L’espace mobile de gratuité : favoriser l’interaction et les relations intergénérationnelles.

Interview parue dans la revue Alter Ego et réalisée par Mathilda Mozer.

Cheffe de service CAARUD EGO/équipe mobile ASSOCIATION AURORE

Rencontre avec deux professionnels de l’APSAJ : Tahar Bouhouia, éducateur de rue et sociologue, et Benjamin Grassineau, sociologue lui aussi. Tous les deux participent au pilotage du groupe recherche/action du laboratoire « Lignes de crêtes » et travaillent sur le projet de « l’espace mobile de gratuité ».

Les paroles des deux personnes interrogées n’ont pas été retranscrites au mot, il s’agit d’une prise de notes de leurs réponses qui ont été réunies et synthétisées pour produire une réécriture sous forme d’interview.

Tout d’abord L’APSAJ qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit de l’acronyme de l’Association de Prévention Spécialisée et d’accompagnement des jeunes. Elle existe depuis 2018 et est issue de la fusion entre l’Association pour le développement de la Culture et des Loisirs des jeunes de la Chapelle (ADCLIC qui existait depuis 1968) et de la Maison des Copains de la Villette (MCV). C’est donc une association de prévention qui intervient auprès des jeunes du 18 et du 19ème arrondissement directement en rue et avec un accueil sur différents locaux1

Comme toute association de prévention en direction des jeunes, elle s’inscrit dans un territoire défini et a pour grands principes : la protection de l’anonymat, la libre adhésion et la non-institutionnalisation des projets. Les professionnels (une quinzaine d’animateurs/d’éducateurs de rue et un psychologue) qui interviennent dans cette structure, font de « l’aller vers » auprès des jeunes du quartier ciblé en travaillant sur leurs parcours de socialisation, les contraintes de la vie en société, l’école et/ou le travail, la citoyenneté et leur réalité concrète.

L’espace mobile de gratuité (EMG) alors, c’est quoi ? Et comment vous est venue l’idée ?

Depuis très longtemps les éducateurs.trices de la prévention spécialisée, dans le 18ème et 19ème sont confrontés.es à une violence extrême entre bandes de jeunes, maintenant même entre les modous, les jeunes et les consommateurs de Crack.

Des conflits territoriaux qui marquent de telles frontières que les éducateurs.trices, malgré leurs propositions de liens, d’activités sportives, de voyages… semblent difficilement franchir. Vient alors l’idée de créer une cellule de recherche où ils pourraient échanger, croiser les regards sur leurs expériences, leurs questionnements, leurs analyses : c’est la naissance du laboratoire « Lignes de Crêtes » en février 2019 (un réseau2 constitué pour penser les actions avec les acteurs de terrain au cœur de l’action, adossé à l’APSAJ, dans une mise en perspectives sociologique et anthropologique). Son objectif principal est de réfléchir et d’agir sur les spirales de la violence et sur la question des frontières afin de pouvoir créer des outils à mettre à la disposition du public concerné pour enrayer au mieux ces phénomènes.

Partant de l’hypothèse que les jeunes ont la solution en eux pour combattre la spirale de la violence, pourquoi ne la réalisent-ils pas ? Ligne de Crête s’est alors posé le problème autrement « si tenté qu’il y existe une solution et que les jeunes sauront se mobiliser pour s’en saisir, il est indispensable de leur fournir un outil qui leur permettrait de pouvoir disposer et manipuler librement les ressources pour la trouver, cette solution ». L’Espace Mobile de Gratuité est donc un outil « libre » qui suppose une démarche « d’apprentissage autonome » et non pas « d’apprentissage de l’autonomie », mis à disposition dans ce but.

C’est un dispositif qui a été imaginé et développé avec l’association GratiLib3, qui a pour finalité l’accroissement des libertés individuelles par la promotion et le développement de la gratuité, du Do It Yourself, du libre accès et de la culture libre ;

L’EMG c’est un outil qui permet d’investir l’espace public dans un développement endogène (finalités, moyens, effets au maximum sous le contrôle des acteurs endogènes).

