racheter du neuf, notamment quand il n’y a pas de raisons valables de détenir l’objet en plusieurs exemplaires.
    • Réduire un coût (financier, psychologique…) lié à la détention de la chose.
    • Impossibilité légale de conserver la chose, danger lié à l’utilisation volontaire ou non de la chose, etc.
    • Partager, aider l’autre, donner la chose à quelqu’un qui en aura plus l’utilité que soi.
    • Nuire à une personne en lui cédant une chose qu’elle ne souhaite pas recevoir (armes, déchets, etc.) ou ne souhaiterait pas recevoir si elle avait une parfaite connaissance de ses effets (dol, externalités négatives, par exemple).

Nous voyons donc bien que le désir de posséder, tout comme celui de ne plus posséder ou de ne pas posséder, sont loin d’obéir aux modèles simplistes (qui n’ont rien en commun avec des « simplifications »…) si souvent mis en avant dans la micro-économie néo-classique, où l’utilité croît indéfiniment quand la quantité du bien possédé augmente, et où la confusion entre usage et possession est patente13! Descendons du ciel des idées et nous voyons bien en atterissant qu’en pratique, nous effectuons en permanence des arbitrages complexes, parfois singuliers, plus ou moins rationnels, et en tous les cas fortement normés, entre possession, dépossession et non-possession.

Il semblerait que nous nous soyons trompés d’endroit pour le boomerang. Il devait probablement avoir lieu à Nathalie Sarraute. Tahar me fait remarquer qu’à son avis, l’origine du problème vient d’un souci de coordination. Pour plaisanter et apaiser la tension qui s’installe autour de la controverse naissante, je suggère que finalement, il y a peut-être un Boomerang sauvage en préparation à Nathalie Sarraute ! Intérieurement, je me dis que cela pose très sérieusement la question de l’ubiquité d’un espace de gratuité ! D’ailleurs, ne l’avons-nous pas dédoublé pour cette sortie.

Jasmine à ramené un sac d’affaires à donner comprenant des habits et de la nourriture.

14h51. Un homme d’une quarantaine d’années vient jouer de la batterie. Il maîtrise bien l’instrument. Il se présente comme étant haïtien. Il n’y a pas grand monde dans le parc ; en tout, je repère environ 12 personnes. Des enfants viennent d’arriver ; ils se dirigent pressés vers le boomerang. Sur les trois, l’un d’entre eux a un ballon, l’autre une trottinette.

L’« affaire » du planning continue. Il s’agirait d’une erreur de Tahar selon Christophe.

Ce petit incident me paraît assez révélateur sur deux points.

Le premier est que l’espace de gratuité, en tant qu’élément centralisant temporairement des échanges d’un certain type (« modalité d’échange non-marchande ») est confronté à la question de sa localisation et de la nature de ses déplacements. Où se trouve-t-il et où se trouvera-t-il ? Où était-il ? Qui est au courant ? Comment le faire savoir ? En pratique, une des questions fréquemment posée est : « quand reviendrez-vous ? ». De même, au sein de l’équipe des éducateurs ou chez les bénévoles actifs dans le projet, la question de la prévisibilité des sorties fait l’objet d’une demande. Mais alors, comment décider de ces dates ? Et comment les communiquer ?

Ceci nous amène au deuxième point. Au delà de la demande des contributeurs, qu’ils soient éducateurs, contributeurs ou simples usagers, nous sommes confrontés à un quatrième protagoniste, plus diffus, et que nous appelons « l’institution ». Elle « réclame » une planification et un encadrement des sorties. Il en résulte une tension entre les différentes demandes et les différentes formes de régulation ; notamment entre la demande endogène et exogène et la régulation endogène et exogène. L’incident – par ailleurs vite oublié – met en relief cette tension latente. Il rappelle, comme le souligne un auteur comme A. Strauss, ou dans d’autres domaines, M. Douglas et J.D. Reynaud, que le fait social, même s’il se présente à l’observateur sous la forme d’une règle cristallisée, comme figée à un instant donné, est en réalité la résultante d’un processus de négociation (ou de création) en amont. Et on voit ici qu’il est déterminé par de multiples facteurs : juridique, institutionnel, « pratico-pratique », enjeux de pouvoir, etc.

