La naissance du projet Lignes de crête

Comment le projet est-il né ? À travers quelles rencontres ?

Depuis de nombreuses années, voire deux ou trois décennies, les éducateur.rice.s de rue, affecté.e.s à des quartiers des 18ème et 19ème arrondissements, se heurtent à des violences entre bandes de jeunes, qui prennent naissance dans des conflits territoriaux marqués par des frontières qui leur semblent infranchissables. Ces heurts sont parfois mortels. Pour tenter d’y remédier, ces éducateur.rice.s proposent aux jeunes des activités sportives, des voyages, pour les sortir des quartiers où ils se sentent assignés et mal à l’aise à l’idée d’aller ailleurs.

Un des éducateurs du 19ème arrondissement réalise une recherche-action dans le cadre d’un DHEPS, puis d’un Doctorat en sociologie des organisations à l’Université Paris-Dauphine et approfondit ces concepts d’assignation et de frontières.

Ses collègues éducateur.rice.s sont intéressé.e.s d’entreprendre, eux.elles aussi, une démarche de recherche sur les situations qu’il.elle.s rencontrent dans leur travail quotidien et sa complexité.

L’idée naît alors entre certains éducateur.rice.s de créer une cellule de recherche où ils pourraient échanger, confronter leurs expériences et leurs analyses. Certain.e.s ont pris l’habitude d’écrire leurs réflexions, leurs interrogations. Cette cellule serait un lieu où ils pourraient échanger, croiser leurs regards sur leurs réalités quotidiennes et approfondir leurs analyses. Il.elle.s envisagent d’associer à cette cellule de recherche des chercheur.se.s, en particulier des spécialistes de la recherche-action. Ils sont au cœur de l’action. Comment penser l’action ? Comment mettre en perspective ces actions avec les démarches de recherche sociologique et anthropologique ?

De ces rencontres, de ces échanges, est née l’idée de créer un laboratoire de recherche au cœur même du terrain.

Le laboratoire « Lignes de Crête » a été créé en Février 2019, il est adossé à l’association de prévention spécialisée, l’APSAJ.

Son objectif est de produire des connaissances et des outils d’action pour comprendre et agir sur la violence dans laquelle des jeunes sont englués depuis des décennies, en particulier dans des quartiers des 18ème et du 19ème arrondissements.

La rencontre d’éducateur.ice.s, de chercheur.se.s, d’acteur.rice.s associatif.ve.s contribue à la naissance de « Lignes de Crête ». Ainsi, l’APSAJ, l’association CASMU, le CEDREA (réseau de chercheurs académiques et de chercheurs indépendants), l’association GratiLib (association pour la promotion et le développement des échanges non-marchands et de la culture libre), l’IRTS, des chercheurs du CNAM, l’ASCEAF (association socio-culturelle et d’entraide aux familles) participent à cette création.

Au sein de ce labo, se met en place une recherche-action où les différents acteurs de quartiers du 18è et du 19ème arrondissement des jeunes, des « anciens » jeunes des décennies précédentes, des parents, en particulier ceux qui appartiennent à des associations de parents du quartier, des éducateur.rice.s de rue et des chercheur.se.s s’associent pour tenter de comprendre.

Il.elle.s échangent leurs pratiques, leurs réflexions sur ces pratiques ; il.elle.s partagent leurs analyses, leurs essais de compréhension des phénomènes observés, des situations vécues, leurs initiatives.

Il.elle.s ont aussi l’objectif de créer des actions nouvelles.

Il.elle.s souhaitent mettre en place, grâce à ce laboratoire, un espace propice à l’échange, au partage, à l’élaboration d’analyses communes nouvelles.

Aujourd’hui, débute la mise en place d’un projet, la « caravane de la gratuité »

Les acteur.rice.s-chercheur.se.s de ce laboratoire approfondissent certaines situations, tentent de les comprendre en convoquant des approches sociologiques, anthropologiques, afin d’être à même de développer des capacités d’action plus pertinentes.

 

Bibliographie indicative


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
acteurschercheurs (27 novembre 2020). La naissance du projet Lignes de crête. Développement endogène et espaces de gratuité. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/o1za


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search