Concrètement ça peut se présenter de différente façon, un caddie, une caravane, quelque chose qui peut en transporter d’autres…gratuites. C’est un espace de partage, d’échange, de don et de réception mais pas forcément sous la forme de troc : une personne peut donner sans rien prendre ou prendre sans rien donner.

Pour en revenir au public, ça peut leur servir à quoi ?

Le but, c’est surtout d’éviter la juxtaposition et la coprésence des personnes qui vivent dans le même quartier, pour favoriser l’interaction et les relations intergénérationnelles. L’EMG sert à faire circuler des objets gratuits sans obligations de retour et donc les personnes pour être un support à la rencontre.

A Puivert (site fixe), les habitants ont repris en main l’espace de gratuité. Il n’y a plus d’intervention extérieur, l’expérience se fait sans subvention au plus proche de l’informel. La contrainte est plus forte à Paris, le projet doit être adapté au territoire. La construction se fait au fur et à mesure de l’expérimentation.

Comment vous accompagner ce projet à travers cette expérimentation justement ?

L’idée c’est d’avancer dans la rue, sur différents territoires, avec une structure mobile qui met un point d’honneur à la maximisation du vouloir contribuer à la société dans un espace de liberté, de rencontre et d’échange entre les gens pour créer ou remobiliser l’envie de faire des choses ensemble.

Avec ce caddie du « tout gratuit » vous intervenez donc sur différents territoires ? qu’est ce que cela implique ?

Lorsqu’il se déplace à Eole, dans les jardins partagés de la rue du Maroc, avenue de Flandres ou à la goutte d’or, ce n’est évidemment pas la même chose. Ce n’est pas le même public, pas les mêmes approches, pas les mêmes besoins…il faut perpétuellement s’ajuster et s’améliorer.

C’est comme la prévention spécialisée, d’ailleurs ça en reprend les plus grands principes.

***

En réalisant cette interview, je m’aperçois que les grands principes dont ils m’ont parlé pour cette espace de gratuité, à savoir, la libre adhésion, l’absence de mandat nominatif, l’anonymat, le travail interinstitutionnel, les pratiques non institutionnelles, qui sont communs à la prévention spécialisée le sont aussi à « l’aller vers en RdR ».

Des idées me traversent forcément l’esprit en écrivant cela… et si… et si… et si ce projet était transposable ou même utilisable en l’état en direction des usagers que les équipes de rue rencontrent ? Après tout, les personnes qui consomment en rue sont habitués à pratiquer des échanges, il existe d’ailleurs des sortes d’échoppes où des achats de tabac, de boissons etc. peuvent se faire sur les « scènes ouvertes » mais la gratuité est un concept encore peu expérimenté. Il peut l’être mais souvent par communauté ou affinités fortes ( à Porte de la Villette le repas du soir est très souvent partagé entre les personnes).

Allons plus loin, et si…on arrivait à faire émerger l’idée chez les usagers que nous accompagnons ou que nous rencontrons sur les scènes de consommation pour faire plus que les associer, pour qu’ils prennent en main le projet et le réalisent eux même ?

1 Le local de La Chapelle-sud sont 76 rue Philippe de Girard, dans le 18ème arrondissement de Paris ; les locaux de l’équipe de la Goutte d’Or sont 44 rue Marcadet, également dans le 18ème arrondissement de Paris ; L’équipe accueille aussi 156 rue d’Aubervilliers dans le 19ème.

2 APSAJ, association CASMU, le CEDREA (réseau de chercheurs académiques et de chercheurs indépendants), association GratiLib, l’IRTS, des chercheurs du CNAM, l’ASCEAF (association socio culturelle et d ‘entraide aux familles)

3 leurs services sont accessibles sur le site https://asso.nonmarchand.org/.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search