Hella et Mohamed sont arrivés il y a un peu moins d’une dizaine de minutes. Les enfants fouillent avec Christophe. Jasmine et Charles sont en train de faire du rangement. Charles trouve un habit sale et s’exclame en le mettant à part, « ça ne partira jamais si c’est dans cet état ».

Problème courant dans les espaces de gratuité à contribution ouverte : les donneurs apportent parfois, et ce malgré les consignes affichées, des affaires en mauvais état. Pourquoi ?

Je n’ai pas de réponse à cette question, mais j’ai néanmoins pu observer les faits suivants :

    1. Ils minimisent fréquemment l’état de dégradation de leurs biens – cela dit, il est vrai que cette donnée est assez subjective et dépend objectivement de plusieurs paramètres (ex : objet de bonne facture mais tâché, objet cassé mais pouvant être facilement réparé, etc.).
    2. Ils affirment souvent en apportant leurs affaires qu’ils n’aiment pas jeter – faut-il alors penser que « donner donne bonne conscience » (conscience environnementale, attachement affectif aux affaires personnelles) pour racheter des objets neufs ?
    3. Ils avancent parfois que, même s’ils sont en mauvais état, ils pourront quand même servir à une personne plus pauvres qu’eux.

Tahar est en train d’expliquer à 2 personnes qui passent, une femme de la cinquantaine avec peut-être sa fille ou sa petite-fille, le fonctionnement de l’espace de gratuité mobile.

14h55. Je pars14 observer le camion garé sur l’avenue de Flandres et aperçois 2 personnes, un homme d’une cinquantaine d’années et une femme, qui s’affairent à fouiller méthodiquement dans les caisses. Je précise qu’il n’y a personne au camion pour tenir le stand. Celui-ci est laissé à libre disposition des passants. Nous avons simplement sorti un store directement fixé au camion et une table disposée en dessous, avec des caisses de CD et des livres.

14h57. 2 enfants supplémentaires viennent d’arriver sous les barnums. Il y a 7 enfants sur le stand, certains jouent au diabolo.

15h03. 3 ados passent mais ne s’arrêtent pas. Tahar leur propose de venir, ils déclinent l’invitation prétextant, je pense, qu’ils sont occupés.

15h07. 2 nouveaux jeunes. L’un utilise le mot « dévaliser ».

15h11. 2 femmes de la quarantaine prennent des affaires. Une femme vient poser des questions. Elle compare la boutique a celle du 12e. Elle semble gênée qu’on prenne des photos pour la communication. Une discussion s’enclenche avec Tahar à ce sujet. Mais je ne la suis que par bribes.

2 personnes ont pris de la nourriture en demandant la date de péremption et en prenant exclusivement des aliments qui leur plaisent.

Tahar note ce qu’il appelle un « passage de seuil ». La personne qui a amené le couscous la dernière fois est venu au jardin alors qu’elle dit avoir peur, en temps normal, de s’y rendre.

15h20. Une nouvelle femme, la trentaine, vient fouiller.

Tahar nous affirme que s’il y avait plus d’affaires, il y aurait plus de monde. Il demande alors pourquoi nous n’avons pas mis plus d’affaires. Je réponds que c’est parce qu’il n’y avait pas beaucoup de monde.

Cette deuxième controverse révèle à mon avis deux éléments intéressants pour analyser ce que j’appellerais l’« idéologie marchande », c’est à dire, une idéologie qui légitime et promeut l’économie marchande.

Le premier est que l’intégration par les éducateurs de critères d’efficacité relevant d’une problématique « démographique » s’ancre de façon de plus en plus perceptible dans le projet. Se calquant sur les objectifs de la prévention spécialisée, la finalité de l’espace de gratuité pourrait-elle alors évoluer vers l’objectif consistant à ramener le « bon public » ? Cette remarque fait écho, du moins dans mon expérience des espaces de gratuité, à deux questions qui me sont très fréquemment posées et qui ne manquent jamais de me laisser dubitatifs !  « Est-ce que ça marche ? » et « est-ce qu’il y a du monde ? ».

Si on s’autorise à « questionner ces questions », pourquoi sont-elles posées ? J’avance une hypothèse. Il faut les considérer comme la manifestation d’une idéologie marchande qui opère en arrière-plan et qui mesure la réussite d’une action, ou d’une organisation, à l’aune du critère de l’efficacité marchande. Pour qu’une action soit légitime, valide, il faut qu’elle marche, qu’elle soit rentable ! Ainsi, une activité rémunérée doit être socialement utile pour justifier son salaire !

Mais cela étant, pourquoi l’efficacité marchande est-elle conditionnée à une variable démographique ? Peut-être parce qu’elle est souvent évaluée au regard de plusieurs critères : dans le cas d’une entreprise, il s’agit du nombre d’acheteurs (clientèle) et de sa qualité (richesse) (auxquels il faut bien sûr ajouter le volume de financement, la capacité de production, la situation comptable, etc.) ; dans le cas d’une association subventionnée qui indirectement vend une prestation au financeur, la variable démographique est la fréquentation et elle intervient comme un substitut à la sanction imposée par la rentabilité, généralement liée, en simplifiant, à la quantité d’acheteurs.

Deuxième élément propre à l’idéologie marchande : le « sens de l’échange » et la « valeur de la chose » sont pour ainsi dire « transcendants ». La possession de biens dotés d’une valeur intrinsèque définit la richesse et, par suite, le désir et la demande qui vont être orientés vers ces biens puis, par extension, toute action qui vise à l’obtenir (et il est très difficile de démontrer qu’une action ne vise pas indirectement à l’obtenir !) et qui a pour finalité (qui doit) nécessairement compenser le transfert de richesse, la dépossession, la « perte sèche », le sacrifice. Il n’y a donc pas de contre-partie « intrinsèque » à l’action en tant que telle. Les deux actions sont étanches. La contre-partie réalisée par B, de même que la réception de l’action de A par B, n’a aucun impact sur l’action originelle réalisée par A. Pour faire une analogie avec le champ de l’épistémologie, l’acquéreur (l’observateur) n’a aucun impact sur le cédant (le sujet d’observation). Il y a d’un côté une perte sèche, de l’autre un gain absolu ! Et c’est cela qui définit, de « façon transcendante », ce que j’appelle le sens de l’échange. L’idéologie du travail s’inscrit dans ce cadre de pensée : le travailleur se doit de montrer que son travail est pénible, coûteux, qu’il constitue un sacrifice et qu’à ce titre, la contre-partie qu’il reçoit est justifiée.

À l’inverse, dans un échange non-marchand, le sens de l’échange est plus flou, instable. D’une certaine manière, le receveur donne et le donneur prend, le receveur perd et le donneur gagne, et vice-versa ! Par exemple, est-ce l’auditeur qui offre son écoute ou le conférencier qui offre sa parole ? Est-ce l’auto-stoppeur qui offre sa présence ou le conducteur qui offre le trajet ? Ne dit-on pas recevoir quand on offre le logement à quelqu’un ? Enfin, le receveur d’un don manuel ne donne-t-il pas son estime au donneur ?

Ajoutons que le sens de l’échange peut varier dans une transaction qui est « ontologiquement » parlant de même nature. Prenons le cas du pâturage. Il peut donner lieu à une circulation monétaire qui va du propriétaire du troupeau vers le propriétaire du terrain (location du terrain), à une absence de circulation monétaire, en général dans le cadre d’un échange de bons procédés, à une circulation monétaire qui va du propriétaire du terrain vers le propriétaire du troupeau (contrat de débroussaillage). Aujourd’hui, concernant le pâturage, cette inversion de la polarité de l’échange est normalisée, mais il y a encore une dizaine d’années, elle n’allait pas du tout de soi ! Elle était déviante, saugrenue !

Reste que la question demeure : pourquoi certaines activités se font tout à la fois sans obligation de contre-partie (monétaire) et d’autres non ? Pourquoi, même si l’échange est mutuellement profitable et comprend des bénéfices et des pertes de part et d’autre, rajouter une transaction supplémentaire qui vient se superposer, se surajouter à l’« action mutuelle » et qui vient polariser l’échange ? Le propre de l’échange marchand n’est-il pas justement de créer une « asymétrie artificielle » ? Tant dans le sens de la circulation de la monnaie que dans la conception de la perte et du profit (deux instances devenues « hermétiques » qui s’excluent l’une et l’autre) et, par suite, dans le sens des finalités, des intérêts, de l’information.

Autrement dit, l’échange n’a pas de sens en tant que tel, c’est la modalité d’échange qui le polarise. Certes, mais d’où provient cette modalité d’échange ? Comment et pourquoi est-elle distribuée spatialement, historiquement et entre différentes activités ? La réponse à cette question sort du cadre de ce compte-rendu, mais on peut déjà affirmer, grâce à notre travail d’expérimentation et d’observation qu’il y a derrière ce processus de polarisation une idéologie d’arrière-plan qui tend à légitimer l’ordre des choses (et l’espace de gratuité mobile en bouleverse les codes) ; l’ordre marchand en l’occurrence ; à en faire un « allant de soi » qui découlerait de la nature même des choses, de leurs propriétés, voire de la nature humaine. Le sens de l’échange, tout comme la valeur des choses, la nécessité de la possession, de la propriété et de l’échange marchand, l’antériorité des motivations sur l’action, seraient autant de phénomènes qui préexisteraient et qui détermineraient la réalité sociale telle qu’elle doit être. Ce faisant, ils délimitent l’horizon des possibles.

C’est ainsi que l’action de donner est nécessairement sacrificielle pour le donneur, tandis que celle de prendre est nécessairement profitable pour le preneur. Car dans l’idéologie marchande, le sens de l’échange est déterminé par cinq critères : 1. la possession de la chose, 2. la modalité d’échange sous lequel le transfert de droit d’usage de la chose a lieu, 3. le sens de la circulation monétaire qui accompagne ce transfert de droit d’usage, 4. le statut d’échange (à donner, à prêter, etc.), 5. la proposition d’échange (qui demande, qui offre ?).

Dans l’idéologie marchande, celui qui ne la possède pas désire forcément la chose détenue par autrui, dans la mesure où elle possède une valeur intrinsèque. Ce faisant, transférer le droit d’usage de cette chose a un coût pour ce dernier. Ne prenant en compte que cette perte potentielle, il se doit d’imposer au demandeur une obligation de compensation, sous une forme monétaire, ou en tous les cas, sous une forme mesurable qui permet de compenser la perte subie. Enfin, la demande est forcément adressée à celui qui possède.

Que cette modalité d’échange ait une assise socio-économique, cela ne fait guère de doute. En revanche, là où l’idéologie marchande crée une distorsion, c’est quand elle tend, d’une part, à déformer le réel pour la généraliser à toutes les formes d’échange et d’autre part, à considérer que la modalité d’échange n’a pas d’impact sur le sens de l’échange et la valeur intrinsèque des choses qui s’échangent. Or, nous savons bien qu’il n’en est rien. La même activité, si elle est réalisée sous la contrainte, avec obligation de contre-partie ou avec obligation de s’exécuter sans contre-partie, n’aura pas les mêmes propriétés, ne suscitera pas les mêmes désirs, les mêmes représentations, les mêmes motivations.

En terme d’action, ces conclusions nous conduisent à rejoindre les travaux d’I. Illich autour de la notion d’outil convivial. La possibilité pour tout un chacun de donner son propre sens à l’outil, à la chose, à l’échange (pourvu que soit laissée aux personnes la liberté de le façonner comme ils l’entendent), permet la construction d’un sens, d’une finalité, qui est postérieure à l’activité proprement dite. La finalité se construit sur la base d’une interaction préexistante. La fameuse formule de Sartre paraît ici tout à fait appropriée : « l’existence précède l’essence ». Mais nous pourrions la reformuler ainsi : « l’échange précède le sens » !

15h27. Arrivée de Raphaël et Yannick. Ils disent bonjour à des jeunes et discutent avec eux.

Photo de Tahar Bouhouia. Un moment calme sur le Boomerang. On retrouve ici une correspondance entre la dynamique des espaces de gratuité et celle du travail des éducateurs de rue : la succession de périodes très actives avec des périodes plus calmes (Benjamin Grassineau).

15h47. Nous jouons de la guitare. C‘est la fête ! Et je dicte au smartphone en plaisantant, et en sa présence, que Sébastien détourne de façon déplorable des classiques de la chanson française autour du thème de la gratuité, et que c’est un scandale ! On reprend en effet des chansons que l’on détourne autour du thème du boomerang. Une dame âgée fait des papiers avec Christophe. Pas grand monde. On en parle. Est-ce que c’est un « problème » ? En tous les cas, c’est un sujet de discussion et de préoccupation régulier.

À nouveau, on décèle ici la manifestation d’une idéologie marchande qui œuvre en arrière-plan. L’efficacité d’une action ou d’une structure se mesure à sa capacité à produire des transactions effectives. Au point, d’ailleurs, qu’il importe peu, bien souvent, que ces transactions ne « servent » à rien ou qu’elles n’aient aucun sens. À l’inverse, les espaces de gratuité ne sont pas assujettis à une logique d’efficacité, mais à une éthique. De façon plus précise, cette éthique se jauge à la conformité des échanges qui s’y déroulent à un modèle-type de l’échange non-marchand. D’autre part, l’efficacité, si elle doit être mesurée, concerne non pas la maximisation du volume des échanges mais la maximisation de la disponibilité des ressources, dans l’objectif d’accroître les possibilités d’action, soit donc, le champ des possibles. C’est peut-être en ce sens que la recherche-action est pleinement adaptée à leur étude, en tant qu’il s’agit d’une démarche de recherche qui s’intéresse à la délimitation et à l’extension du champ des possibles à travers le biais d’expérimentations in situ.

16h10. Clara et Samir sont arrivés il y a 10 minutes. Ils jouent au diabolo avec Charles. Quelques personnes passent sporadiquement. 2 femmes trentaine, 1 femme la cinquantaine. 3 enfants fouillent et jouent.

Photo de Tahar Bouhouia. Deux points sont remarquables sur cette photo. Comme on peut l’observer, en l’absence (relative) de contrainte, chacun occupe spontanément un rôle qui lui convient dans l’espace de gratuité. Les uns jouent, d’autres fouillent, quelques-uns discutent, certains font de la musique, d’autres attendent, etc. D’autre part, en l’absence d’une frontière administrative qui délimite l’espace géographique et l’espace des activités (cas d’un atelier professionnel bien délimité, avec réservation, mesure du nombre de personnes, etc.), l’espace de gratuité se fond dans l’espace où il s’insère. La frontière s’estompe entre les activités qui s’y déroulent en son sein et celles qui se déroulent dans le parc (foot, parc de jeux…) – avec une dilution de plus en plus grande au fur et à mesure qu’on s’éloigne du « centre de gravité de l’espace de gratuité », qui agit comme un attracteur. Cela d’autant plus qu’elles partagent un point commun : la modalité d’échange (gratuité des activités) est la même. À contrario, il est intéressant de noter que certaines activités marchandisées ou privatisées qui se déroulent dans la rue produisent une frontière bien plus hermétiques : spectacles de rue payants, marchés de rue, visite guidée, etc. Pour autant, les interactions entre ces espaces marchandisés et non-marchandisés ne sont pas guidées exclusivement par la modalité d’échange qui prédomine en leur sein. Mais il semble y avoir une sorte « d’effet contagion ». Hypothèse qui demanderait à être explorée et testée. (Benjamin Grassineau).

16h18. Une femme, la trentaine avec 3 enfants fouille dans les caisses.

16h25. Un homme la trentaine vient fouiller. Une habitante du quartier est venu parler avec nous pendant environ 20 minutes. Elle nous a raconté des problèmes liés à l’eau, au chauffage, aux écoles, qui plombent le quartier et qu’elle cherche à solutionner avec son association Organisez-vous. Elle est en lien avec une autre association Espace 19 et elle souhaiterait embaucher un jeune. Elle nous laisse pour cela ses coordonnées. Je lui parle de Christophe, spécialisé dans l’organisation communautaire, mais je n’arrive pas à le localiser.

16h30. 4 personnes en plus. Sébastien explique le fonctionnement a une femme enceinte. 7 enfants, 2 petits de trois ou quatre ans jouent à la batterie. Une jeune de la vingtaine vient prendre un thé. 4 ados et un couple la trentaine.

Il y a pas mal de jeunes qui s’amusent. 5 jouent à la batterie et au ballon. D’autres sont en train d’apprendre à jongler avec Christophe et 3 petits collégiens, dont une petite, sont en train de fouiller dans les caisses. Il y a du monde qui arrive. Il y a déjà plus de monde dans le parc .

16h47. 10 enfants. Deux petites de 8 ou 10 ans présentes la dernière fois que je reconnais de vue.

Photo de Tahar Bouhouia. D’une manière générale, les enfants et les jeunes adolescents apprécient bien le Boomerang, tous genres confondus. En revanche, à l’adolescence proprement dite, ce sont actuellement surtout les adolescentes qui semblent intéressées pour participer. (Benjamin Grassineau)

16h55. Environ 20 personnes. Une dame est partie avec un gros sac. Tahar lui a fait une réflexion après m’avoir demandé s’il fallait en faire une en présence de Charles. Moi et Charles n’étions pas trop motivés pour le faire.

17h17. Il y a environ 8 enfants sur le stand il fouille il joue il s’amuse.

17h24. Il y a 22 personnes en tout sur le boomerang

17h50. Nous remballons. Tahar me fait remarquer que 2 personnes ont quitté leur cité, en ayant eu l’information sur un autre Boomerang, pour venir nous aider : l’une habite aux Orgues, l’autre au « 156 ». Nous avons dû quitter le parc parce que les gardiens nous ont demandé de le faire mais l’ambiance est bonne avec eux. Le rapport est chaleureux. Tahar me fait remarquer qu’il s’agit de l’heure réglementaire.

17h52. Nous sommes en train de discuter en cercle. Sont présents, l’équipe du 156, ainsi qu’Audrey et Charles.

18h12. Fin de l’action.

Photo de Tahar Bouhouia. Le Boomerang au coeur de la cité.

Debriefing

Partie 1. Debriefing sur la sortie avec Benjamin Grassineau, Christophe Jibard, Sébastien Doussaud et Tahar Bouhouia

Partie 2. Discussion Benjamin Grassineau, Charles Péchon et Younès (enregistrement Benjamin Grassineau)

Notes

1 Sur le modèle de la caravane de la gratuité créée par l’association GratiLib.

2 Le Boomerang est-il un caddie ou d’un camion ? Disons que le choix dépend des circonstances et que dans le cas présent, la fonction transcende l’objet ! Sébastien, un des acteurs-chercheurs du projet, a trouvé la formulation idéale pour décrire cette caractéristique : le Boomerang est un espace de gratuité mobile et polymorphe !

3 Le confinement lié à la pandémie de Covid 19 n’arrangeant rien… Voici, par exemple le planning prévisionnel début 2021. Il permet de mesurer l’écart assez saisissant avec le réel ! J’ai créé le planning à la demande de la direction. Il était disponible en ligne sur un pad. Mais il n’y eut pas de contributions.

4 Nous avions déjà aménagé deux caravanes de la gratuité au préalable. Hélas ! La première le fut en vain car au moment de la mettre en circulation, impossible de retrouver les papiers !

5 J’emploie l’adjectif « un », car quel est le groupe légitime dans de tels espaces fonctionnant sur le modèle d’un outil convivial ? Il n’est pas toujours facile de l’établir.

6 J’avais déjà participé à des actions en 2012 – 2013 avec des caddies gratuits, dans une démarche que nous avions appelée « démarchandisation des vide-greniers » ! J’avais créé, peu de temps après, une catégorie d’espace de gratuité, « caddie gratuit » dans une typologie des espaces de gratuité introduite sur le site nonmarchand.org dans le cadre d’un recensement des espaces de gratuité existants, ou à créer…

7 J’appuie mon propos sur une expérience qualitative ; je ne dispose pas de statistiques venant la corroborer.

8 Dans de nombreuses gratiférias, les affaires sont proposées et disposées au centre d’une salle, d’une place, dans un grand espace commun. D’autres, plus rares à ma connaissance, sont davantage calquées sur le modèle du vide-grenier : chaque exposant tient son stand et repart avec.

9 Je parle ici de rivalité d’acquisition, la notion de rivalité d’usage n’étant à mon avis pas des plus pertinentes. En pratique, en effet, les biens qui s’y trouvent étant généralement durables, un usage par une personne ne prive que temporairement une autre personne qui veut en faire le même usage (elle doit seulement « attendre son tour »). En revanche, l’acquisition, tout comme l’usage d’un bien consomptible, possède un caractère potentiellement irréversible, puisqu’elle consiste dans le transfert d’un droit d’usage exclusif temporellement illimité sur la chose.

10 Bien qu’en pratique, de tels comportements sont généralement freinés par la capacité et le coût de transport et de détention des affaires dans et jusqu’au domicile.

11 Il s’agit d’un problème récurrent dans le cadre d’un prêt gratuit. L’emprunteur doit en effet (juridiquement ou moralement) rembourser un objet qu’il emprunte s’il le détériore ou le perd. Pour autant, il ne peut pleinement en jouir, puisque le prêteur lui a seulement transféré le droit d’usage. Dans un sens, le coût qu’il risque d’encaisser est alors plus élevé que celui qu’il supportera s’il achète le bien… Il faut ajouter qu’il y a un problème de confiance, puisqu’il peut très bien être floué par le prêteur. Symétriquement, le prêteur supporte un risque élevé dans le sens où l’obligation qu’il impose à l’emprunteur de lui retourner le bien peut s’avérer vaine. Auquel cas, il perdra purement et simplement le bien ! Il est fréquent, également, qu’il oublie avoir prêté le bien, ou à qui, ou qu’il ne sache plus où il est, etc.

12 Phénomène longuement commenté par les adeptes de la « théorie du don-contre-don », mais à mon avis assez peu étayé empiriquementDans le courant maussien, en effet, la modalité d’échange influerait sur la modalité d’appartenance, ou du moins sur le processus de changement du statut d’appartenance. Ce n’est sans doute pas entièrement faux. En revanche, l’explication économique qu’ils avancent est démentie par l’observation des espaces de gratuité où le preneur ne manifeste nullement un sentiment d’obligation par rapport au donneur. On observera plutôt des motifs comme l’évitement de la relation sociale (mais il est valable aussi pour la vente), la peur d’être assimilé à une personne précaire qui est en situation de faiblesse (représentation : gratuité = pauvreté), la méfiance à l’égard de ce qui est gratuit (gratuit = dangereux ou gratuit = mauvaise qualité), la peur de devoir demander et essuyer un refus, là où la vente et la transaction monétaire sont sécurisés par l’obligation de vendre, la peur de sortir de la norme de l’échange, etc.

13 Le seul « bien » qui pourrait à la rigueur se conformer à un tel schéma est la monnaie. Mais s’agit-il d’un bien comme les autres ? Sous sa forme moderne, certainement pas, puisqu’il s’agit d’un des seuls actifs que nombre d’acquéreurs ne peuvent légalement pas se permettre de refuser, tout au moins dès lors qu’ils ont proposé leur bien en vente (statut d’échange). De plus, il peut être accumulé en très grande quantité sans générer de coûts significatifs (hors ceux liés à sa protection et à sa localisation).

14 L’essentiel de notre temps de présence s’est déroulé sous les barnums.


Benjamin Grassineau

Sociologue, spécialisé dans l'étude de l'écononomie non-marchande (auto-production, culture libre, gratuité).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search